Prépa littéraire Licence lettres modernes
Capes lettres modernes

Bonjour,
Je suis lycéenne en Terminale S et j'aimerai beaucoup entreprendre deux licences simultanées de philosophie et de lettre à Paris l'année prochaine, ou alors faire Hypokhagne. Ça fait quelque temps que j'essaye de chercher des infos sur le net, mais je n'arrive pas à comprendre clairement la différence entre une bi-licence, un double-parcours, deux licences indépendantes etc. Est-ce que quelqu'un pourrait m'éclairer?
Merci.
Mots clés :
«1

Réponses

  • Il n'y a pas que toi qui ne t'y retrouves pas, puisque le terme de bilicence ne recouvre pas la même chose selon l'université !

    Bi-licence : les étudiants obtiennent deux licences : exemple à Paris IX+ Diderot : Bi-Licence "Sciences - Philosophie" ou "Sciences - Histoire" à Paris IV + Diderot...
    Alors que dans d'autres cas, on obtient qu'une licence en bi-licence et deux en double parcours, exemple à Paris I.
    Il y a aussi des universités qui parlent de doubles majeures, une seule licence mais mentionnant les deux matières en ne faisant que les UE majeures dans chacune des disciplines par exemple à Lyon III (http://facdephilo.univ-lyon3.fr/).

    L'avantage d'une formation double organisée, quel que soit le nom qu'on lui donne, est qu'il ne peut y avoir de problème de chevauchement d'emploi du temps ou, pire, de dates d'examens. Les emplois du temps sont allégés par rapport à la somme de ceux des deux licences (langue, méthodologie, pré-professionnalisation, par exemple, n'existent qu'en n exemplaire).
  • Ohlala non, tout n'est pas si rose dans le joli monde de l'université... C'est effectivement à peu près possible au niveau de l'emploi du temps, et c'est effectivement légèrement aménagé pour quelques doubles parcours (avec, par exemple, une LV1 et une LV2 obligatoires, mais pas deux LV1 d'anglais à suivre comme ça peut se faire par endroits...), par contre pour les examens, ça reste (souvent, mais ça dépend des universités) une galère quand on est en double parcours.
  • L'avantage d'une formation double organisée, quel que soit le nom qu'on lui donne, est qu'il ne peut y avoir de problème de chevauchement d'emploi du temps ou, pire, de dates d'examens. Les emplois du temps sont allégés par rapport à la somme de ceux des deux licences (langue, méthodologie, pré-professionnalisation, par exemple, n'existent qu'en n exemplaire).
    Si seulement c'était vrai... Mais au sein d'un seul cursus, il y a déjà souvent des chevauchements d'horaires !...
  • Bonjour, je ne sais pas comment fonctionnent les universités parisiennes au niveau des doubles licences. Mais à Lyon III, il existe effectivement une licence bi-disciplinaire, sur le papier tout va bien, mais dans la réalité, il y a de nombreux problèmes d'emploi du temps, cette année en L1 pour le premier semestre il n'y a pas eut de problème d'examen, mais ce n'est pas toujours le cas. En début d'année, il y avait plusieurs inscrits, actuellement ils ne sont, à ma connaissance, plus que deux... Il était difficile de concilier les lettres et la philosophie à cause de la quantité de travail à fournir.... A Lyon, une double majeure te permet de ne pas suivre de mineurs, mais je ne sais pas pour les autres universités. Choisir de faire deux licences est à mon avis guère possible, sans aménagement, il est presque impossible d'assister à tous les cours, ce qui demanderai un gros travail de rattrapage... Il me semble que ce qui se nomme "bi-licence" est un drôle d'arrangement, il y a forcément une des deux matières qui est moins approfondie... Renseignes-toi bien avant de faire un choix, tu pourrais le regretter... Je te conseillerai si tu le peux de faire une hypokhâgne.
  • Bonjour et merci pour vos réponses...
    Après réflexion, je pense que la prépa serait le choix optimal... Je me perds déjà dans le jargon académique (et je ne sais pas très bien comment le système majeur/mineur fonctionne...), ça ne peut être que plus compliqué dans la réalité... Je tente le coup pour hypokhagne. Ça me permettrait de ne pas abandonner certaines matières qui me tiennent à coeur (même si j'ai une préférence pour les lettres et la philo, j'aimerai beaucoup continuer l'histoire encore un an ou deux).
    C'est un peu pour les indécis comme moi que les prépas sont faites (ok, bien sur, et pour ceux qui veulent passer les concours...)
    Reste encore à sélectionner mes voeux...

    PS: Juste au cas ou je postulerai quand même en L1 sur le cite admission postbac (On ne sait jamais). Je dois classer mon voeu de L1 après mes voeux de CPGE, vu la sélectivité, non? Mais si jamais je suis prise en CPGE et que finalement je choisis de faire une licence, mon voeu de L1 serait annuler?
  • Mais si jamais je suis prise en CPGE et que finalement je choisis de faire une licence, mon voeu de L1 serait annuler?
    Oui, définitivement.
  • Oui pour Admission post-bac, mais tu pourras aller t'inscrire directement à l'université.
  • Ah donc on ne doit pas obligatoirement passer par admission post bac pour aller en L1... Intéressant...Nous aurait-on menti :P?
  • anaaanaa Membre
    Je suis en hypokhâgne à Paris et je pense sérieusement me réorienter l'année prochaine. J'aimerais beaucoup intégrer la licence Philo-lettres de Paris I, est-ce que quelqu'un aurait suivi ce cursus et pourrait m'expliquer en quoi cela consiste exactement ? La charge de travail, la part octroyée aux lettres, la qualité de l'enseignement de la philosophie ?
    Merci d'avance !
  • morulamorula Membre
    Salut,

    Désolée de squatter le topic pour poser une question qui a sans doute déjà dû être posée plein de fois, mais: Quelle différence y a-t-il entre les bi-licences, double-licences, et lettres parcours langues ?!
    Je compte moi aussi faire lettres modernes/anglais, mais pour le moment c'est mal parti puisque je ne comprends pas exactement ce que ça recouvre... Le latin est-il obligatoire dans toutes les facs quand on suit ce cursus?
  • En théorie (vraiment en théorie...), bi-licence = deux licences avec horaires et examens aménagés pour pouvoir suivre tous les cours, plus de cours qu'une licence normale mais pas autant que deux licences suivies séparément (en gros tu ne suis que qq cours dans chacune des deux licences). Dans certaines facs, ça donne droit à un double diplôme et/ou le choix d'un master dans les deux disciplines suivies. Je crois que les "bi-parcours" correspondent à peu près à la même chose.
    Double licence = deux licences suivies entièrement (avec qq cours qu'on peut néanmoins 'croiser' entre les deux cursus, surtout au sein d'une même fac), aucun aménagement de prévu mais double diplôme à la fin.

    Je pense que la différence principale est le travail qu'il faut fournir : j'ai des amis en "bi-licence" / "licence parcours truc" et ils ont un peu plus de 20h de cours. Je suis en double licence, j'ai 30h de cours (et encore, parce que je suis trois cours qui comptent dans les 2 licences, sinon j'aurais 35h de cours...). Une double licence demande plus de boulot tout simplement parce qu'il y a plus de matières, donc plus de devoirs à rendre, plus d'exposés et plus de partiels.
    Honnêtement, je ne conseillerais pas un élève sortant du bac de se lancer dans une double licence (d'ailleurs je crois que ce n'est administrativement pas autorisé dans certaines facs).
  • morulamorula Membre
    Ah, merci beaucoup! Cela me tracassait depuis un bout de temps!
    Je ne comptais pas faire une double licence, mais plutôt une licence parcours anglais, j'ai donc fait le bon choix =D.
    Et pour le latin? Sais-tu s'il est obligatoire partout? J'ai peur de me faire avoir. Par exemple, sur le site de la fac d'Angers, ce n'est pas dit qu'il y a du latin, alors je me demande si c'est un oubli ou pas.
    En tout cas, merci encore pour ta réponse!
  • Dans certaines facs, le latin est facultatif et peut être remplacé par de la
    "culture antique" : il faut que tu essaies de trouver le détail
    des formations sur le site des facs qui t'intéressent. Après à toi de voir s'il est vraiment judicieux d'étudier les lettres modernes sans acquérir au moins des bases en latin...
    Enfin si tu en as déjà fait et que tu n'as pas envie de continuer, d'accord, mais si tu n'en as jamais fait, sache que c'est loin d'être insurmontable comme matière !
    Je ne peux parler que de ce que je connais (c'est à dire les cours à Paris III), mais les exigences ne sont pas énormes : en bossant relativement sérieusement, on s'en sort normalement bien.
  • morulamorula Membre
    D'accord, c'est bien ce que je pensais, merci =). Je vais essayer de trouver une fac qui propose de la "culture antique".
    Je fais du latin depuis la 5ème, et la grammaire latine me sort par les yeux. J'ai commencé à en avoir vraiment marre en Seconde, et je me suis dit que ça aurait été idiot d'avoir souffert pendant 4 ans pour rien, donc j'ai continué. Mais bon, le masochisme a ses limites... Et puis je ne vois pas l'intérêt d'étudier le latin de toute façon, pas plus que l'ancien français d'ailleurs, j'espère donc que ce sera intéressant!
  • Heu je ne veux pas t'inquiéter, mais une licence de lettres modernes n'est pas une licence de littérature : si tu trouves que les matières 'techniques' (il y a aussi beaucoup de linguistique en lettres, et c'est rarement la matière préférée des étudiants...) sont sans intérêt, tu risques de regretter ton choix assez vite... Enfin peut-être qu'en bi-parcours, il n'y a pas d'ancien français (c'est le cas à Paris III), mais bon, la littérature reste un enseignement parmi d'autres...
  • morulamorula Membre
    Oups... Je pensais que la littérature était vraiment une des matières majeures...
    Qu'étudie-t-on exactement en linguistique?
  • Morphologie, syntaxe, sémantique, stylistique... Mais rien ne sert de t'affoler par ce vocabulaire barbare, outre les termes complexes, je ne trouve pas la linguistique en soi exceptionnellement dure. En général, on comprend assez vite !

    Sinon, il ne faut pas exagérer, la littérature prend quand même 70% à 80% de l'enseignement en licence de lettres modernes. J'ai beaucoup plus de matières strictement littéraires que "techniques".
  • morulamorula Membre
    Ouf, me voilà rassurée! Merci!
    Déjà que j'hésitais pas mal à propos de mon orientation...
    J'étais allée voir ce qu'étaient ces termes barbares, et ça me semblait intéressant, quoique un peu aride. D'où mon envie d'avoir des cours plus animés, parce que mon ami Wikipedia est un peu... Terne par moments =D.
    L'étude de l'ancien français ressemble plus à celle de n'importe quelle langue qu'à un cours de linguistique, non?
  • Ah non par contre pour l'ancien français, c'est loin de ressembler à une langue étrangère ! Tout d'abord on ne l'étudie pas pour la parler, donc pas d'oral. Cela reste strictement de l'écrit. Je dirai que l'étude de l'AF ressemble plutôt au latin mais cela reste quand même (à mon sens) plus simple.
  • Jeremiades a écrit:
    Sinon, il ne faut pas exagérer, la littérature prend quand même 70% à 80% de l'enseignement en licence de lettres modernes. J'ai beaucoup plus de matières strictement littéraires que "techniques".
    Pas dans ma fac / à mon niveau d'études !

    Concrètement, ce semestre, j'ai :

    - 4h de littérature "de siècle"
    - 1h30 de littérature comparée

    - 3h de linguistique
    - 2h d'ancien français
    - 1h30 de latin
    - 1h de culture antique

    Soit 5h30 de littérature 'pure' contre 7h30 de matières 'techniques' ou de culture générale : on est loin des 70/80% de littérature !

    Ne suivant pas d'UE libre (2h plus ou moins de littérature, mais il est possible de choisir cet enseignement dans n'importe quel autre ufr...), d'UE pro (2h qui ne sont pas de la littérature) ni de cours d'anglais (1h30, toujours pas de la littérature), je devrais normalement avoir 7h30 de littérature (6h30 au premier semestre) contre 11h de matières 'techniques' ou autres : il ne me semble pas avoir énormément exagéré la place relativement réduite de la littérature en licence de lettres !
    Mais je veux bien croire que certaines facs proposent réellement un majorité de cours de littérature.
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.