Fiches méthode Bac de français 2021

«1

Réponses

  • Question assez classique concernant les rapports entre les textes autour d'un même élément d'étude...
  • J'ai écris que j'organiserai ma réponse à la question en suivant un plan analytique. Au final, je ne sais pas vraiment quel plan j'ai suivi pour répondre à cette question... :rolleyes:
  • J'ai fait (en gros...) :

    Introduction-présentation

    Champ lexical du corps humain et de la métamorphose :
    -tout le temps dans le texte A
    -surtout dans les didascalies dans le texte B pour privilégier la communication dans les dialogues, simple constat (l 30)
    -transformation décrite indirectement par des termes exprimant la douleur

    Annonce au préalable d'un changement puis lexique du changement en général :
    -affirmation forte (l 4-5) dans le texte B qui annonce la suite
    -Idem dans le C (l 3-4), complexité qui contraste avec "siffle" (l 4)
    -Textes A et C : lexique du changement ("devenir", "changer"...) et verbes pronominaux

    Transformation manifestée aussi par le langage :
    -Dégradation de la parole de Jean dans le texte B
    -Brièveté des phrases nominales pendant la métamorphose dans le texte C
    -Dans le texte A, c'est Mercure qui a un langage particulier ("Oh ! Oh !", "Là...Là...) car c'est lui qui guide la métamorphose

    Bilan-ouverture sur la question de l'identité après la métamorphose

    (1h30 quand même :/ )

    Voilà, voilà ! Qu'en pensez-vous s'il vous plaît ? :P
  • cincetcincet Membre
    J'ai mis quelques petites choses que tu as mises également, mais enfin pas tout ! Ce que tu as mis me semble assez pertinent..... Personnellement, j'ai étudié le texte C et le texte A ensemble, en disant que dans les deux, la descriptions de la transformation se faisait par le biais de ceux qui la subissent ; tandis que dans le texte B, c'est le faire-valoir qui décrit. Bon, j'ai bien sûr écrit d'autres petites choses, mais c'est ce dont je me souviens le plus.
  • Je n'ai pas du tout vu la question comme ça Je ne me suis pas risquée à une réponse aux titres = procédés, j'ai fait ma sauce, les titres ne sont pas si révélateurs du fond (et j'ai le cerveau un peu grillé, trop pour retrouver le contenu exact). J'ai posé deux axes : un mouvement croissant, la transformation comme un jeu (jeu élément par élément pour Giraudoux, jeu hors-scène/scène avec mouvement croissant pour Ionesco, rôle fondamental des didascalies, de l'ambiance sonore, diverses étapes du texte C); la douleur : une transformation non sans souffrance, souffrance révélatrice (folie furieuse pour Ionesco, l'inénarrable pour le texte C, la difficulté d'être un homme pour le A)
    Je n'ai vraiment eu aucun atome crochu avec le dernier texte...je l'ai trouvé plat, trop construit (classiquement : début, souffrance (douleur de la métamorphose), acmé (enthousiasme, bonheur de sa nouvelle forme), souffrance (inquiétude), retour au début), évident. Franchement pas mon style de texte. J'avoue que je m'attendais à un autre type de sujet. Mais bon, un bon coup de "fixatif" de Giraudoux et du Ionesco je ne dis jamais non =P

    (EDIT)
    Bon je viens de lire le corrigé standard de la question, je vais pas trop me cogner la tête contre un mur, je me suis tout de même bien amusée. :lol:
  • Au fond la question est sans doute l'exercice le plus libre. Plusieurs types de plan sont possibles. En tous cas, les arguments que tu énonces sont tout à fait pertinents :)

    Si quelqu'un voulait me donner son avis sur ma réponse, je ne serais pas contre non plus

    :D
  • GwenieGwenie Membre
    Dans le plan de ma question sur corpus, j'ai consacré une partie sur la présence comme d'un metteur en scène" dans la peau d'un des personnage" puisque Béranger ou encore Mercure dit a l'autre ce qu'il doit faire, ne pas faire..., il le conseille. Et vu que pour Ionesco, nous sommes dans l'absurde je me suis dit: Pourquoi pas? qu'est ce que vous en pensé? Trouvez vous ça trop "bizarre"?
  • Annonce au préalable d'un changement puis lexique du changement en général :
    -affirmation forte (l 4-5) dans le texte B qui annonce la suite
    -Idem dans le C (l 3-4), complexité qui contraste avec "siffle" (l 4)
    -Textes A et C : lexique du changement ("devenir", "changer"…) et verbes pronominaux

    En fait je n'ai pas trop compris ce que tu entendais exactement là-dedans.
  • cincetcincet Membre
    En fait pour répondre un peu à tout le monde, je pense que cette question était très libre. Je ne dis pas qu'on pouvait dire n'importe quoi, mais je pense que la panoplie de réponses possibles était relativement large....
  • J'ai simplifié pour ne pas avoir à écrire des tartines mais bon c'est pas grave :P :

    Ce que je voulais dire c'est que dans ces deux textes, on peut pressentir la métamorphose à l'avance, soit qu'elle soit annoncée explicitement (Texte C - l 3 et 4), soit qu'elle soit simplement pressentie par les paroles troublantes de Jean (Texte B - Ligne 4-5)

    Enfin la petite remarque sur Le cas Jekyll, c'était pour montrer que cette "annonce", complexe aussi bien dans la syntaxe que dans le lexique, contraste avec le langage familier qui suit : "hop, je me la siffle" (mais je ne suis pas sûr du tout que ce soit indispensable) Alors, pas plus de réponses que ça ?
    C'est pourtant l'exercice que tous les élèves de la section ont eu à traiter en commun ! :/
  • Bah moi je veux bien donner ma réponse mais elle est un peu tarabiscottée... En fait cette question m'a tellement peu inspirée que j'y ai passé presque 1h10 !
    Je ne me souvient plus de tout ds le détail, mais voici mon plan (plus ou moins synthétique ) :

    A- Le dramaturge rend le processus de transformation explicite dans les didascalies
    → elles peuvent indiquer le mouvement ou les apparences physiques (texte A fin et texte B)

    B- La métamorphose est également rendue par les répliques en elles-mêmes
    - le monologue a une valeur d'introspection (texte C)
    - le dialogue permet la confrontation du personnage en transformation avec le regard d'un tiers qui tient un rôle de miroir (texte A et texte B)

    C- Mais par les imprécisons dans l'écriture théâtrale, le dramaturge laisse une relative liberté au metteur en scène et s'appuie sur l'imagination du spectateur
    - prééminence du champ lexical du regard (texte A) => jeu sur la double énonciation
    - actualisation par présence d'objets du quotidien => implication des spectateurs (texte A, texte B et texte C)
    - imprécision (volontaire) dans l'écriture de l'auteur (texte B et texte C)

    J'espère que c'est assez clair... Et que ça le sera pour le correcteur !
  • Pour moi, c'est quelque chose comme cela:
    I Les verbes de changement d'état exprimés la plupart au présent
    II La douleur, présentée dans le langage de façon elliptique, ce qui montre la dégradation du personnage
    III Les verbes connotant l'animalité, le nouvel état de chaque personnage
    IV La transformation est validée par un spectateur de celle -ci, qu'il soit extérieur au transformé ( A et B) ou intérieur (C)
  • Comme la question concernait l'écriture des textes, j'ai jugé bon de faire une partie sur les variations du langage. Après... :rolleyes:
  • lus_hlus_h Membre
    Bien le bonjour !
    J'ai hier passé mon épreuve de français du bac, de la série L. Tout s'est relativement bien passé, je pense avoir fait quelque chose qui tient la route, seulement j'ignore si cette légère coquille comptera pour beaucoup : dans ma question de corpus, je me suis trompée sur le titre de la pièce de Giraudoux : au lieu de mettre Amphitryon 38, j'ai mis Amphitryon tout seul .. La faute n'est bien sûr pas gravissime, j'en suis consciente, mais est-ce que cela pourrait faire mauvaise impression dès les premières lignes de la question ?
    Merci beaucoup d'avance !
  • Ne t'inquiète pas, je pense que ça devrait aller :) (en plus, d'après ce que je lis depuis hier, tu n'es pas le seul cas)
  • Le "38" est un traître :p
  • D'ailleurs, même si ça n'a pas de rapport direct, quelqu'un sait-il ce que signifie ce "38" ?
    La 38ème réécriture d'Amphitryon ? :D
  • C'est juste ;)
    Toutefois, Giraudoux l'a prétendu, il n'est pas avéré qu'il s'agisse de la stricte vérité.
  • J'ai dit ça complètement au hasrad :cool:
  • Ton intuition est très performante, je le constate
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.