Prépa littéraire Licence lettres modernes
Capes lettres modernes

Bonjour,

à peine les pieds posés en seconde et l'on nous demande déjà où nous les mettrons en première. J'ai répondu L provisoirement, mais ne semblerait-il pas qu'il vaille mieux prendre le temps de réfléchir?

Mon projet de métier est depuis plusieurs années l'Ethnolinguistique, s'il s'agit, comme je le pense, de la branche ethnologique de la linguistique et de la branche linguistique de l'ethnologie.
Mais cela fait qu'il y a tout de même une part de science sociale dans cette matière, alors est-ce tout de même possible de passer par L, ce qui induit l'HK A/L, et de faire des S humaines et sociales par la suite dans une ENS?

Je précise que ça ne m'ennuierait pas, loin de là, de passer par un bac ES :) .

Merci pour vos réponses qui me seront à coup sûr précieuses.
«1

Réponses

  • Oui, c'est tout à fait possible. A vrai dire, à Ulm, tu fais ce que tu veux. En revanche, tu rentrerais peut-être un tout petit peu plus vite dans le vif du sujet en faisant une HK B/L (où il y a déjà des sciences sociales), ce qui implique une TES spé maths, ou une TS, mais en contrepartie, tu ne pourras pas faire deux langues anciennes, et si tu es linguiste, je pense que tu souhaiterais le faire.

    Personnellement, je pense que ta filière importe peu; si tu arrives à rentrer à l'ENS (et je te souhaite tout le courage nécessaire), tu n'auras de toute façon que très très peu de notions en ethnologie, et guère plus en linguistique, et donc tu suivras des cours dits d'initiation.
  • Attention, viser une HK B/L nécessite un investissement certain en mathématiques au lycée (mieux vaut d'ailleurs faire une Terminale S, pour bien suivre en B/L). Donc, moins de temps à consacrer aux langues anciennes dès le lycée (et il me semble que Theophilius ne fait pas que deux langues anciennes ;) )
  • Belleslettres, le véritable problème est qu'en HK B/L il est impossible de suivre deux langues anciennes ( au niveau du lycée, qu'importe la filière : c'est possible ).

    Theophilius, il faut savoir que pour BL il faut aller en S et non en ES ( sur papier oui... dans la réalité c'est autre chose! Ou alors être vraiment excellent en spé math (obligatoire pour la HK B/L). ). Ce qui implique des sciences à haute dose, des cours d'histoire moindre et moins de temps libre pour développer ses cours. Comme beaucoup d'élèves scientifiques ( du moins dans mon cas ) : tu risque d'être confronté, petit à petit, à une aversion profonde pour les sciences...

    "Ethnolinguistique" semble une filière avec une étude des langues : pourquoi ne pas continuer tes langues anciennes et peut être - si tu en trouve le temps ! - une LV3 pour la L? Tu serais certainement mieux dans ton élément.
  • Paige a écrit:
    Belleslettres, le véritable problème est qu'en HK B/L il est impossible de suivre deux langues anciennes ( au niveau du lycée, qu'importe la filière : c'est possible ).

    Une fois à Ulm (et à l'université), il pourra en faire à nouveau et plus que deux... La véritable question est : que doit-il faire pour se donner des chances d'intégrer l'ENS (quelle prépa ?), puique c'est ce qu'il vise. Et s'il se déterminait pour une B/L, d'accord avec toi pour dire qu'il faut faire S (même si des ES option math sont parfois acceptés en B/L).
  • Je rejoins assez l'avis de Hugo. J'ai tendance à penser qu'il est d'ailleurs plus "facile" (je mets des guillemets hein) d'entrer à Ulm en ayant fait A/L que B/L (les places sont chères et, surtout, il faut vraiment avoir plusieurs cordes à son arc, et pas que pour les matières purement littéraires). Si Theophilius veut faire de la linguistique (ce que montre déjà son intérêt pour le latin, le grec, le sanskrit et compagnie), il a tout intérêt à travailler déjà ces langues au lycée puis en classe prépa en faisant une spé LC. Je doute qu'une filière ES lui donne vraiment des bases en ethnologie ; il ne me semble pas non plus que la B/L s'y consacre vraiment. Il y a vraiment des tas de choses que l'on peut découvrir et approfondir une fois à Ulm puisque les classes prépa se concentrent d'abord sur des matières très classiques.
    Mais peut-être faudrait-il que Theophilius explicite d'abord ce qu'il entend par linguistique (quelles langues et familles de langues l'intéressent par exemple).
    Enfin, je lui conseille aussi de jeter un oeil aux formations proposées dans d'autres instituts (EHESS par exemple là : http://www.ehess.fr/fileadmin/Diplome_master/2010-2011/Anthropologie_21-09-2010.pdf, EPHE, INALCO pour des langues exotiques) : l'ENS ne propose pas tout...
  • Merci pour ces réponses complètes et si rapides qui m'impressionneront toujours! J'étais anxieux à ce sujet, me voilà tranquillisé. Polo, j'avais déjà lu quelques articles à propos de l'EHESS et de l'EPHE, je vais lire ton lien et chercher les autres.

    Pour ce qui est des langues que j'étudierai, je n'en ai malheureusement pas la moindre idée, c'est pourquoi je m'apprête à lire deux courtes anthologies d'ethnologie, qui sont en fait des recueils de ce que Lévis-Strauss appelle les mythes, pour me faire une idée du point de vue civilisation.

    En ce qui concerne la prépa B/L, je ne suis pas prêt à laisser tomber deux langues anciennes pour les mathématiques. Non pas que celles-ci m'ennuient, bien au contraire, mais parce que mon niveau ne me permettrait même pas d'aller en S (encore ça, je peux le changer) et que passer une heure par semaine penché sur mon livre de maths me donne l'envie de m'allonger avec un livre de Camus, alors multiplier ce temps!

    Suite à vos conseils apaisants, je pense, peut-être ai-je tort, que je vais enchaîner la filière L à l'HK A/L et que, en parallèle, je lirai de l'ethnologie pendant au moins les années de lycée (après, on verra!)

    Merci encore!
    Paige a écrit:
    Pourquoi ne pas continuer tes langues anciennes et peut être - si tu en trouve le temps ! - une LV3 pour la L? Tu serais certainement mieux dans ton élément.

    Certainement! :)

    Le problème majeur n'est pas le temps, mais la possibilité. Par exemple, il n'est pas possible dans mon lycée, et je n'ai eu cette mauvaise surprise qu'à la rentrée, d'étudier deux langues anciennes. Je suis donc contraint d'en étudier une de plus en autodidacte, sans compter le faible niveau de la classe de grec (la LA que j'ai gardé) à cause duquel je suis contraint et forcé de travailler le grec chez moi également avec l'aide de mon ancien prof. Il semble déjà difficile de faire deux L.A au lycée (mais rien n'est impossible quand on est motivé, ma preuve : j'en fais trois, na!), alors faire une LV3 en plus risque d'être compromis. Sauf si je n'étudies qu'une L.A au lycée et réussis à prendre une LV3 en entrant en première, ce qui serait la meilleure solution.
    Dans ce cas, je pense prendre le russe, pour plusieurs raisons ;
    -il n'appartient pas à la même branche des langues indo-européennes que les langues italiques, hélléniques et indo-iranienne que j'étudies,
    -c'est une des langues utilisée pour la linguistique internationale,
    -il est enseigné dans mon lycée.

    Au fait, pourquoi on me parle à l atroisième personne sur ce fil?
  • Salut Théophilius ! :)

    J'étais en quelques sortes dans le même cas que toi, hésitant, pour m'orienter plus tard en prépa A/L et prétendre ( seulement prétendre...! ) à une ENS, entre la L et la ES, mais avec un goût moins prononcé que le tiens pour les langues. J'ai passé 1 semaine et demie en L ( à cette rentrée ) , et même si tous mes professeurs m'ont conseillé la L au vue de mon ambition, j'ai préféré largement la ES pour plusieurs raisons.
    D'une part, la filière littéraire, même si cette affirmation va en faire rugir quelques-uns, pour la plupart des lycées au moins est une filière poubelle. Tu n'auras pas un gros niveau dedans, ce qui pourrait éventuellement faire baisser la valeur de ton dossier.
    En ce qui concerne les langues, la LV1 peut être rattrapée en ES avec la spé anglais, pour ce qui est de la LV2, tu en as plus en ES qu'en L, même si le coefficient est plus fort...
    Après, je pense que ta motivation est suffisante pour obtenir quelques " dérogations ". Je peux régulièrement assister à des cours de français/philo de prépa, et pourrais certainement appliquer ces " privilèges " aux langues : Les cours de prépa sont " libres ", sous l'accord du professeur bien entendu, donc sous tes heures de trou, tu pourrais très bien aller assister à ces cours ( de langue par exemple ).
    Au niveau de ton enrichissement personnel, j'estime que l'économie est nécessaire aujourd'hui pour comprendre mieux la société. C'est pourquoi, je te conseillerais sans hésiter de favoriser la filière économique et sociale ! :)
  • Freeze a écrit:

    D'une part, la filière littéraire, même si cette affirmation va en faire rugir quelques-uns, pour la plupart des lycées au moins est une filière poubelle. Tu n'auras pas un gros niveau dedans, ce qui pourrait éventuellement faire baisser la valeur de ton dossier.

    Permets-moi de nuancer cette affirmation, Freeze : le niveau de la filière littéraire dépend beaucoup du lycée... Difficile à dire pour moi, sachant que la seule classe littéraire de mon lycée est effectivement, heu... disons désespérante, dans son ensemble, mais certains lycées, beaucoup plus littéraires, ont de bien meilleures classes de L.

    Cela dit, je pense également que la filière ES te serait plus profitable, Theophilius. Tu auras presque le même nombre d'heures de langues qu'en L, le niveau est souvent plus élevé, et surtout, l'enseignement est plus diversifié ; ce serait peut-être dommage de manquer un enseignement riche et diversifié, alors que les quelques lacunes en littérature et philosophie, d'après ce qu'on m'a dit, sont très vite comblées en prépa.

    Te voici donc avec l'avis de deux ES, donc forcément subjectifs, à toi de voir ce que tu préfères.
  • Vu la réforme en cours, le choix de la L me semble plus judicieux avec Grec en enseignement spécifique (si c'est possible) et une LV3 (Russe) en option facultative (Latin cela aurait été quand même mieux). [Il me semble qu'Hagège, par exemple, est agrégé de Lettres Classiques].

    Pour la découverte de l'ethno., il y a plus de chance d'en faire en philo. en L qu'en sciences éco et sociales en ES. En tout cas, mes ES n'ont jamais entendu parler de Lévi-Strauss, de Clastres, de Malinowski ou de Mead.
  • Effectivement, la réforme m'est complètement passée au-dessus ce coup-ci... -__- Les langues anciennes n'avaient-elles pas été plus ou moins supprimées ?

    Pour ce qui est de Lévi-Strauss, on en a parlé en SES, et je sais qu'on doit l'évoquer en philosophie, mais on ne l'étudie sûrement pas aussi profondément qu'en L.
  • L'ethnolinguistique, c'est de la linguistique beaucoup plus que de l'ethnologie (toutes les langues s'étudient à peu près de la même façon, et il y a aussi une certaine similarité entre le métier d'ethnologue et celui de philologue :)). Le mieux est donc sans doute d'intégrer en lettres classiques en effet, et éventuellement de les entretenir jusqu'à l'agrégation (de grammaire), même si les langues anciennes ne te serviront à rien ensuite. Tu suivras à Paris quelques cours à l'ENS (essentiellement de grammaire comparée indo-européenne, et aussi si tu le souhaites de linguistique cognitive - grammaire générative), quelques-uns à l'EPHE (Lemaréchal en typologie linguistique notamment, spécialiste des langues austronésiennes), quelques-uns à l'EHESS peut-être (je connais moins), mais surtout à l'Inalco (tous les enseignements seront regroupés dans un lieu unique, dans le 13e, à proximité des écoles et universités du Ve et surtout de la BNF, ce qui sera beaucoup plus pratique, à partir de la rentrée 2011).

    Le passage par une classe préparatoire et par l'Ecole normale n'est pas strictement nécessaire (c'est même dans une certaine mesure une perte de temps importante), mais c'est un plus pour l'agrégation qui peut toujours servir de sécurité (et il n'y en a pas en linguistique générale). D'autant que la plupart des enseignements dans la matière se font de toute façon à partir du niveau L3 ou master. Sinon, tu peux toujours commencer directement après le baccalauréat plusieurs cursus de langues à l'Inalco.

    Le russe est un très bon choix, c'est effectivement une langue incontournable pour la recherche (particulièrement pour l'Eurasie / le territoire de l'ex-URSS, qui est très riche du point de vue de la diversité linguistique). Si tu en as aussi l'opportunité, étudie aussi une langue plus exotique, le chinois par exemple (mais je ne suis pas sûr qu'il soit possible de suivre deux LV3, tout dépend des horaires... ou peut-être peux-tu le faire avec un an de décalage) ! ;) De toute façon, à peu près tout est bon à prendre à ce stade-là de tes études.
  • Mais Hagège est un linguiste pur, pas un ethnolinguiste. Les deux filières, via L ou ES, sont possibles et peuvent se rejoindre au niveau du domaine de recherche, donc au master.
  • Il me semble difficile de suivre un cour de plus au stade ou j'en suis, mais c'est vrai que je n'étudies qu'une part assez restreinte des langues en n'apprenant que des indo-européennes.

    Apparemment, dans mon lycée, une professeur de LC commence à organiser des cours pour les volontaires latinistes qui ne peuvent pas assister aux cours, c'est donc une assez bonne nouvelle. En ce qui concerne le grec ancien, je prends, ou du moins essaye de prendre, l'habitude de lire une ou une demie fable d'Ésope (selon la longueur) chaque soir, ça me semble bon pour le vocabulaire et le reste.

    Bon, j'ai bien pris en compte les témoignages des ES, mais L semble plus intéressant pour moi à la fois du point de vue de l'orientation, mais aussi de la sensibilité par rapport aux enseignements donnés, car cela signifie qu'à partir de l'année prochaine, 90% des cours que j'aurai seront des matières qui me passionnent!
    Cela induit, bien entendu, une HK A/L

    Merci encore pour vos réponses! Si j'avais des journées de 48heures, j'aurais aussi pris ES, mais choisir, c'est renoncer un peu.
  • Theophilius a écrit:
    mais L semble plus intéressant pour moi à la fois du point de vue de l'orientation, mais aussi de la sensibilité par rapport aux enseignements donnés, car cela signifie qu'à partir de l'année prochaine, 90% des cours que j'aurai seront des matières qui me passionnent!
    Cela induit, bien entendu, une HK A/L

    Bon choix ! ;) (mais ne te contente pas de ce que l'on t'enseigne !)
  • Bonsoir,

    j'ai relu avec attention ce fil, où l'on me demande dès les premiers messages ce que j'entends par ethnolinguistique, c'est à dire à quelle famille en particulier. Au cours de mes recherches personnelles, justement, j'ai trouvé un intérêt plus marqué pour les langues ouraliennes, au travers des cultures ougriennes notamment, mais aussi par d'autres facteurs. C'est ce qui m'a mené à une réflexion différente sur les langues vivantes et anciennes, due notamment au fait qu'il me faudra tôt ou tard apprendre le russe, dont on parlait plus haut.

    Me voilà au fait en première L (Latin, Grec, Anglais euro), comme prévu. ;) Pour commencer le russe s'offrent alors à moi trois possibilités :

    -commencer en HK, mais le problème, si j'en croie les schémas d'orientation que j'ai consultés, sera que je ne pourrai pas faire trois langues vivantes sans arrêter une LA ; je répugnerais tout de même un peu à m'arrêter une des LA au niveau Lycée, si vous voyez ce que je veux dire...

    -commencer par conséquent après HK, à l'ENS ou à l'université, selon que j'aurai réussi le concours en question ou non. Je demande pour cela un renseignement ; à quel niveau de russe sortirai-je dans l'un et l'autre cursus en ayant commencé qu'en sortant d'HK

    -redoubler ma première L, et prendre LV3 russe en ayant rattrapé les points linguistiques vus par les autres pendant l'année de seconde. Cette dernière option me permettrait de basculer en Allemand LV1, ce qui m'apporterait vraisemblablement beaucoup plus que de rester en euro ; sans vanité de ma part à propos de ma part, mais surtout dans la volonté d'acquérir plus rapidement des connaissances en cette langue. Par ailleurs, redoubler une première L ne me dérangerait pas tant les enseignements y sont passionnants.

    Maintenant que vous en savez autant que moi, vous devriez comprendre ma très forte hésitation et la possible anxiété qui pourrait en issir.
  • Redoubler ta première serait fortement réduire tes chances d'être accepté dans une prépa, étant donné que ce redoublement ne serait pas lié à des problèmes de santé. En tout cas, je te déconseille très franchement de redoubler juste pour pouvoir faire du russe en LV3 !

    Par ailleurs, s'angoisser pour si peu n'augure rien de bon pour la suite, quoi qu'il puisse en issir, comme tu dis... :rolleyes:
  • Dans un sens en prépa, tu n'auras pas le temps de garder tes langues vivantes + tes langues anciennes.... Personnellement, j'ai tenu trois semaines avec anglais / italien / latin (avancé) / grec (avancé). J'ai fini par abandonner l'anglais... Sincèrement, on te demande beaucoup en prépa. Ce n'est pas tant la difficulté mais le temps qu'il manque.

    Alors trois langues vivantes en prépa?! Tu prendras la langue vivante que tu préfère en prépa, celle où tu as les meilleures notes pour le concours de l'ENS que tu vise. A savoir, que tu ne peux pas, normalement, commencer de nouvelle langue vivante en prépa. Il y a peut-être des exceptions selon les établissements, mais ça me semble complexe puisque le but reste le concours.

    De plus, vu ton niveau, tu dois avoir 14 - 15 de moyenne générale ou pas loin non? C'est absurde de vouloir redoubler. Si tu veux apprendre le russe, tu auras tout le temps à un autre moment. Tu es un passionné, tu trouveras bien tôt ou tard un moment dans ta vie pour cela ;) .
  • Rien ne l'empêche, pendant les deux années de lycée qui lui restent, de s'initier déjà au russe. La première et la terminale ne sont pas des classes particulièrement prenantes... Avec beaucoup de motivation, il est peut-être même possible de rejoindre en terminale l'option LV3 si le niveau est déjà correct.
  • Deuxième solution, en songeant à prendre LV2 russe en hypokhâgne si le niveau le permet. Vous pouvez aussi aller directement à l'INALCO qui a des départements corrects dans ces langues.
  • D'ailleurs, tes LV1 (anglais) / LV2 (allemand) n'ont aucune incidence sur la langue vivante que tu pratiqueras en prépa.

    Si jamais tu fais du russe par plaisir, imaginons et que tu découvrir une passion pour cette dernière langue sans en faire pour autant en LV3 au lycée, tu peux très bien l'avoir en LVA et uniquement cette langue en prépa.

    Ou alors, vu que tu sembles apprécier l'allemand, tu peux arriver en prépa et prendre LVA allemand et arrêter l'anglais. [L'anglais, ne t'inquiète pas, tôt ou tard tu en referas :p ].


    D'ailleurs, en classe de terminale, une élève qui n'avait jamais fait de latin a demandé si elle pouvait en faire et le passer en épreuve facultative au bac. La professeur était réticente, mais le niveau de latin étant faible au lycée, elle a réussit avec de la motivation à atteindre un bon niveau pour le bac puisqu'elle a eu 17! Je présume que ce qui est valable en latin, est valable en LV3! Va voir la professeur de russe, et demande lui.
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.