Prépa littéraire Licence lettres modernes
Capes lettres modernes

2»

Réponses

  • Jeremiades a écrit:
    Finissant bientôt ma licence, dois-je dès maintenant envisager l'agrégation ? (étant donné que je veuille aller jusqu'en thèse) Ou faut t-il s'attendre à une éventuelle suppression puisque je suis dans la promotion qui "expérimentera" les réformes? En effet, c'est un choix crucial pour moi, à savoir si je privilégie la préparation aux concours ou le mémoire !
    mais alors elle va disparaître ? o_O parce que moi j'ai cru comprendre que les réformes n'avaient fait que la renforcer ? D'ailleurs c'est surprenant puisque d'un point de vue européen la france doit supprimer tout concours pour s'uniformiser !!
  • Bonjour,
    J'ai suivi votre discussion avec beaucoup d'intérêt! Bref, vous avez l'air de connaître le système... Je suis en 3e année de LM et je cherche à définir mon sujet de mémoire... J'aimerai parler du désir dans le roman du XXe siècle (Belle du Seigneur / L'insoutenable légèreté de l'être) J'ai constitué une petite bibliographie... Mais je voulais savoir si l'originalité du sujet est primordiale? et votre avis aussi svp ! Avez vous des conseils de lecture?
    Merci d'avance!!
  • L'originalité n'est pas primordiale en M1 (soyons lucides, un étudiant de master ne peut pas complètement révolutionner la recherche en littérature), néanmoins, il faut l'avoir en ligne de mire, car elle donne sens à tout travail de recherche. Autrement dit, éviter autant que possible les poncifs, ce à quoi on parvient facilement en rendant son sujet le plus précis possible (peut-être te faudra-t-il resserer un peu le tien).

    Un sujet original n'est pas forcément un bon sujet, et on peut aussi être original sur des auteurs classiques, tout est question de précision et de perspective.
  • ComateenComateen Modérateur
    Il n'est pas absolument nécessaire que le sujet global soit d'une originalité folle, mais il vaut mieux travailler sur des oeuvres n'ayant été que peu traitées, c'est beaucoup plus intéressant ;).
    Les oeuvres que tu évoques me semble avoir déjà fait l'objet de pas mal d'études, mais après, il faut de toute façon en parler avec ton directeur de mémoire.
  • Oui, il vaut mieux en parler directement avec un directeur, plutôt qu'avec nous : certains enseignants voient d'un mauvais oeil, par exemple, que l'on choisisse des oeuvres par trop mineures, ils y voient peut-être une facilité (pas de masse critique, pas de discours dominant, peu de spécialistes, donc une grande liberté pour l'étudiant). Je connais en revanche un dix-huitièmiste qui refuse de prendre en charge les sujets concernant des oeuvres majeures... cela dépend vraiment des professeurs.
  • ComateenComateen Modérateur
    Le fait de travailler sur des auteurs mineurs ne facilite pas nécessairement le travail, puisque justement, il n'y a pas ou peu d'ouvrages auxquels se référer...Mais on peut voir les choses dans les deux sens, je suis d'accord.
  • Ce n'était pas un jugement de valeur de ma part bien sur, j'aime bien, au contraire, m'intéresser à des auteurs délaissés, ou à une partie méconnue de leur travail. Cette année, les souvenirs autobiographiques de Roger Martin du Gard, entre autres choses plus (re)connues.
  • Comateen a écrit:
    Mais on peut voir les choses dans les deux sens, je suis d'accord.
    Du coup, mieux vaut choisir des auteurs "intermédiaires" ;)

    Il peut toujours être intéressant d'aller consulter le fichier central des thèses pour voir les auteurs en vogue, ou les types de sujets possibles :

    http://www.theses.fr/
  • Pourriez-vous m'indiquer quelques auteurs français "intermédiaires" pour le XVIIe siècle ?
  • Ursus a écrit:
    Pourriez-vous m'indiquer quelques auteurs français "intermédiaires" pour le XVIIe siècle ?
    Sorel, Scarron ( ? ), Bossuet, Guilleragues, Furetière ( ? ), Mlle de Scudéry ( ? ) ... Pour les points d' interrogation, je ne suis pas sûr que ce soit vraiment intermédiaire, à vous de me dire.
    Pour la poésie, Motin, Girard de Saint-Amant, Chassignet, Hopil, de Viau, Voiture.. Certains sont quasi inconnus ( les premiers surtout ).
    L' histoire littéraire, c' est vraiment très utile !
  • Rotrou, Malherbe, La Fontaine (hormis les Fables), d'Aubigné (qui est certes à cheval sur le XVIe), Bayle, ...

    Et je plussoie vivement Sorel, que j'ai découvert dans des circonstances certes peu agréables, mais il vaut vraiment le détour. =)
  • A vous lire, mon problème n'était pas tant de manquer de références que de les classer trop systématiquement dans la catégorie des auteurs mineurs ou majeurs. :P
  • 25p25p Membre
    lapetitemu a écrit:
    J'ai moi-même aussi fait l'erreur de choisir un sujet conseillé par une prof sans vraiment me poser la question de savoir si ça correspondait à mes attentes, et c'est impossible de travailler ainsi.
    Sur quoi tu travailles, si ce n'est pas indiscret ?
  • Je travaillais (j'ai arrêté aussi parce que je prépare l'agrégation, et les deux ne sont pas compatibles...) sur les représentations textuelles et visuelles du monstre dans L'Homme qui rit de Hugo.
    Mais je ne suis pas assez férue de cet auteur (même si la lecture du roman a été une révélation) pour y consacrer un mémoire entier. Trop de contextualisation à faire, ce qui n'est pas ce que je préfère. Et l'idée de travailler sur le texte et sur l'image (les illustrations d'époque du roman) ne m'a finalement plus tellement emballée, une fois passées les premières découvertes.
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.