L'expression "par contre"

Bonjour tout le monde,

On m'a souvent dit que l'expression "Par contre" n'existait pas dans le "bon" français, et ainsi, il fallait privilégier la locution "en revanche" ou "en contrepartie". J'aimerais donc savoir si cette expression est conforme au français.
Merci d'avance!

Réponses

  • webmestrewebmestre Administrateur
    Bonsoir,

    Oui, vous pouvez l’utiliser. Je vous invite à lire cette partie de l’article « contre » du Dictionnaire de l’Académie :
    Par contre, en revanche, d’un autre côté, en contrepartie, en compensation, à l’inverse.
    Condamnée par Littré d'après une remarque de Voltaire, la locution adverbiale par contre a été utilisée par d’excellents auteurs français, de Stendhal à Montherlant, en passant par Anatole France, Henri de Régnier, André Gide, Marcel Proust, Jean Giraudoux, Georges Duhamel, Georges Bernanos, Paul Morand, Antoine de Saint-Exupéry, etc. Elle ne peut donc être considérée comme fautive, mais l’usage s’est établi de la déconseiller, chaque fois que l’emploi d’un autre adverbe est possible.

    Vous trouverez ici (site de l’Académie française) la précision suivante :
    Ce n’est pas toujours le cas. Gide remarquait à ce propos : Trouveriez-vous décent qu’une femme vous dise : « Oui, mon frère et mon mari sont revenus saufs de la guerre ; en revanche j’y ai perdu mes deux fils » ?
  • JehanJehan Modérateur
    Citation complète de Gide dans le Robert des Difficultés :
    Trouveriez-vous décent qu’une femme vous dise : "Oui, mon frère et mon mari sont revenus saufs de la guerre ; en revanche j’y ai perdu mes deux fils" ? ou "La moisson n'a pas été mauvaise, mais en compensation toutes les pommes de terre ont pourri" ?... Par contre m'est nécessaire et, me pardonne Littré, je m'y tiens.
  • webmestrewebmestre Administrateur
    Merci Jehan.

    Le Grand Robert donne une citation encore plus complète :
    Je sais bien que Voltaire et Littré proscrivent cette locution ; mais « en revanche » et « en compensation », formules de remplacement que Littré propose, ne me paraissent pas toujours convenables (…) Trouveriez-vous décent qu’une femme vous dise : « Oui, mon frère et mon mari sont revenus saufs de la guerre ; en revanche j’y ai perdu mes deux fils » ? ou « la moisson n’a pas été mauvaise, mais en compensation toutes les pommes de terre ont pourri » ? (…)
    « Par contre » m’est nécessaire et, me pardonne Littré, je m’y tiens.Gide, Attendu que…, ix, p. 89.

    À noter que ce même dictionnaire fait la remarque qui suit :
    Par contre a été condamné par certains pédagogues puristes ; cependant il n’est pas toujours remplaçable. Il introduit un avantage ou un inconvénient, alors que en compensation et en revanche n’introduisent qu’un avantage. Si on peut les employer dans la phrase « S’il n'a pas de cœur, par contre il est intelligent », il est impossible de les substituer à par contre dans celle-ci : « S’il est intelligent, par contre il n’a pas de cœur ». Mais n’insiste pas assez sur l’opposition. Au contraire marque une opposition trop précise.
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.