Prépa littéraire Licence lettres modernes
Capes lettres modernes

Bonsoir !

Je viens de finir ma licence, je suis en attente des résultats...si je l'obtiens, j'aimerais faire un master lettres spécialité "littérature comparée" dans la même fac (Paris VII). J'ai déjà commencé à réfléchir sur mon sujet, que je crois avoir trouvé, et sur les oeuvres qui composeront mon corpus. Je me posais quelques questions :


-En ce qui concerne les langues étrangères, je ne maîtrise que l'anglais. Est-ce que ça va poser problème? Il y aura une oeuvre anglo-américaine dans mon corpus que je pourrais étudier en langue originale...

-...MAIS j'adorerais étudier une oeuvre de Dostoïevski également ! seulement, dois-je nécessairement maîtriser le russe pour cela?

-J'ai entendu dire qu'il ne fallait qu'une oeuvre dans la langue originale dans le corpus, est-ce vrai?

-ma troisième oeuvre sera française, donc là pas d'inquiétude!

J'espère que vous pourrez m'éclairer :D en attendant bonne soirée à tous !

Réponses

  • ArthurArthur Membre
    Bonsoir,

    Cela dépend de vos ambitions... Si c'est juste pour vous occuper un ou deux ans (avant la recherche d'un emploi et/ou les concours de la fonction publique), ça ne posera vraisemblablement aucun problème. Si vous envisagez une carrière universitaire dans la discipline, vous êtes en revanche mal parti.

    Dostoïevski fait partie des auteurs russes assez faciles à aborder dans le texte. Mais son style a bien sûr ses subtilités...

    Cordialement.
  • PoloPolo Membre
    Je serai moins catégorique qu'Arthur. A moins d'être un génie, le M1 reste quand même une initiation à la recherche et, comme telle, se fait par étapes. Rares sont ceux qui vont révolutionner la recherche dès leur master...
    Tout dépend aussi du sujet. Si c'est un sujet qui a clairement à voir avec la langue (sujet de poétique, de stylistique etc.), tu te mets des bâtons dans les roues, évidemment. Si c'est un sujet de comparée qui a plus à voir avec une thématique, une esthétique commune (ça fait un peu "fond / forme" dit comme ça, mais bon), on n'est quand même pas obligé de maîtriser la langue sur le bout des doigts (sinon je commencerais à m'inquiéter avec ma langue mineure :D) ; il faut au moins pouvoir facilement repérer un passage et l'examiner avec les connaissances grammaticales et lexicales que l'on a. Après, le mémoire de master en littérature ne demande pas non plus que l'on cite systématiquement le texte en langue originale et encore moins que l'on propose ses propres traductions. Il se peut que le professeur qui te lira ne maîtrisera peut-être même pas la langue en question (c'est le cas de ma directrice de recherche).
    Pour mener un travail sérieux, je te conseille soit de te mettre tout de suite au russe (assimil ou autres) soit de consacrer ton mémoire de M2 en partie à Dostoïevski (si Paris VII permet de traiter deux sujets différents en 2 ans), ce qui te permettra de travailler le russe pendant 1 an.
    Pour le nombre d'auteurs, c'est assez libre. Le plus souvent on étudie 2 ou 3 oeuvres, parfois 4. Ça peut être plus, mais ça peut vite devenir délicat si chaque oeuvre est d'un auteur différent. Et puis un mémoire de littérature en M1 c'est 100 pages maximum en général (80 pages le plus souvent, d'après ce que j'ai compris) : c'est parfois difficile d'alterner les micro-lectures et les analyses générales quand la page est vite remplie...
  • ArthurArthur Membre
    Pour mener un travail sérieux, je te conseille soit de te mettre tout de suite au russe (assimil ou autres)

    C'était ce que je voulais dire, mon message n'avait pas pour but de vous décourager. Quels que soient les réquisits du diplôme que vous préparerez (qui sont assez faibles et c'est bien compréhensible), imposez-vous assez vite l'apprentissage des langues si vous voulez poursuivre dans la discipline. Spécialement pour Dostoïevski, dont les différentes traductions françaises divergent assez sensiblement. Et bien sûr, cela vous donnera accès à toute la littérature critique russo-soviétique sur cet auteur.
  • Merci pour vos réponses !

    D'après ce que j'ai compris, le plan est de garder la maîtrise de l'anglais tout en me mettant au russe.

    Je vais faire un master de comparée mais cela ne signifie pas forcément que je vais me lancer dans une grande carrière dans cette discipline. Je m'engage au moins sur un an (je tenterai peut-être des concours de journalisme) ou sur deux ans, et après, advienne que pourra (j'en ai un peu marre de m'engager au long terme en fait. J'ai envie de faire un peu de tout dans ma vie sans faire n'importe quoi pour autant).

    Mon mémoire portera sur les "romans du crime", un sujet plutôt thématique ;)

    Bonne journée !
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.