Fiches méthode Bac de français 2021

Bonjour à tous!

Alors voilà, première dissert' de philo oblige, je galère un peu beaucoup.
L'intitulé de mon sujet est: Peut-on dire que la société est une entrave à l'épanouissement de l'Homme?.

Je pense faire le plan suivant:

I) En quoi la société est-elle une entrave?
II)En quoi la société est-elle une aide?

et pour le III), je ne sais pas si je dois faire en quoi la société n'est-elle ni une aide, ni une entrave ou en quoi la société est-elle une aide et une entrave?

Est-ce que mon plan paraît bon? Quelle est la bonne solution pour le III)?
Mots clés :

Réponses

  • Jean-LucJean-Luc Modérateur
    Bonjour,

    Ce plan ne peut pas fonctionner car il ne peut affirmer une chose et son contraire.
    En 1 il te faut choisir ta thèse : entrave ou aide en définissant préalablement ce qu'est l'épanouissement, la société (à ne pas confondre avec la communauté).
    En 2 montrer qu'il y a pourtant des avis contraires.
    En 3 il faut dépasser ou retourner les arguments de 2. Une piste est de réfléchir sur ce qu'est la vraie liberté.
  • Par exemple, si je fais I) entrave, mon grand II) ce serait que ça peut ne pas être une entrave, donc une aide

    Je comprends bien, désolée
  • Dans ta troisième partie, tu peux remettre en cause la distinction société/individu (homme) comme une distinction artificielle. Il ne s'agit peut-être que que des deux faces d'une même pièce si on définiti l'homme comme un être en relation (cf. par exemple Aristote qui en fait un être naturellement politique).

    Pour les deux premières parties, c'est bon mais pense à bien soigner ta transition (on ne peut pas passer d'une thèse à son contraire sans justification).
  • Si en transition je pose: Mais la société est-elle forcément une entrave à l'épanouissemnt de l'homme? Ne peut-elle pas aider l'homme dans cet épanouissement?

    Est-ce que cela fonctionnne?

    Pour la troisième partie, je ne comprends pas bien la distinction artificielle.
  • pEtitEpOmME a écrit:
    Si en transition je pose: Mais la société est-elle forcément une entrave à l'épanouissemnt de l'homme? Ne peut-elle pas aider l'homme dans cet épanouissement?

    Est-ce que cela fonctionnne?

    Pour la troisième partie, je ne comprends pas bien la distinction artificielle.

    Ta transition est rhétorique, il faut quand même justifier pourquoi la société n'est pas qu'une entrave avant de dire qu'elle favorise l'épanouissement de l'homme.

    Pour le III) je voulais simplement dire que se demander si la société favorise l'épanouissement de l'homme, c'est penser la société comme une entité existant à part des hommes ; la société et l'homme sont interdépendants, voire ne sont pas différents l'un de l'autre.
  • Je dois montrer que la société n'existe pas sans l'homme, que c'est l'homme qui favorise son épanouissement?

    Autre question, je suis obligée de faire des sous parties, parce que pour l'instant, je n'ai qu'une idée par partie, voire pas du tout; sans parler de ma problématique qui ne ressemble à rien.
  • pEtitEpOmME a écrit:
    Je dois montrer que la société n'existe pas sans l'homme, que c'est l'homme qui favorise son épanouissement?

    Autre question, je suis obligée de faire des sous parties, parce que pour l'instant, je n'ai qu'une idée par partie, voire pas du tout; sans parler de ma problématique qui ne ressemble à rien.

    Il faut faire des sous-parties (ou paragraphes) avec le principe : un paragraphe par argument, un argument par paragraphe.

    Thèse : La société entrave l'épanouissement de l'homme.

    Argument 1 : car l'existence sociale présuppose la limitation de mes désirs : il faut tenir compte de la nécessité du travail (qui suppose la mise entre parenthèse de la satisfaction de la pulsion)
    Argument 2 : car la présence des autres limite nécessairement ma liberté

    etc...

    Dans chaque paragraphe, tu développes ton argument et tu l'illustres ensuite avec référence ou exemple.

    Pour le III) c'est simplement montrer que la question n'a pas de sens si l'homme est naturellement social ; il n'y a pas de société sans homme et pas d'homme sans société, donc on ne peut dire que l'un favorise l'épanouissement de l'autre puisque les deux vont de pair.
  • ok merci

    Pour le grand deux, mais quelques idées sont elles bonnes?:
    la société est une aide car: - elle enlève l'animalité
    - elle enlève l'agressivité
    - elle empêche de mettre à exécution ses idées sur le champ
  • Je ne crois pas vraiment qu'on nait animal ou agressif.
  • Bonjour à tous,

    Alors voilà j'ai un petit soucis, j'ai un exemple que j'ai du mal à exploiter: (ce sont deux extraits du même texte)

    " Ce n'est que par la société que l'homme est capable de suppléer à ses déficiences et de s'élever à une égalité avec les autres créatures, voire d'acquérir une supériorité sur elles."

    Un peu plus loin: " Par la conjonction des forces, notre pouvoir est augmenté. Par la répartition des tâches, notre compétences s'accroît. Et par l'assistance mutuelle, nous sommes moins exposés à la fortune et aux accidents. C'est par ce supplément de force, de compétence et de sécurité que la société devient avantageuse."

    Alors voilà, j'aurai dit qu'ici l'auteur nous montre que la société est une aide. Mais j'aurais tout de suite contredis en disant qu'en réalité, elle rend l'homme indépendant des autres donc que c'est une entrave. Ainsi je le metttrai dans mon I).

    Est-ce que mon raisonnement est bon? S'il vous plaît...
  • pEtitEpOmME a écrit:
    Bonjour à tous,

    Alors voilà j'ai un petit soucis, j'ai un exemple que j'ai du mal à exploiter

    Ce n'est donc pas un bon exemple ... Il faut toujours aller de l'argument vers la référence ou l'exemple et pas l'inverse.

    Ton texte peut effectivement te servir à montrer que la société permet de pallier nos défauts, en particulier notre faible dotation naturelle. L'existence sociale garantit la survie (défense, mais aussi production efficace par la division du travail).

    Ton objection ne peut servir que comme transition pour renverser ta thèse : si effectivement la société permet à l'homme de s'accomplir, ne risque-t-il pas alors de s'émanciper de ce qui l'a rendu possible ? L'émergence de l'individualité, qui n'a été possible que grâce à un ordre social préalable, ne se retourne-t-il pas contre la société qui l'a vu naître ? [Possible analyse de l'émergence de l'indivdualisme contemporain et de la dissolution du lien social, voire même d'une nouvelle barbarie...]
  • Je comprends bien, donc je ne peux me sevir de cet argument que pour dire que la société est une aide, puisque la thèse inverse était avnt dans mon plan?
  • pEtitEpOmME a écrit:
    Je comprends bien, donc je ne peux me sevir de cet argument que pour dire que la société est une aide, puisque la thèse inverse était avnt dans mon plan?

    A priori, oui ...
  • ok, merci beaucoup.
    J'ai encore une question:
    dans mon I) j'ai 6-7 idées
    dans mon II), j'en 6
    dans mon III), j'en ai 2

    c'est grave ou non?

    et dans mon intro, je dois expliquer les termes dans le même où ils sont dans la questions où je peux le changer?
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.