Fiches méthode Bac de français 2021

Bonjour,
je n'ai pas compris un paragraphe du fragment 100 du livre 'pensées sur la justice' de PASCAL.
Voici le paragraphe:
En voici une preuve qui me fait horreur. La religion catholique n'oblige pas à découvrir ses péchés indifféremment à tout le monde : elle souffre qu'on demeure caché à tous les autres hommes : mais elle en excepte un seul à qui elle commande de découvrir le fond de son cœur, et de se faire voir tel qu'on est. Il n'y a que ce seul homme au monde qu'elle nous ordonne de désabuser, et elle l'oblige à un secret inviolable, qui fait que cette connaissance est dans lui comme si elle n'y était pas .

Je ne comprend cette preuve.
Merci d'avance pour vos réponses.
Mots clés :

Réponses

  • Si tu as bien lu ce qui précédait ton extrait, tu sais que Pascal a ici entrepris de dénoncer l'amour-propre. Je cite les dernières lignes qui précèdent ton texte : "Car n'est-il pas vrai que nous haïssons la vérité et ceux qui nous la disent, et que nous aimons qu'ils se trompent à notre avantage, et que nous voulons être estimés d'eux autres que nous ne sommes en vérité".
    La preuve qu'il donne ensuite - et qui suscite son dégoût - est la suivante : la religion catholique veut bien que nous taisions nos péchés à l'ensemble des hommes à l'exception d'un seul : le prêtre, lors de la confession. Or, bien que nous sachions que ce dernier soit tenu au secret, que notre confession sera "dans lui comme si elle n'y était pas", certains trouvent cet état de fait insupportable, et beaucoup se révoltent même contre l'Eglise (allusion aux Protestants).
    Est-ce clair? :)
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.