Bonjour , je remercierais infiniment celui qui pourra me traduire ce texte , ce serait très gentil de votre part .
J'ai compris qu'il sagit de l'histoire d'ulysse , le vocabulaire étant relativement simple .

Postquam graeci urbem trajam astutia et vi ceperunt , ulixes ithacae rex , in patriam ad conjugem et filium revertere cupiebat . Sad tempestas novem ad Siciliam duxit . Ulixes a polyphémo Cyclope in antrum acceptus novum periculum non timuit . Mox autem Polyphémus sex Ulixis amicos interfecit et devoravit . Ulixi vero virtus seque astutia defuerunt . Cyclope enim virum dedit . Postquam somnus Polyphenum ebrium pressit , Ulixes saeve modo monstri oculum effodit . Deinde cum amicis qui supererunt novem petivit et sine periculo bugam capere potuit : Cyclope enim neque homines sec noves jam videre poterat . Sed a Neptuno patre auxilium petivit : itaque Ulixes propter dei iram per movia diu enare debuit .

Dites moi si un mot semble ne pas exister , j'ai mal écrit , j'ai pu faire une faute de frappe.

Réponses

  • Il faut d'abord que tu proposes un essai de traduction...
  • Effectivement il y a quelques fautes de frappe, mais pas très gênantes :
    Postquam Graeci urbem Trojam astutia et vi ceperunt, Ulixes Ithacae rex , in patriam ad conjugem et filium revertere cupiebat. Sed tempestas novem ad Siciliam duxit. Ulixes a Polyphemo Cyclope in antrum acceptus novum periculum non timuit. Mox autem Polyphemus sex Ulixis amicos interfecit et devoravit. Ulixi vero virtus seque astutia defuerunt. Cyclope enim virum dedit. Postquam somnus Polyphemum ebrium pressit , Ulixes saeve modo monstri oculum effodit. Deinde cum amicis qui supererunt novem petivit et sine periculo bugam capere potuit : Cyclope enim neque homines sec noves jam videre poterat. Sed a Neptuno patre auxilium petivit : itaque Ulixes propter dei iram per maria diu errare debuit.
  • Voici une citation de Cicero (De Finib. V.5): "Circa hane urbem quacumque ingredimus, in aliquam historiam vestigium ponimus."

    Auriez-vous la traduction ?

    Remerciements et bonne fête !
  • La vraie citation
    Quamquam id quidem, infinitum est in hac urbe; quacumque enim ingredimur, in aliqua historia uestigium ponimus.
    et la traduction Nisard
    Mais dans cette ville-ci, les souvenirs sont inépuisables; il semble à chaque pas que l'on y fait que du sol jaillisse l'histoire.
  • Merci pour la traduction de Cicéron !

    Curieux tout de même que Joseph Delort ("Mes voyages aux environs de Paris") n'ait pas restitué correctement l'extrait.

    Je prends bien note de la citation rectifiée et de sa traduction.
  • Bonsoir,

    je crains n'avoir pas compris le sens de deux phrases de Catulle, si un éminent professeur (ou élève...) accepte de m'aider ... :rolleyes:
    [...] si quibus umquam
    extremam jam ipsa in morte tulistis opem
    me miserum aspicite et, si vitam puriter egi
    expite hanc pestem perniciemque mihi
    quae mhi subrepens imos, ut torpor, in artus
    expulit ex omni pectore laetitias.

    (il s'adresse aux dieux)

    si in morte tulistis opem si vous avez donné votre aide dans la mort

    quibus umquam extremam jam ipsa in morte Il y a un « opem » sous-entendu ; à quoi se rapporterait « extremam » sinon? à celle-là même qui s'était déjà donné une dernière aide

    me miserum aspicit regardez-moi misérablement

    et si vitam puriter egiet si j'ai mené une vie pieuse

    expite hanc pestem perniciemque mihi tirez de moi cette maladie et cette souffrance

    quae mihi subrepens imos qui coule au bas de mon corps

    ex omni pectore laetitias est-ce une expression de la provenance? dans ce cas quelque chose telle que « depuis le sentiment de mon cœur entier »

    ut torpor, in artus expulit de même que le froid engourdit le doigt.


    :/
  • S.S. Membre
    Bonsoir,

    Attention à bien construire, et à ne pas oublier que tu es en poésie (la disjonction de extremam et opem ne doit pas t'effrayer : stylistiquement, c'est d'ailleurs assez intéressant) ! Je ne suis qu'un élève, mais je me permets de t'aider...

    Si quibus (= aliquibus devant si, nisi, ne, num, cum, dum, relatif, etc.) umquam : si un jour, à certains
    jam ipsa in morte : (étant) déjà dans la mort
    extremam tulistis opem : vous apportâtes une aide extrême (une assistance providentielle, suprême),
    me miserum aspicite : considérez-moi (qui suis) misérable / mon malheur.

    Le vers suivant est justement traduit.

    Quae mihi subrepens imos (...) in artus : qui, se glissant au plus profond de mes membres (mihi est datif d'intérêt)
    ut torpor : comme la torpeur
    expulit ex omni pectore laetitias : chasse le bonheur/les joies (hors) de mon cœur tout entier.

    Courage !
  • Merci beaucoup ; j'en prends note et passe à une autre phrase du même poème que je pense avoir comprise mais que je souhaite vérifier ;
    Non jam illud quaero, contra ut me dilligat illa,
    ipse valere opto et taetrum hunc deponere morbum.

    Non jam illud quaero Je ne souhaite plus
    contra ut me dilligat illa le retour de son amour (les traductions plus littérales me semblent lourdes ; « qu'elle m'aime aussi », en plus ça fait une allusion à l'automne de Lamartine!)
    ipse valere opto je veux moi-même trouver de la force
    et taetrum hunc deponere morbum. et me débarrasser de cette repoussante maladie.
  • Tu peux coller davantage au texte latin et faire des phrases acceptables en français.

    Non jam quaero : je ne cherche plus
    illud... contra ut me diligat illa : à ce qu'elle m'aime en retour
    ipse valere volo : je veux moi-même être bien portant
    et taetrum hunc deponere morbum : et quitter cette horrible maladie.
  • Duce et Auspice, telle était la devise de l'Ordre du St Esprit.

    Auriez-vous la traduction ? Merci !
  • Sous (sa) direction et (sa) protection.
    du St Esprit sans doute.
  • Merci à Anne345 pour la traduction !
  • scilicet incesti meretrix regina Canopi,
    40 una Philippeo sanguine adusta nota,
    ausa Ioui nostro latrantem opponere Anubim,
    et Tiberim Nili cogere ferre minas,
    Romanamque tubam crepitanti pellere sistro,
    baridos et contis rostra Liburna sequi,
    foedaque Tarpeio conopia tendere saxo,
    iura dare et statuas inter et arma Mari!
    quid nunc Tarquinii fractas iuuat esse secures,
    nomine quem simili uita superba notat,
    si mulier patienda fuit? cane, Roma, triumphum
    50 et longum Augusto salua precare diem!
    fugisti tamen in timidi uaga flumina Nili:
    accepere tuae Romula uincla manus.
    bracchia spectasti sacris admorsa colubris,
    et trahere occultum membra soporis iter.
    'Non hoc, Roma, fui tanto tibi ciue uerenda!'
    dixit et assiduo lingua sepulta mero.
    septem urbs alta iugis, toto quae praesidet orbi, Bonsoir,
    La prochaine fois, merci de ne poster votre message qu’une seule fois.
  • JehanJehan Modérateur
    Bonsoir, tout de même...

    S'il s'agit d'un exercice scolaire... Peut-être d'abord un début de travail personnel ?
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.