Prépa littéraire Licence lettres modernes
Capes lettres modernes

Découverte de la littérature, j'étais ébahie, impréssionnée par tout ce monde méconnus. Je me suis tout de suite décidée, je veux aller en premiere L. Mais plus le temps passe plus je m'inquiete, tous ces textes magnifiques et profonds me semblent totalement inaccéssibles. Je suis plutot une bonne élève mais je suis encore dans une classe facile. Je doute. D'après vous quels sont les qualités requises pour cette filliere ? Faut-il être particulierement douée ou clairvoyante pour s'y enguager, ce dont j'ai plutôt l'impression, et ce que je ne suis pas tellement. Pourtant ce monde est tellement attrayant, tellement merveilleux et pourtant tellement compliqué....
J'attend avec impatience vos réponses.

Réponses

  • Aimer ce qu'on fait. Quand on veut on peut. Tu aimes, tu fonces.
    :)

    ps: Qu'a t-il de si compliqué? Il n'y a de compliqué dans cet univers, que les faux littéraires. Ce sont les gens qui pensent avoir un grand savoir qui te font peur; mais saches que les vrais littéraires sont ceux qui te donnent accès à la littérature les bras ouverts... Je terminerai en beauté avec notre cher Montaigne: mieux vaut une tête bien faite que bien pleine.
  • Merci Socrate, j'y irais donc :)

    PS: je viens de lire un petit livre sur socrate, un philosophe exptionnel d'après le peu que j'ai découvert, étant donné ton pseudo je pense que tu dois le connaître un temps soit peu. J'aimerais poser une question....Pourquoi l'as-tu pour pseudo ? Bien sur il n'y a aucune obligation de réponse. Je suis juste curieuse :)

    Bubule
  • C'est un homme qui me passionne. J'aurai voulu le connaitre. C'est un sage, un vrai sage, et je suis totalement en accord avec sa philosophie: connais-toi toi même
  • Tu n'as pas de soucis à te faire. Si tu aimes tu y arriveras.
    Et puis, la première littéraire est un peu la classe poubelle où l'on place les élèves qui ne peuvent aller dans une autre session et ces élèves s'en sortent généralement bien aussi.
    Donc tu n'as vraiment pas à t'en faire. :).
  • J'avais une amie qui est maintenant en première L et qui s'en sort magnifiquement bien. Bon déjà c'est deux parents étaient professeurs de Français mais je trouvais qu'elle bénéficiait d'une certaine sensibilité que je n'ai connu qu'à elle et bien sur elle était passionnée!
  • Un seul conseil: Lire! Et encore lire!
    Bref, que du plaisir!!
  • Ceux qui ne réussissent pas en L, j'en connais pour ma part pas mal, seront sûrement ravis d'apprendre que leurs échecs les poursuivent même en "classe poubelle", et ceux qui réussissent qu'ils n'ont aucun mérite parce qu'ils n'étaient qu'avec les reliquats de S (j'ai donc enfin compris pourquoi je patauge autant en faisant autre chose, la solution était là). Quand acceptera-t-on que la littérature puisse être une filière à part entière et non la direction à prendre en cas d'échec en S ?

    Ce qui est tout de même vrai, Bubule, c'est qu'il y a évidemment possibilité de réussir. Surtout que tu m'as l'air passionnée, ce qui n'est, bien évidemment, car la réputation de classe poubelle est tenace, pas le cas de tous les L. Néanmoins, l'année dernière, dans mon lycée et ceux alentours, tous les L ont eu leur bac, même une de mes amies qui a galéré toute l'année (comme quoi c'est possible, de galérer, pas d'avoir le bac). Donc, non, la L n'est pas réservée à l'élite. On a toujours un peu d'appréhension à l'idée de faire quelque chose de nouveau, mais si tu aimes la littérature, je te promets que tu vas adorer !

    Quant aux qualités requises... Un esprit ouvert pour la philo (8 heures par semaine en Terminale, coeff 7 au bac), la philo étant une matière pas si compliquée si on la prend avec une certaine naïveté doublée de bases solides. Une grande capacité à s'intéresser à un peu tout, que ce soit pour les ouvrages très différents qu'on te fera lire ou pour l'histoire-géo. Un esprit synthétique si possible, pour pouvoir faire une bonne dissertation de philo en 4 heures et de bonnes questions de littérature en 2 heures... ou est-ce seulement une ? (ça, je trouve que c'est vraiment trop peu !) (mais je n'ai pas du tout cet esprit synthétique et ça ne m'a pas vraiment handicapée, au final). Le courage de travailler même quand tu ne parais pas du tout débordée (là encore je connais des gens qui s'en sont très bien sortis avec peu de travail... mais ils ont des facilités !). Savoir aussi se détacher un peu du scolaire, que ce soit dans les disserts, les écritures d'invention ou les commentaires... personnellement, les grandes envolées lyriques et les interprétations un poil tordues ne m'ont jamais fait de tort. Et bien sûr beaucoup d'amour pour ce que tu fais :)

    En espérant que ça te donne une bonne vue d'ensemble, et désolée si je m'offusque un peu vite de certaines réponses : l'exil en territoire scientifique me rend outrageusement patriotique envers ma terre natale :)
  • :) pas un peu dur 8 heures de philo par semaine en Terminale L ?
  • Non, c'est un vrai plaisir... quand on aime :)
  • Je pense que c'est super intéressant la philo mais 8 heures avec en plus un coefficient 7... on a intérêt de réussir.
  • un conseil: penser à l'avenir!! je parle en connaissance de cause: j'ai fait un bac un L et trois ans de prépa littéraires. Honnetement, et à mon grand regret, je ne conseille pas de suivre des études purement littéraires, à moins de vouloir être prof. Il faut penser à son orientation selon les grandes filières:

    - langues ==> je conseille l'INALCO, avec éventuellement une double formation en fonction du métier envisagé (licence tourisme par exemple)

    - sciences humaines (philo, ethno, anthropo)==> je conseille l'Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales à Paris: grandiose! attention si on ne veut pas faire de la recherche toute sa vie, il faut penser à un double cursus

    - histoire de l'art ==> je conseille l'Ecole du Louvre. Différents débouchés: commissaire priseur, attaché de conservation, conservateur (sur concours pour entrer à l'INP: seulement pour quelques élus...), guide conférencier, médiateur culturel, directeur de projets culturels et j'en passe. Là aussi je conseille une double formation: droit pour commissaire priseur, le master direction de projets culturels à Paris I ou encore l'EAC (géniale cette école!) ou le master culturel de Science Po

    - édition ==> se renseigner sur les filières à la fac et leur classement. Très bon master à Villetaneuse et à l'ESCP-EAP.

    - journalisme ==> je conseille de faire une prépa avant puis de préparer le concours des écoles de journalisme (les + côtés: Paris, Lille, Strasbourg)

    Bref tout ça pour dire qu'un bac L c'est très bien mais il faut penser à la suite, parce qu'on ne te fera pas de cadeaux. Je crois qu'il est beaucoup plus difficile de s'en sortir pour un L que pour un S (malheureusement...)
    bon courage pour la suite!
  • Ex-élève de terminale L, j'ai été ravie d'apprendre que j'etais dans une classe "poubelle"...Cela fait toujours plaisir! Surtout que ce n'est pas vrai : la filière L est tout aussi difficile que la filière S, mais de manière différente. D'ailleurs, sais-tu que les meilleurs littéraires sont souvent des ex-scientifiques?...
    Pour en revenir à ce qui t'inquiète, si tu aimes la littérature, tu réussiras en L. C'est passionant de plonger au coeur des textes, même si c'est parfois un peu ardu. Mais personnellement, plus un texte est difficile, plus j'aime l'étudier!
    Il faut quand même que tu saches que la littérature n'est qu'une partie de la filière L. Le coefficient de cette matière au bac est le même que pour l'histoire, les langues et la spécialité. Sans parler du coeff 7 de la philo! Tu dois donc être passablement bonne dans ces matières.
    Pour ce qui concerne la philo, 8h en terminale, je trouvais cela très long, mais j'ai survécu! Et aujourd'hui je reconnais que cela m'a été très utile, non seulement pour mes études de lettres, mais aussi dans la vie courante : la philo, c'est tout les jours...
    Petite précision quant aux débouchés : il y a des débouchés, et pas moins qu'en S, c'est une idée reçue qui semble un peu ridicule quant on fréquente des scientifiques. Quelques idées, que Pauline semble avoir oubliées :_ les métiers des bibliothèques (difficile, mais pas plus que l'école du Louvre)
    _ le droit ( hé oui, on y pense trop rarement )
    _ certains métiers du paramédical : beaucoup d'infirmières ont un bac L. Pense aussi à l'orthophonie, la puériculture...
    _les métiers de la documentation
    _Et si tu es vraiment passionnée par la littérature, pourquoi ne pas faire prof de français afin de transmettre ta passion?

    Je finirai par une citation de Victor Hugo : "Aimer, c'est agir." Alors...agis!
  • Edwige le terme de "classe poubelle" est peut-être à éviter ici... penses à modérer tes mots outre le fait que cela puisse être blessant c'est un manque de respect pour cette filière jugée péjorativement à mon grand regret!

    Sinon pour répondre à la question posée évidemment que c'est possible. Il te faut juste travailler c'est comme tout. Socrate à parfaitement résumé en quelques mots ce que tu devais savoir. Mais si je dois te donner un conseil c'est bien de commencer à penser ce que tu vas faire après ton bac, histoire que ton bac en poche tu ne sois pas encore en train de te demander ce que tu pourrais bien faire de cette passion et cette envie de littérature que tu as. Si tu veux faire un cursus spécial (écoles, double cursus...) il faut que tu puisses commencer à y penser et il y a certaines pré-inscriptions ou concours d'entrés qui se font durant ton année de terminale, il te faut donc connaitre les dates butoires pour ne pas "râter" ou laisser passer quelque chose qui t'interessais. Mais bon ne panique pas non plus.

    Enfin si tu veux tu peux, si jamais tu te décourage répète toi cette phrase non pas magique mais tellement vrai. Bonne chance pour la suite.
  • J'aimerais savoir quelle filière vous me conseillez pour rentrer à l'IUFM ?
    J'adore la littérature, mais je suis aussi passionnée par les maths et la physique, les options que j'ai choisies en seconde sont l'arabe et le grec. J'aime l'allemand (ma deuxième langue vivante), mais je ne suis pas véritablement intéressée par l'anglais, particulièrement à l'écrit. A quelques mois de la fin de cette année scolaire, le choix devient de plus en plus pressé mais aussi de plus en plus difficile... !
    Merci d'avance...!

    Céline
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.