Méthode du commentaire comparé

Bonjour,

J'aurais besoin que quelqu'un m'aide parce que j'ai échoué dans l'analyse de textes comparée et donc je voudrais savoir quelles sont les étapes fondamentales pour en faire une bonne analyse.
«1

Réponses

  • Peux-tu dire quels étaient les textes ?
    As-tu regardé les fiches de méthode du site ?
  • Jean-LucJean-Luc Modérateur
    Bonjour Assiren,

    Je suis en train de travailler sur une fiche de méthode qui devrait paraître dans quelques jours.
    Tout dépend de mes disponibilités.

    Si ton besoin n'est pas urgent, tu peux attendre la publication.
    Sinon, dis-le moi et je t'indiquerai un lien vers une méthode sommaire.
  • Ca serait fantastique. Merci. Donnez - moi le site car comme cela je peux avoir une idee mais j'attends aussi avec plaisir votre fiches.

    Thanks
  • webmestrewebmestre Administrateur
    Bonsoir,

    La fiche de Jean-Luc vient d'être publiée ici : le commentaire comparé.

    Webmestre
  • bonjour tout le monde!!! je reviens de vacances et j'avais pas d'ordinateur et j'ai un commentaire comparé à faire sur deux textes,l'un d'aloysius bertrand "le clair de lune" et l'autre de charles baudelaire "les fenêtres" mais je sais pas du tout comment faire pour un commentaire comparé.faut-il faire deux parties,une sur le premier texte et l'autre sur le deuxième?merci de m'aider
  • Bonsoir Miss-kill-addict,

    Juste au-dessus de ton message... il y a des informations qui pourraient d'aider...

    Muriel
  • bardamubardamu Membre
    je tiens avant tout à notifier que j'ai dejà préalablement lu la fiche méthode sur le commentaire et les informations sur le commentaire comparé de ce site.
    Ce que je recherche maintenant ce sont des données plus précises. J'ai en effet bientôt un devoir en classe, une dissertation, et notre professeur nous a demandé de connaître des citations de romans, poèmes, pièces de théâtre dans lesquels on peut observer et analyser l'intertextualité. Or,j'aimerais savoir si vous aviez des passages d'oeuvres particuliers a me conseiller, j'ai en effet lu le les messages de ce forum sur la réecriture, je compte donc relire les oeuvres comme Antigone de Sophocle et celui d'Anouilh, et d'autres oeuvres qui portent sur d'autres thèmes, mais je cherche plus spécifiquement les points clés dans ces oeuvres où l'on voit l'intertextualité, que ce soit parce qu'ils s'opposent ou au contraire dans un lien de continuité !
    Il faudrait que je puisse en faire un commentaire lors de mon devoir, donc je recherche véritablement des textes qui pourraient rentrer dans de nombreux sujets sur l'intertextualité et dont le commentaire que je pourrai en tirer soit riche...
    Voilà j'espere avoir été clair et relativement précis et je tiens à spécifier que je ne recherche pas une foule de références, loin de là ; ce qu'il me faudrait ce sont des extraits de textes relativement courts desquels je pourrais tirer un maximum de notions et de réflexions... je vous remercie ! bardamu
  • Pas facile de te répondre car il y en a beaucoup ! Pourrais-tu préciser ce que tu (et ton prof) entendent par "intertextualité" car le mot recouvre une vaste notion ; essaie de cerner un peu plus. Je vois bien ta demande ; mais justement le choix de réponses est vaste. Et il vaudrait mieux quelques exemples bien choisis que beaucoup plus flous
    Par exemple si on parle du mythe d'Orphée et d'Eurydice, existe-t-il une intertextualité entre la légende antique et le film de Jean Cocteau ?
  • Il existe des oeuvres qui font référence plus ou moins explicitement à d'autres oeuvres littéraires. exemple La curée de Zola : Renée et son beau-fils assistent à la représentation de Phèdre ce qui est une mises en abime de la relation incestueuse qui se tisse entre eux. Dans Sang Réservé, une nouvelle de Thomas Mann, les deux héros, un couple de jumeaux fille et garçon assiste pour la nième fois à une représentation de la Walkyrie de Wagner qui met en scène des jumeaux. Les personnages de Mann portent les mêmes prénoms que ceux de Wagner et leurs destinés sont liées puisque, comme leurs homonymes (qui sont eux des personnages de la mythologie germanique), ils entretiennent des relations explicitement incestueuses. C'est un peu difficile à expliquer mais la nouvelle est très courte et passionnante. J'ai travaillé dessus à l'occasion d'une communication en littérature comparéequi montrait comment la littérature et la musique sont liées(pour simplifier un peu).
    Les citations d'auteurs latins dans l'oeuvre de Montaigne ou de Du Bellay sont également une forme d'intertextualité.
  • bardamubardamu Membre
    avant toute chose merci pour cette réponse si rapide!Alors mon professeur entend par intertextualité,tout ce qui peut avoir trait à l'imitation,c'est-à-dire parodie,plagiat etc etc...Je sais que comme on dit "ça ratisse large",mais je n'ai pas de plus ample précisions...Je chercherais des textes,comme une comparaison entre les deux Antigone (ce n'est qu'un exemple) où une opposition ou au contraire une continuité entre les deux textes pourrait s'établir,afin de pouvoir démontrer la part d'imitation mais aussi celle de création,l'originalité de l'une par rapport à l'autre...je chercherai des textes qui pourraient m'aider à démontrer qu'imiter ne nuit pas à l'originalité d'un texte et que c'est une forme de création;des textes qui pourraient venir soutenir une argumentation de ce type,mais aussi d'autres qui viendraient au contraire souligner peut-être les limites de cette idée.C'est surtout pour ces limites,que j'éprouve les plus grosses difficultés: je peine à trouver des textes où l'originalité,la création serait absente,à mon sens d'ailleurs il n'y en a pas,mais peut-être il y a t-il des textes qui peuvent démontrer les limites de l'imitation,que vous pourriez me souligner? bref je me rends bien compte que c'est large et que je pose beaucoup de questions mais j'espere cette fois ci avoir été plus claire et rigoureuse dans mes questions...Par contre je ne peux pas répondre à votre question,je n'ai pas vu le film dont vous parlez,mais à mon sens toute oeuvre se nourrit toujours d'autres oeuvres,donc peut être il y at-il là intertextualité?
  • MurielMuriel Membre
    Bonjour Bardamu,

    Je pense que si tu penses en terme d'imitation, tu vas te fourvoyer...

    (Faire référence à un autre texte (si possible d'un auteur connu et considéré) appuie le propos, l'avalise. Ce n'est pas plagier.)


    Muriel
  • Ne pas dire alors "imiter" mais "s'inspirer de" peut-être ?
    Dans le film de Cocteau la Mort vient avec ses anges mais la modernité intervient : les anges de la mort sont des motards et la Mort (la Princesse) est en voiture ; ce sont les motards qui tuent Eurydice dans un ccident ; Eurydice revient des Enfers et pour y aller Orphée conduit par Heurtebise (chauffeur et ange de la Mort) traverse le miroir ; Orphée ramène Eurydice et la perdra à nouveau non pas en se retournant mais en la voyant dans le rétro de la voiture ; la Mort pour avoir aidé Orphée (dont on comprend implicitement qu'elle est amoureuse) est jugée par les Juges des Enfers... Le mythe est à la fois fidèle mais aussi modernisé. Deplus Cocteau y introduit ses propres mythes, celui du miroir comme une obsession. C'est en ce sens qu'il n'y a pas plagiat mais re-création
    Fiche du film
    Orphée
    1949, France, 112 min, Noir & Blanc

    « J’ai fait, dit Cocteau, un film policier qui trempe d’un côté dans le mythe, de l’autre dans le surnaturel. » En transposant dans une période contemporaine, le héros légendaire considéré comme le poète éternel, Cocteau développe autour d’Orphée les thèmes qui le touchent : la mort et par là même l’immortalité, l’amour, les miroirs et bien sûr la poésie. Une incursion mythique dans le royaume des morts au sortir duquel le cinéma est devenu cinématographe, où les trucages, inventions d’un Méliès communément senti comme le père du fantastique par opposition à Lumière, de simples effets visuels sont devenus véritable langage. Un langage poétique, donc terrifiant, pour parler d’un ailleurs, d’un hors-là, espace mythologique qui n’est pas le lieu d’une invasion du réel par l’imaginaire, mais qui naît de la pénétration de la réalité dans l’imaginaire. C’est de là, de cette pénétration que naît le fantastique propre à l’œuvre de Cocteau, un signe visible de l’invisible.
    Orphée (extrait du film)

    Orphée et Heurtebise sont auprès du corps d'Eurydice, morte après que la Princesse soit passée la tuer par jalousie, pour avoir Orphée pour elle seule.

    heurtebise
    Orphée ! Orphée ! Vous connaissez la mort !

    orphée
    Ah!... J'en parlais, j'en rêvais, je la cherchais. Je croyais la connaître. Je ne la connaissais pas.

    heurtebise, secouant Orphée
    Vous la connaissez, en personne.

    orphée, abattu
    ...en personne.

    heurtebise
    Vous êtes allé chez elle !

    orphée
    ... chez elle ?

    heurtebise
    Dans sa chambre, dans sa propre chambre.

    orphée, s'exclamant
    La princesse. Mon Dieu... Le miroir !
    Il se lève et va vers le miroir de la chambre

    heurtebise
    Je vous livre le secret des secrets. Les miroirs sont les portes par lesquelles la mort vient et va. Du reste, regardez-vous toute votre vie dans un miroir, et vous verrez la mort travailler, comme des abeilles dans une ruche de verre.

    orphée
    Et comment savez-vous toutes ces choses redoutables ?

    heurtebise
    Ne soyez pas naïf ! On n'est pas le chauffeur que je suis, sans apprendre certaines choses redoutables.

    orphée
    Heurtebise ! Il n'y a plus rien à faire !.

    heurtebise
    Si ! La rejoindre !

    orphée
    Aucun homme ne le peut ! Sauf s'il se tue.

    heurtebise
    Un poète est plus qu'un homme.

    orphée
    Mais ma femme est morte ! Morte sur son lit de mort !

    heurtebise
    C'est une forme d'elle, comme la Princesse est une des formes de la mort ! Tout cela est faux. Votre femme habite un autre monde, où je vous invite à me suivre.

    orphée, passionné
    Je la rejoindrais...aux enfers !

    heurtebise, pragmatique
    On ne vous en demande pas tant.

    Tu as aussi la transposition dans le film de Marcel Camus Orgeo Negro ; sur fond de carnaval de Rio (ce qui modernise le mythe) Eurydice est poursuivie par la Mort personnage masculin masqué ; malgré la foule et sa fuite elle n'échappe pas à son destin. Elle meurt électrocutée par un câble électrique (là aussi modernisation)
  • bardamubardamu Membre
    merci pour les références du film, ça m'a l'air très interessant et tes references Cabotine m'ont pas mal aiguilloné et merci aussi pour l'intêret que vous portez à mes questions. Je voulais demander maintenant que j'ai une idée plus précise en tête, si vous saviez où exactement Proust pastiche les Goncourt dans La Recherche, et si éventuellement vous aviez le texte. Je crois que Proust pastiche beaucoup dans La Recherche, or j'ai lu Un amour de Swann donc si vous connaissez des passages dans La Recherche où il y aurait trace d'intertextualité, et que vous pouviez me les situer je vous en serai très reconnaissant. bardamu
  • OndineOndine Membre
    Bonjour,

    en fait Proust a écrit des textes "à la manière de...." regroupés dans un livre intitulé Pastiches que tu peux trouver en poche ou en bibliothèque je pense.
  • Oui et c'est étonnament bien écrit, j'en ai lu quelques extraits. On peut les trouver en ligne. (cherche par Pastiches Proust)
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.