Bonjour,

la lecture du paragraphe de ma grammaire concernant les verbes semi-déponents soulève chez moi une question.

Cette grammaire mentionne d'abord une liste de semi-déponents "réguliers", si j'ose dire, qui ont des formes actives aux temps du présent, et des formes passives aux temps du parfait, tels :

audere, audeo, ausus sum
gaudere, gaudeo, gavisus sum
etc.

Ensuite, elle indique "à l'inverse" :

reverti, revertor, reverti (v. déponent, parfait non déponent)

Seulement, lorsque je consulte le dictionnaire, je trouve 2 séries plus régulières :

revertere, -o, reverti (reversus sum)
et
reverti, -or, reversus sum

Sont-ce là des formes analogiques, créées pour faire disparaître ce semi-déponent "irrégulier" ?

Sur un plan plus général, quelle est l'origine des semi-déponents ?


Je vous remercie d'avance pour vos réponses.

Réponses

  • La Grammaire nouvelle de la langue latine de Guisard et Laizé, dans le chapitre Déponents et semi-déponents distingue en fait une troisième catégorie : les verbes qui pour un même sens présentent des formes actives employées essentiellement au perfectum, et des formes déponentes employées essentiellement à l’infectum.
    [list=*]
    [*]mereo / mereor
    adsentio /adsentior
    reverto / revertor
    placeo / placitum est
    misereo / misereor
    me miseret / me miseretur[/*]
    [/list]
    Ils réfutent l’hypothèse que ces verbes aient une ancienne valeur de moyen.
    Un spécialiste en saura sans doute plus…
  • Merci !
    Je vais consulter cette grammaire.
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.