Grammaire du français

Pronom réfléchi

Bonjour,

Je voudrais savoir dans quels cas on parle de pronom réfléchi : tous les pronoms des verbes pronominaux sont-ils des pronoms réfléchis, ou seulement ceux pouvant être analysés comme des COD ?

Exemple : ils se parlent : se est-il un pronom réfléchi ?
il s'en va : s' est-il un pronom réfléchi ?

Merci !
«1345

Réponses

  • Il s'en va : l'action s'applique à lui-même, pronom réfléchi
    Ils se parlent : COI ils parlent À QUI ? à eux
  • Bonsoir,


    Ils se parlent : se marque l'utilisation réciproque du verbe pronominal ; ils se parlent mutuellement.

    Il se lave : utilisation réfléchie ; il se lave lui-même.

    Attention, piège ! Ils se lavent peut être, selon le contexte, plusieurs sujets qui se lavent eux-mêmes (réfléchi) ou plusieurs sujets qui se lavent mutuellement le dos (réciproque).
  • Bonjour à tous
    Les verbes pronominaux forme un group très hétérogène. Chacun a son pronom personnel conjoint de même rang que le sujet. Mais devrait-on appeler chaque pronom conjoint un pronom réfléchi ?
    Naturellement on appelle le pronom conjoint un « pronom réfléchi » pour
    Elle se lève de bonne heure. (se = COD)
    Elle se demande si le professeur va arriver. (se = COS complément d’objet seconde)
    Quand la vielle dame est seule, elle se parle souvent. (se = COI)
    parce que ces verbes pronominaux sont vraiment des verbes réfléchis.
    Pour les verbes réciproques
    Elles se sont rencontrées ce matin au parc. (se= COD)
    Elles se sont parlé tous les mardis. (se = COI)
    Appelle-t-on le pronom un pronom réfléchi ou réciproque ?
    (Pierrot11 - Pour lever une ambiguïté on peut souvent ajouter des expressions comme l’un l’autre, les uns les autres, mutuellement, réciproquement )
    Si un verbe pronominal n’est ni réfléchi ni réciproque, le pronom conjoint n’est pas analysable du point de vue grammatical.
    Le clocher se voit de loin. (usage qui a un sens passif)
    Ici le verbe se voir est un verbe pronominal mais pas un verbe réfléchi
    Les verbes uniquement pronominaux, le ‘se’ n’est pas analysable du point de vue grammatical !
    Il faut se méfier des mots.
    Je me méfie de lui
    oui, le ‘se’ donne au verbe un sens subjectif mais ce n’est pas un verbe réfléchi.
    Avec les verbe comme
    il s’agit de.
    qui a un sens tout différent du verbe « agir »
    Logiquement peut-être devrait-on les appeler « des pronoms conjoints »
    Question
    Le pronom conjoint – appelle-t-on chaque pronom conjoint « un pronom réfléchi » même si le verbe pronominal n’est pas un verbe réfléchi ?
    Merci
    Wyn
  • Bonjour

    La rubrique des verbes pronominaux est particulièrement riche en pièges concernant les accords, bien souvent parce que le vocabulaire adéquat n’est pas respecté.
    Il existe en premier les verbes ESSENTIELLEMENT pronominaux, qui ne peuvent se conjuguer que sous cette forme et s’écrivent toujours avec le pronom « se » ou «s’ » :
    je conteste les droits que nos adversaires se sont arrogés.

    Puis viennent toutes les autres formes concernant les verbes qui en dehors de leur fonction classique, peuvent prendre la forme ACCIDENTELLEMENT pronominale. Dans ce cadre on rencontre les verbes pronominaux dits « réfléchis » lorsque l’être (ou la chose) exerce une action sur lui-même :
    les amitiés se sont formées avec le temps.

    Ensuite les verbes pronominaux « réciproques » quand l’action se répercute de l’un sur l’autre ou des uns sur les autres :
    Ils se sont aperçus.
    Dans ces deux cas le pronom conjoint est appelé « pronom réfléchi » car on peut l’analyser comme COD.
    Dans les autres cas ce pronom « se » n’est pas analysable et reste tout simplement un pronom « conjoint ».

    Verbes pronominaux « passifs », lorsque le sujet subit l'action sans l'accomplir lui-même (souvent l'être ou la chose qui provoque l'action n'est pas cité). Le verbe présente une forme passive, sans intervenir activement dans le déroulement du fait :
    - Les voitures se vendent bien (le sujet "voitures" > elles font quoi ? > elles se vendent bien > mais elles ne se vendent pas elles-mêmes > elles subissent l'action de vente).

    Voici je crois quelques points essentiels portant sur le pronom des verbes pronominaux ou employés comme tels, en restant au niveau général sans rentrer dans les exceptions et les interprétations de sens.
  • Bonjour à tous.
    En cette belle journée de juillet j'étudie les verbes pronominaux, et je ne saisis l'analyse du Grévisse.
    J'ai ici: En s'imposant l'obligation de glorifier ses grands hommes, une nation se glorifie elle-même.
    Se est COD de glorifie.
    Le bien ou le mal se moissonne selon qu'on sème le bien ou le mal.
    Se est sans fonction logique.
    Est-ce parce que le bien et le mal représentent des idées abstraites? Car j'ai analysé ce pronom comme COD de moissonne.
    Merci d'avance.
  • Bonsoir Lixa,

    Lis le message d'Henry,, juste au-dessus du tien.
    Ce passage notamment :
    Dans les autres cas ce pronom « se » n’est pas analysable et reste tout simplement un pronom « conjoint ».

    Verbes pronominaux « passifs », lorsque le sujet subit l'action sans l'accomplir lui-même (souvent l'être ou la chose qui provoque l'action n'est pas cité). Le verbe présente une forme passive, sans intervenir activement dans le déroulement du fait :
    - Les voitures se vendent bien (le sujet "voitures" > elles font quoi ? > elles se vendent bien > mais elles ne se vendent pas elles-mêmes > elles subissent l'action de vente).
    Tu demandes :
    Le bien ou le mal se moissonne selon qu'on sème le bien ou le mal.
    Se est sans fonction logique.
    Est-ce parce que le bien et le mal représentent des idées abstraites? Car j'ai analysé ce pronom comme COD de moissonne.
    En transformant la phrase, on pourrait écrire : "Le bien ou le mal est moissonné par "on" (= se ?) selon qu'on sème le bien ou le mal. → "Se" est peut-être agent ? (en tout cas, il n'est pas COD).

    Muriel
  • Merci Muriel.
    Je n'avais pas saisi le sens de cette phrase et de ce fait je n'avais pas vu ce verbe comme un verbe pronominal de sens passif.
    Lixa
  • Wyn a écrit:
    Bonjour à tous

    Elles se sont parlé tous les mardis. (se = COI)

    Est-ce parce que le pronom réfléchi est COI qu'on n'accorde pas le verbe ? Ou bien là le pronom est-il réciproque ? Lorsque le pronom est réciproque est-il toujours COI ?

    Dans un manuel de grammaire pour 3ème je lis "Elle s'est lavé les cheveux" dont "S'" serait COI, quel test peut-on faire pour être sûr que le pronom soit vraiment COI ?

    merci
  • En écrivant "en mauvais français" : elle a lavé les cheveux, à qui ? à elle ... :)
  • Il n'y a pas d'autres tests que celui-là ? :/

    Il s'agit là d'un pronom réciproque et non pas réfléchi n'est-ce pas ? Peut-on en déduire que les pronoms réciproques sont tous COI ? Merci.
  • paulangpaulang Membre
    Voir ici
  • JehanJehan Modérateur
    Jeanguyjr a écrit:
    Il n'y a pas d'autres tests que celui-là ? :/

    Il s'agit là d'un pronom réciproque et non pas réfléchi n'est-ce pas ? Peut-on en déduire que les pronoms réciproques sont tous COI ? Merci.
    Elle s'est lavé les cheveux. = Elle a lavé les cheveux à elle.
    Ce "test" proposé par Floreale est pourtant fort pertinent... Que lui reproches-tu ?
    On peut aussi poser la question : Elle s'est lavé quoi ? ( > "les cheveux")
    Ce qui montre bien qu'il y a un COD placé après.
    Dans ces conditions, le s' ne peut évidemment pas être COD lui aussi : il est forcément COI (ou plus exactement COS, puisque le verbe est ici également complété par un COD).
    Pas de "pronom réciproque" ici...
    Pour qu'il y ait pronom réciproque, il faut qu'il y ait interaction entre deux ou plusieurs personnes, ce qui n'est pas le cas ici.
    Et un pronom réciproque peut tout aussi bien être COD que COI, cela dépend du verbe.

    Ils se sont rencontrés. = Chacun a rencontré l'autre; le s' est COD.
    Le participe s'accorde avec ce COD placé avant.
    Ils se sont parlé = Chacun a parlé à l'autre, le s' est COI.
    Le participe ne s'accorde jamais avec un COI.
  • Ce que je reproche à ce test, c'est qu'il peut induire en erreur sur d'autres propositions, précisément parce qu'il oblige à transformer la syntaxe de manière incorrecte.

    Merci pour ces explications.
  • Bonjour.
    Une petite question, s'il vous plait.
    Mais comme, avant que de répondre, il cherchait les mots français les plus clairs, la cantinière, piquée d’une vive curiosité, ajouta pour l’engager à parler : Le caporal Aubry et moi nous allons vous donner de bons avis pour vous conduire.

    1) Le pronom 'vous' est-il réflechi ou non ?

    2) Comment peut-on le savoir ?

    Merci, d'avance.
  • Le pronom réfléchi désigne toujours le sujet, ce qui n'est pas le cas dans cette phrase. ;)
  • Salut, Spalding.

    J'ai interprété cette phrase de Stendhal comme ceci :
    "Nous allons vous donner de bons avis pour que vous vous conduisiez bien"
    ou
    "Nous allons vous donner de bons avis pour votre bonne conduite".

    Et alors.... je ne sais pas... :/
  • Ces deux phrases sont admissibles. :)
  • Pour que ces deux phrases soient admissibles, le pronom 'vous' devrait être réflechi...

    1) Nous allons vous donner de bons avis pour vous conduire. ---> réflechi

    2) Nous avons besoin de bons avis pour vous conduire. ---> non réflechi

    C'est ce que je pense.

    Éclaire-moi un peu plus, s'il te plait.
  • Dans ces deux phrases, le "vous" en gras n'est pas un pronom réfléchi. En effet, il ne désigne pas le sujet "Nous". Dans la première phrase, le premier "vous" n'est pas sujet, mais complément d'objet indirect (COI) : "Nous allons donner à vous de bons avis pour vous conduire."

    Cela tient à la définition du pronom réfléchi, désignant toujours le sujet. Ce n'est pas moi qui l'ai inventée. Fais une recherche avec Google ou Bing...

    Par contre, le pronom "vous" serait réfléchi dans ce genre de phrases : "Nous allons vous donner de bons avis pour que vous vous conduisiez bien." En effet, ce pronom réfléchi désigne bien ici le sujet "vous" le précédant. ;)
  • lamaneurlamaneur Modérateur
    Mais comme, avant que de répondre, il cherchait les mots français les plus clairs, la cantinière, piquée d’une vive curiosité, ajouta pour l’engager à parler : Le caporal Aubry et moi nous allons vous donner de bons avis pour vous conduire.
    1) Le pronom 'vous' est-il réflechi ou non ?
    2) Comment peut-on le savoir ?
    Spalding a écrit:
    Le pronom réfléchi désigne toujours le sujet, ce qui n'est pas le cas dans cette phrase. ;)
    N'est-ce pas un peu rapide, comme réponse ?
    Je vais vous donner un bon conseil pour vous laver efficacement le matin.
    Il me semble évident que "vous" est bien réfléchi, bien qu'il ne soit pas le sujet de la phrase principale.
    J'ai interprété cette phrase de Stendhal comme ceci :
    "Nous allons vous donner de bons avis pour que vous vous conduisiez bien"
    ou
    "Nous allons vous donner de bons avis pour votre bonne conduite".
    Et alors.... je ne sais pas... :/
    Oui, c'est cela, à mon avis, sauf que tu as ajouté "bien" et "bonne" qui ne sont pas vraiment dans le texte. Il s'agit de savoir comment se conduire.

    Bien sûr, seul le contexte permet de savoir si "vous" est réfléchi ou pas, puisque, sur le strict plan de la grammaire, le "vous" de "pour vous conduire" aurait pu désigner un simple COD non réfléchi, si le reste de la phrase et du contexte avait montré que la cantinière et le caporal voulaient conduire Fabrice quelque part, ou si l'on pense que ce sont les bons avis qui vont conduire Fabrice. Cette interprétation n'est pas tout à fait impossible. La phrase est réellement ambiguë. Mais je crois quand même que ta première interprétation est la bonne.
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.