Fiches méthode Bac de français 2020

1246722

Réponses

  • Turtlekiller a écrit:
    Euphémisme franchement les quelques extrait que tu as mis sont épatant surtout le dernier !
    Merci, c'est sympa ! (:
  • P75P75 Membre
    Je me suis mise dans la peau d'un Grec arrivé par hasard sur les plages de la Bétique.
    Au début, j'ai parlé de mon grand enthousiasme en arrivant dans cette contrée où les gens n'ont pas de vices, sont simples et vivent heureux en harmonie avec la nature dans une province bénie des Dieux.
    Puis j'ai remarqué quelques "problèmes" dans cette société en apparence utopique...
    J'ai développé l'idée que l'Art est la base de la civilisation et la nourriture de l'âme, que les habitants de la Bétique se contentent de satisfaire les besoins de leur corps sans chercher à nourrir leur esprit, tout en m'appuyant sur une idée d’un livre de philosophie que j'ai lu (idée de la fascination de l’Homme pour la beauté et pour l’Art).
    J'ai dit également que les habitants de la Bétique ne cultivent pas leurs dons et leurs richesses, et aussi qu'ils sont incapables d'assurer leur propre sécurité (incapables de résister si des ennemis les envahissent, impuissants face à une épidémie puisqu'ils n'ont que très peu de connaissances en médecine, impuissants également face aux Eléments).
    Je me suis également appuyée sur la question philosophique "Réfléchir peut-il nous rendre heureux?"
    Au final, j'ai comparé les habitants de la Bétique à leurs troupeaux de moutons: ils ne se différencient pas les uns des autres, ne cultivent pas leur esprit et vivent presque comme des animaux, satisfaisant tout simplement leurs besoins primaires et naturels sans rechercher la grandeur de l'âme.

    comme c'était un discours, je me suis aussi inspirée d'orateurs comme Cicéron, en posant pas mal de questions rhétoriques...
  • Pas mal du tout. ;)
  • P75 a écrit:
    comme c'était un discours, je me suis aussi inspirée d'orateurs comme Cicéron, en posant pas mal de questions rhétoriques...
    Parfait, donc toi aussi tu as pensé aux orateurs antiques. Pour moi, faisant du grec, j'ai plutôt pris les procédés hellènes.
  • P75 a écrit:
    Je me suis mise dans la peau d'un Grec arrivé par hasard sur les plages de la Bétique.
    Au début, j'ai parlé de mon grand enthousiasme en arrivant dans cette contrée où les gens n'ont pas de vices, sont simples et vivent heureux en harmonie avec la nature dans une province bénie des Dieux.
    Puis j'ai remarqué quelques "problèmes" dans cette société en apparence utopique...
    J'ai développé l'idée que l'Art est la base de la civilisation et la nourriture de l'âme, que les habitants de la Bétique se contentent de satisfaire les besoins de leur corps sans chercher à nourrir leur esprit, tout en m'appuyant sur une idée d’un livre de philosophie que j'ai lu (idée de la fascination de l’Homme pour la beauté et pour l’Art).
    J'ai dit également que les habitants de la Bétique ne cultivent pas leurs dons et leurs richesses, et aussi qu'ils sont incapables d'assurer leur propre sécurité (incapables de résister si des ennemis les envahissent, impuissants face à une épidémie puisqu'ils n'ont que très peu de connaissances en médecine, impuissants également face aux Eléments).
    Je me suis également appuyée sur la question philosophique "Réfléchir peut-il nous rendre heureux?"
    Au final, j'ai comparé les habitants de la Bétique à leurs troupeaux de moutons: ils ne se différencient pas les uns des autres, ne cultivent pas leur esprit et vivent presque comme des animaux, satisfaisant tout simplement leurs besoins primaires et naturels sans rechercher la grandeur de l'âme.

    comme c'était un discours, je me suis aussi inspirée d'orateurs comme Cicéron, en posant pas mal de questions rhétoriques...
    Des bonnes idées, c'est plutôt bien trouver. J'ai aussi placer beaucoup de questions rhétoriques ! Tu peux nous en écrire un extrait si tu a encore ton brouillon ?
  • l'inconvénient en sujet d'invention c'est sa liberté : vous pouvez parler de tout comme de rien mais votre style doit plaire et doit respecter des contraintes comme par exemples dan le cas d'aujourd'hui
    il fallait mettre des " " au début et a la fin et aussi faire genre qu'on s'adressait à la foule en dissant des trucs comme "mes amis","et bien alors" comme si que vous parle a l'orale cette liberté qui caractérise le sujet d'invention est très paradoxale car c'est a la fois l'épreuve la plus dur la plus severement corrige et la plus attrayante vous pouvez meme parler de coupe du monde temps c'est bien ecrit en somme tout le monde a juste et a la fois faux et puis faut travailler l'orale c'est hyper important aussi
  • Moi j'ai oublié les guillemets... Mais bon, on m'enlèvera pas quatre points pour ça... =(
  • Non mais moi aussi je n'ai pas mis les guillemets, et à mon bac blanc j'ai pris invention, j'avais aussi un discours à faire, je n'ai pas mis les guillemets et on ne m'a rien reproché .
  • GarretGarret Membre
    Pareil pour les guillements Damned ! Qui a une idée de leur importance dans la notation ?
    Dans la mesure où le texte n'est QUE discours, ça m'a pas semblé indispensable.
  • P75P75 Membre
    Mes chers amis,

    Quand le hasard des courants marins de Poséidon ont amené ma trirème vers vos rivages blancs, j'ai d'abord songé que la Destinée m'avait conduit aux Enfers jusqu'aux Champs Elysées, avant de réaliser que ce paradis était bel et bien terrestre. J'ai été enchanté par cette douce province bénie des les Dieux, par les chants allègres des femmes nues jouant dans l'écume blanche, par la beauté virginale des jeunes filles innocentes et légères telles de petites colombes, par les prés verdoyants où courent quelques agneaux égarés... Vous vivez, tels ces agneaux, sans vices et sans malheurs, au gré des Eléments et de la volonté divine.

    C'est tout ce que j'ai sur mon brouillon...
  • Bonjour à toutes et à tous, et bien moi je vais peut être vous étonner, mais je suis partie de l'idée que j'étais déçue de quitter ce pays, les miens me manquent donc je vais les rejoindre mais je suis doublement déçue, déçue de partir de la Bétique et déçue car je sais que dans mon monde les valeurs de la Bétique ne seront pas entendues. J'ai du sortir une phrase du genre qu'à leur contact, j'avais compris que le plus n'était pas un luxe, mais plutot une luxure qui assouvissait l'homme à ses plus bas instincts. Bref j'ai basé tout mon discours sur la notion de bien et de mal, sur notre vision de la notion de bien et de mal, sur notre attachement à la matérialité et le fait que de s'en détacher nous amène à notre intériorité pour nous ouvrir aux autres.
    Vlà comme je suis utopique au fond de mon coeur, :lol: , maintenant que j'ai pondu mes trois pages, je suis en panique d'être complètement à coté de la plaque!!!
  • trinity84550 a écrit:
    Bonjour à toutes et à tous, et bien moi je vais peut être vous étonner, mais je suis partie de l'idée que j'étais déçue de quitter ce pays, les miens me manquent donc je vais les rejoindre mais je suis doublement déçue, déçue de partir de la Bétique et déçue car je sais que dans mon monde les valeurs de la Bétique ne seront pas entendues. J'ai du sortir une phrase du genre qu'à leur contact, j'avais compris que le plus n'était pas un luxe, mais plutot une luxure qui assouvissait l'homme à ses plus bas instincts. Bref j'ai basé tout mon discours sur la notion de bien et de mal, sur notre vision de la notion de bien et de mal, sur notre attachement à la matérialité et le fait que de s'en détacher nous amène à notre intériorité pour nous ouvrir aux autres.
    Vlà comme je suis utopique au fond de mon coeur, :lol: , maintenant que j'ai pondu mes trois pages, je suis en panique d'être complètement à coté de la plaque!!!
    La je sais pas, le sujet etait : Déçu, vous décidez de quittez la Bétique. Donc dans la construction de la phrase tu quitte la Bétique car tu es Déçu, déçu est la cause, quitter la Bétique est une conséquence. Après peut être que je me trompe je suis pas prof =D

    P75 l'expression est plutot pas mal, j'aime bien.
  • Malheureusement , je pense comme Turtlekiller :/ .
  • A ce que je vois , cette année l'écriture d'invention est encore l'exo le plus prit !
  • CaCa Membre
    Bonjour, alors moi j'ai pris l'écrit d'invention, comme je l'avais fait au brouillon, je l'ai encore, voilà:
    (pouvez vous me dire ce que vous en pensez?)

    Habitants de Bétique,

    Le temps est venu pour moi de quitter un monde qui n'est décidément pas le mien.

    Je ne suis pourtant indifférent au paysage extraordinaire et fertile qu'est le votre, au délice de perdre mes yeux dans cet halo de beauté et de terres généreuses, dans cet immensité d'un ciel toujours clément dont les yeux posent sur vous un œil appréciateur. Je ne dénigre pas la grâce des courbes de vos montagnes, et me perds plutôt dans un paysage des rêves les plus fous,ou la mère nature,l'ivresse étonnante des parfums champêtres, les fleurs chatoyantes créent un camaïeu harmonieux de couleurs tendres qui éveille et flatte les sens.
    Néanmoins habitants, ce monde n'est pas le mien. Bien sur, on m'a conté vos délices, vos vertus et vos valeurs pures et j'ai voulu voir de mes propres yeux le peuple magnifique dont on me faisait l'éloge! Je pensais élargir mon esprit, découvrir un nouveau monde. J'ai observé vos techniques, écouté vos paroles qui condamnaient une société vile et corrompue. Certes, la mère nourricière et généreuse qu'est la nature vous fournit-elle les besoins essentiels, mais peuple de Bétique, l'homme a évolué et le bon sauvage n'est plus de mise!La modernité et le progrès constituent l'être profond de l'humain , le définissent. Certes, le mal et la corruption existent mais la civilisation et l'évolution permettent à l'homme de se construire, de se surprendre et de voir d'un œil ravie le monde qui se dessine sous ses yeux! Depuis des siècles , les hommes s'essayent à faire évoluer la planète et vous en êtes encore à des concepts primitifs!Oui , me direz vous, mais le superflu divise et corrompt. Le luxe, enivre oui, mais c'est un si délicieux plaisir que les conséquences apparaissent si futiles!Vous qui n'y avez jamais de ne pouvez blâmer des hommes qui tentent tout pour l'acquérir. Je vous l'accorde aussi, la société contemporaine est vile et jalouse. Derrière les masques de joie factice se dissimule le regard de la bête traquée, mais quel jeu délicieusement amusant que de feindre et de surpasser son monde par ses biens et d'exposer toute l'étendu de son pouvoir!La vie n'en est que plus trépidante et découvrir les secrets les plus vils, subtilement amusant. La vie moderne est pleine de mystères,de surprises, auxquels je ne puis me passer.
    Et la connaissance! Oui la connaissance! Comment ne pas s'intéresser à l'histoire du monde, à la philosophie qui suggère une réflexion profonde, à la science qui permet d'expliquer les évènements les plus mystérieux? Comment user de méthodes ancestrales, alors que l'évolution guide le monde et l'esprit? Et puis, quel ennui de rester prisonnier d'une vision simpliste et sans relief de la vie!

    Je m'en retourne ainsi à mes conventions stériles, et à ma société factice. Vous semblez avoir trouvé le bonheur mais le mien n'est et ne sera jamais ici!Puisse Dieu vous protéger des vices qui vous effraient tant amis, et sa clémence vous permettre de continuer à mener un bonheur que vous pensez parfait, sous prétexte que vous n'en avez gouté aucun autre.
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.