Accord du participe passé du verbe "coûter"

Bonjour !

Dans la phrase suivante :
"une somme supérieure à celle qu'il a coûté"
doit-on mettre un "e" à "coûté" ?

En effet, "une somme" est considéré comme COD (il a coûté quoi ?) ou CC (il a coûté combien ?) ?
je sais que "8 francs" est CC, mais j'ai un doute sur "une somme"...

Merci d'avance de vos réponses !
«1

Réponses

  • Bonsoir

    Le cheval a été vendu 30000 euros, une somme supérieure à celle qu’il a coûté.

    Le pronom QUE est un complément de quantité s’il répond à la question « combien » et > il reste au masculin singulier,

    il est COD s'il répond à la question quoi > il faut l’accorder.

    Or le verbe « coûter » est manifestement un verbe transitif direct qui signifie « combien »,, quand au mot « somme » il représente une valeur, un montant, une quantité et correspond aussi à un CC.

  • Bonjour !

    Je vais simplement paraphraser ce que Henry a bien dit.

    Si le complément de coûter (ou de valoir) est antéposé, l’accord du pp dépend du sens :

    1 si le groupe verbe + complément EXPRIME UN PRIX, la question sous-jacente est « COMBIEN ? », et :
    - le complément est un CC,
    - en l’absence de COD, le verbe doit rester INVARIABLE.
    * Les cent mille euros / Les yeux de la tête QUE cette maison m’a coûté.
    Dans cet emploi, le verbe coûter signifie VALOIR.

    2 si le groupe verbe + complément N’EXPRIME PAS UN PRIX, la question sous-jacente est « QUOI ? », et :
    - le complément est un COD,
    - le pp doit S’ACCORDER avec lui.
    * Les efforts QUE cette maison m’a coûtés.
    Dans cet emploi, coûter signifie CAUSER, OCCASIONNER, DEMANDER.

    L’hésitation vient aussi de ce que la question peut induire en erreur :
    * QU’EST CE QUE cela t’a coûté ?
    On pense naturellement à un COD ; cela n’arriverait pas avec :
    * COMBIEN est-ce que cela t’a coûté.
    Enfin, quelle que soit la question, s’il y en a une, pensez « prix ou pas prix ? ».
  • merci beaucoup pour ces explications!
  • Des extraits de mes cours de grammaire de première année sur les différents compléments du verbe (COD, COI, complément direct...) :

    Le "complément direct" est repérable par son expression numérique. Il n'est pas appelé "complément d'objet direct" car il équivaut à un attribut du sujet (il qualifie le sujet).

    Ex : Il pèse cent kilos. Il mesure un mètre soixante-quinze.

    Ex : Il pèse cent kilos (complément direct) ? Il pèse des bonbons (COD).
    Il mesure un mètre soixante quinze (complément direct) ? Il mesure le canapé (COD).

    Et sur les CC :

    Un CC complète une phrase ou une proposition, et non un verbe. Pour vérifier qu'il s'agit bien d'un complément circonstanciel, il faut faire le test du déplacement.

    Ex : Hier, une amie m'a téléphoné. Une amie m'a téléphoné hier. Hier est un CC.

    Ex : Il pèse cent kilos. Cent kilos, il pèse. Cent kilos n'est pas un CC.


    A partir de ces deux points, j'pense que le complément de "coûter" exprimant un prix n'est ni un COD, ni un CC, mais un complément direct.
  • Bonjour
    Le cheval a été vendu 30 000 euros, une somme supérieure à celle qu’il a coûté.
    En premier je pense qu’il faut accorder nos violons sur les termes grammaticaux employés :

    L'attribut du sujet est un mot ou un groupe de mots, qui indique et exprime la qualité, la manière d'être, l'état du sujet. Il suit ordinairement le verbe "être" ou un verbe d'état. Cet attribut est très souvent un adjectif ( les verbes d’état sont classés intransitifs) :
    - Cette voiture est bleue.

    Ceci à mon avis écarte la première supposition proposée : …car il équivaut à un attribut du sujet (il qualifie le sujet).


    - Le verbe coûter est soit transitif direct (évaluer un poids) : peser un bébé.

    - Le verbe coûter est soit intransitif (avoir un certain poids) verbes qui en général n’admettent pas de CO : peser trente kilos. Ou encore représenter une certaine valeur : peser deux millions en Bourse.

    Il est très souvent accompagné d’un CC.

    > > > Mais de plus, dixit Grevisse, coûter fait partie des intransitifs qui peuvent être accompagnés d’un complément adverbial, qu’il faut se garder de confondre avec un COD : les trois mille francs que ce meuble m ‘a coûté. La somme que le Narcisse m’avait coûté.Quant à Littré il le juge toujours invariable.

    Voici mes premières impressions.


    Il faut pour la petite histoire citer cette remarque : Le classement des éléments subordonnés au verbe a changé dans les années 1970. Là où on parlait de complément circonstanciel, de complément d'objet en les opposant souvent, on parle maintenant de complément essentiel, de complément non essentiel, de complément adverbial, parfois de complément de phrase.
    Mais continuons avec le terme de complément circonstanciel.
  • henry a écrit:
    L'attribut du sujet est un mot ou un groupe de mots, qui indique et exprime la qualité, la manière d'être, l'état du sujet. Il suit ordinairement le verbe "être" ou un verbe d'état. Cet attribut est très souvent un adjectif ( les verbes d’état sont classés intransitifs) :
    - Cette voiture est bleue.

    Ceci à mon avis écarte la première supposition proposée : …car il équivaut à un attribut du sujet (il qualifie le sujet).
    Je pense que je me suis mal exprimée sur ce point là :/
    Je n'ai pas dit que le complément exprimant le prix était un attribut du sujet mais qu'il équivalait à un attribut du sujet, ce qui est sensiblement différent. Du point de vue syntaxique, il n'est évidemment pas un attribut du sujet, car il n'est pas introduit par le verbe être ou par un verbe d'état, comme tu l'as dit.
    Mais du point de vue sémantique ? Dans "Le stylo coûte cinq euros", "cinq euros" ne renvoie-t-il pas à "le stylo" ? Dans "Le stylo est bleu", le stylo dont on parle est caractérisé par une propriété qui est sa couleur. Dans "Le stylo coûte cinq euros", le stylo dont on parle est caractérisé une propriété qui est son prix.
    Je dirais que syntaxiquement, le complément exprimant le prix complète le verbe "coûter" mais que sémantiquement, il pourrait être comparé à un attribut du sujet, car il caractérise le sujet.

    Voilou ! J'espère que c'était plus clair ;)
  • MichelMichel Membre
    Bonjour

    Si j'ai bien compris, on écrit:

    Les sommes énormes que cette guerre a coûté; les cent mille hommes que cette guerre a coûtés; les cinquante navires que cette guerre a coûtés.

    Merci de confirmer (ou infirmer!). Cordialement et respectueusement.
  • Mais oui :
    Cette guerre a coûté combien ? .... des sommes énormes.
    Cette guerre a coûté quoi ? ... cent mille hommes, cinquante navires.
  • MichelMichel Membre
    Bonsoir Anne

    Je vous remercie pour votre prompte réponse.

    Cordialement et respectueusement
  • MichelMichel Membre
    Bonsoir

    J’aimerais savoir qui des deux auteurs suivants accorde "coûté" conformément aux règles actuelles:

    Gylippe lui fit savoir d'abord que Démosthène s'était rendu, et lui conseilla d'en faire de-même, ce qu'il refusa ; cependant il offrit des otages pour le payement des frais que cette guerre avait couté aux Syracusains (abbé Raynal, Histoire universelle, livre 1, chapitre 18);

    Sur ce que je venais de dire, que les droits de douanes, ainsi forcés, rendaient peu de choses au fisc, le ministre de l’intérieur observa qu’ils avaient donné, dans l’année, 35 millions. Je me rejetai sur les frais que cette recette avait coûtés (Abbé André Morellet, Mémoires inédits, chapitre 32).

    Merci d'avance de me donner votre avis.

    Cordialement et respectueusement.
  • lamaneurlamaneur Modérateur
    Voilà bien une des règles les plus arbitraires de notre langue. La règle, formulée par l'Académie à partir de la 8e édition du dictionnaire, est récente. Auparavant, les avis des grammairiens étaient partagés. Littré était partisan de l'invariabilité tout le temps, Bescherelle (le vrai, celui du du XIXe) partisan de l'accord tout le temps ; entre les deux, il y avait ceux qui finassaient, au rang desquels l'Académie s'est finalement rangée, et qui distinguent entre un complément adverbial de mesure et un complément d'objet direct.
    La distinction est assez facile à faire lorsque le premier s'exprime directement en francs ou en euros et répond clairement à la question "combien ?", et là, tout le monde est d'accord pour écrire aujourd'hui : les dix euros que ce rosbif m'a coûté, par opposition à toutes les peines que ce procès m'a coûtées.
    Mais il y a une zone grise intermédiaire, celle qui suscite les questions au début de ce fil. Quid du cas suivant : au lieu d'une monnaie sonnante et trébuchante, on parle de somme ou de frais ? Eh bien, les grammairiens n'ont pas été d'accord. Pour Le Bidois, il fallait écrire "la grosse somme que cette maison m'a coûtée", et pour Dauzat "la somme que cet objet m'a coûté". Aujourd'hui, l'Académie et l'ensemble des grammairiens soutiennent cette dernière version, et donc somme comme frais, quoique ne répondant pas directement à la question "combien ?", demandent en principe l’invariabilité.
    Donc, pour répondre à votre question, c'est le brave abbé Raynal qui avait les yeux de l'avenir et a accordé, par anticipation, selon la règle d'aujourd'hui.
  • MichelMichel Membre
    Bonjour Lamaneur

    Merci pour votre réponse, concernant la position actuelle de l'Académie.

    Cordialement et respectueusement
  • Bonsoir !
    "Les dix euros que ce livre m'a coûté."
    Il n'y a pas d'accord car tout ce qui exprime la durée, la distance, la valeur et la mesure ne s'accorde pas?
    Merci pour vos réponses
  • JehanJehan Modérateur
    Les dix euros que ce livre m'a coûté.
    Non, on n'accorde pas, parce qu'il ne s'agit pas ici d'un COD.
    Ce livre m'a coûté combien ? Dix euros.
    Voir les messages précédents.
    Voir également ceci :
    http://bdl.oqlf.gouv.qc.ca/bdl/gabarit_bdl.asp?id=1856
  • Les dix euros que ce livre m'a coûté.
    Non, on n'accorde pas, parce qu'il ne s'agit pas ici d'un COD.
    Ce livre m'a coûté combien ? Dix euros.
    Comme méthode mnémotechnique, peut-on dire que les seules réponses à l'accord du verbe avoir sont : "qui ou quoi"
    Ou en existe-t-il d'autres ?
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.