Lorenzaccio, une "pièce nourrie du réel" ?

Bonsoir,
Je dois étudier la pièce de Lorenzaccio seul dans l'optique de dissertations de niveau hypokhâgne-khâgne.
Les axes de lecture sont les suivants, ils sont peu clair à mon gout:
"se nourrir du réel, et en même temps donner une autre image de ce réel"

Je pensai creuser les problématiques sur l'histoire, la légende, l'engagement, la figure de l'auteur dans la pièce, le spectacle dans un fauteuil, mais bien que je l'ai déjà lue 5 fois avec attention je doute encore de la validité de mes pistes de lecture (j'ai l'impression de passer à coté de la pièce).


voilà, si vous avez quelques conseils je vous en remercie

bonne soirée !

Réponses

  • Quelques conseils d'un misérable élève de seconde ....
    au niveau littéraire, je n'ai rien à dire puisque j'ai dévoré Lorenzaccio en une journée et n'ai pas pris le temps comme toi de 5 lectures....
    Au niveau historique:
    tu peux chercher dans le numéro le plus récent du magazine Historia ilk y a un article sur ce Lorenzino de medicis assez intéressant.
    Lorenzino est cousin d'Alexandre. Lorenzo est enfant légitime de la branche cadette des Medicis, tandis que la mère d'Alexandre est une esclave "Maure" (on l'appelle d'ailleurs parfois Alexandre le Maure) mais son père est de la branche aînée des Medicis et c'est ce qui lui a valu de régner.
    Lorenzo peut donc ressentir une certaine supériorité à n'être pas un bâtard...
    Il (Lorenzo) aurait, dans un moment d'ivresse, décapité huit statues à Romeappartenant au pape, d'où son banissement de la Ville éternelle. et une certaine malveillance de la part du pape. et le surnom de Lorenzaccio.
    Il n'est pas sûr que ses motivations aient étées aussi nobles que Musset le prétend: il est possible qu'un simple mouvement de folie ou un différend entre Alexandre et Lorenzaccio ait amené le second à tuer le premier
    Il n'est pas mort juste après l'assassinat, mais en vérité il a été assassiné lui meme 11 ans plus tard.
    Il a laissé une fille ( Lorenzina ) à sa maîtresse.
    Pour justifier son crime, il a écrit une Apologie où il s'identifie à Brutus, romain qui renversa le roi Tarquin le Superbe et libéra Rome de la royauté.
    Euh, c'est pas tout et c'est meme très peu mais j'ai aussi des devoirs
    Gémir, pleurer prier est également lâche./ Fais énergiquement ta longue et lourde tâche/ Dans la voie où le Sort a voulu t’appeler,/Puis, après, comme moi, souffre et meurs sans parler. »
    Alfred de Vigny
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.