145791018

Réponses

  • Bravo ! :) :)

    голод, лучший повар
    [golat, louchchiy povar]

    - Difficile de transcrire le son de la seconde voyelle de голод ; entre o et a...
    - En russe, toute voyelle sonore ayant un correspondant sourd devient sourde en position finale.

    - Tous ces mots sont au nominatif.

    Traduction littérale donnée par GuillaumeP

    Adaptation possible : "La faim assaisonne tout".
  • JehanJehan Modérateur
    Et en espéranto : Malsato plej bone gustigas la manĝon.
    C'est la faim qui donne le mieux du goût au repas.
  • Le ĝ équivaut à [dj], je crois, c'est cela ?
  • JehanJehan Modérateur
    Oui, tout à fait.
  • « Tout fait ventre et bienheureux qui avale. »
  • La palme de l'originalité ! :)
  • Bonjour,

    Est-ce qu'il existe des expressions en russe similaire à celles-ci : "Quand on couche avec des chiens on se réveille avec des puces" et "C'est l'hospice qui se moque de la charité" ?

    Un grand merci !
  • Pour le premier proverbe, c'est :
    Cпишь с собаками, проснешься с блохами.
    (Tu) dors avec des chiens, tu te réveilleras avec des puces"
  • Merci ! :)
  • Voici un proverbe, trouvé dans la Sonate à Kreutzer (Крейцерова соната) :

    Не верь лошади в поле, а жене в доме.

    C'est plus difficile, cette fois, et je ne vois pas de correspondant français.
    Un indice : c'est un proverbe plutôt anti-féministe ! :(
  • JehanJehan Modérateur
    Quelque chose comme quoi il ne faudrait pas faire davantage confiance à une femme dans une maison qu'à un cheval dans un champ... Mais ma traduction doit être très approximative !
    Pas très gentil pour ces dames, effectivement.
    Et un peu tirée par les crins de cheval, la comparaison.
  • Contresens partiel, monsieur Jehan ! :lol:
  • JehanJehan Modérateur
    Aha... Comme il n'est que partiel, y a de l'espoir... :P
    Mais les noms "cheval", "champ", "femme", "maison" sont bien corrects ?

    "Il ne faut pas se fier au cheval dans le champ, mais à sa femme dans la maison", ce serait mieux ?
  • Ou bien l'inverse si c'est tendance misogyne !! :D
  • Non, Jehan a bien corrigé. Ce proverbe est énoncé par un vieux marchand traditionaliste au terme d'une discussion passionnée sur le mariage. Pour lui, le maître ne doit pas laisser de liberté à sa femme sous peine de la voir immanquablement lui échapper ; sa place est au foyer, dans le "terem", où l'on peut s'assurer d'elle et où elle joue le rôle qui doit être le sien (ce n'est pas ce que je pense, évidemment).

    Не верь лошади в поле, а жене в доме.
    [n'ie v'èr' lochad'i f pol'è, a jien'e v dom'è]

    Ne te fie pas au cheval dans le pré, mais à la femme au foyer.

    - в se prononce [f] dans le premier cas parce qu'il précède une consonne sourde (assimilation de sonorité).
    - жена, c'est la femme mariée (au datif dans la phrase), женщина j'iench(t)china], c'est la femme célibataire ou la femme en général, par opposition à l'homme. On note dans le second la présence d'un suffixe pourvu d'une connotation péjorative (cf l'Oblomovchtchina, pour ceux qui ont lu Gontcharov, et la Khovanchtchina de Moussorgski). Curieux, non ?
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.