Fiches méthode Bac de français 2020

1356789

Réponses

  • Je pensais au caractère d'Arnolphe, qui a voulu égoïstement une jeune fille et qui maintenant en fait les frais. C'est le type même du barbon cocu de comédie.
    Tu as aussi du comique de mot, car les mots sont à double sens et le "suspense" dure à cause des répliques interrompues. Arnolphe attend longtemps de savoir ce que le jeune homme a "pris" à Agnès !
  • Effectivement, mais je l'ai plutôt mis dans le comique de situation "arnolphe à élevé Agnès dans l'ignorance, et il en paie les frais", ce qui revient au même. En ce qui concerne le personnage typique, c'est une bonne idée je vais le glisser. Je peux donc faire une deuxième sous partie sur le comique de mots (de langage donc)?
  • Salut , j'ai le même devoir :/ , tu a eu des réponses ? Sa m'aiderai bcp
  • Bonsoir, j'ai un devoir en Français Pouvez vous m'aider??

    Voici les Questions :
    1-l'action progresse t elle au cours de cet acte? Si oui comment ? Sinon quel est l'interet de cet actes?
    2-scene 5 acte 2 du début au vers 557 :quel rôle à joué la vieille femme dans la progression de cette relation ? En quoi ce récit révèle t il l'ignorance d Agnès et les dangers qui en découlent?
    Du vers 558 au vers 587 analysez ce qui rend cette scène comique
    Du vers 607 à la fin de la scène étudiez comment le quiproquo se met en place et à quel moment et par koi il est éclairci. Observez le changement de ton qui en découle chez arnolphe. Sur quelle impression cette fin d'acte nous laisse t elle

    Merci beaucoup de me répondre avant Dimanche SVP
  • JehanJehan Modérateur
    Merci beaucoup de proposer d'abord un petit début de travail et de réflexion de ta part.

    Je te rappelle la charte du site :
  • Bonsoir à tous,

    J'ai un question a faire..
    Donc,
    Il met demandé d'analyser comment le dramaturge fait monter la tension ?

    - J'avais pensé grâce aux questions successive par Arnolphe.

    Merci à tous ceux qui m'aideront
  • Mais, il est évident que ce n'est que 2 questions sur tout un Devoir Maison. Mon devoir Maisonest constitué de 18 questions que j'ai toutes faites, ile ne me reste que les 2 questions.
  • Bonjour :) j'ai un travail (de 2nde) sur L'ecole des femmes Acte II scène 5
    Les questions sont
    1) Situez la scène
    2)Déterminer le plan du texte
    3)Pour chaque personnage, formulez clairement et simplemen son rôle dans la scène, son objectif au début, ce qu'il obtint à la fin
    4)Préparez une lecture expressive de la scène. Quel ton doivent adopter ler personnages ?

    Jai répondu aux questions sauf une :

    1) La scène se situe après la révélation d'Horace. Arnolphe apprit du jeune blondin lui-même, qui ne sut reconnaître en lui "M.de la Souche", qu'Agnès le fréquentait ens on absence. Boulversé il décida d'interrogé la jeune fille, n'obtenant rien de ses domestiques.

    2)Je bloque a cette question...

    3) Le rôle d'Arnolphe est d'enquêté sur la relation entre Horace et Agnès. Son objectif au début était de prétexter une promenade afin d'éclaircir ses soupcons sur leur relation. Il obtient àla fin tout le récit de leur aventure sans problème.
    Le rôle d'Agnès dans la scène a été de donner le récit de ses aventures avec Horace.
    Elle n'avait pas d'Objectif au début et obtient à la fin un sermon D'Arnolphe sur le pêché qu'elle a commis mais elle se rend compte de son amour pour le jeune homme aussi.
    Le rôle de la vieille femme est d'aidé Horace à revoir Agnès. Son objectif au début est de la convaincre a revoir Horace et elle obtient a la fin l'accord de Agnès qui veut bien revoir Horace.

    4) Le ton d'Arnolphe est neutre au début mais il essaye de dissimulé sa jalousie et sa colère quand Agnès lui raconte le succès qu'Horace a auprès d'elle. Le ton est coléreux à la fin car Agnès croit qu'elle va épouser Horace.
    Le ton d'Agnès est neutre, rêveur quand elle parle d'Horace et de leur relation.

    Le ton de la vieille femme est neutre.



    Voila (je n'ai pas mis l'extrait ici car il est trop long mais vous pouvez le retrouvez ici :
    http://clicnet.swarthmore.edu/litterature/classique/moliere/ef/ef.II.5.html )
    J'aimerai de l'aide pour la question 2 et savoir erreurs jai pus faire dans les autres questions pour améliorer mes réponses.
    :)
  • Pour la 2 : la scène se déroule en 3 étapes bien disctintes : tu devrais pouvoir les trouver car tu as compris l'essentiel
  • Bonjour j'ai un devoir à rendre concernant la scène 5 de l'acte II de L'Ecole des Femmes a partir du vers 535 , je dois faire le plan détaillé de cet extrait. J'ai d'abord pensé à parler des quiprocos présents entre Agnès et Arnolphe mais je ne sais pas quoi mettre dans mes parties et quelle problematique mettre.. Merci d'avance
  • AmmyAmmy Membre
    On ne sait pas quel est le passage (la scène est très longue, je ne connais pas par coeur quel est le vers 535), et tu devrais t'aider de toutes les pages qui précèdent, tu trouveras des pistes (par exemple à la page 3 je crois il y a un plan).
  • Bonjour,

    Je quis en seconde et ceci est mon 1er commentaire
    j'ai le commentaire du texte suivant à faire j'ai déjà un plan mais pas de problématique ! Pouvez vous m'aider SVP ?

    Voici mon introduction
    Jean-Baptiste POQUELIN dit Molière est un homme de théâtre. Il est aussi bien auteur, acteur ou metteur en scène. Jean-Baptiste est le chef de sa troupe qui elle-même est la troupe officiel du royaume du roi. Il écrit des comédies et pour certaine des comédies ‘’sérieuse’’ dont l’école des femmes (1662). Molière aborde à travers ses pièces l’éducation des femmes qui est un sujet tabou à l’époque. L’école des femmes est une pièce de théâtre en 5 actes.

    Voici mon plan
    I un double jeu
    A arnolphe questionne agnes
    B la naivete d agnes

    II la decouverte de l’amour

    Et voici l'extrait
    ARNOLPHE
    La promenade est belle.

    AGNÈS
    Fort belle.

    ARNOLPHE
    Le beau jour !

    AGNÈS
    Fort beau !

    ARNOLPHE
    460 Quelle nouvelle ?

    AGNÈS
    Le petit chat est mort.


    ARNOLPHE
    C’est dommage : mais quoi
    Nous sommes tous mortels, et chacun est pour soi.
    Lorsque j’étais aux champs n’a-t-il point fait de pluie ?

    AGNÈS
    Non.

    ARNOLPHE
    Vous ennuyait-il ?

    AGNÈS
    Jamais je ne m’ennuie.

    ARNOLPHE
    465 Qu’avez-vous fait encor ces neuf ou dix jours-ci ?

    AGNÈS
    Six chemises, je pense, et six coiffes aussi.

    ARNOLPHE, ayant un peu rêvé.
    Le monde, chère Agnès, est une étrange chose.
    Voyez la médisance, et comme chacun cause.
    Quelques voisins m’ont dit qu’un jeune homme inconnu :
    470 Était en mon absence à la maison venu ;
    Que vous aviez souffert sa vue et ses harangues.
    Mais je n’ai point pris foi sur ces méchantes langues ;
    Et j’ai voulu gager que c’était faussement...

    AGNÈS
    Mon Dieu, ne gagez pas, vous perdriez vraiment.

    ARNOLPHE
    Quoi ! c’est la vérité qu’un homme...

    AGNÈS
    475 Chose sûre.
    Il n’a presque bougé de chez nous, je vous jure.

    ARNOLPHE, à part.
    Cet aveu qu’elle fait avec sincérité,
    Me marque pour le moins son ingénuité


    AGNÈS
    Qu’avez-vous ? vous grondez, ce me semble, un petit.
    550 Est-ce que c’est mal fait ce que je vous ai dit ?

    ARNOLPHE
    Non. Mais de cette vue apprenez-moi les suites,
    Et comme le jeune homme a passé ses visites.


    AGNÈS
    Hélas ! si vous saviez, comme il était ravi,
    Comme il perdit son mal, sitôt que je le vi ;
    555 Le présent qu’il m’a fait d’une belle cassette,
    Et l’argent qu’en ont eu notre Alain et Georgette.
    Vous l’aimeriez sans doute, et diriez comme nous...

    ARNOLPHE
    Oui ; mais que faisait-il étant seul avec vous ?

    AGNÈS
    Il jurait qu’il m’aimait d’une amour sans seconde [13] :

    560 Et me disait des mots les plus gentils du monde :
    Des choses que jamais rien ne peut égaler.
    Et dont, toutes les fois que je l’entends parler,
    La douceur me chatouille, et là-dedans remue
    Certain je ne sais quoi, dont je suis toute émue.

    ARNOLPHE, à part.
    565 Ô fâcheux examen d’un mystère fatal,
    Où l’examinateur souffre seul tout le mal !
    (À Agnès)
    Outre tous ces discours, toutes ces gentillesses,
    Ne vous faisait-il point aussi quelques caresses ?

    AGNÈS
    Oh tant ; il me prenait et les mains et les bras,
    570 Et de me les baiser il n’était jamais las.

    ARNOLPHE
    Ne vous a-t-il point pris, Agnès, quelque autre chose ?
    (La voyant interdite.)
    Ouf.

    AGNÈS
    Hé, il m’a...

    ARNOLPHE
    Quoi ?

    AGNÈS
    Pris...

    ARNOLPHE
    Euh !


    AGNÈS
    Le...

    ARNOLPHE
    Plaît-il ?

    AGNÈS
    Je n’ose,
    Et vous vous fâcherez peut-être contre moi.

    ARNOLPHE
    Non.

    AGNÈS
    Si fait.

    ARNOLPHE
    Mon Dieu ! non.

    AGNÈS
    Jurez donc votre foi.

    ARNOLPHE
    Ma foi, soit.

    AGNÈS
    575 Il m’a pris... vous serez en colère.

    ARNOLPHE
    Non.

    AGNÈS
    Si.

    ARNOLPHE
    Non, non, non, non ! Diantre ! que de mystère !
    Qu’est-ce qu’il vous a pris ?

    AGNÈS
    Il...

    ARNOLPHE, à part.
    Je souffre en damné.

    AGNÈS
    Il m’a pris le ruban que vous m’aviez donné,

    Merci beaucoup à ceux qui m’aideront

    Cordialement
  • JehanJehan Modérateur
    Bonsoir.

    C'est toi qui as trouvé ce plan, ou bien te l'a-t-on donné ?
    De quel double jeu parles-tu ?
    Aucun ne cherche à tromper l'autre.
    Parle plutôt de quiproquo, de malentendu...
    C'est cela le plus important.

    Qu'entends-tu par "la découverte de l'amour" ?

    D'autre part, je te conseille de parcourir les messages précédents de cette discussion.
    Certains pourront t'aider.
  • non je l'ai trouver ou effectivement je vait parler que malentendu.
    Agnes decouvre la amour au fil de la scene
  • JehanJehan Modérateur
    Agnès ne découvre pas l'amour au cours de la scène...
    Qu'est-ce qui te fait dire ça ?
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.