Bac français 2010, séries S / ES - Dissertation + corrigé

[list=*]
[*]Sujet des séries S et ES[/*]
[*]Corrigé de la dissertation (Rédigé par Jean-Luc.)[/*]
[/list]


EAF 2010, séries S / ES - DissertationObjet d’étude : L’argumentation : convaincre, persuader et délibérer

En quoi l’évocation d’un monde très éloigné du sien permet-elle de faire réfléchir le lecteur sur la réalité qui l’entoure ?
Vous développerez votre argumentation en vous appuyant sur les textes du corpus, les œuvres que vous avez étudiées en classe et celles que vous avez lues.
«13456728

Réponses

  • Bonjour à tous!

    Même si j'ai été dégouté par le fait que ce soit l'objet d'étude de l'argumentation (que je connais le moins bien) qui soit tombé, je me suis risqué à prendre la dissertation.
    Par contre, je suis quasiment sûr d'avoir fait un hors-sujet: le "En quoi" suggérait-il un plan dialectique (thèse.anti-thèse.synthèse) ou didactique?

    Voilà mon plan:

    I - L'évocation [..] a des atouts pour faire réfléchir le lecteur
    -Divertir en faisant passer un morale
    -il y a une certaine intemporalité: morales générales dans n'importe quel cadre
    -Eviter la censure
    -Souvent, le rgard d'un personnage plein de bon sens (Candide) sur une société inconnue
    -genre de l'apologue (La Fontaine: "une morale seule apporte de l'ennui")
    -nécessite une réflexion de la part du lecteur (déf. de l'ironie par Voltaire: "La moitié du chemin, c'est le lecteur qui doit la faire")
    -portrait "en creux" de la société occidentale, par opposition avec les utopies (Eldorado, etc.)

    II - Mais il y a des limites/dangers
    - Intemporalité → certaines leçons peuvent ne pas s'appliquer à la réalité
    - on peut chercher à se réfugier dans l'évocation de mondes merveilleux (Emma Bovary..)
    - on peut ne pas voir la dimension argumentative et ne vouloir que se divertir
    - certaines oeuvres présentant un monde éloigné (romans historiques, épopées) cherchent uniquement à divertir: il ne faut pas confondre ces textes avec des textes argumentatifs

    III - D'autres genres plus efficaces?
    - genres qui cherchent à convaincre: Les Essais, Pensées, Dernier Jour d'un Condamné
    - argumentation qui n'ennuie pas: Le neveu de Rameau car sous forme de dialogue, Les Maximes, car concises
    - argumentation qui se fonde sur la réalité: Les Caractères → plus efficace pour faire réfléchir sur la réalité
    - poésie engagée
    -romans épistolaires/picaresques

    Qu'est-ce que vous en pensez? Est-ce que c'est hors-sujet/mal organisé?
    Merci
  • Ca semble bien tenir la route ton truc, si je l'aurai pris j'aurai opposé l'apologue à l'essai en vantant les mérites de l'apologue...
  • En gros faire:
    I-persuader
    II- Convaincre
    III- Synthèse ?

    J'y ai pensé, mais l'évocation du monde n'était pas seulement un apologue, donc ça m'a fait hésiter.
    Mais de toute façon je pense que je suis hors-sujet. Une question qui commence par "En quoi" signifie normalement qu'il faut faire trois parties qui répondent chacune à la question.
  • Moi le "En quoi" m'a plutôt fait penser à un plan didactique.

    J'ai fait :

    I) Distraire pour mieux faire passer le message


    1) Permet d'éviter la censure
    Ex : Les Fables de La Fontaine ("Les Obsèques de la Lionne" en particulier)

    2) Permet de toucher un plus large public, plus attirant
    Exemple : Les Aventures De Télémaque, Fénelon.

    3) Permet de mieux se souvenir, de marquer les esprits.
    Exemple : La Princesse de Babylone de Voltaire

    II) Mais aussi de faire passer un message universel


    1) Universalité des lieux
    Ex : De L'Horrible Danger de la Lecture de Voltaire

    2) Université Temporelle
    Exemple : Candide de Voltaire

    3) Le Message est plus neutre, permet de mettre des côté les à priori.
    Exemple : Les Mains Sales de Sartre


    Ensuite j'ai conclu, et j'ai ouvert sur ce qui aurait été l'antithèse d'un plan dialéctique en disant que ça pouvait être trop subtile pour certains et donc pas assez efficace en finissant sur une citation de Voltaire : "Les livre les plus utiles sont ceux dans lesquels le lecteur fait la moitié".
  • Je pense que c'était exactement qu'il fallait faire, Harrobaz!
  • Salut tout le monde ! Je propose mon plan fait à l'arrache pendant l'épreuve ce matin.
    Snifff, c'était pas prévu ce sujet ! :/


    Pbl : En quoi l’évocation d’un monde très éloigné du sien permet-elle de faire réfléchir le lecteur sur la réalité qui l’entoure ?

    I - Un monde lointain qui plait au lecteur et qui le fait rêver
    A. Cadre exotique et idyllique qui enchante
    B. Un lecteur, qui s'identifie au personnage et qui découvre en même temps que lui (allusion à l'éveil des sens)
    C. L'art du conteur

    I - Un auteur subjectif
    A. Les conditions morale, psychologiques et politiques d'un époque
    B. Un visée fondamentalement didactique
    C. Des valeurs défendues

    I - Le roman comme un meilleur moyen d'appréhender le monde ( partie complètement baclée )
    A. Une réflexion sur la nature humaine, et les institutions
    B. Un réflexion sur soi même

    Pas eu le temps de faire de conclusion ! =( =( :mad:

    QU'EN PENSEZ VOUS ?
    N'est-ce pas trop HS ?
    Merci d'avance.
  • J'ai galéré énormément pour trouver le plan , enfin j'ai réussi, mais je pense pas que ce soit génial.

    I) Un monde idéalisé qui émerveille le lecteur...
    a) quête du bonheur
    b) la quête de l'oubli (des soucis quotidiens)


    II)...mais qui le corromps tout de même
    a) un monde idéalisé qui fait réfléchir le lecteur sur ce qui l'environne
    b) une dénonciation des vices, défauts, erreurs.
    c) un apprentissage (avec Candide , évoluer psychologiquement, ne plus être naïf face aux mensonges que le monde nous "offre")


    J'ai parlé de Camus avec La peste
    La ronde de JMG Le clézio
    des textes du corpus


    et j'ai pu placer 2 citations

    "vivre dans le meilleure des mondes possible" (pangloss dans Candide)

    et j'ai commençais mon introduction par :

    "Ah! que de volumes n'écrirait-on point pour dénoncer la connerie absolue" de Boris Vian

    Mais je me rend compte qu'enfaite je pense qu'elle est un peu Hors-sujet non ?
  • Je vous vois tous faire de plans dialectiques, j'ai un peu peur de m'être trompé sur le choix d'un plan didactique ... :/
  • Bonjour, moi aussi j'aimerais avoir votre avis sur mon plan

    I Permet de présenter un autre modèle de vie
    A. Monde idéologiquement différent (Le meilleur des mondes, Huxley Voyage dans la lune, Bergerac)
    B.Monde socialement différent ( Voyage dans la lune, Bergerac, txt de Fénélon du corpus et txt de Montesquieu du corpus)
    C.Permet de détourner la censure et donc d'instruire (Utopia, Thomas More)
    II Cependant il est possible de faire réfléchir sur la réalité qui entoure le lecteur de manière différente
    A. Montrer les défauts et abus d'une société
    -Discours sur les inégalités, Rousseau Lettre sur les aveugles à l'usage de ceux qui y voient, Diderot
    -Antigone, Anouilh Œuvres contre guerre religion (Ronsard, D'aubigné) Traité sur les révolutions, Chateaubriant
    -Le contrat naturel, Serres A toi qui n'est pas encore né, Jacquart Oeuvre de Simone Veil
    B. En tournant en ridicule des personnages et leurs caractères
    -La Fontaine (fable du Lion et la rat)
    -Molière (Tartuffe, Misanthrope, Avare)
    - Théâtre de l'absurde


    J'ai peur d'être complètement hors sujet surtout vu ceux que vous avez mit avant, j'ai l'impression que ma première partie répond à peut près au sujet mais manque d'exemple et que ma deuxième partie à des exemples mais est un peu hors sujet. Quand pensez-vous?
  • Emilie je ne peux pas juger si c'est ou non hors-sujet mais en tout cas ce qui est sûr c'est que t'as mis plein de références, et donc même si tu es hors-sujet tu ne risques pas selon moi, moins de 10.

    Après je suis pas prof mais bon....
  • J'ai fait un peu comme toi Emilie...mais j'ai peur d'être hors sujet.

    I - L'évasion est propice à la réflexion
    - Il permet à la fois de divertir et de faire voyager le lecteur
    Avec l'exemple de Fénélon et Michel Tournier : Vendredi ou la vie sauvage
    - La création d'un cadre idyllique, utopique marque les contraste avec la réalité
    La Bible avec le jardin d'eden et je ne sais plus quel autre exemple
    - L'auteur créer carrément un monde imaginaire afin d'encrée plus fortement les défauts de la réalité
    Avec comme exemple les Lettres persanes de Montesquieu et le petit prince de st exupéry.

    II - Mais le lecteur à besoin d'un univers proche pour s'identifier
    - Un contexte réaliste permet d'encrér le lecteur dans des situations qu'il connait
    - Des personnages auquel il peut s'identifier et porter le regard
    - Où les critiques sont explicites

    III - D'autres styles peuvent faire réfléchir le lecteur, peu importe que le monde soit très éloigné ou très proche
    - Les fables de la fontaines (on ne se fixe que sur les personnages)
    - Les contes
    - Certaines nouvelles (exemple avec L'homme à la cervelle d'or d'Alphonse Daudet)
  • Hum mon plan se rapproche de Harrobaz, mais en moins bien
    Enfin j'ai l'impression que c'est pas complet, bref voilà :


    I- Intéresser et captiver le lecteur

    a) Un récit plaisant à travers les paysages qui émerveillent le lecteur (Fénelon, txt A)
    b) Les voyages qui permettent au lecteur de découvrir de nouveaux lieux (dans Candide)
    c) Un monde merveilleux avec les fables de La Fontaine

    II- Prendre du recul par rapport au contexte

    a) le lecteur fait lui-même le lien entre le récit et la réalité (Histoire d'un bon bramin de voltaire)
    b) Confronter deux modes de vie : le sien et celui des psgs du récit (Lettres persanes)
    c) Généralisation de certains faits (d'Holbach, le bon sens : La providence divine n'existe pas quelque soit la religion.)


    Par contre je pense que mon ouverture (Boris Vian, l'écume des jours) aurait pu être placée dans mon développement, mais n'a rien à faire en ouverture
    Si vous pouviez me dire ce que vous en pensez, pleaaaaaaase.
  • En fait, ya les types Harrobaz (didactiques) et les types dialectiques.
    Après, je pense personellement que le plan à faire était didactique mais bon..
  • Je ne sais pas si c'est juste mais dans le TEXTE C Voltaire, Candide le chiffre 3 est beaucoup présent !! 3 morts ( deux vizirs et le muphti), 3 visiteurs ( Pangloss, Candide, Martin) et 3 maux ( ennui, vice et besoin). Du coup, pour finir ma dissert avant la conclusion j'ai mais que le texte jouissait d'une symbolique très large car le 3 était un chiffre clé dans la mythologie Grecque ( 3 Gorgones, 3 Euménides, 3 Bienveillantes et 3 Parques : elles tissent le fil du destin !!). Du coup, j'ai mis que c'était inéluctable, la société subirait toujours ces 3 grands vices que sont: l'ennui, le vice et le besoin ! Bon c'est un peu HS mais c'est ma touche personnelle . =D
  • deidendeiden Membre
    est ce que vous pourriez me donner votre avis sur mon plan?
    j'ai mis:

    I) evasion
    1)par les lieux
    2)par les personnages

    II)fait réfléchir
    1)par l évasion
    2)par situations extremes

    III)derrière réflexion critique
    1)par différentes manières: convaincre, persuader, délibérer
    2)l auteur fait adhérer lecteurs à ses idées

    j espere que ça va, comme beaucoup je ne m 'y attendais pas du tout...
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.