Grammaire française Participe passé

Salut,

moi c'est Eric. J'aimerais savoir quelle(s) relation(s) existe(nt) entre synonyme, antonyme,homonyme et paronyme. Si quelque fois j'ai réussi à définir certains de ces mots, du moins, je n'ai pas pu établir la ou les relations qui existe(nt) entre eux.

Je compte sur vous pour pouvoir cultiver mes faiblesses.

Réponses

  • JehanJehan Modérateur
    Bonsoir et bienvenue.

    Les termes synonyme et antonyme ne font référence qu'au sens des mots.

    Deux termes synonymes ont le même sens, ou des sens très voisins :
    grand et vaste sont des synonymes.
    Deux termes antonymes sont de sens contraire :
    grand et petit sont des antonymes.

    Les termes homonyme et paronyme ne font référence qu'à la prononciation des mots.
    Deux termes homonymes ont la même prononciation :
    pain et pin sont deux homonymes. Leur sens n'a aucun rapport.
    Deux termes paronymes ont une prononciation voisine. Leur sens n'a aucun rapport.
    percepteur et précepteur sont deux paronymes.
  • Merci Jehan de votre réponse, celà m'ouvre un peu l'esprit.
  • Bonjour.
    Jamais Mercédès n’avait connu véritablement la misère ; elle avait souvent, dans sa jeunesse, parlé elle-même de pauvreté : mais ce n’est point la même chose : besoin et nécessité sont deux synonymes entre lesquels il y a tout un monde d’intervalle.

    Lisant cette phrase, j'ai espéré que, en lisant la suite, je pourrais comprendre la différénce entre les deux synonymes 'besoin' et 'nécessité' : tout un monde d'intervalle.
    Mais j'avoue que, malgré des lectures très attentives et répétées, je n'ai pas compris.

    Une grande différénce entre deux synonymes, cela m'intérsse beaucoup ; je meurs d'envie de la savoir(connaître?).
    Veuillez m'expliquer, s'il vous plait.

    En passant, 'envie de la savoir' ou 'envie de la connaître' ?
    Lequel est mieux ?

    Merci, d'avance.

    En espérant de faciliter ma compréhension, j'ajoute une question.
    Lequel est plus immédiat ; besoin ou necessité ?
  • LaoshiLaoshi Membre
    Bonjour, Hwang,

    Je comprends ta perplexité.
    Je crois qu'il faut rapporter ce monde d'intervalle au ressenti de l'individu. (Mais je n'en suis pas sûre)
    Selon les dictionnaires, le besoin serait né d'un sentiment de manque, de privation de quelque chose qui est nécessaire à la vie organique : Besoin de manger, de dormir.
    Il est encore défini comme le sentiment de privation qui porte à désirer ce dont on croit manquer.
    Mais c'est aussi un état qui résulte de la privation du nécessaire, l'indigence, le dénuement.

    La nécessité est définie comme un terme vieilli : État de privation, de manque des biens nécessaires. (Extrême nécessité ; être réduit à la dernière nécessité.)

    Alors finalement, je ne vois pas, dans l'absolu du moins, un grande différence, sinon dans le texte précis de Dumas, une différence liée au ressenti.
    La nécessité semble pour lui plus forte que le besoin (qui relève de la subjectivité.)
    .....
    Je meurs d'envie de la connaître sonne mieux
  • La nécessité semble pour lui plus forte que le besoin (qui relève de la subjectivité.)
    Il me semble que c'est vrai pour tout le monde et même dans l'absolu.
    Le besoin est en effet un ressenti. Dans nos sociétés de repus, besoin de manger ne signifie nullement faim mais habitude, envie, pulsion. En revanche la nécessité de manger, elle ne se discute pas. C'est un acte indispensable à la vie.
    Au cours d'un jeûne, vous ressentez un besoin de manger lié à vos habitudes les deux ou trois premiers jours, et n'y songez plus ensuite (sans doute une désintoxication) jusqu'au moment ou nécessité fait loi.
    En mathématique, on dit que tel élément est nécessaire à la résolution, c'est-à-dire indispensable. On ajoute parfois "suffisant" ou "non suffisant ", qui implique dans ce second cas qu'autre chose est nécessaire. Le besoin de cet élément, lui, ne se fait sentir que pour qui veut résoudre le problème. Dans la vie, c'est pareil : la nécessité de manger n'exclut pas celle de dormir. C'est vital.

    A noter qu'aujourd'hui, on se passe de l'intervalle, et on dit tout simplement : Il y a tout un monde.
  • lamaneurlamaneur Modérateur
    Si l'on se réfère au dictionnaire de synonymes de Girard qui fut très célèbre aux XVIIIe et XIXe siècles, la différence entre le besoin et la nécessité est que le besoin semble moins pressant que la nécessité.
  • Voilà, ce qui sont les explications ; on ne peut plus claires et complètes.
    Je pense que je comprends bien.
    Donc, la nécessité est plus immédiate que le besoin ; des besoins ultimes deviendraient les nécessités.

    Grand merci, gabiana, paulang et lamaneur. :)
  • Des besoins ultimes deviendraient les nécessités.
    Bravo, c'est un excellent résumé qui me convient parfaitement.
    Ne peut-on pas dire aussi que le besoin est subjectif et la nécessité objective ?
  • LaoshiLaoshi Membre
    Pas toujours.
    Lorsque l'on dit que quelqu'un est dans le besoin, cela veut bien dire qu'il est pauvre.
  • Certes, mais la pauvreté est-elle objective ? je lis ici
    Il existe trois façons différentes de mesurer la pauvreté, mais pas de norme objective.
    A noter, le seuil de pauvreté basé sur le revenu médian (60%) est supérieur au minimum vieillesse. Des pauvres parmi les pauvres en somme !
  • Comme l’indiquent les définitions des dictionnaires, ces deux termes sont vraiment très proches, et je ne suis pas sûre que l’on puisse les différencier par des critères de plus ou moins grande intensité ou de subjectivité/objectivité (en revanche que les besoins soient ressentis différemment selon les sociétés ou les individus, cela me parait évident, mais il s’agit d’une autre question que celle de différencier deux termes).


    On parle de « besoin vital », ça me parait difficile de faire plus nécessaire.
    https://fr.wiktionary.org/wiki/besoin_vital


    Le cnrtl fait état d’une acception vieillie ou régionale de nécessité, sous laquelle elle range la phrase de Dumas, et où le terme prend effectivement un sens très fort.
    c) Vieilli ou région. État de privation, de manque des biens nécessaires. Extrême nécessité; être réduit à la dernière nécessité. Il est tombé dans la nécessité (Ac.1798-1935).Jamais Mercédès n'avait véritablement connu la misère; elle avait souvent, dans sa jeunesse, parlé elle-même de pauvreté; mais ce n'est point la même chose: besoin et nécessité sont deux synonymes entre lesquels il y a tout un monde d'intervalle (Dumas père, Monte-Cristo, t.2, 1846, p.632).Il ne pouvait l'entendre ainsi lui parler encore de loyer, de misère, de nécessité (Roy,Bonheur occas.,1945, p.288).
    [url]https://www.cnrtl.fr/definition/nécessité[/url]
  • Salut, Katioucha.

    Ton explication est précieuse et très utile pour moi.
    Merci beaucoup, Katioucha. :)
  • Salut Hwang,

    Je t'en prie, et tu me vois ravie d'avoir pu un peu t'aider :)
  • katiouchat a écrit:
    On parle de « besoin vital », ça me parait difficile de faire plus nécessaire.
    Et le "besoin vital" (deux mots) n'est il pas "nécessité" par hasard ?
  • Bonne remarque :)


    Ce qui est certain, c’est que les besoins sont graduables (cf. en psychologie la pyramide de Maslow entre autres).

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Besoin

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Pyramide_des_besoins


    Cependant, si la nécessité était par définition absolue, elle n’aurait pas besoin non plus d’être qualifiée et on ne trouverait pas des occurrences du type nécessité absolue d’un côté du continuum et nécessité accessoire de l’autre
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.