Bonsoir à tous,

Je viens ici pour vous demander des conseils
A la rentrée, je commencerai des études de lettres à l'université !
Cet été, je voudrais travailler de mon côté la littérature du Moyen Age car j'ai très peu de connaissances sur cette période qui par ailleurs m'attire !

J'attends donc, si cela est possible, un peu de votre aide.

Merci par avance.
«1

Réponses

  • Des oeuvres incontournables, à aborder si possible dans des éditions "bilingues" :
    - La Chanson de Roland
    - Les romans de Chrétien de Troyes (Erec et Enide, Lancelot, Perceval...)
    - Les récits se rapportant à l'histoire de Tristan et Iseult (Béroul, Thomas, Marie de France)
    - La poésie lyrique (Rutebeuf; les oeuvres des trouvères et troubadours)
    - La farce de Maître Pathelin
    - Le Roman de Renard
    - François Villon.
  • Les incontournables romanesques sont les bien connues oeuvres de Chrétien de Troyes, et un peu plus tard Le petit jehan de saintréd'Antoine de la Sale par exemple :)
    Il y a deux formes privilégiées au M-A, les " miracles " et " mystères ", qui sont indissociables à l'Histoire. Je ne connais que " Le Mystère de la passion " d'Arnoul Gréban. Enfin, sur la scène poétique, tu auras largement le choix. La Chanson de Rolland bien évidemment, éventuellement les " cycles " ( Doon de Mayence, Garin de Monglane ... ) Entre 900 et 1100 je dirais. Vers 1250, la Complainte de Rutebeuf, vers 1300 Pétrarque, Guillaume de Machaut ; Vers 1400, les rondeaux Charles d'Orléan, Christine de Pisan, Villon ( La ballade des pendus ou le Testament ) et pour effleurer l'Humanisme, Lemaire de Belges ou encore Marot.
    Bonne lecture ! :)
  • S.S. Membre
    Pense aussi à la correspondance d'Abélard (lettres à Héloïse), c'est délicieux, et si drôle !
    Je plussoie Jacques pour Villon ! :D Christine de Pisan est assez connue aussi (pas de moi, hélas)...
  • Le Chemin de longue Etude de Pizan se lit facilement et reste très abordable.
  • SokolSokol Membre
    Merci à tous pour ces précieux conseils :)

    Pour accompagner toutes ces lectures, ne serait-il pas recommandable de 'suivre' avec un ouvrage 'guide' comme par exemple un Lagarde et Michard Moyen Age ? dont je n'entends que du bien ! Ou existerait-il d'autres ouvrages littéraires et historiques sur cette période ?
  • S.S. Membre
    Paraît que l'introduction de Zink est de bonne tenue ; mais ça n'est pas indispensable. Généralement, les éditeurs proposent des dossiers (intros, chronologies, etc.) intéressants qui permettent d'élargir de manière judicieuse (chez Lgf, tu trouveras toujours une bibliographie par exemple).
  • PoloPolo Membre
    Bah dis donc, si tu lis tout ça (ou presque) pour la rentrée, tu vas vite t'ennuyer en cours... ;)
  • Un cours de littérature médiévale est toujours ennuyeux. :P
  • PoloPolo Membre
    (j'osais pas le dire :P)
  • SokolSokol Membre
    Vraiment ? Ou est-ce de l'ironie ?
    :)
  • PoloPolo Membre
    Oh on ne veut pas te décourager. :)
    Je trouvais mes cours d'ancien français bien plus passionnants que ceux de littérature médiévale. Question de profs aussi : difficile de ne pas figer cette littérature quand on a presque des poulaines aux pieds. Plus sérieusement, il y a souvent un manque de contextualisation, ce qui rend l'approche des textes sinon fastidieuse, du moins folklorique, souvent ennuyeuse.

    Sinon, elle n'a pas été citée*, mais j'avais bien aimé les Lais de Marie de France.

    *Ah si, par Jacques, pardon.
  • 76man76man Membre
    Polo a écrit:
    Plus sérieusement, il y a souvent un manque de contextualisation, ce qui rend l'approche des textes sinon fastidieuse, du moins folklorique, souvent ennuyeuse.
    Je ne sais pas qui Profitendieu a eu comme prof à Rouen (a priori la même), mais pour ma part j'ai trouvé ça pas mal. Le cours portait sur Le Chemin de Longue Étude de Christine de Pizan, et la prof a fait plein de cours introductifs sur la période historique, l'état de la littérature, la place des femmes dans la société... L'introduction était plus intéressante que l'étude du texte :P

    Sinon, Sokol, je crois que tous les livres les plus importants ont été cités. Je rajouterai cependant les œuvres d'Adam de la Halle. Et contredirai Freeze en disant que Marot est bien un auteur de la Renaissance. La transition entre Moyen Âge et Renaissance se fait avec la fin de la Grande Rhétorique (Georges Chastelain, Jean Marot, Lemaire de Belges, Guillaume Crétin...).
  • Profitendieu a écrit:
    Un cours de littérature médiévale est toujours ennuyeux. :P

    UN COURS ENNUYEUX EST UN COURS MAL FAIT!
  • Profitendieu a écrit:
    Un cours de littérature médiévale est toujours ennuyeux. :P

    UN COURS ENNUYEUX EST UN COURS MAL FAIT!

    En toute honnêteté je pense que le problème vient de moi. La littérature médiévale me rebute, excepté Villon je n'ai jamais eu de coups de coeurs pour cette période qui doit être passionnante, je n'en doute pas.
  • NineNine Membre
    Idem. Je me suis toujours "ennuyée" en lisant de la littérature médiévale...
  • Comme Polo j'ai beaucoup aimé Les Lais mais je me suis arrêté au bout de 20 pages pour la Chanson de Roland. Le problème avec cette littérature c'est que c'est ultra répétitif, ça m'endort quoi x). En histoire littéraire, la prof avait réussi à m'entrainer dans cet univers avec ses cours mais voilà je trouve que ça a mal vieilli. Autant la littérature antique me parait encore de nos jours paradoxalement moderne autant l'amour courtois et autres preuves de fidélité et d'amour me laissent complètement indifférent :P .
  • S.S. Membre
    Dans le genre répétitif, le Roman de Renart... :D
  • Eh bien, un jour où j'aurai le temps, je plaiderai la cause de cette littérature!
    Attention, S., ton message laisse supposer que tu considères La Chanson de Roland comme de la littérature courtoise; comme tu le sais, cette chanson de geste est antérieure à l'apparition du "roman breton", et ne développe absolument pas le thème de l'amour.
  • 76man76man Membre
    Je pense que S. voulait juste dire que ce livre était ennuyeux, et non une œuvre de littérature courtoise ;)

    Comme nous l'a dit un prof de littérature médiévale, il faut prendre celle-ci comme le témoignage d'une civilisation révolue. Je crois que la différence entre Antiquité et Moyen Âge vient du fait qu'on a glorifié l'Antiquité à partir de la Renaissance, et que le Moyen Âge a été considéré comme une période sombre, obscure. D'ailleurs, le terme lui-même marque une période de transition, un âge médiocre (au sens originel). Nous avons une vision finalement peu réaliste du Moyen Âge - je m'inclus dans le "nous", car je suis loin de bien connaître cette période. D'ailleurs, on étudie le "Moyen Âge" trop souvent comme un bloc, alors qu'il couvre à peu près dix siècles !!!
  • S.S. Membre
    76man a écrit:
    Je pense que S. voulait juste dire que ce livre était ennuyeux, et non une œuvre de littérature courtoise ;)
    Non, à partir d'une centaine de pages seulement ! :)
    Comme nous l'a dit un prof de littérature médiévale, il faut prendre celle-ci comme le témoignage d'une civilisation révolue. Je crois que la différence entre Antiquité et Moyen Âge vient du fait qu'on a glorifié l'Antiquité à partir de la Renaissance, et que le Moyen Âge a été considéré comme une période sombre, obscure.
    Certes, mais le Moyen-Âge a quand même accordé une grande part à l'Antiquité, notamment à l'aube du XIIIe siècle (cf. mouvements de traduction, courants de pensée, etc.) - sans doute l'action pontificale a-t-elle mis l'accent sur l'Antiquité chrétienne, donc tardive, reste que les intellectuels percevaient une nette survivance des cultures antiques (cf. scolastique, etc.), et ne voyaient pas de réelle rupture entre ces deux périodes, comme le feront les humanistes. Non ?
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.