Hugo, La coccinelle

Bonjour
Je voudrais faire un commentaire composé du poème La Coccinelle de Victor Hugo
La coccinelle
Elle me dit : Quelque chose
Me tourmente. Et j'aperçus
Son cou de neige, et, dessus,
Un petit insecte rose.

J'aurais dû - mais, sage ou fou,
A seize ans on est farouche,
Voir le baiser sur sa bouche
Plus que l'insecte à son cou.

On eût dit un coquillage ;
Dos rose et taché de noir.
Les fauvettes pour nous voir
Se penchaient dans le feuillage.

Sa bouche franche était là :
Je me courbai sur la belle,
Et je pris la coccinelle ;
Mais le baiser s'envola.

- Fils, apprends comme on me nomme,
Dit l'insecte du ciel bleu,
Les bêtes sont au bon Dieu,
Mais la bêtise est à l'homme.

J'ai une méthode que ma prof ma donné mais je ne vois pas comment faire.
J'ai assez bien compris le texte , et j'ai trouvé les différents thèmes ( L'amour adolescent , l’innocence ,...) mais je ne vois pas quoi faire ensuite..
Pouvez vous me donnez des conseil ?
Merci de vos réponse
«1

Réponses

  • Jean-LucJean-Luc Modérateur
    Bonsoir,

    Ce poème léger d'Hugo est une fable, un apologue.
    Tu peux organiser ton commentaire en fonction de la leçon finale.
    1 - la situation, le cadre
    2 - les personnages
    3 - la morale
  • Merci de ta réponse.
    Mais enfaîte c'est justement la moral qui me dérange , je ne l'ai pas très bien compris. Elle veut dire que la coccinelle appartient à dieu mais seul les hommes ont la bêtise
    Je ne comprend pas le sens...
  • JehanJehan Modérateur
    Ce que veut dire la coccinelle, c'est que le jeune homme est bête de n'avoir pas profité de l'occasion pour embrasser la jeune fille... d'autant plus que la jeune fille n'attendait que cela.

    Moralité : profitons des occasions de bonheur qui se présentent... Ne les laissons pas s'envoler.
  • Jean-LucJean-Luc Modérateur
    Bonjour,

    Hugo joue sur les connotations.
    Dans la langue populaire, la coccinelle est dite "bête à bon Dieu". Pour les explications il faut sans doute chercher du côté de son utilité, de sa rareté et du symbolisme des dessins...
    Bête signifie aussi stupide.
    Mais dans cet apologue, la bête n'est pas celle qu'on pense.
    Le jeune adolescent qui n'a pas écouté en lui la voix de la nature, qui ne s'est pas soumis au désir voulu par le Créateur, est stupide...
    La coccinelle, un des symboles du printemps, était une invitation à l'amour...
    Hugo nous livre une version du Carpe diem, une incitation à jouir du temps présent, un hédonisme épicurien hérité de la Renaissance.
  • JehanJehan Modérateur
    Autres appellations de la coccinelle selon le TLF : bête à Martin, vache à Dieu.

    Et, trouvée sur le Net, une légende "explicative" sans doute trop belle pour être vraie :
    L'histoire raconte qu'au Moyen-Age, un homme a été accusé d'un crime qu'il n'avait pas commis, et devait être décapité. Au moment de poser la tête sur le billot, l'homme y vit une coccinelle. Par peur de l'écraser, il prit la coccinelle et la déplaça un peu plus loin. Les juges présents observèrent ce geste et conclurent qu'un homme aussi attentionné et sensible envers de si petites bêtes ne pouvait pas être coupable de l'affreux crime dont on l'accusait. Ils décidèrent donc d'annuler la condamnation.
    Les spectateurs persuadés que le Tout-Puissant avait envoyé la coccinelle pour sauver cet innocent, lui donnèrent le nom de "Bête à Bon Dieu". Aujourd'hui, la coccinelle est connue pour porter chance et est la meilleure amie des jardiniers !
  • Merci beaucoup vos réponses m'ont beaucoup aidé, j'ai enfin réussi à finir mon commentaire
    A+
  • Bonjour, je suis en seconde et j'ai un commentaire a faire sur le poème La coccinelle de V.Hugo.
    la problématique est : montrer que ce poème est une invitation à l'amour menée sur un ton léger
    les axes de lecture sont : un poeme proche de la fable
    amour et humour
    merci de votre aide :)
    La coccinelle
    Elle me dit : Quelque chose
    Me tourmente. Et j'aperçus
    Son cou de neige, et, dessus,
    Un petit insecte rose.
    J'aurais dû - mais, sage ou fou,
    A seize ans on est farouche,
    Voir le baiser sur sa bouche
    Plus que l'insecte à son cou.
    On eût dit un coquillage ;
    Dos rose et taché de noir.
    Les fauvettes pour nous voir
    Se penchaient dans le feuillage.
    Sa bouche franche était là :
    Je me courbai sur la belle,
    Et je pris la coccinelle ;
    Mais le baiser s'envola.
    - Fils, apprends comme on me nomme,
    Dit l'insecte du ciel bleu,
    Les bêtes sont au bon Dieu,
    Mais la bêtise est à l'homme.
  • Bonjour j'ai un commentaire à faire sur ce texte, on me dit de montrer que ce poème raconte une histoire avec son décor, ses personnages et son schéma narratif pour ça c'est bon j'ai réussi mais on me demande d'expliquer comment Hugo mêle amour et humour mais j'y arrive pas :/ Pouvez vous m'aider ?
  • Jean-LucJean-Luc Modérateur
    Tu devrais lire les messages précédents.
  • Je l'ai fais une dizaine de fois au moins, mais je vois rien qui parle du "mélange" amour et humour. À moins que c'est sous mes yeux mais que je vois pas :|
  • Jean-LucJean-Luc Modérateur
    Tu as bien perçu que Victor Hugo se moque gentiment du jeune homme, un peu benêt....
    C'est là que réside l'humour.
  • AmmyAmmy Membre
    Il se moque de lui-même : il a laissé passer une occasion amoureuse par naïveté ! Il s'est plus intéressé à la coccinelle qu'à la possibilité d'embrasser la jeune fille...La bêtise de l'homme, c'est celle de tout adolescent inexpérimenté ! Il fait un jeu de mot sur le surnom de la coccinelle "la bête à bon Dieu" (bête/ bêtise, Dieu/homme)
  • sunsun Membre
    Bonjour je dojs analyser le poème la coccinelle mais cest 2 phrases me bloque je n'arrive pas a trouver leurs sens

    Voir le baiser sur la bouche
    Plus que l'insecte à son cou

    Merci
  • J'aurais dû - mais, sage ou fou,
    A seize ans on est farouche,
    Voir le baiser sur sa bouche
    Plus que l'insecte à son cou.


    Quelle sottise, ne pas saisir l'occasion d'embrasser la jeune fille !
    Regret, regard amusé sur le passé.
  • JehanJehan Modérateur
    J'aurais dû - mais, sage ou fou,
    A seize ans on est farouche,
    Voir le baiser sur sa bouche
    Plus que l'insecte à son cou.

    Le jeune homme pense qu'il a été un peu bête. Au lieu de ne faire attention qu'à la coccinelle posée sur le cou de la demoiselle, il aurait dû voir plutôt la bouche de la demoiselle (qui demandait un baiser sur la bouche).
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.