Il est juste que tout romancier rende aux femmes leur vraie place dans le roman : la première

Bonjour je suis en 1ere s j'ai une disssertation et ne suis pas très doué pouvez vous m'aider s'il vous plait.
Le sujet est <<puisque les femmes ont fait et font encore le succès du genre il est juste que tout romancier leur rende un jour ou l'autre leur vraie place dans le roman : la première>> partagez vous la conception du roman et des personnages exprimée par françois mauriac . J'ai trouvé l'introduction mais je ne trouve pas de plan adaptée donc ne parlons pas de développement. J'ai choisi un plan dialectique .
voila mon introduction " Les femmes n'interviennent jamais dans mes romans tout simplement parce qu'elles parleraient tout le temps et que les autres n'auraient plus rien à dire." jules verne. Nous sommes bien loin du point de vue de François mauriac qui s'exprime ainsi < puisque les femmes ont fait et font encore le succès du genre il est juste que tout romancier leur rende un jour ou l'autre leur vraie place dans le roman : la première>
Il est normal de se demander si la conception des personnages feminins de Mauriac est juste et si son jugement n'est pas arbitraire.
annonce du plan j'avais tenté d amorcer:
I thèse : 1 les femmes dans le roman: leur apport enfin reconnu
2 les romans à succès ayant pour personnages principaux des femmes
II antithèse : 1) les femmes ne sont rien sans un homme
2)les hommes avenir du roman

Réponses

  • Bonjour,
    puisque les femmes ont fait et font encore le succès du genre il est juste que tout romancier leur rende un jour ou l'autre leur vraie place dans le roman : la première
    Ici F. MAURIAC indique simplement que l’humanité nait du ventre de la femme. Nous savons qu’il faut un ovule et un spermatozoïde pour faire un humain, cependant la nidification a lieu chez <au sein du corps de la femme>, c’est donc cet hommage qu’il lui rend par cette phrase. Elle est la terre fécondante, principe de la vie.
    Quand il évoque le mot « genre » c’est de l’humain dont il parle.. Il ne se place pas en biologiste, mais en observateur de la nature ; il signale que c’est par ELLE <la femme> que tout commence, par conséquent elle ne saurait être absente d’aucun roman.
  • Cyclopea a écrit:
    Quand il évoque le mot « genre » c’est de l’humain dont il parle..
    Non, il parle du roman.
    Votre II,1 me semble un peu inquiétant : que voulez-vous y dire exactement?
    Demandez-vous aussi s'il est vraiment pertinent de classer les romans en "romans ayant comme personnage un homme" et "romans ayant comme personnage une femme" : la distinction est sans doute valable pour les romans réalistes, dans lesquels le personnage est indissociable des conditions sociales qui lui sont offertes ("la femme" est un personnage comme "l'ouvrier", ou le "paysan", et Balzac est un des premiers à avoir étudié la condition féminine en tant que telle, dans La Femme de trente ans, ou Physiologie du mariage), mais est-elle toujours valable pour d'autres romans?
    L'ennuyeux, avec ce sujet, c'est qu'il est trop idéologique : il est difficile d'éviter les conclusions sur ce qu'est la féminité.
    Je parie quinze dollars que votre prof est une femme… :P
  • ouais exactement c'est une femme merci pour vos réponses mais j'ai déjà rendu ma copie hier et ma professeur ma dit que ma rédaction n'était pas catastrophique mais qu'elle ne comprenait pas ma démarche c'est la première fois que cela arrive
    mais dans mon II.1 j essayais de dire que dans tous mes romans à succès il y a toujours l'apport d'un homme pour lancer l'histoire . par exemple dans Thérèse Raquin que serait l'histoire sans Laurent l'élément perturbateur. enfin me direz vous que serait l'intérêt de l'histoire si il n'y avait pas d'élément perturbateur mais je ne trouvais pas cela si juste d'"attribuer le succès de l'oeuvre à cette seule présence féminine .
  • Finalement, ce qui fait une histoire, ce ne sont ni les femmes, ni les hommes, mais la rencontre des deux ;)
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.