Prépa littéraire Licence lettres modernes
Capes lettres modernes

Bonjour,
étudiante en Master 2 Lettres Modernes, je vous sollicite afin d'obtenir une information sur les affectations possibles d'un lauréat du capes. En fait, j'aimerais savoir s'il est possible pour un certifié d'être affecté au sein de l'enseignement supérieur en qualité de doctorant contractuel ( ce que semble suggérer le guide sial sur le site education.gouv) ?
J'ai pour ambition de devenir enseignant chercheur. Je sais cependant que ce type de vocation s'accompagne d'une multitudes d'obstacles. Il est clair qu'il est important d'obtenir l'agrégation et de mener à bien une thèse. Mais, le nombre de poste offert à l'agrégation est très restreint. J'ai peur de devoir le passer plusieurs fois et de ne pas supporter des échecs multiples. Alors que faire ? Une thèse ne suffit pas à obtenir un poste d'enseignement chercheur. Obtenir le concours de l'agrégation est extrêmement difficile. Et par ailleurs, la question financière se pose elle aussi. Pourrais-je être affecté dans l'enseignement en tant que doctorant contractuel avec le capes. J'attends vos conseils. Merci.

Géraldine.
Mots clés :
«1

Réponses

  • Je sais que c'est possible, ma mère à seulement le doctorat et est maître de conférence quelques heures par mois. Le reste du temps, elle est professeur en lycée. Elle a obtenu sa thèse alors qu'elle était déjà en poste avec le capes. Cependant, c'était y a plusieurs décennies... c'est possible que le système ne soit plus contractuel.

    Si tu souhaites un poste de professeur en faculté : quasi impossible voire impossible. Il y a beaucoup d'agrégés qui ne parviennent pas à avoir de postes déjà. La raison est assez "simple" : l'agrégation interne n'est pas perçue à la même valeur que l'agrégation externe.
  • Ce n'est pas vraiment la question (bien sûr qu'on peut enseigner dans le supérieur sans agrégation, et aussi sans CAPES). La question portait sur la procédure d'affectation : normalement, un tel contrat permet de "valider" le stage post-concours.
  • ComateenComateen Modérateur
    Arthur a écrit:
    (bien sûr qu'on peut enseigner dans le supérieur sans agrégation, et aussi sans CAPES).
    En théorie, en théorie…le "bien sûr" me paraît un peu excessif, car en pratique,
    il y a déjà tellement de demandes de la part des agrégés, qu'il me paraît difficile d'y parvenir sans cette fameuse agrégation. Certains y parviennent, effectivement, mais je crois qu'il ne faut pas en faire une règle générale...
  • C'est le cas de presque tous les doctorants et professeurs étrangers.

    C'est aussi le cas d'une majorité de ceux qui enseignent dans une matière sans agrégation, et d'autres dans des matières qui ont leur agrégation (particulièrement dans les matières scientifiques et économiques, c'est vrai, mais pas uniquement). Ça ne les empêche pas d'être remarqués et de réussir (même si je ne suis absolument pas favorable à la suppression de l'agrégation, pour ma part).
  • ComateenComateen Modérateur
    Oui mais ça n'a rien à voir...! Et j'aimerais bien connaître tes chiffres ;). D'autant que les professeurs étrangers ne sont pas recrutés sur le même plan que les enseignants français.
  • Je ne crois pas avoir parlé de chiffres. Je crois connnaître un peu (moins que d'autres, j'en conviens, puisque je ne suis pas dans la discipline) la situation des lettres, et des lettres modernes. J'ai simplement fait remarquer que le CAPES comme l'agrégation ne sont pas un prérequis nécessaire à des études (et à des allocations, si le dossier est bon) doctorales. Des étrangers, qui ne souhaitent pas ou n'ont pas la formation requise pour passer l'agrégation, bénéficient de ces mêmes allocations (y compris de postes d'ATER dans certains cas). Et cela vaut aussi pour les Français eux-mêmes : quitte à relativiser grandement la question, la chaire de littérature française dans notre pays est tenue par quelqu'un qui n'est ni normalien, ni certifié, ni agrégé, mais polytechnicien et ingénieur (et qui a bénéficié malgré tout cela d'une allocation en lettres, à la Fondation Thiers). Le recrutement des professeurs étrangers varie, mais dans bien des établissements il est identique à ceux de leurs collègues français.

    Pour répondre à la question : préparez l'agrégation (il n'est pas certain que ce soit beaucoup plus difficile de la réussir que de faire une bonne thèse, après tout) et postulez pour ce contrat doctoral. Si vous échouez à l'agrégation et bénéficiez de cette allocation, vous aurez un choix difficile à faire... Passer le CAPES en sus me semble peu stratégique, mieux vaut à mon avis se concentrer sur un seul concours.
  • Enfin, si on compare le nombre d'allocations de recherches dans chaque fac avec le nombre d'agrégés dans chaque fac, on sait très bien qu'il n'en reste presque plus pour les autres ensuite.

    Je préciserais tout de même que si l'obtention d'un concours n'est pas une condition sine qua non, un ou deux essais, même soldés par un échec, font bien meilleur effet sur un dossier qu'un refus catégorique de tenter sa chance. Les enseignants-chercheurs, comme leur nom l'indique, sont des enseignants. Pour ma part, même si la recherche est une voie bien particulière, j'ai du mal à concevoir qu'on rejette le métier d'enseignant (avec souvent un peu de mépris) tout en prétendant vouloir être en poste à l'université. Oui, secondaire et supérieur sont deux choses différentes, mais tout de même, c'est aussi l'intention qui compte. Penser le contraire, c'est encourager ces profs que nous avons tous croisés, et qui privilégient sans partage leur travail personnel de recherche sur le temps qu'ils devraient passer avec leurs étudiants (temps pour lequel ils sont aussi rémunérés.)

    Enfin, on peut aussi être enseignant dans le secondaire sans avoir aucun concours, il suffit d'une licence ou d'un master1, et l'on devient vacataire, remplaçant, etc. C'est possible, comme de briguer un poste d'enseignant-chercheur sans être agrégé, à condition d'accepter d'avance une chose : la précarité et le manque de perspective.
  • Paige a écrit:
    Je sais que c'est possible, ma mère à seulement le doctorat et est maître de conférence quelques heures par mois. Le reste du temps, elle est professeur en lycée. Elle a obtenu sa thèse alors qu'elle était déjà en poste avec le capes.
    Bonsoir, =)

    On est difficilement maitre de conférence ET professeur de lycée, en même temps, je crois.

    Si tu dis qu'elle a le CAPES, elle est professeur certifiée, et j'imagine que les quelques cours qu'elle donne à l'université, c'est en tant que chargée de cours, ou bien PRCE (PRofesseur CErtifié affecté dans l'enseignement supérieur). Maitre de Conférence est un poste à temps plein, normalement.

    Mais peut-être que je me trompe. =)

    Sinon, pour revenir à la question initiale, envisager un poste d'enseignant chercheur sans agrégation dans les disciplines qui la proposent, aujourd'hui, relève de la gageure !

    Cordialement.
  • Il est possible de valider son stage en étant allocataire moniteur (bourse de thèse + petit service dans une université) ou en étant ATER (temps complet temporaire (entre 1 et 4 ans maximum) dans une université). Si le contrat vous est proposé alors que vous êtes déjà titulaire, il faut que le rectorat dont vous dépendez accepte de vous détacher, ce qui, aujourd'hui, n'est pas systématique.

    Vous semblez reculer devant l'agrégation parce que le nombre de postes y est faible; il faut se rendre compte que le recrutement dans le supérieur présente encore moins de postes. L'université sait très bien attirer les étudiants quelques années par ces salaires temporaires (elle en a besoin de ces enseignants-précaires pour fonctionner, mais aussi pour gonfler son nombre d'étudiants), mais lorsqu'on se trouve confronté à la recherche de vrais débouchés, la réalité est tout autre ; c'est pourquoi il ne faut pas s'engager dans une thèse en LSH avant d'avoir une solution de repli, notamment un concours de l'enseignement secondaire.

    Avec un cursus universitaire traditionnel (sans venir de l'étranger et sans être normalien), les chances d'avoir un poste à l'université sans agrégation sont plus qu'infimes.
  • zozzie a écrit:
    En fait, j'aimerais savoir s'il est possible pour un certifié d'être affecté au sein de l'enseignement supérieur en qualité de doctorant contractuel ( ce que semble suggérer le guide sial sur le site education.gouv)
    En théorie, c'est possible, mais en pratique, les postes se réduisent (les facs préfèrent embaucher des vacataires plutôt que des ATER) et pour espérer obtenir un poste ATER mieux vaut être agrégé, et normalien…

    L'agrégation est difficile à obtenir, mais une thèse est tout aussi difficile à finir. Je vous conseille donc fortement de passer l'agrégation (en externe ; en interne si vous obtenez d'abord le CAPES) ; de demander une allocation de recherche ; si vous n'en obtenez pas, de demander des postes d'ATER ; si vous n'en obtenez pas, d'enseigner dans le secondaire (éventuellement à mi-temps) tout en préparant votre thèse.
  • Merci pour vos réponses.
    En réalité, j'ai toujours désiré enseigner et à côté de cela le travail de recherche me passionne ( approfondir une question, se spécialiser, avoir une certaine liberté dans le choix du sujet traité). Mais cette passion pour le travail personnel de recherche s'allie aussi fortement avec un désir d'enseigner, une envie de partager un certain nombre de connaissances, c'est pourquoi je ne crains pas devoir enseigner au lycée bien au contraire. Mais, mon idéal serait bien sûr d'obtenir un poste en fac pour pourvoir allier ces deux exigences ( recherche et enseignement). Or, je sais que la réalité des faits démontre qu'une thèse ne garantie pas l'obtention d' un poste en fac, l'agrégation est la voie privilégiée, voie nécessaire. Aussi, je pense qu'il va me falloir tenter le concours de l'agrégation même si mes chances de l'obtenir sont restreintes vu le nombre de poste. D'autant plus que ma vie personnelle et des contraintes financières ne me permettent pas de repasser à l'infini le concours de l'agrégation. Peut-être me faut-il également préparer en même temps le capes ? Que me suggérer vous ? Faut-il obtenir le capes puis ensuite l'agrégation en interne ? Faut-il tenter l'agrégation externe plusieurs fois ? Mes chances d'être affecté en qualité de doctorant contractuel en tant que certifié sont-elles si restreintes ? Merci d'avance des réponses que vous pourrez m'apporter.
  • zozzie a écrit:
    Peut-être me faut-il également préparer en même temps le capes ? Que me suggérer vous ? Faut-il obtenir le capes puis ensuite l'agrégation en interne ? Faut-il tenter l'agrégation externe plusieurs fois ? Mes chances d'être affecté en qualité de doctorant contractuel en tant que certifié sont-elles si restreintes ? Merci d'avance des réponses que vous pourrez m'apporter.
    Si tu prépares très sérieusement l'agrégation (notamment grammaire, ancien français, latin, langue vivante), tu seras déjà bien préparée pour le Capes. On peut donc préparer les deux en même temps, et personnellement je le conseillerais : trop d'étudiants attendent l'année de report de stage du Capes pour se lancer dans l'agreg, alors que ce deuxième concours nécessite souvent plus qu'une seule tentative. Enfin, on a beau dire, l'interne est moins valorisée que l'externe, et surtout, il faut profiter de la motivation du moment : je doute que dans 5 ans, quand tu auras un rythme, une classe et peut-être une famille, tu puisses te consacrer pleinement à l'interne. Le retour aux études n'est pas toujours aussi facile qu'on le croit, passé un certain temps.
  • Je crois en effet que la préparation des deux concours soit la meilleure solution en ce qui me concerne. Cependant, suite à la nouvelle réforme ( masterisation...), les épreuves des deux concours (agreg/capes) ne seront elles pas modifiées et dès lors davantage différenciées ? Il me semble que l'un des enjeux de la réforme est de distinguer les futurs enseignants du supérieur de ceux du secondaire. Quelles seront les épreuves du capes 2011 ? Je crois, en ce qui concerne l'agreg, qu'il restera en état.
  • ComateenComateen Modérateur
    A priori il y aura toujours une dissertation en littérature; par contre, l'épreuve de grammaire et d'ancien français sera "mélangée", et il faudra traiter les deux en 2h.
  • zozzie a écrit:
    ...Aussi, je pense qu'il va me falloir tenter le concours de l'agrégation...
    Oui.
    zozzie a écrit:
    Peut-être me faut-il également préparer en même temps le capes ?
    Non.
    zozzie a écrit:
    Faut-il tenter l'agrégation externe plusieurs fois ?
    Oui.
    Donnez-vous vraiment les moyens de votre ambition. Consacrez-vous à fond à cette tâche.
    Il sera toujours temps de vous replier sur le Capes (ou quoi que devienne son nom) ensuite, si ça ne veut vraiment pas sourire.
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.