Les déterminants

J'ignore ou proposer ce débat.

Enseignant à l'école élémentaire, j'ai vu "débarquer" une nouvelle catégorie grammaticale: celle des déterminants.
Si j'ai bien compris, on y regroupe ce que j'ai appris comme étant: articles, adjectifs possessifs, démonstratifs et numéraux.
Or, si j'en crois "le Grand Robert", déterminer signifie:
-indiquer, délimiter avec précision.

Si cette définition du mot "déterminer" est la bonne, pourquoi exclure de la catégorie "déterminants" les adjectifs qualificatifs et les adverbes, par exemple? Car ceux-ci, après tout, déterminent autant qu'un article, par exemple, quoiqu'un autre mot et d'une façon différente.

Réponses

  • Cette terminologie nouvelle doit bien remonter à une trentaine d’années.

    Je vous énonce d’abord la liste des déterminants (je ne cite, à leur propos, que des exemples) :
    -l’article : le, un,
    -le déterminant numéral : un, deux,
    -le déterminant possessif : mon, ton,
    -le déterminant démonstratif : ce,
    -le déterminant relatif : lequel,
    -les déterminant interrogatif et exclamatif : quel,
    -le déterminant indéfini : nul, tout.

    C’est avec raison que les grammairiens ont fait la distinction entre les déterminants et les adjectifs, et, plus généralement, leur ont donné un statut particulier.

    En effet, les déterminants se distinguent, sur le plan sémantique et sur le plan syntaxique :
    - de leurs homologues adjectifs : premier, mien,
    - et de l’adjectif en général (et, comme le dites, de l’adverbe).

    1 Ils ACTUALISENT le nom en le faisant passer du plan virtuel (dictionnaire) au plan actuel, celui du discours et de la parole.

    2 SEMANTIQUEMENT, ils donnent au nom, selon le cas, une signification minimale (article), une signification de nombre, de possession, de localisation, de relation (lequel), d’interrogation, d’exclamation, de quantification / caractérisation (indéfinis).

    3 Au point de vue SYNTAXIQUE :
    - ils font partie du groupe (= syntagme) nominal (GN), dont ils sont un constituant obligatoire, le nom étant le noyau (N) de ce groupe,
    - obligatoires, ils ne peuvent pas être effacés (sinon aux dépens du sens),
    - ils précèdent le nom, ainsi que l’éventuelle épithète antéposée,
    - ils peuvent commuter avec un autre déterminant.

    Par comparaison, l’adjectif :
    - s’accorde également avec le nom et peut commuter avec un autre adjectif,
    - mais peut être effacé (sauf lorsqu’il est attribut),
    - peut être déplacé (avant ou après le nom, ou en détachement),
    - peut avoir des degrés de signification,
    - peut être employé comme nom ou comme adverbe.

    L’adjectif (qualificatif) ne détermine pas, il qualifie.
    L’adverbe ne détermine pas, il complète ou modifie le sens.

    Je pense que vous comprendrez ; dans le cas contraire, faites-moi signe et je vous donnerai volontiers des exemples.

    Cordialement vôtre,
    Edy
  • Pour les gens qui ont terminé leur éducation grammaticale en 1980, un "déterminant" est soit un article, soit un adjectif ?
  • JehanJehan Modérateur
    Un déterminant est un article, ou un adjectif non qualificatif.
    Adjectifs non qualificatifs : ce sont les adjectifs possessifs, démonstratifs, indéfinis, numéraux, interrogatifs, exclamatifs, relatifs.

    le chat - mon chat- ce chat -aucun chat - trois chats - quel chat ! - quel chat ? - lequel chat...
  • Merci, Jehan, c'est beaucoup beaucoup plus clair que le message 2.
    Mais pourquoi avoir introduit cette notion, qu'apporte-t-elle par rapport à la grammaire de 1980 ?
  • JehanJehan Modérateur
    Le message d' Edy (relis-le à tête reposée) donne quelques pistes...
    Voir aussi l'article de Wikipedia :
    https://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9terminants_et_articles_en_fran%C3%A7ais
  • Bonjour à tous,

    J'aimerais avoir certaines confirmations pour me rassurer concernant les déterminants en gras de ces phrases (tronquées de "Sindbad le marin"):

    "ce fameux voyageur qui a parcouru toutes les mers que le soleil éclaire"
    Toutes les serait un groupe déterminants exprimant une totalité, formé d'un prédéterminant indéfini toutes et d'un déterminant défini (article) les.

    "elle a d'un côté pour bornes les côtes d'Abyssinie"
    S'agit t'il bien d'un déterminant indéfini numéral ou d'un article indéfini ?

    "Le roi Mirhage [...] me demanda qui j'étais et par quelle aventure je me trouvais dans ses états."
    Ce que je lis dans la grammaire méthodique du français et sur le cnrtl m'embrouille un peu...
    Qui ne semble pas être un déterminant mais bien un pronom interrogatif mais quelle en revanche serait un déterminant interrogatif ?
  • JehanJehan Modérateur
    Bonjour.

    Oui, tu as bien analysé toutes les : groupe déterminant formé d'un prédéterminant exprimant la totalité, et d'un article défini.

    Pour le un, on peut hésiter... Mais il me semble qu' "article indéfini" suffit.
    Surtout si la phrase se prolonge par de l'autre côté.

    Oui, qui est un pronom interrogatif.
    Il ne détermine aucun nom.
    Et quelle est bien un déterminant interrogatif, déterminant le nom aventure.
  • Et si l'on avait : Le roi Mirhage […] me demanda qui Paul était et par quelle aventure il se trouvait dans ses états.
    que devient qui avec Paul au lieux de je mis pour un individu ?
  • La forme correcte serait "qui était Paul..." Qui reste un pronom interrogatif et Paul est attribut.
  • Jehan a écrit:
    Bonjour.

    Oui, tu as bien analysé toutes les : groupe déterminant formé d'un prédéterminant exprimant la totalité, et d'un article défini.

    Pour le un, on peut hésiter... Mais il me semble qu' "article indéfini" suffit.
    Surtout si la phrase se prolonge par de l'autre côté.

    Oui, qui est un pronom interrogatif.
    Il ne détermine aucun nom.
    Et quelle est bien un déterminant interrogatif, déterminant le nom aventure.

    Merci Jehan pour ces confirmations :) finalement j'avais vu juste.
    Mais la phrase ne se prolonge pas avec "de l'autre côté".
  • JehanJehan Modérateur
    Elle a d’un côté, pour bornes, les côtes d’Abyssinie, et quatre mille cinq cents lieues de longueur jusqu’aux îles de Vakvak.
    Je penche toujours pour l'article indéfini.
  • L'application des critères de différenciation entre un article et un numéral confirme qu'il s'agit, en l'espèce, d'un article (indéfini).

    Cf. Le Bon usage électronique, § 581 :
    Un est aussi numéral (§ 590) . Quand il est article, on n’insiste pas sur le nombre (par opposition à deux , etc.), mais sur le fait que la réalité est imprécise. Si l’on veut marquer explicitement qu’il s’agit du numéral, on dit un seul. — Selon la remarque de M. Wilmet ( dans Langue fr. , févr. 1983, p. 32), un numéral est nié par pas un ; un article par aucun ou nul. — L’anglais rend l’article par a , le numéral par one. Pour le latin, voir § 583, H1.

    (J'ai souligné.)
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.