Prépa littéraire Licence lettres modernes
Capes lettres modernes

Bonjour,

Je vous préviens d'avance que mon message va être un peu "looser attitude"

Donc voilà je suis passé tant bien que mal en L2 de philosophie, je ramais déjà grave en L1 (si j'avais su que c'était aussi dur franchement j'aurais jamais commencé cette maudite licence.)

Problème : je pige que dalle, il me manque trop de base.
Le seul cours ou je tire à peu près mon épingle du jeu c'est métaphysique, je participe même en cours mais dans tout le reste je suis à la masse.
Je me suis fais deux bons potes en L1 donc ça m'encourage à continuer d'aller en cours, surtout qu'on se voit en dehors et tout. Il y en a un qui est super bon et pour qui tout est facile (il a 15 de moyenne.) et il semble penser que je fais exprès, que c'est de la faineantise et de la mauvaise volonté quoi, mais des fois on a des discussions au cours des quels, j'acquiesce, je souris mais j'ai en réalité je pige presque rien à ce qu'il me raconte.
J'ai l'impression de pas faire partie de ce monde intellectuel abstrait en fait je comprend pas l'intérêt de rentrer à fond dans les détails comme ça alors que plus tard dans notre boulot on rencontrera des gens qui sauront même pas 0,5% de ce qu'on a appris. Moi je suis beaucoup plus dans la "vie pratique", j'adore bouquiner (je lis deux romans par semaine en moyenne, mais choisis par mes soins quoi.), j'adore le cinéma, j'ai vu des tonnes de films.
Mon rêve ce serait d'être dans la rédac' cinématographique ou littéraire.

Pareil le truc de la dissert là 3 parties, 3 sous parties, ça m'a fait péter un cable hier soir, je montre ma dissert à mon pote et il me dit "non non ça va pas, t'as pas fait 3 sous parties pour chaque partie, il faut que tu le fasse."
J'ai dis "non non, j'ai bossé à fond pour cette dissert, plus de 10 heures là je n'y touche plus."
et il me dit "bah t'auras pas la moyenne si tu respecte pas les conventions de la dissert' "
Résultat, je me suis énervé et j'avais envie de tout casser dans mon appart'
En plus c'est débile car quand même un mec qui écrit une critique on lui impose pas de telles contraintes.

Je sens que là je suis vraiment à bout et comme je le disais au tel à une amie hier, je vais bientôt lâcher la fac mais la question dans ces cas là c'est toujours la même "pour faire quoi?"

Est ce que les lettres modernes sont plus accessibles que la philo? (j'avais beaucoup hésité avant de m'inscrire. J'ai envie de tenter ma chance mais en même temps j'ai peur que cela se solde par un nouvel échec.)

J'hésite à faire une demande pour changer à la fin de ce semestre et passer en lettres, pensez vous (d'après ce que je vous aie dis que ça serait mieux pour moi les lettres.)

Je précise quand même que la moitié de la promo de L2 de philo est hyper démotivée.
C'est si dur de nos jours de trouver un emploi, je sais pas quoi faire vraiment, l'an dernier j'ai même songé à devenir flic tellement je trouvais ça difficile la philo, je m'étais renseigné sur les concours et tout
Cela pour vous dire à quel point je suis dans le doute.
Mots clés :
«1

Réponses

  • Pour avoir commencé un double cursus Lettres Modernes / Philosophie je peux te dire qu'il n'y a pas une filière qui est plus simple que l'autre. En lettres modernes tu pourras toujours voir des philosophes à travers la théorie littéraire, je pense notamment à Aristote, Nietzsche, Hegel, Bachelard... mais il faut être conscient que même si la conceptualisation est moins poussée en Lettres tu as davantage de matières techniques comme l'Ancien Français, la Linguistique... qui méritent un temps de travail considérable. Pour le travail des dissertations tu n'y échapperas pas, la règle des trois parties constitue un passage forcé dans les études littéraires. Maintenant, si tu préfères lire des romans je t'encourage à t'orienter vers les Lettres. Tu peux peut-être demander une équivalence et passer directement en deuxième de Lettres, je sais qu'en première année de philosophie on nous avait dit que c'était possible.
  • Oui j'adore lire des romans, j'en lis deux par semaines minimum (j'adore le surréalisme et le minimalisme, découvrir de nouveaux courants et de nouveaux auteurs, je suis asssez autodidacte.), ce qui me fait surtout suer en philo c'est la logique et des thématiques de cours à chier (désolé) comme "histoire des mathématiques" et comme je l'ai dis je manque de rigueur en dissert' mais je pense que ce sera moins pire en lettres quand même.
    Nietzsche je le connais à fond, je pourrais faire une thèse dessus je pense.
  • Tu as validé ta L1 ?
  • Spartacus a écrit:
    Nietzsche je le connais à fond, je pourrais faire une thèse dessus je pense.


    :lol:
  • Anne : Non. :D

    Allan : ça te fais rire mais pas autant que ta signature me fait rire : Bac L mention bien option art plastique!

    :lol: le mec il expose ça comme un trophée XD, franchement c'est triste.

    C'est comme si moi je mettais dans ma signature : Bac L avec le rattrapage option anglais.
  • Nietzsche: le dada des étudiants j'ai l'impression. Plus sérieusement, la rigueur est peut être moins importante en Lettres dans le raisonnement ( et encore) mais il va falloir apprendre des citations par coeur, même quand tu étudies la littérature médiévale, ce qui est plus pénible qu'apprendre du Baudelaire il faut bien le dire. Maintenant, si j'étais toi, je lirais jusqu'à la fin de l'année scolaire des romans de toutes les époques et si tu ne vois pas de problème à étudier l'Ancien français, le Français pré-classique, alors là dirige toi vers les Lettres modernes mais il ne faut pas rêver tu ne vas pas étudier André Breton pendant trois ans. Le danger est de croire qu'on étudie plus la littérature du XIX ème et du XX ème ce qui est loin d'être le cas.
  • Oui je me doute mais étudier des classiques poussiereux est moins pire à mon sens que d'étudier des formules de logiques et de faire de la philosophie analytique. Donc let's go!

    Par contre je pense repartir à zéro car je n'ai ni ma L1 ni ma L2...donc pas moyen d'équivalence. Mais bon c'est une chance de repartir à zéro. :)
  • Maintenant, je te conseille d'aller voir des cours de Littérature en auditeur libre, cela pourra te donner des pistes pour l'année prochaine.
  • Bonne idée profitendieu! Je vais faire ça! :)
  • Spartacus a écrit:

    Allan : ça te fais rire mais pas autant que ta signature me fait rire : Bac L mention bien option art plastique!

    :lol: le mec il expose ça comme un trophée XD, franchement c'est triste.

    C'est comme si moi je mettais dans ma signature : Bac L avec le rattrapage option anglais.


    Je rigolais simplement car nous aussi , on n'arrête pas de bosser sur Nietzsche. Ne t'emballes pas. Ensuite , oui c'est drôle de dire qu'en L2 , on serait capable d'écrire une thèse sur un des philosophes les plus ardus qu'il soit.
  • Bonjour,

    Je vous conseille d'arrêter les études générales qui ne semblent pas vous convenir et de chercher une voie d'études plus courte et plus professionnalisante (type BTS, ou autres écoles du même genre).

    Bien cordialement.
  • Oki Allann désolé! ;)

    Arthur : oui à voir pour un BTS, j'accepte toutes les propositions, disons que j'ai une certaine passion pour la littérature et le ciné donc les lettres me tentent bien malgré tout.
  • Peut-être Lettres Modernes Appliquées, à la Sorbonne ? Même si je ne saurais pas vous dire en quoi et à quel point ces études sont "appliquées".
  • Tu poses le problème à l'envers en cherchant vers quelle voie te réorienter ; commence par te demander ce que tu as envie de faire comme métier : enseignant, passer des concours administratifs, devenir commercial, bibliothécaire, libraire, travailler dans la communication, dans l'événementiel, gérer un cinéma, ouvrir un bar - éventuellement littéraire -, devenir éduc spé, infirmier, assistant social puis détermine ensuite la filière de manière réaliste.
  • Il faut peut-être que tu considères différemment les études et ce qui est exigé pour un diplôme, connaissances et méthodes. Tu opposes ce que tu aimes faire librement et agréablement aux études et à leurs contraintes mais le but c'est une profession. La spécialisation pour une profession exige que tu aies des connaissances de base bien plus pointues que ce que tu pourras jamais utiliser dans la vie courante et c'est parfaitement normal. Tu seras sans doute dépassé toi aussi dans le basique de la plupart des professions. Un diplôme c'est aussi une exigence de compétence en matière de méthode, c'est en quelque sorte l'épreuve figures imposées pour l'avoir. Cette contrainte est une façon d'apprendre à traiter un problème selon les règles et il faut bien connaitre les contraintes et savoir en tirer parti pour être capable ensuite de s'en libérer. C'est plus ou moins difficile suivant la personnalité et j'ai l'impression que des attitudes de dilettante dans le passé ne t'ont pas entrainé à accepter les contraintes.

    Je n'ai pas l'impression que le clivage est entre pratique et théorique mais plutôt entre la facilité et liberté des loisirs intellectuels et les dures obligations de travail et de résultats. Pour un futur employeur, il faut des preuves de compétence et un diplôme peut être un passeport presque obligatoire.

    Qui dit critique de livres ou de cinéma dit journalisme et le point de départ est de se renseigner sur cette profession. Peut-être aussi un peu plus de réflexion sur les orientations possibles
  • Varney a écrit:
    Tu poses le problème à l'envers en cherchant vers quelle voie te réorienter ; commence par te demander ce que tu as envie de faire comme métier : enseignant, passer des concours administratifs, devenir commercial, bibliothécaire, libraire, travailler dans la communication, dans l'événementiel, gérer un cinéma, ouvrir un bar - éventuellement littéraire -, devenir éduc spé, infirmier, assistant social puis détermine ensuite la filière de manière réaliste.
    +1

    Inutile de souffrir dans des études —Lettres ou philo— qui seront de plus en plus difficiles, si elles n'aboutissent pas à un métier qui vous intéresse.
  • Oui c'est vrai mais j'avais pensé que sur un plan personnelle, ce serait interessant (et c'est le cas : c'est fou les connaissances et la capacité de reflechir et de conceptualiser que j'ai acquis en un an.) Par contre ce qui me déplaît c'est que ce soit si scientifique (notamment avec la logique, qui est vraiment une matière ultra complexe et à mon sens inutile.)
    Pour moi la philosophie ça tend à apprendre la rigueur mais en vue d'une libération et en fait je pense que là c'est un peu trop "poussé" pour moi. Mais bon, je crois que c'est ça les études superieures.
    Alors on peut y prendre que ce qu'on veut, avancer à son échelle mais ça veut dire pas de dîplome au bout.
    Enfin perso je suis passé en L2 avec 9,5 de moyenne générale sur l'année (les deux semestres combinés.) ce qui n'est quand même pas si mal quand on y songe.
  • En tant que dilettante les études peuvent vite finir par demander trop d'efforts. Vu qu'il te faudra bien une profession, autant avoir un but professionnel et choisir les études qui y conduisent. Si tu n'as pas de diplôme universitaire ta libération par la philo ne pésera pas lourd dans une recherche d'emploi, tu seras au niveau bachelier avec un blanc de quelques années dans un cv. On mène les études en fonction de ses possibilités et du niveau auquel on souhaite parvenir mais surtout avec un but.
  • Non pas un blanc quand même!
    J'aurais mes certificats stipulant que j'étais inscris à la fac ainsi que mes relevés de notes d'examen qui prouvent une certaine assiduité puisque je les passe tous! Je suis loin, très loin de passer mes journées à glander! Et puis je me cultive, je vais à des conférences, très souvent au cinéma, je lis les journaux, de nombreux livres. Je suis loin d'être le gros beauf de base qui ne s'interesse à rien. J'ai 20 ans et je ne sais pas ce que je veux faire plus tard donc je fais des études qui donnent un savoir totalisant en attendant d'être fixé.
    N'empêche je sais pas comment vous faites pour savoir ce que vous voulez faire de manière si assuré.
    Perso j'en sais rien du tout, enfin comme je l'ai dis j'aimerais bien un métier en rapport avec la littérature ou le cinéma mais c'est vague, je le sais bien.
  • Spartacus, je crois que tu ne te rends pas compte des attentes des recruteurs. Pour un même job, les boîtes reçoivent des centaines de CV, et les trient pour n'en retenir que quelques uns en vue d'un entretien. Ton "blanc" sur le CV, même si tu le mets à profit pour te cultiver, tu n'auras jamais l'occasion de l'expliquer car ça va décourager les recruteurs et les empêcher de te convoquer en entretien. Tout ce qu'il verront, eux, c'est que tu auras passé des années à la fac sans obtenir de diplôme... Et franchement que tu te sois présenté aux examens, peu leur importe, il y aura pour n'importe quel job tout un tas de personnes ayant réussi leurs examens. Faire des études "en attendant", ça ne fait que renvoyer l'image d'une personne indécise qui ne sait pas s'investir. Je ne dis pas ça pour être méchante, juste pour appuyer les conseils des personnes qui te disent de trouver une carrière qui te plaise, et de suivre des études en fonction, avec tout le sérieux possible.
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.