Grammaire française Participe passé

Bonsoir !

Je livre à votre réflexion ce petit sommaire sur TOUT.
Tout pose des problèmes : il peut être adjectif (généralement épithète), déterminant (comme l’article), pronom (indéfini), adverbe ou nom (substantif). Je vais essayer de faire simple.

1 COMME ADJECTIF, il signifie TOTAL, ENTIER ; il s’accorde en genre et en nombre.
* Ma femme a couché avec TOUTE la ville. - Une si petite ville ! (Willy)
(= La ville entière.)
* Je suis contre TOUT CE qui est pour et pour TOUT CE qui est contre. (Pierre Dac)

2 COMME DÉTERMINANT, il exprime la totalité ; il s’accorde en genre et en nombre.
a) AU SINGULIER, il signifie « CHAQUE » ; pas de déterminant ;
* TOUT homme qui possède son alphabet est un écrivain qu’il ne faut pas méconnaître. (Céline)
→ TOUTE femme….

b) AU PLURIEL (avec un autre déterminant), il signifie « LES UNS ET LES AUTRES, SANS EXCEPTION ».
* TOUS LES matins, j’apporte à ma femme le café au lit. Elle n’a plus qu’à le moudre. (Coluche)
* Il commande en maître à TOUTES LES passions qu’il n’a pas. (Decourcelle)

3 COMME PRONOM, il exprime aussi la totalité ; pas de déterminant.
a) AU SINGULIER, il signifie « N’IMPORTE QUOI » ; invariable en tant que neutre.
* Le veinard est celui qui arrive à TOUT ; le malchanceux est celui à qui TOUT arrive. (Labiche)
* TOUT est dans TOUT, et réciproquement. (Capus)

b) AU PLURIEL, il signifie « TOUT LE MONDE » ; variable en genre.
* Il est impossible de plaire à TOUS ; j’ai donc décidé de ne plaire qu’à moi seul. (Karr)
→ Il est impossible de plaire à TOUTES…

4 COMME ADVERBE, il signifie « ENTIÈREMENT, TOUT À FAIT, TRÈS ».
* Il est TOUT seul. Ils sont TOUT seuls.
* Je voudrais un fromage déjà TOUT fait.
* Ce n’est pas parce qu’on est amoureux d’une fossette qu’on doit épouser la femme TOUT entière.

Remarquez :
* C’est une TOUT autre affaire. (= entièrement autre ; adverbe)
* TOUTE autre affaire aurait mieux marché. (= n’importe quelle affaire autre ; déterminant)

L’adverbe est, par principe, invariable. Mais cela se complique en ce qu’il varie comme un adjectif (par euphonie) lorsqu’il précède un adjectif FÉMININ commençant par une CONSONNE (ou un h aspiré).
* Elle est TOUTE seule.
* Elles sont TOUTES seules. (A éviter. Difficile en effet de savoir si c’est un pronom ou un adverbe : Elles sont entièrement seules ? Sans exception, elles sont seules ?)

5 COMME NOM, il signifie « LA TOTALITÉ ». Il doit avoir un déterminant. Exceptionnellement, il peut être employé au pluriel.
* Le chagrin est comme le ver solitaire : LE TOUT est de le faire sortir. (Pagnol)

COMPARAISON ENTRE TOUT ET TOUS.
1 TOUT PEUT ÊTRE :
a) soit un adjectif : * TOUT le département. (= le département entier)
b) soit un déterminant : * TOUT homme est respectable. (= n’importe quel homme)
c) soit un pronom : * TOUT peut arriver. (= n’importe quoi)
d) soit un adverbe : * Je suis resté TOUT bête. (= totalement bête)
e) soit un nom : * LE TOUT est de garder son sang-froid. (= l’essentiel, la totalité)

2 TOUS PEUT ÊTRE :
a) soit un adjectif : * TOUS les étages doivent être repeints.
A éviter parce que cela signifie « les étages entiers » et « les étages sans exception ».
b) soit un déterminant :
* TOUS LES véhicules polluent.
c) soit un pronom :
* Comment plaire à TOUS ?
Il n’est jamais un adverbe, ni un nom.

Quand vous hésitez, vous pouvez :
1 soit analyser le sens pour en déduire l’orthographe ;
2 soit remplacer le mot par le synonyme convenable pour en déduire l’orthographe.
«134

Réponses

  • webmestrewebmestre Administrateur
    Bonsoir Edy, et merci pour cet exposé qui va être bien utile à tout le monde.
  • salut
    s'il vous plaît, pouvez-vous m'expliquer la différence entre "tous" et "tout", j'ai raté la séance de se cours a cause de travail.
    j'ai fait des recherche dans l'internet et j'ai pas trouver un explication clair.
    Merci
  • webmestrewebmestre Administrateur
    Bonjour tounarouze,

    J’ai déplacé votre message dans cette discussion qui devrait vous être profitable.

    À bientôt.
  • Bonsoir, Edy et bonne année.
    Merci. La clarté est tjrs de mise....mes questions bêtes aussi. :/

    N'est-il pas vrai que "n'importe quoi" aurait plus d'un sens?

    Est-ce que ton "Elles sont toutes seules" = Elles sonts seules, toutes?
    Dans les deux cas je sens un adjectif.

    Est-ce que "Elles sont tout seules" est incorrect? (Chacune est entièrement seule).
  • EdyEdy Membre
    Bonsoir, JSC !

    Merci et bonne année à vous aussi !

    1 Pronom indéfini, N’IMPORTE QUOI se trouve dans la même classe que TOUT.
    Mais, sur le plan SÉMANTIQUE, il s’en écarte : il signifie une personne ou une chose QUELCONQUE, alors que TOUT, s’opposant à RIEN, s’applique à l’ensemble des personnes ou des choses dont il est question. En quelque sorte, le premier exprime l’indifférence et le second la totalité.

    2 ELLES SONT TOUTES SEULES.
    Comme je l’ai dit, l’énoncé est équivoque :
    - ou bien elles sont ENTIÈREMENT seules (adverbe toutes, par euphonie devant une consonne),
    - ou bien toutes SANS EXCEPTION sont seules (pronom).
    Ce pronom est un PRONOM D’INSISTANCE du pronom personnel ELLES.
    On le retrouve comme tel en cas de DÉPLACEMENT :
    → TOUTES, elles sont seules. Elles sont seules, TOUTES.
    Ce n’est pas un adjectif ; comme adjectif, tout signifie uniquement entier, complet, intégral (en latin, totus/tota/totum).

    3 ° ELLES SONT TOUT SEULES. → TOUTES
    Énoncé non grammatical : l’adverbe doit s’accorder, mais uniquement par euphonie. C’est justement cela qui génère une ambiguïté.
    En revanche, est grammatical : Chacune est entièrement seule.

    Pour illustrer davantage le propos et aussi pour nous divertir un peu, je transcris ci-dessous quelques dizaines de citations comportant (dans le désordre) les différentes valeurs de tout. (Elles sont extraites de ce que vous savez... ou ne savez pas.)

    * J’ai une mémoire admirable : j’oublie TOUT. (JULES RENARD)
    * Les pensées naissent TOUT habillées. (OSCAR WILDE)
    * Et l’humanité TOUT entière m’a paru comme un malade qui se retourne dans son lit pour dormir, qui cherche du repos et ne trouve même pas le sommeil. (ANDRÉ GIDE)
    * Si une femme a le malheur de TOUT savoir, elle a TOUT intérêt à le cacher. (JANE AUSTEN)
    * La Française trompée tuera sa rivale ; l’Italienne tuerait plutôt son amant ; l’Anglaise se contentera de rompre. Mais TOUTES se consoleront avec un autre homme. (CHARLES BOYER)
    * L'imagination est la conscience TOUT entière en tant qu'elle réalise sa liberté. (JEAN-PAUL SARTRE)
    * Ce que nous appelons rose sentirait TOUT aussi bon sous un autre nom. (SHAKESPEARE)
    * La bêtise des gens consiste à avoir une réponse à TOUT. La sagesse du roman consiste à avoir une question à TOUT. (MILAN KUNDERA)
    * J’ai toujours une citation pour TOUT ; ça économise les pensées originales. (DOROTHY SAYERS)
    * Le mariage est une si belle chose qu'il faut y penser pendant TOUTE sa vie. (TALLEYRAND)
    * Un malade finit toujours par TOUT accepter ; c’est ce qui rend les médecins si forts. (SAN-ANTONIO)
    * J’ai perdu au contact des hommes TOUTE la fraîcheur de mes névroses. (EMIL CIORAN)
    * TOUTE information différée perd son caractère d'urgence. (LOUIS MERLIN)
    * Les petites annonces contiennent TOUTE la vérité que l’on puisse trouver dans un journal. (THOMAS JEFFERSON)
    * Pour le journaliste, TOUT ce qui est probable est vrai. (HONORÉ DE BALZAC)
    * La morale est comme TOUS les régimes : elle interdit TOUT ce qui est bon. (ALFRED CAPUS)
    * Une femme en deuil qui s’avance TOUT éplorée et les cheveux dénoués, est parfois bien séduisante. (OVIDE)
    * Il faut prendre à César TOUT ce qui ne lui appartient pas. (PAUL ÉLUARD)
    * La plupart des hommes sont incapables de se former une opinion personnelle, mais le groupe social auquel ils appartiennent leur en fournit de TOUTES faites. (GUSTAVE LE BON)
    * En France, TOUT finit par des fleurs de rhétorique. (LOUIS ARAGON)
    * Les voluptueux font de la volupté avec TOUT, même avec l’ennui. (ÉTIENNE REY)
    * TOUT poème a réponse à TOUT. (JEAN CAYROL)
    * La science de gouverner est TOUTE dans l’art de dorer les pilules. (ADOLPHE THIERS)
    * On peut tromper une partie du peuple TOUT le temps et TOUT le peuple une partie du temps, mais on ne peut pas tromper TOUT le peuple TOUT le temps. (ABRAHAM LINCOLN)
    * TOUT ce qui anesthésie les masses fait l’affaire des gouvernements. (JEAN DUTOURD)
    * L'objet de la psychologie est de nous donner une idée TOUT autre des choses que nous connaissons le mieux. (PAUL VALÉRY)
    * La logique mène à TOUT, à condition d'en sortir. (ALPHONSE ALLAIS)
    * TOUTE foi nouvelle commence par une hérésie. (ROBERT ARON)
    * Ce n'est pas au pied du mur que l'on connaît le maçon, c'est TOUT en haut. (AUGUSTE DETOEUF)
    * Il arrive quelquefois qu'une femme cache à un homme TOUTE la passion qu'elle sent pour lui, pendant que, de son côté, il feint pour elle TOUTE celle qu'il ne sent pas. (JEAN DE LA BRUYÈRE)
    * Je trouve plus aisé de porter une cuirasse TOUTE sa vie qu'un pucelage. (MONTAIGNE)
    * L’ignorance fait TOUT le plaisir et TOUTE la fraîcheur des premières sensations. (ANTOINE DE RIVAROL)
    * TOUTE fille de joie, en séchant, devient prude. (VICTOR HUGO)
    * Pour un homme passionné, TOUTE femme vaut ce qu’elle lui coûte. (HONORÉ DE BALZAC)
    * Ronfler, c’est dormir TOUT haut. (JULES RENARD)
    * La quatre-chevaux mène à TOUT, à la condition d’en pouvoir sortir. (TRISTAN BERNARD)
    * S’adonner au sport national du bricolage, qui consiste essentiellement à fabriquer, avec de vieux débris et au prix d’un labeur acharné, des articles que l’on trouve TOUT neufs et à bon compte dans le commerce courant. (PIERRE DANINOS)
    * Il n'est que de vivre : on voit TOUT et le contraire de TOUT. (SAINTE-BEUVE)
    * Il y a des esprits qui vont à l'erreur par TOUTES les vérités ; il en est de plus heureux qui vont aux grandes vérités par TOUTES les erreurs. (JOSEPH JOUBERT)
    * Je pense des femmes comme Vauban des citadelles : TOUTES sont faites pour être prises ; toute la question est dans le nombre de jours de siège. (VICTOR HUGO)
    * TOUT ce que les femmes peuvent raisonnablement promettre, c'est de ne pas chercher les occasions. (GASTON DE LÉVIS)
    * Son inconduite ne laissait rien à désirer : elle donnait TOUT. (SACHA GUITRY)
    * Si j'avais mis de côté TOUT l'argent que j'ai dépensé à boire, qu'est-ce que je pourrais m'offrir comme apéritifs ! (CELMAS)
    * La gloire et le plaisir, la honte et les tourments, / TOUT doit être commun entre de vrais amants. (PIERRE CORNEILLE)
    * Ce n'est plus une ardeur dans mes veines cachée : / C'est Vénus TOUT entière à sa proie attachée. (JEAN RACINE)
    * Ne remets jamais au lendemain ce que tu peux ne pas faire du TOUT. (AMBROSE BIERCE)
    * Je ne fais rien, mais ça me prend TOUT mon temps. (JEAN CAZALET)
    * L'homme a un an de plus chaque année et la femme TOUS les trois ans seulement. (ALFRED CAPUS)
    * J’écoute résonner TOUT bas / Le glas de ma jeunesse. (PAUL-JEAN TOULET)
    * Il est plus facile d'aimer TOUTES les femmes que d'en aimer une seule. (ÉTIENNE REY)
    * Dans la crainte d'une réconciliation, il évitait TOUT sujet de dispute. (SACHA GUITRY)
    * Les jaloux sont les premiers à pardonner, TOUTES les femmes le savent. (FIODOR DOSTOÏEVSKI)
    * En Corse, l’âne porte TOUT, sauf le deuil. (JOSÉ ARTUR)
    * La Joconde sourit parce que TOUS ceux qui lui ont posé des moustaches sont morts. (ANDRÉ MALRAUX)
    * Les expressions TOUTES faites sont les plus intelligentes. (ELSA TRIOLET)
  • salut
    merci Edy, ton explication est très intéressant il ma beaucoup aidée même s'il est un peux difficile pour moi.
  • EdyEdy Membre
    Un lapsus au 1 de ma réponse à JSC, à propos de "n'importe quoi".
    ... il signifie une chose quelconque...

    En effet, quand il s'agit d'une personne, on utilise "n'importe qui".

    Si ça allait de soi, ça va encore mieux en le disant.
  • Merci, Edy.
    C'étais l'arrière-pensée à mon "plus d'un sens"; mais le n'importe quoi m'évoque aussi le "mal fait".
  • Question: l'humanité tout entière ou toute entière?
  • JehanJehan Modérateur
    Bonjour, Yéochoua.

    On écrit "l'humanité tout entière.", l'adjectif qui suit commençant par une voyelle.

    Mais il faut écrire toute si l'adjectif commence par une consonne : "toute ronde", ou par un h aspiré : "toute hérissée".
  • Saint-Ex, se tromperait-il?
    Les serpents boas avalent leur proie toute entière, sans la mâcher. Ensuite ils ne peuvent plus bouger et ils dorment pendant les six mois de leur digestion.
    Ah mais...il ne s'agit pas d'un adjectif précédé de tout(e). Hmmm

    Si je ne me trompe pas, tout est un adverbe ici.
  • Et Saint-Ex n'est pas le seul : voir Grammaire moderne des écrivains français page 110 et suivantes.

    Pour l'histoire de l'évolution de la règle :
    Tout étonnée, mais toute surprise

    La variabilité de Tout, adverbe, devant un mot féminin commençant par une consonne, constitue une singularité bien révélatrice de la résistance de l’usage, produit d’une histoire, à une « logique » grammaticale qui ne souffrirait pas d’exceptions.

    Dans l’ancienne langue, qui traitait les mots selon leur nature, Tout employé adverbialement, mais considéré dans sa « nature » d’adjectif indéfini, s’accordait ordinairement avec l’adjectif qu’il modifiait.

    À l’époque classique, cet ancien usage survit, mais se voit concurrencé par une tendance à l’invariabilité que les grammairiens s’efforcent de généraliser — non sans difficultés ni contradictions.

    Dans la première édition du Dictionnaire de l’Académie française (1694), il était dit : « En ce sens, Tout se décline lorsque l’adjectif qui le suit est féminin […] Quelques-uns cependant ne déclinent point Tout devant les adjectifs féminins qui commencent par une voyelle. » Le sentiment de l’Académie paraît donc être, à la fin du XVIIe siècle, que l’usage dominant oppose le masculin invariable tout, prononcé [tut] devant la voyelle et [tu] devant la consonne, au féminin variable toute-toutes, prononcé [tut] dans tous les cas — ce qui revient à dire que le e du féminin se fait entendre. Le problème devient alors : faut-il noter graphiquement cette marque du féminin ? Et, si oui, peut-on noter une variation de genre sans noter la variation de nombre ?

    Dans les commentaires joints aux Remarques de Vaugelas publiées par elle en 1704, l’Académie établit la règle actuelle : « Il faut dire et écrire elles furent tout étonnées […] quoiqu’on demeure d’accord qu’il faut mettre toute et toutes devant les adjectifs qui commencent par une consonne : « Cette femme est toute belle, ces étoffes sont toutes sales ».

    Cette position est confirmée dans la deuxième édition (1718) et reprise ensuite par toutes les grammaires et tous les dictionnaires. Elle représente un sage compromis entre la « bizarrerie » de l’usage et la « logique » grammaticale puisque :

    Elle pose l’invariabilité en règle ; la forme tout est étendue au féminin devant voyelle car la prononciation [tut] allant de soi, il n’est pas nécessaire de l’indiquer par -e ;
    Elle juge cependant nécessaire de conserver la marque graphique de la prononciation d’usage [tut] devant consonne ;
    Le féminin étant noté graphiquement, elle décide logiquement de noter aussi le pluriel éventuel.
    Ce compromis était sans doute assez judicieux, puisqu’il a survécu au temps, et permet de prendre en compte la survivance effective d’un usage fort ancien dans la langue parlée d’aujourd’hui. Tout au plus peut-on noter, curieusement, et chez de bons auteurs, la marque du féminin devant voyelle : Elle en est toute étonnée, mais au singulier seulement, car on sent bien qu’au pluriel, la liaison ferait comprendre Elles en sont toutes étonnées comme Toutes en sont étonnées.
    sur le site de l'Académie française
  • bonjour,

    dans la phrase:
    « Je veux montrer à mes semblables un homme dans TOUTE la vérité de la nature » Rousseau

    TOUTE = « entière »

    aussi faut-il considérer TOUTE comme un adjectif indéfini, un adjectif qualificatif, ou encore un adjectif qualificatif indéfini?
  • Adjectif qualificatif !
    Tout
    - adjectif qualificatif, il a le sens de entier : tout le village...

    - adjectif indéfini, il signifie chaque ou sert de pluriel à chaque : tout homme, toute femme... toutes les villes...
    (BOF)
  • Bonjour à tous,

    Je ne connais que "toutes celles " et "tous ceux". Je voudrais savoir si dans la grammaire, on explique " tout celui" et "toute celle " , j'ai remarqué que ces deux tournures existaient, pas très courant. Je voudrais quelques explications.

    Merci d'avance

    ex --* Il arrive quelquefois qu'une femme cache à un homme TOUTE la passion qu'elle sent pour lui, pendant que, de son côté, il feint pour elle TOUTE celle qu'il ne sent pas. (JEAN DE LA BRUYÈRE)
  • JehanJehan Modérateur
    Bonsoir.

    toute celle = celle-là tout entière.
    toutes celles = celles-là en totalité, sans en excepter une seule.

    tout celui = celui-là tout entier.
    tous ceux = ceux-là en totalité, sans en excepter un seul.
  • Génial, merci infiniment Jehan.
  • Je voudrais savoir quelle différence il y a entre "adjectif" et "déterminant" dans vos exemples : "Tous les étages doivent être repeints" et "Tous les véhicules polluent". Merci infiniment!
  • JehanJehan Modérateur
    Edy avait écrit :
    2 TOUS PEUT ÊTRE :
    a) soit un adjectif : * TOUS les étages doivent être repeints.
    A éviter parce que cela signifie « les étages entiers » et « les étages sans exception ».
    b) soit un déterminant :
    * TOUS LES véhicules polluent.

    Edy a voulu dire, je pense, que "tous les étages" est ambigu, parce qu'il semble pouvoir signifier "les étages entiers" (tous remplaçable par un adjectif qualificatif, donc véritable adjectif, comme au singulier dans tout un jour, un jour entier).
    En vérité, au pluriel, tous n'a pas ce sens de "entiers" et indique seulement la totalité du nombre : tous les étages, tous les véhicules. Tous au pluriel n'est pas un adjectif qualificatif, mais un simple déterminant à valeur quantitative.
  • Merci pour cet exposé sur la polyvalence de TOUT ainsi que pour toutes ces citations qui font TOUT à la fois sourire et réfléchir (j'ai petit faible pour celle de Malraux).
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.