Grammaire française Participe passé

Bonsoir,

Je me demande quels sont les cas où nous utilisons l'article zéro?

Merci d'avance Voir aussi :
* Omission des articles
* Omission de l'article : il est directeur / il est le directeur
* Omission de l'article après la préposition "entre"
Mots clés :
«1

Réponses

  • JehanJehan Modérateur
    Bonsoir.

    Cités par Wilmet dans sa Grammaire rénovée, quelques exemples d'article zéro.

    - Pierre qui roule n'amasse pas mousse. (proverbes)
    - tambour battant, chemin faisant (archaïsmes, locutions figées)
    - Mère décédée. Enterrement demain. (télégrammes)
    - Il viendra mardi. (ce mardi-là )
    - Maison à vendre. Sucre en poudre. (sur pancartes, étiquettes)
    - Venez, jeune homme ! (apostrophe)
    - Hommes, femmes, enfants, tout le monde était là. (énumération)
    - Le métier de prof. Pierre est avocat. Le lion, roi des animaux. (appositions, attributs)
    - Arbre est un nom masculin. (= "Le mot arbre" )
    - avoir faim, demander pardon, donner envie, faire fortune, perdre pied,
    prendre feu, rendre service
    , etc. (locutions verbales).
    - avec joie, sans crainte, sur place, etc. (locutions adverbiales)
  • MNMN Membre
    Bonjour:)

    Merci Jean. Votre réponse est comme toujours très utile:)

    J'ai des questions
    J'ai lu que DE peut exprimer la qualité (un homme d’esprit) ? Est ce que je peux dire un homme de politesse? Je me demande aussi si je peux l'homme d'esprit?

    Je pense à ce problème depuis longtemps pourquoi il faut dire
    L'histoire de France ou le cours d’histoire?
    Pourquoi non de la ?
  • JehanJehan Modérateur
    Oui, avec un complément introduit par "de", on peut caractériser le mot "homme" par une qualité ou une fonction. Mais ce sont des locutions figées, et l'on ne peut pas compléter par n'importe quel mot.

    Quelques locutions : homme de cœur, homme d'esprit, homme d'action, homme de bien, homme de confiance, homme de génie, homme de goût, homme de qualité (ayant un titre de noblesse) homme de poids (homme important), homme de peu (humble ou méprisable; terme vieilli); homme d'État, de loi, d'affaires, d'Église, de peine, de guerre, de mer, de troupe, etc.

    On peut bien entendu dire : "l'homme d'esprit" = les hommes d'esprit en général.

    "Le cours d'histoire" : encore un exemple de complément avec article zéro, comme tous ceux que je viens de citer pour "homme". Le mot "histoire" (nom de matière scolaire)est pris dans sa plus grande généralité.

    L'article est également inutile pour la même raison dans "Histoire de France".
  • Jehan a écrit:
    "Le cours d'histoire" : encore un exemple de complément avec article zéro, comme tous ceux que je viens de citer pour "homme". Le mot "histoire" (nom de matière scolaire)est pris dans sa plus grande généralité.

    L'article est également inutile pour la même raison dans "Histoire de France".
    Et pourtant, il s'agit toujours de la même histoire dans "le cours de l'histoire" et de la même France quand on lui met un article.
    C'est vraiment l'un des points où la grammaire n'a pas trouvé de "règles" précises.
  • JehanJehan Modérateur
    Oui. Cependant, "le cours d'histoire" et "le cours de l'histoire", ce n'est pas le même cours.
    Et bien que ce soit la même histoire, elle est perçue différemment.
    En tant que matière d'un cours, l'histoire est une notion plus abstraite et générale.
    On dirait pas non plus "prof de l'histoire" ou "livre de l'histoire"
    On peut penser qu'avec "le cours de l'histoire" (histoire qui suit son cours), l'histoire est perçue plus concrètement et de façon plus individualisée, plus "vécue" même, pourrait-on dire :
    "les personnages de l'histoire", "les énigmes de l'histoire", "les événements de l'histoire"...

    De même, je crois percevoir le même genre de nuance entre " l'histoire de France" et "l'histoire de la France". Mais tout ceci est bien subtil, je vous l'accorde...
  • MNMN Membre
    Merci beaucoup:)

    Maintenant, c'est très logique:)
  • Bonjour à tout le monde.

    Je suis une jeune fille italienne qui étudie la langue française à l'université La Sapienza, Rome. Le prochain 26 février j'aurai un examen de linguistique française et je n'ai pas compris l'article zéro, sa définition et son utilisation.
    Merci beaucoup!
  • JehanJehan Modérateur
    Bonjour et bienvenue.

    Peut-être les messages précédents de cette discussion pourront-ils t'éclairer un peu !
  • Merci beaucoup. :)

    La langue française est merveilleuse, mais très difficile!
  • JehanJehan Modérateur
    Oh, je suis sûr que la langue italienne ne manque pas de difficultés non plus ! :)
  • Bonjour chers tous,

    Pour poursuivre: s'agit-il aussi de l'article zéro dans "parents d'élèves" ?
  • JehanJehan Modérateur
    Oui, je pense que parent d'élèves est un cas analogue à celui que je citais dans un message précédent de cette discussion :
    "Le cours d'histoire" : encore un exemple de complément avec article zéro, comme tous ceux que je viens de citer pour "homme". Le mot "histoire" (nom de matière scolaire) est pris dans sa plus grande généralité.
  • Bonjour,

    J'ai fini d'étudier depuis longtemps et je suis français mais je suis comme loverscotslady : je n'ai pas compris la signification d'"article zéro".
    Je sais que Jehan est compétent (plus que je ne le suis) mais je ne comprends pas sa réponse.

    Je suis allé chez le marchand, il avait zéro pomme.

    C'est plutôt ça qui me serait venu à l'esprit...

    ?
  • JehanJehan Modérateur
    Ce n'est pas une façon très naturelle de parler...
    Tu dirais plutôt : Il n'avait pas de pommes.

    Ne pas confondre "article zéro" (expression désignant absence d'article, de déterminant) avec un article ( plutôt un déterminant numéral, d'ailleurs) qui serait le mot "zéro".

    Et parcourir, pour information, la page précédente de cette discussion.
  • Et ne pas confondre de forme de l' article indéfini pluriel dans une phrase négative ou devant un adjectif : il y a des pommes, il n'y a pas de pommes, il y a de belles pommes.
  • JehanJehan Modérateur
    Nous sommes bien d'accord. C'est bien pour cela qu'on ne peut pas davantage parler d'article zéro dans "Il n'y a pas de pommes" que dans "Il y a zéro pomme."
  • Merci Jehan,

    J'ai lu la première page. Je comprends bien qu'on parle d'"absence d'article" mais l'expression "article zéro" me paraît bizarre.
    D'ailleurs, dans mon "zéro pomme", zéro n'était dans mon esprit pas un article mais un adjectif comme dans "quatre pommes".
    L'expression "article zéro" fait-elle partie du vocabulaire des grammairiens ?

    Je trouve que depuis qu'Alain Juppé a (il y a longtemps, rien à voir avec l'actualité politique) inventé son "prêt à taux zéro", alors qu'il aurait dû dire selon moi "taux nul", le mot "zéro" est régulièrement utilisé de manière bizarre.
  • JehanJehan Modérateur
    Oui, le terme "article zéro" est utilisé depuis quelques décennies par les linguistes et les grammairiens.
    Cet usage appositif n'est pas isolé : risque zéro, taux zéro, tolérance zéro, croissance zéro, option zéro...
    On emploie aussi, en linguistique, le terme "désinence zéro", pour certains cas de déclinaisons caractérisés par leur absence de désinence.
  • et les sujets zéro ... :)
  • Mais toute absence de déterminant, ou absence d'article, n'est pas un article zéro.
    Voir L'article zéro en français contemporain: aspects syntaxiques et sémantiques de Laurence Benetti, partiellement consultable en ligne.
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.