Grammaire française Participe passé

Bonjour,

Voilà, je me trouve devant ces difficultés :

"Je t'ai laissé choisir."
"Je l'ai entendu jouer."

Sachant que l'on parle à une femme, doit-on accorder les verbes (laissée, entendue)?
Je ne connais pas la règle pour ces cas.

Merci :)
Mots clés :
«13456

Réponses

  • "Je t'ai laissé choisir."
    "Je l'ai entendu jouer."
    L'accord du participe passé se fait si le pronom personnel est le sujet de l'infinitif.
    Donc dans le cas de la première phrase, si on parle à une femme : "Je t'ai laissée choisir." Mais depuis la forme de 1990, après laisser (comme après faire) on peut laisser le participe invariable : "Je t'ai laissé choisir."

    Pour la 2ème phrase, l'interlocuteur ne compte pas, ce qui compte c'est ce que représente "l'" :
    Si c'est une femme : Cette pianiste, je l'ai entendue jouer, puisque c'est bien la pianiste qui joue.
    Si c'est une chanson : Cette chanson, je l'ai entendu jouer, pas d'accord puisque "l'" n'est pas sujet de l'infinitif mais son complément.
  • JehanJehan Modérateur
    Bonsoir.


    Depuis la réforme 1990, pour le participe passé "laissé" suivi d'un infinitif, l'invariabilité est tolérée. Il y a mieux, c'est également toléré pour tous les verbes :
    — Le ministre de l’Instruction publique et des Beaux-Arts Georges Leygues écrivait dès 1901 : « Pour le participe passé construit avec l’auxiliaire avoir, lorsque le participe passé est suivi soit d’un infinitif, soit d’un participe présent ou passé, on tolèrera qu’il reste invariable, quels que soient le genre et le nombre des compléments qui précèdent. » (Grévisse, p. 1158)
    Mais je te donne tout de même la règle traditionnelle :
    le participe s'accorde si c'est bien son COD (et pas celui de l'infinitif) qui est placé avant.

    Je t'ai laissé insulter
    Ce n'est pas toi qui as insulté, on t'a insultée. ( = J'ai laissé insulter toi.)
    Le t' est COD de "insulter" et pas du participe.
    Le participe ne s'accorde pas.

    Je t'ai laissée choisir.
    C'est toi qui as choisi, on ne t'a pas choisie.
    Le t' n'est donc pas COD de choisir, mais du participe.
    On accorde le participe.

    Même chose avec :

    La chanson, je l'ai entendu chanter.
    Ce n'est pas la chanson qui a chanté...
    On a chanté la chanson. ( l' )
    Le l' est COD de "chanter" et pas du participe.
    On n'accorde pas.

    La femme, je l'ai entendue chanter.
    C'est la femme qui a chanté, on ne l'a pas chantée.
    Le l' n'est donc pas COD de chanter, mais du participe.
    On accorde le participe.
  • Bonsoir Jehan,

    Je crois que l'arrêté Haby n'a de largesses que pour certains examens (voir ici). Sinon, la réforme de 1990 ne concerne que le verbe « laisser », traité comme le verbe « faire ». Les autres verbes suivent la règle traditionnelle.

    Muriel
  • JehanJehan Modérateur
    Bonsoir, Muriel.

    Il faudra sans doute patienter encore quelques décennies, alors... ;)
  • Je ne comprends pas la logique qui peut nous pousser à ne pas faire l'accord du participe dans ces cas-là. D'ailleurs, quelle est la fonction de "faire" dans "Je t'ai laissé faire" ? Complément de l'objet "t' " ?
  • L'accord se fait selon la règle habituelle : si le COD est placé avant le verbe, on accorde :
    Cette femme, je l'ai entendue chanter : l' est à la fois COD de entendre et sujet de chanter. Il y a donc accord. Chanter est le verbe de la proposition infinitive, il n'a donc pas de fonction.
    Cette chanson, je l'ai entendu chanter : l' est là COD de chanter et non de entendre, il n'y a donc pas d'accord. Chanter est COD de entendre.

    Pour faire, et maintenant laisser, on considère que ce sont des semi-auxiliaires pour exprimer le factitif, le fait que le sujet fait (ou parfois laisse) effectuer l'action par un autre agent que lui-même.
    Donc dans "Je t'ai laissé faire", faire est tout simplement le verbe de la phrase sous une forme factitive.
  • Bonjour,

    Pourriez-vous m'aider. Doit-on écrire :" Pelez les pommes que vous aurez faites revenir." ou bien "...que vous aurez fait revenir."?
    Merci d'avance!
  • JehanJehan Modérateur
    " Pelez les pommes que vous aurez fait revenir."

    Quand "fait" est suivi d'un infinitif, comme a expliqué Anne, il s'agit d'une forme factitive,
    et le participe reste toujours invariable.

    En effet, ici, le "les" n'est pas COD du participe.
    Ce ne sont pas les pommes (= les) qui sont faites.
    Il ne s'agit pas de "faire" les pommes, mais de "faire revenir" les pommes.
  • Merci beaucoup, votre explication est très claire.
  • Bonjour,

    J'ai eu à corriger un texte qui comportait la phrase suivante :

    Tous ces médicaments se sont révélés avoir un effet athérogène.

    Les médicaments n'ayant pas révélé eux-mêmes, a priori, je ne considère pas "se" comme un COD et j'accorde "révélé" au singulier, mais je me trompe peut-être.

    C'est un point un peu délicat et si je suis en général quasiment incollable sur le sujet de l'accord des participes passés, là j'avoue avoir soudain un gros doute !

    J'ai eu beau chercher çà et là dans mes livres et sur internet, je n'ai rien trouvé (ou rien su trouver, mea culpa).

    Quoi qu'il en soit, même si j'ai raison, je ne sais pas vraiment expliquer pourquoi à mon interlocuteur et cela est gênant...

    J'ai besoin de vos lumières pour... éclairer ma lanterne et la sienne !

    Merci d'avance à ceux et celles qui se pencheront sur le sujet... ou sur le COD... et
  • Jean-LucJean-Luc Modérateur
    Bonjour,

    Dans cette phrase, se révéler est un verbe accidentellement pronominal de sens réfléchi.
    Le pronom "se" est bien COD et donc l'accord du participe passé se réalise avec lui.
    En revanche "avoir un effet athérogène" est attribut de se révéler qui au sens de apparaître comme a la valeur d'être + attribut.
  • JehanJehan Modérateur
    Bonjour et bienvenue.

    Non, bien sûr, les médicaments n'ont pas révélé eux-mêmes.
    Pas plus que l'hypothèse n'a révélé elle-même dans cet exemple du Robert pour se révéler + adjectif.
    L'hypothèse s'est révélée exacte.
    On constate cependant que l'accord se fait.
    Verbe accidentellement pronominal... accord avec le sujet.
    De toute manière, pour justifier le non-accord, il faudrait considérer "se" comme un COI, ce qui est manifestement faux : les médicaments ne révèlent rien à eux-mêmes...

    Tant pour "s'avérer" que pour "se révéler", le Robert n'évoque que la construction "verbe + adjectif attribut", et reste muet sur la construction "verbe + infinitif avoir", ne précisant pas si elle est licite. Le Trésor de la Langue français ne mentionne lui aussi que la construction avec attribut. Il est cependant permis de trouver une équivalence adjectivale.
    Ce qui justifierait l'accord dans tous les cas :

    Les médicaments se sont révélés avoir un effet athérogène. = Les médicaments se sont révélés (être) athérogènes.
  • Très bien vu, merci beaucoup !
  • Pourquoi ne pas appliquer tout s'implement la règle de l'accord du participe passé suivi d'un infinitif ? Le résultat est évidemment le même, mais avec moins de bricolage.
  • Bonjour, dois-je écrire : "Elle ne s'est pas laissée faire" ?
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.