Fiches méthode Bac de français 2020

2456722

Réponses

  • Bonjour. Pour ce qui est de moi, j'ai fait quelque chose que personne ici ne semble avoir fait, mais je crains que cela ne convienne pas.

    Quelqu'un peut-il m'éclairer?

    Je suis partie sur l'idée de dire qu'au début de son séjour, le voyageur était agréablement surpris : beauté du paysage, harmonie entre les habitants, etc...

    Ensuite, j'ai décrit sa déception :

    -climat constant et toujours doux : → fait l'éloge des saisons dans son pays, de l'alternance froid/chaud
    -végétaux toujours verts : → éloge de la nature qui reverdit, puis qui disparaît, toujours en changement
    -l'art est méprisé dans le pays concerné : → oui mais l'art peut servir à instruire, à donner un sentiment aux gens d'appartenance à une nation (cité pour les grecs, mais je n'y ai pas pensé), l'art est beau, l'art fait rêver, l'art distrait et donc contribue au bonheur.

    Et enfin, une touche plus originale (mais peut-être très mauvaise) : les habitants de ce pays utopique vivent d'une manière très "vertueuse" : j'ai donc dit que la vraie vertu ce n'était pas de se tenir éloigné du vice mais bien d'y résister. Autrement dit, le voyageur qui arrive sur l'île pense qu'ils vivent dans une sorte de "bonhommie ignorante".

    J'édite pour dire que d'après certains sites, il fallait donner l'impression de quelque chose d'oral alors que mon texte est très policé et fait très texte du XVIIème - XVIIIème siècle...est-ce embêtant?
  • GarretGarret Membre
    J'ai fait un truc dans le même style Pims. Sans citer autant d'auteurs... Je pense pas (en tout cas je ne l'espere) que ça donne un hors sujet.
  • Bonjour,
    Je suis également partie sur l'art, mais j'ai peur de ne pas avoir assez développé ma pensée.. Mon discours ne fait qu'un recto-verso et j'ai peur que ça soit un peu léger..
    De plus, j'ai situé le voyage de nos jours, est-ce un hors-sujet ? (j'ai cité des artistes postérieurs à Fénelon)
    Sinon Omnesvulnerant, j'aime bien l'idée de "la vraie vertu", je pense que c'est un bon argument !
  • PulpPulp Membre
    Petite question : dans le texte, il disait qu'on était un voyageur, ayant visité l'île, personnellement je l'ai fait grec (pour rester dans le thème "Télémaque" etc, ... et donc aucune citation, juste des rappels historiques (Démosthène et Xénophon ) mais si vous citez Erasme, Voltaire etc, c'est que soit vous avez fait un personnage beaucoup plus vieux non ? (pour ne pas faire le "truc" quand on parle d'un événement qui ne s'est pas encore déroulé, dont j'ai oublié le nom )

    Omnesvulnerant : Je ne pense pas qu'il eu été nécessaire de faire un éloge de son pays, j'ai tout braqué sur la comparaison avec la Grèce perso, le sujet donne le fait qu'on soit déçu, en revanche l'idée de la vraie vertu me semble bonne

    C'est sur quels site que tu as vu qu'il fallait faire quelque chose d'oral ? Parce que si c'est ça c'est la catastrosphe, mon texte aurait pu être écrit

    Edit : Vous avez tous mis des citations, est-ce grave de ne pas en avoir mis ? Sortir du Platon ou du Aristote ? (dans mon cas)
  • frugale a écrit:
    Bonjour,
    Je suis également partie sur l'art, mais j'ai peur de ne pas avoir assez développé ma pensée.. Mon discours ne fait qu'un recto-verso et j'ai peur que ça soit un peu léger..
    De plus, j'ai situé le voyage de nos jours, est-ce un hors-sujet ? (j'ai cité des artistes postérieurs à Fénelon)
    Sinon Omnesvulnerant, j'aime bien l'idée de "la vraie vertu", je pense que c'est un bon argument !
    Merci! Moi, j'ai écrit huit pages en tout petit, sauf qu'une fois de plus, je ne sais pas si le niveau de langue très très classique plaira...

    Comment par ton texte peut-on comprendre que le voyage a lieu de nos jours? A priori, il fallait situer cela durant l'Antiquité et personnellement, j'ai fait une sorte de mélange Antique-période Bourbons... =D
  • aiiiaiii Membre
    Salut à tous ! Personnellement, j'ai fait comme certains: j'ai ancré mon texte dans le présent en citant des auteurs comme Voltaire, Montesquieu, Rimbaud, Baudelaire ou Hugo mais j'ai bien précisé que les habitants de la Bétique vivent encore aujourd'hui cachés du monde réel. D'ailleurs, je me suis présenté comme Louis Aragon mais je pense que c'est une belle erreur.
    J'ai essayé de bien structurer mon texte, du coup ça fait plus trop discours mais dissert ... et c'est un peu ce que je regrette. Tout d'abord j'ai remercié dans mon introduction les habitants, puis j'ai annoncé mon départ que j'ai justifié dans 3 parties: I) C'est un monde clos, dont la Nature semble belle mais surtout monotone (toujours verte) et mon personnage désire voyager, vivre comme Candide des péripéties.
    II) C'est un peuple qui refoule le matérialisme et l'art, c'est un peuple qui ne propose qu'une dimension collective au bonheur et qui refuse le repli sur soi et les richesses et j'ai donc dit que mon perso regrettait cela car il appréciait la diversité etc ...
    III) C'est un monde où règne l'ennui car le travail est en fait monotone (seulement des agriculteurs) et les habitants ne se rendent pas compte de cet ennui qui les ronge.

    Voilà voilà, maintenant c'est un peu trop structuré à mon goût et j'avoue que développer l'idée du vice etc... était p-ê une meilleure idée que parler d'un travail monotone ... :)
  • Non, pour l'essentiel je suis d'accord avec toi. Moi aussi j'ai beaucoup joué sur la monotonie/diversité.

    Pour mon histoire de vice, c'était parce que je le pensais vraiment mais aussi pour ajouter du texte.

    Et en bonne royaliste, j'ai fait un éloge de la monarchie, petit certes, mais présent...
  • aiiiaiii Membre
    Oui, mais en parlant de l'ennui au travail je me suis rendu compte que ma partie tournait un peu en rond, et du coup j'ai extrapolé en faisant un parallèle avec la philosophie de Camus etc... Du coup ça fait pas vraiment discours et un peu artificiel à vouloir à tout pris placer des notions un peu compliquées qu'on a pas forcément très bien comprises ... :/
  • Moi, ne voulant pas faire d'anachronismes, je n'ai rien cité de la littérature française, bien que j'aurais aimé le faire à cause de ce poème qui s'inscrivait très bien dans mon plan.

    Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage,
    Ou comme cestuy-là qui conquit la toison,
    Et puis est retourné, plein d'usage et raison,
    Vivre entre ses parents le reste de son âge !


    Quand reverrai-je, hélas, de mon petit village
    Fumer la cheminée, et en quelle saison
    Reverrai-je le clos de ma pauvre maison,
    Qui m'est une province, et beaucoup davantage ?


    Plus me plaît le séjour qu'ont bâti mes aïeux,
    Que des palais Romains le front audacieux,
    Plus que le marbre dur me plaît l'ardoise fine :


    Plus mon Loir gaulois, que le Tibre latin,
    Plus mon petit Liré, que le mont Palatin,
    Et plus que l'air marin la doulceur angevine
  • aiiiaiii Membre
    De toute façon, l'énoncé offrait pas mal de liberté, il fallait juste bien faire comprendre la situation d'énonciation.
  • Omnesvulnerant a écrit:
    Moi, j'ai écrit huit pages en tout petit
    Ohlala ! Ça y est, j'angoisse encore plus que hier soir. J'ai l'impression qu'on va me prendre pour une guignole qui a expédié son bac en 30min :'(
  • frugale a écrit:
    Omnesvulnerant a écrit:
    Moi, j'ai écrit huit pages en tout petit
    Ohlala ! Ça y est, j'angoisse encore plus que hier soir. J'ai l'impression qu'on va me prendre pour une guignole qui a expédié son bac en 30min :'(
    Pas forcément. Mieux vaut trois bonnes pages que huit mauvaises! ;)
  • Encore faut-il qu'elles soient bonnes ! ;)

    Peut-on connaitre le barème (s'il y en a un) : combien de points pour le fond, la forme, la syntaxe ?
  • Personnellement, j'ai fait un personnage qui a le gout du voyage et de l'aventure. Il se plaint de l'ennui et du manque de distraction (pas de musicien, de poetes, de peintre) Selon lui les besoins primaires (faim et soif) ne sont pas tout ce dont l'homme a besoin, il faut une vie plus mouvementé et variée. Il dit qu'il n'y a aucune utilité à passer sa vie à essayer de vivre. Selon lui le meilleur des mondes n'existe pas, l'être humain a été crée avec des vices et il faut apprendre à vivre avec. Il donne sa vision du bonheur en disant qu'on ne peux pas vivre heureux si on ne peine pas a obtenir son bonheur. Par exemple en evoquant la facilité des habitants a se nourrir (deux mousson) j'ai préciser qu'il ne meritait pas leur dû car leur terre était trop généreuse. Je me suis de plus inscrit dans la sequence convaincre et persuader en disant que "J'avais vu dans certains regards l'ennui, le desespoir. Alors je conseille à toute ces personnes de prendre leur vies en mains et de vivre par eux même, par l'aventure". J'ai fait de mon personnage un aventurier qui se satisfait de chacun de ses repas durement obtenu. Sa representation du bonheur c'est sa gourde et sa besace, c'est une vie trop monotone et ennuyante pour lui il decide donc de quitter ce pays. Je termine l'ecriture d'invention par "Je ne regrette en rien mon séjour ici, car il m'a appris quelque chose qui m'a donné l'élan necessaire afin de reprendre mon bateau, le bonheur n'est jamais à porté de mains".

    Je voudrais avoir votre avis est ce que ce sont des bonnes idées ou est ce que je me suis totalement foiré ?
  • bonjour à tous. Je viens aussi de passer l'eaf, j'ai eu un assez bon niveau en commentaire et en dissertation tout le long de l'année, mais curieusement l'invention m'a semblé très intéressante, j'ai donc pris le risque. J'apprécie spécialement ton plan Omnesvulnerant, et huit pages, c'est juste waouh! pour l'écriture si ton style relevé a été mis au service de l'art de la rhétorique (tout ce qui relève de l'argumentation) je pense qu'il te sera largement favorable (si tu écrit bien sûr sans trop de faute, moi c'est pas forcément le cas )
    Je me suis quant à moi plutôt axé sur la portée philosophique du thème. J'ai donc d'abord comme Omnesvulnerant rappelé mon exaltation des premiers jours, la découverte d'un monde en apparence idéal. Ensuite j'ai dit pourquoi j'étais déçu et j'ai fini par ouvrir sur le questionnement que proposer la dissertation, c'est à dire l'intérêt d'avoir connu ce paradis social et naturel pour en tirer un enseignement. Voila mon plan: (donnez moi votre avis )


    I/ la découverte de Bétique:
    a.un dépaysement (exotisme, nouvelle manière de vivre et penser)
    b. un paradis retrouvé (un monde sans méchanceté et vilenie
    c. une restructuration de mon moi intérieur (confiance en son prochain, ré-apprentissage de la vie avec 'plaisir simple' et goût du travail , un sentiment de félicité à l'abri de tout mal)

    II/ Un bonheur aveugle qui laisse peu à peu place à la déception
    a. l'ennui existentiel (routine, habitude, perte d'ambition, un monde trop tranquille)
    b. la perte de mon individualité (condamné à servir des valeurs nobles et collective, une vie indifférenciée)
    c. une réalité qui n'est pas la mienne (impossibilité d'un monde parfait, côté artistique, hypocrisie: accepter de se dire que l'on regarde tout le monde du même œil, alors que l'on est toujours confronté un jour ou l'autre à une personne que l'on trouve déplaisante)

    III/ L'enseignement à en tirer
    Là je promet qu'à mon retour aux pays je n'oublierai pas cette aventure et la raconterai ci et là (intérêt de la vie de communauté, valeur du travail, du partage, raisonnement par opposition...)


    voila!! bien sûr mon discours n'a pas ces airs de dissertation. Il est du type poétique et fait 4 pages en sautant de lignes. et Aiii je pense que ton plan est parfait pour ce qui est du barème, aucune idée.
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.