Comment lisez-vous ?

135

Réponses

  • Lorsque je lis un livre, c'est entouré de dico, feuilles (pour noter des extraits), et surtout un marqueur fluo !
    Je sais que c'est un crime pour ceux qui aiment les bouquins.... mais justement !! Je trie mes livres sur le volet, et je les aime tellement que je note dessus, je surligne, etc.... pour pouvoir retrouver à toute heure & en temps chrono une phrase précise ou un passage.
  • Tout dépend de ce qu'on appelle lire! Je distingue personnellement :
    - la lecture "premier contact" ou "divertissement" - faite dans mon lit, en salle des profs pendant un trou ou dans la montagne auvergnate - : celle-ci s'effectue avec le livre seul, plus ou moins rapidement,
    - la lecture approfondie, qui est en fait une relecture lente, patiente, réflexive, mais toujours sans rien noter... ,
    - la lecture faite en vue d'une étude de l'oeuvre, qui s'effectue crayon en main, pour déterminer la temporalité du récit, les lieux, l'évolution des personnages, les phrases-clés, les jalons permettant d'élaborer la construction du sens, les rapports avec d'autres oeuvres, les références bibliographiques ou "savantes", etc ... travail apparemment fastidieux, mais très fructueux avec les oeuvres que j'affectionne particulièrement ou celles que je veux faire étudier à mes élèves.
    Pour cette dernière opération, j'utilise des feuilles A3 assemblées avec du scotch, qui forment un "volumen" pouvant se dérouler sur plusieurs mètres; il y a là l'influence de la culture antique, mais je trouve qu'il est bon de pouvoir parfois embrasser tout son travail d'un coup d'oeil, ce que ne permet pas le cahier...

    Tout à fait!!! Mais entourez-vous de dicos aussi pour régler la question des mot inconnus avant de passer! sinon après on oublie. Moi je griffonne beaucoup aussi dans mes livres, des idées, je souligne, je mets des mots ou phrases entre crochets... Je note dans un carnet des citations, des phrases ou des tournures qui me plaisent même quand je lis pour me divertir.
  • Dab's a écrit:
    Tout dépend de ce qu'on appelle lire! Je distingue personnellement :
    - la lecture "premier contact" ou "divertissement" - faite dans mon lit, en salle des profs pendant un trou ou dans la montagne auvergnate - : celle-ci s'effectue avec le livre seul, plus ou moins rapidement,
    - la lecture approfondie, qui est en fait une relecture lente, patiente, réflexive, mais toujours sans rien noter... ,
    - la lecture faite en vue d'une étude de l'oeuvre, qui s'effectue crayon en main, pour déterminer la temporalité du récit, les lieux, l'évolution des personnages, les phrases-clés, les jalons permettant d'élaborer la construction du sens, les rapports avec d'autres oeuvres, les références bibliographiques ou "savantes", etc ... travail apparemment fastidieux, mais très fructueux avec les oeuvres que j'affectionne particulièrement ou celles que je veux faire étudier à mes élèves.
    Pour cette dernière opération, j'utilise des feuilles A3 assemblées avec du scotch, qui forment un "volumen" pouvant se dérouler sur plusieurs mètres; il y a là l'influence de la culture antique, mais je trouve qu'il est bon de pouvoir parfois embrasser tout son travail d'un coup d'oeil, ce que ne permet pas le cahier...

    Tout à fait!!! Mais entourez-vous de dicos aussi pour régler la question des mot inconnus avant de passer! sinon après on oublie. Moi je griffonne beaucoup aussi dans mes livres, des idées, je souligne, je mets des mots ou phrases entre crochets... Je note dans un carnet des citations, des phrases ou des tournures qui me plaisent même quand je lis pour me divertir.

    Des mots inconnus de Jacques?? Pas fréquent! :)
  • Pour ma part, j'aime ritualiser voire sacraliser mes moments de lecture. Ils sont rares mais s'étendent souvent sur plusieurs heures entrecoupées de quelques pauses, brèves ou longues. Je ne lis confortablement que si j'entrevois un océan de temps et de calme. Le calme est primordial, ce qui n'est pas aisé à Paris. J'aime accompagner le livre d'une théière que je remplis parfois jusqu'à trois fois si ma séance se prolonge. Un fauteuil me recueille agréablement et optimise ainsi ce confort délectable que je me crée afin de tirer un maximum de plaisir du texte, souvent un roman.
    En ce moment, la lecture d'Apulée ne nécessite pas que je prenne beaucoup de notes, c'est un texte simple qu'une lecture rapide permet de saisir sans trop manquer de ses enjeux. Mais parfois, un crayon me permet de faire ressortir quelques moments du texte que je juge notables, particuliers, intéressants, des marques vers lesquelles je serais amené à revenir si l'intérêt de la lecture se confirme, des indications que je gribouille à la hâte, au risque de ne plus pouvoir me relire et qui sont un juste milieu entre une rupture dans le flot de la lecture et la matérialisation d'une idée menacée par sa fugacité.
    La lecture la plus outillée que j'ai pu faire jusqu'à aujourd'hui est celle de Madame Bovary, lors de la deuxième lecture. Je me suis muni de crayons, de surligneurs de couleurs diverses, chacune ayant sa fonction, de mini papier collants, eux-mêmes de multiples coupeurs, pour les mêmes raisons et qui permettent de retrouver tel moment du livre en un instant. J'ai ajouté à cela un carnet sur lequel j'ai inscrit les fulgurances inspirées par le texte.

    Plusieurs manières de lire donc, en effet, selon la nature du texte, ce que l'on souhaite en tirer, et notre disposition. Je goûte peu les critiques, auxquels il est de bon ton de substituer sa propre interprétation, au mieux je lis une préface à laquelle je préfère donner le statut de postface. Cette légèreté, je le crains, je ne devrais plus tarder à en sentir les méfaits car je vois bien que chez de nombreux correcteurs, une bonne dissertation ne peut être exempte de la vision de certains critiques en guise d'argument ou d'exemple.
  • Je lis avec mon crayon à papier à portée de main, et je souligne ou annote sur mon livre. Je lis aussi toutes les préfaces, tous les dossiers documentaires, etc. présents dans mon édition. J'achète parfois les petits manuels Profil pour compléter ma lecture... Je n'ai pas non plus encore suffisamment de culture, ni un esprit critique assez pointu pour analyser mes lectures, mais j'y travaille !
    Et il y aussi des fois où je lis, sans rien faire d'autre.
  • Moi je n'écris jamais dans mes livres. Ça me donnerait l'impression de l'abîmer.
  • Ce qui est bien (quand on le peut), c'est d'acheter d'occasion un exemplaire du livre à étudier pour pouvoir l'annoter, le second exemplaire restant intact. Mais il faut pouvoir se le permettre.
    Pour mon mémoire j'avais été obligée de détériorer mon livre, mais après coup, j'ai racheté certains des livres qui n'étaient plus vraiment lisibles - surtout quand on doit les prêter à des amis.
  • Oui, une édition ordinaire et bon marché pour le travail.
    Qui oserait annoter des livres de la pléiade ? j'ose à peine en tourner les pages.
  • Comme la Bible! Heureusement, j'ai pu annoter le Nouveau Testament qui m'avait été distribué dans la rue. Utile!
  • gabiana a écrit:
    Oui, une édition ordinaire et bon marché pour le travail.
    Qui oserait annoter des livres de la pléiade ? j'ose à peine en tourner les pages.
    :lol: Je souffre du même fétichisme, et pas seulement pour les Pléiade... J'ai été traumatisé par les traces de confitures laissées sur mes premières BD, et qui ont fait perdre toute valeur à ces quasi-incunables. :/
  • HazelgaHazelga Membre
    Bonjour ! Je relance ce topic juste pour avoir vos impressions sur la lecture en général :

    Je lis beaucoup plus qu'auparavant pour préparer ma rentrée en HK puisque j'ai terminé l'année plus tôt que prévu. Cependant, suite à la lecture notamment de Le Père Goriot de Balzac, que j'ai adoré, je me demandais simplement quel rapport dois-je accorder à la lecture...

    Je ne prends pas réellement de notes, même si j'ai parfois des idées intéressantes mais je ne sais pas s'il est nécessaire de tout noter, aussi j'ai parfois l'impression de lire mais de ne pas trouver l'essence même de ce que l'auteur voulait dire (c'est selon moi impossible, mais l'on peut toujours plus développer sa critique) ni de tout comprendre, quand je vois certaines notes de bas de page je me dis que mon niveau est encore bien médiocre ^^. J'ai l'impression également que ma lecture pourrait être plus approfondie. Quand un passage me marque, je le prends en photo et j'y reviens ensuite.

    J'ai particulièrement aimé dans ce livre le monologue de Vautrin ou encore la fin, ou le Père Goriot déblatère une vérité à propos de ses filles, enfouie au plus profond de lui même alors qu'il délire, à titre d'exemple... (Cela pose la question intéressante du fond du propos de la folie, bref ! )

    De plus, que retenez-vous en général de la lecture d'un livre? Est-il conseillé de gratter quelques lignes pour en avoir une approche gardée en mémoire?

    J'ai déjà abordé cette question avec ma professeur de français en première, où l'on parlait de la lecture rapide, enfin, où l'on lit en essayant de ressentir le livre, mais sans le décortiquer... Je trouve que les manières de s'approprier un livre sont toujours intéressantes et j'espère relancer ainsi le débat !

    En flânant sur YouTube j'ai également entrevu des ouvrages en audio : que pensez-vous de ce mode? J'avoue que mes impressions sont floues à ce sujet... (j'ai écouté 20min d'un roman...)

    Tout ça en espérant que vous trouverez mes interrogations intéressantes. Le monde littéraire est selon moi rempli de subtilités comme celle-ci :-)

    Bonne soirée à tous.
  • J'avoue que je ne suis pas à l'aise avec les livres audios, je préfère "lire dans ma tête".

    Mais bon, je connais pas mal de lecteurs expérimentés qui apprécient la lecture audio, notamment quand ils sont en déplacement.
  • 29tr29tr Membre
    Bonjour :D

    J'aimerais faire une prépa littéraire dans deux ans mais quand j'aperçois la quantité d'œuvres à lire, je m'inquiète un peu. L'origine de cette inquiétude tient dans ma vitesse de lecture : je lis très lentement ! Pour vous donner un ordre d'idée, j'ai lu hier une cinquantaine de pages du court roman Des souris et des hommes de Steinbeck... en plus de deux heures ! Pensez-vous que je me torture l'esprit pour rien et qu'une telle vitesse de lecture n'est point inquiétante, en sachant que je prends des notes, grifonne et surligne en lisant ? Aussi, auriez-vous quelques astuces pour "mieux lire" ? Je trouve qu'on ne nous enseigne pas suffisamment durant notre scolarité à bien lire ; on se contente de nous apprendre à lire.

    Par ailleurs, ça n'a rien avoir mais je me demandais comment se nommaient (si elles ont un nom) les phrases comportant un verbe de parole et introduisant la parole d'un personnage (ces phrases, (de ?) par leur récurrence dans Des souris et des hommes, m'ont interpelé). Ma bonté vous livre très généreusement quelques exemples pour que vous saisissiez bien ce dont je veux parler : "Il rétorqua avec rage...", "Avec un doux sourire, il répondit...", "... dit-il", " Avec ferveur, il ajouta...", "George intervint..." etc.
  • Il n'y a rien d'inquiétant à lire 50 pages en deux heures ; l'important est que la lecture soit attentive.
    La vitesse de lecture vient avec l'habitude. Cela dit, la vitesse n'est pas un critère de qualité.

    A ceci il faut rajouter que la vitesse de lecture - pour une lecture assimilée - est très différente selon qu'il s'agisse de poésie, de romans, de théâtre, de philosophie, d'essais...
    Et au sein d'un même genre, certains auteurs sont plus difficiles à lire que d'autres.
    Il faut enfin prendre en compte l'époque d'écriture : pour ne prendre que le français, on ne lit pas à la même vitesse et avec la même aisance selon le siècle où l'œuvre a été écrite.

    Certains ouvrages comportent des notes, parfois nombreuses et érudites, qui présentent un grand intérêt.

    Je crois que le choix de la prépa littéraire sera grandement facilité par l'amour des livres et l'intérêt porté à la littérature en général. Pour se rendre compte de cela, il faut lire beaucoup, varier les genres et les époques et ne pas se limiter aux livres « au programme ». Si la lecture reste un plaisir et procure de l'intérêt, alors le choix sera vite fait. :)


    [merci floréale pour m'avoir signalé une faute de frappe]
  • Pas de problème. :)
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.