Grammaire du français

Contraint de /contraint à

Bonjour !
Existe-t-il une règle permettant de déterminer clairement s'il faut employer "de" ou "à" après "contraint" ? J'utilise les deux et les choisis selon le contexte (parfois, l'un "sonne moins bien" que l'autre), mais est-ce qu'il y a vraiment une nuance ?

Merci !

Réponses

  • JehanJehan Modérateur
    Bonsoir.

    Non, pas vraiment de nuance.
    contraindre à et contraindre de, suivis d'un infinitif, peuvent tous deux se dire.
    C'est souvent affaire d'oreille.
    Chez un même écrivain, on peut parfois trouver les deux constructions à quelques pages d'intervalle. Le Robert des Difficultés cite à ce propos deux exemples de Colette.


    Devant un substantif, on n'emploie bien sûr uniquement à :
    On l'a contraint de démissionner / à démissionner.
    Mais seulement :
    On l'a contraint à la démission.
  • Bonsoir,

    Il me semble qu'avec les verbes "contraindre", "forcer", et "obliger" devant un infinitif, la préposition à choisir dépend de l'existence d'un verbe être ou pas. S'il y a un verbe être, c'est la préposition de. Sinon, c'est à.
    Dans l'exemple de Jehan, je dirais plutôt "On l'a contraint à démissionner", mais "Il est contraint de démissionner."
  • L'usage veut en effet que forcer, obliger, contraindre se construisent avec l'infinitif précédé de à dans la langue courante, mais le participe est suivi de de s'il est pris adjectivement.
    Le général a contraint la ville à se rendre, mais Se yoyant déjà contraints de verser des sacs d'or (Maupassant) Au passif, c'est évidemment délicat! La ville fut contrainte de se rendre ou La ville fut contrainte à se rendre par le général.
  • JehanJehan Modérateur
    En ce qui concerne la construction d'obliger, le Robert des Difficultés écrit "On rencontre indifféremment les prépositions à ou de devant un infinitif." En notant toutefois que la construction avec de est souvent "plus littéraire", surtout à la voix active (et donc moins fréquente, effectivement, avec l'auxiliaire avoir ). Mais il n'énonce pas de "règle" stricte à ce sujet.

    En ce qui concerne la construction de forcer, le même Robert écrit que "ce verbe est suivi de à ou de d'une manière souvent indifférente, ou fondée sur l'euphonie."
    Tout en notant là aussi - et cela rejoint la remarque de Proyoyo - que "l'actif est plus souvent accompagné de à et le passif de de, sans qu'il y ait de différence sur le plan du sens." Mais là encore, aucune obligation ou règle stricte.

    Notons aussi qu'à la forme pronominale, en dépit de l'auxiliaire "être", c'est la préposition à qui est requise, plutôt qu'un de qui paraîtrait affecté :

    Je me suis obligé à... Je me suis forcé à... Je me suis contraint à...
  • Merci à vous pour ces précisions ! ;)
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.