Méthode commentaire Méthode dissertation

Bac français 2010, série L - Commentaire + corrigé

135

Réponses

  • Personnellement j'ai fait l'erreur d'introduire mon commentaire sous le signe du Surréalisme et non du Nouveau Roman... En plus j'en ai bien rajouté une couche en disant que lors de la publication de Blanche ou l'Oubli il y avait déjà eu la naissance de la psychanalyse qui remettait en cause notre connaissance de nous-mêmes, puis l'absurde et le divorce tragique entre les aspirations de l'homme et le constat des limites de son pouvoir... Sans évoquer le Nouveau Roman!

    Hormis ça je suis plutôt satisfaite de ma problématique: en quoi cet exrait révèle-t-il l'impuissance d'un héros face au cours de la vie et la fuite du temps?

    En grand I j'ai étudié l'irréalité qui baigne la scène
    1) l'intériorité d'une conscience troublée, les "soubresauts" de l'inconscient chers aux Nouveaux Romanciers (quand même...) rendus par l'écriture, le doute constant du personnage, la frontière indéfinie entre rêve et réalité
    2) La résurgence d'un ancien amour avec le portrait flou de Blanche, physique, moral, sa brutalité et son empressement, rendus notamment par le fait qu'elle s'exprime au DD;
    3) Intrusion d'éléments quasi fantastiques comme le "fou" qui a peut-être passé sa soirée dans les montagnes, le fait que Blanche aille trouver Geoffroy après 18ans de séparation chez un ami alors qu'elle n'est pas supposée être au courant de sa présence, qu'elle sache où sont les ciseaux etc...

    → Que révèle cette négation de la réalité?

    II- L'oubli choisi par le héros comme derniers recours
    1) Geoffroy est un passif qui subit la scène, il ne comprend pas tout, ne dit pas tout ce qu'il pense, n'exprime pas ses désirs comme en témoigne par ex la phrase laissée à l'état d'ébauche "ne t'en va pas avant de m'avoir..." Il se met en retrait ce qui contraste fortement avec la vivacité du passage
    2) Le héros semble s'être résolu, il n'y a plus d'amour, il dit qu'elle a peur "Ni de (lui) ni pour (lui)", qu'il n"y avait "pas besoin" de lui demander si elle aimait son "fou" (son esprit de l'escalier ne le tourmente même pas). Passage marqué par la chute, jusqu'à l'évocation des cendres... Blanche devient une allégorie de l'Oubli, préférable devant la douleur que provoquerait le constat de sa perte. Il préfère se cacher les yeux pour se cacher du monde...


    Je n'ai pas évoqué dans le commentaire la réécriture de Flaubert, j'aurais eu le sentiment de me répéter et à vrai dire ça ne rentrait pas dans mon plan. J'imagine qu'une allusion aurait tout de même été judicieuse, non? J'ai casé ça dans la conclusion en rapprochant Geoffroy de Frédéric et ses irrésolutions, ses "élans décapités" qui font de lui un acteur passif du monde et de sa propre vie. J'aurais aimé évoquer le fait que la référence à Flaubert renforçait le manque de limite entre réalité/fiction mais j'ai passé 2h sur la question de corpus (là je me déteste) et bon, comment dire, pas trop le temps de dire tout ce que j'aurais voulu! Et là je pense avec rage car après coup à ce slogan de mai 68 "arrêtez le monde, je veux descendre!" → monde assimilé à un manège dans lequel l'homme a le tourni, peut-être jusqu'à la nausée, témoin de ce XXème siècle rupture

    Je suis sortie heureuse que ce soit fini mais le fait d'être passée à côté du nouveau roman m'a un peu dépitée, autrement j'aurais centré mon commentaire sur la crise du personnage, ce qui était certainement un peu attendu! c'est si grave que ça? Rassurez-moi :/
  • Pedro83000 a écrit:
    Je suis tout à fait d'accord avec toi, mais bon j'ai un mauvais pressentiment parce que j'ai un petit peu analysé cet extrait en mettant cette oeuvre dans le surréalisme alors qu'elle est révélatrice du nouveau-roman. Mais bon j'espère que ça ne me pénalisera pas énormément.. En tout cas je crois qu'il est difficile de juger du niveau d'un commentaire et qu'il faut attendre sagement la note... Il y a du bon et du mauvais partout



    Ton plan a l'air bien, (bien mieux que le mien !)
    Tu sais, les profs nous donnent des conseils pour des commentaires, mais ce ne sont
    pas eux qui corrigent nos copies !!!!
    On ne sais pas ce que pense l'examinateur, quelques fois, je crois que c'est même un peu de
    la chance, car, si le prof qui corrige viens de tomber sur 26 copies vraiment ratées, et qu'il trouve
    ensuite un commentaire, pas forcément super réussi, mais bien quand même, il mettra une bonne note.... Il n'y a plus qu'a croiser les doigts, pour que ce soit tous notre cas !
    En tout cas, tu as raison, le mieux c'est d'attendre le 15 juillet à 14h et puis ALEA JACTA EST !!!
    Tout ça ne dépend plus de nous !!

    =)

    Clémentine
  • Oui mais si j'ai dis que ce texte relevait du surréalisme et j'ai fait toute une partie sur ça ! Vous pensez que c'est un HS ?!
  • Salut tout le monde !!!! Je suis en 1ère L j'ai passé mon bac de français hier, j'ai pris le commentaire et je crois que j'aurais vraiment pas du ! j'ai lu les plans de chacun et j'ai l'impression que je suis complètement hors sujet :( ca me fait tres peur je stresse depuis hier ! j'ai vraiment peur d'avoir une mauvaise note en plus c'est coefficient 3 !
    Pouvez vous me dire ce que vous pensez de mon plan ? suis-je hors sujet ?

    I) Le retour de Blanche
    a) La réaction de Geoffroy
    b) Sa redécouverte

    II) Le comportement de Blanche
    a) Sa peur, sa crainte

    III) Dénouement
    a) Fin similaire à celle de Flaubert
    b) dénouement malheureux


    je crois que j'ai fait n'importe quoi !!!
  • Alexia10 a écrit:
    Salut tout le monde !!!! Je suis en 1ère L j'ai passé mon bac de français hier, j'ai pris le commentaire et je crois que j'aurais vraiment pas du ! j'ai lu les plans de chacun et j'ai l'impression que je suis complètement hors sujet :( ca me fait tres peur je stresse depuis hier ! j'ai vraiment peur d'avoir une mauvaise note en plus c'est coefficient 3 !
    Pouvez vous me dire ce que vous pensez de mon plan ? suis-je hors sujet ?

    I) Le retour de Blanche
    a) La réaction de Geoffroy
    b) Sa redécouverte

    II) Le comportement de Blanche
    a) Sa peur, sa crainte

    III) Dénouement
    a) Fin similaire à celle de Flaubert
    b) dénouement malheureux


    je crois que j'ai fait n'importe quoi !!!
    Je crois pas que tu es hors sujet, en plus on a tous un plan différent alors c'est dure de juger.

    Et je voulais savoir pour la forme du commentaire, au lycée personnellement j'ai appris qu'on devait toujours faire 2 ou 3 grandes parties avec le même nombre de sous parties à l'intérieur (minimum 2). Mais là, je vois pleins de formes de commentaire différents. Alors je voulais savoir si ce que j'ai appris est vraiment obligatoire?
  • KytbnKytbn Membre
    Tiens, une indochineuse !


    L'important est d'être exhaustif. Mais un commentaire bien construit en parties et sous parties (selon, donc, les règles que tu as apprises) sera ce qu'il y a de mieux.

    Tous les plans que vous avez postés ne se vaudront pas, vous le savez tous ! ;)
  • Pour ma part, comme pour la dissertation, on nous a toujours dit qu'il fallait 3 parties avec 3 sous-parties et 3 exemples. Et je trouve que faire seulement 2 parties est un peu juste quand on voit tout ce qu'il y a à dire sur un texte.
  • Oui, moi j'ai appris la meme chose, il faut faire a peu pres 3 grandes parties, et environ 2 sous parties. Je voulais également savoir, vous avez mis quoi comme problématique dans l'intro?
  • Salut,

    Pour le nombre de grandes parties, c'est en fonction de ton inspiration (si le texte te plaît et que tu as trouvé un grand III) c'est au mieux, mais si tu n'en as que 2, je pense que c'est bien aussi, j'espère car j'ai fait 2 parties !!)
    En ce qui concerne les sous parties, on ne m'a jamais rien dit de cela, et je pense que c'est aussi en fonction de l'inspiration.... Mais le plus important c'est le contenu du commentaire non ? =)
  • Tout a fait d'accord :)
  • C'est très académique et très français les 3 parties et 3 sous-parties... J'ai réussi à avoir d'excellentes notes en organisant mon commentaire en 2 axes, du moment qu'il y a tout je ne vois pas pourquoi on devrait se contraindre avec un chiffre absolu!
  • J'espere que tu as raison parce que moi j'ai fait deux parties aussi.
  • Après il y en a qui font 3 axes avec 3 petites sous-parties à chaque fois; je sais que moi je préfère deux axes et des sous-parties plus longues! Encore une fois, du moment que ça s'enchaîne logiquement et que c'est exhaustif, la note suivra.
  • Bien sûr, 2 parties, si elles réunissent l'essentiel, pas de problème.
    Et puis, nous sommes en 1ère et pas à la fac, c'est un peu différent j'imagine !
  • Et dans mon commentaire j'ai mis qu'il y avait le registre tragique avec le théme de la fatalité. Vous pensez que c'est correct?
  • Perso je sais pas trop... Dans le sens de l'homme confronté à la vie, il y a de ça, certes il est dominé et il subit mais il y a le fait qu'il est très indécis, comme en témoigne son irrésolution à poser des questions etc. Il ne fait rien, donc j'aurais tendance à penser que son destin dépend de lui ici, et non d'une force supérieure. Plus je pense à ce texte et plus j'ai l'impression d'être passée à côté d'un truc fondamental! La dimension complètement onirique peut-être. Est-ce que tout n'était pas finalement qu'une scène imaginée? C'est horrible comme sensation.
  • Oui moi j'ai dis que dans la scéne il y avait une possibilité que ce ne soit que le résultat de son imagination, mais je n'ai pas été au bout de mes idées je pense...
    Et pour la fatalité j'ai mis que le personnage était passif et de ce fait les événements s'enchainés sans qu'il puisse réagir. Le passage du temps, l'oubli, la furtivité de la rencontre donc le manque de temps dut à un personnage inconnu, et l'adieu définitif, ne laisse aucune chance au personnage d'avoir des reponses à ses questions, qui sont elles même innachevées...
  • Je n'ai fait que deux parties aussi:

    Problématique :
    En quoi réside l'originalité de ce texte?

    I - Une réflexion intérieure

    1°/ Une Réflexion intérieure entrecoupée par des éléments extérieurs
    2°/ Focalisation interne : le temps de l'intériorité
    3°/ Réflexion accentuée par de nombreuses questions


    II - Un extrait avec toute la force d'une réécriture

    1°/ L'éducation sentimentale et la reprise d'invariants
    2°/ Variances et Variantes
    3°/ La symbolique de la mèche coupée


    Si jamais vous pourriez me donner votre avis car je ne suis pas très rassuré... :/
  • J'ai également pris le commentaire d'Aragon, cependant je vois que certain d'entre-vous ont choisi de mettre en I qu'il s'agissait d'une réecriture avec les différences et ressemblances ce qu'il ne faut pas faire lors d'un sujet comme celui-ci.
    On pouvait parler du but de cette réecriture, et de ce qu'elle apportait mais en aucun cas des différences et ressemblances, du moins c'est ce que m'a toujours appri mon professeur de français.

    Mon plan était :

    I- Un monologue interne avec :
    A- Le doute
    B- Le regret
    C- L'admiration dédiée à Blanche

    II- Une séparation typiquement banale
    A- Le registre pathétique
    B- Les reprises Flaubertiennes
    C- Les éléments du quotidien

    Qu'en pensez-vous ? merci
  • EolasEolas Membre
    Hum ... Même chose . J'ai pris le commentaire d'Aragon , et je pense que mon analyse est totalement fausse .
    J'ai travaillé en deux axes bien précis :

    I ) Blanche ou l'amour passé .
    1) Un amour longtemps attendu venant de Geoffroy .
    2) Un amour terminé .
    3) Un amour ailleurs .

    II) Geoffroy , ou l'amour toujours présent .
    1) Un personnage attaché a un amour perdu .
    2) Un personnage déboussolé .
    3) Un personnage voulant oublier .


    J'ai un peu peur de m'être focaliser sur les personnages en ayant oublié d'autre possibilités , et donc ... J'aimerai savoir si j'ai bel et bien raison d'avoir peur .
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.