Grammaire française Participe passé

Voici ce que j'ai lu dans la grammaire de Riegel, Pellat, Rioul:


la pelouse était couverte de faibles vapeurs condensées (Nerval): couverte est analysé comme attribut du sujet plutôt que comme passif.

Les grammairiens mettent donc cette citation sur le même plan que la phrase la montagne semble éloignée où l'on comprend bien qu'éloignée a valeur d'adjectif attribut.
Mais tandis que cette dernière phrase n'admet pas de complément d'agent (ni même implicitement), j'en trouve un dans les "faibles vapeurs condensées"...


Le père mort, les fils vous retournent le champ (La Fontaine): mort est participe passé, noyau de la participiale le père mort. Cela vous semble-t-il exact?
Si on m'avait proposé cette phrase, j'aurais parlé d'un attribut du sujet avec ellipse du verbe d'état, comme dans le père ivre, tout va à vau-l'eau.

Enfin, et cela n'a désormais plus rien à voir avec la célèbre grammaire verte, si je dis une fois la souris mangée, le chat s'en alla, voyez-vous une subordonnée participiale? Personnellement je répondrais oui, mais je me suis posé la question du sujet réel de l'action: à chaque fois c'est le chat, ce qui revient à dire après avoir mangé la souris le chat s'en alla. Or, cette dernière proposition comporte-t-elle une participiale? Ne faut-il pas deux sujets différents, un pour chaque verbe?
Mots clés :
«134

Réponses

  • 1. Pour distinguer participe passé et adjectif on considère la syntaxique : le participe passé admet des compléments de verbes, COD, COI et CC, alors que l'adjectif n'admet que des compléments d'adjectifs. Il y a ambiguïté pais comme il n'y a pas de référence à l'action (aspect tensif), je privilégierais une action achevée (aspect extensif) donc l'adjectif dans pour la pelouse était couverte de faibles vapeurs condensées.

    2. Le père mort, les fils vous retournent le champ = Le père (étant) mort, les fils ... :
    participe présent passif, donc participiale.

    3. Une fois la souris mangée, le chat s'en alla = la souris ayant été mangée, le chat... : participe passé passif, 2 sujets différents donc participiale.
  • Merci pour cette première contribution. Je voudrais voir développer quelques points:

    si j'écris le père étant ivre, ivre n'en reste pas moins un adjectif. Pourquoi mort ne peut-il être un simple adjectif dans le cas présent? J'entends bien sûr un adjectif attribut et non épithète.

    D'accord pour la participiale avec la souris et le chat comme sujets respectifs, mais dans la phrase après avoir mangé la souris, le chat s'en alla, comment analyse-t-on après avoir mangé la souris?
  • étant ivre / étant mort : Effectivement pour mort, il est possible de considérer que c'est un adjectif attribut.

    Après avoir mangé la souris : complément circonstanciel de temps.
  • Merci, voilà qui a été rondement mené.
  • Bonjour tout le monde.

    Je suis nouveau dans ce site et j’espère trouver des réponses à mes questions et aussi apporter ma contribution.
    Voici mes questions s’il vous plait:

    1- Est-ce que quelqu'un peut m'expliquer clairement et sans ambigüité comment reconnaitre dans une phrase si un participe passé joue le rôle d’un participe passé c'est-à-dire d’un verbe ou s’il joue le rôle d’un adjectif verbal.

    2- Est-ce que le participe passé d’un verbe d’état (attributif) peux jouer le rôle d'un adjectif, parce que je n’arrive pas à trouvé des exemples.

    3- Est-ce que le participe passé d’un verbe d’action transitif indirect ou intransitif peux jouer le rôle d'un adjectif.

    Je cherche depuis un bon moment maintenant, j’ai même lu tout les sujets qui existent sur ce site mais ça reste très ambigu pour moi.
  • Je me permets juste de vous signaler mon étude sur le participe passé. Vous y trouverez peut-être les réponses à vos questions, en particulier aux pages 18-19 (trois règles). Les verbes d'état doivent être envisagés avec l'auxiliaire Être (voix passive) quand ils ont un complément d'agent, explicite ou implicite (par untel). ;)
  • Expliquer sans ambiguïté est impossible. Voir
    1. comment reconnaître dans une phrase si un participe passé joue le rôle d’un participe passé c'est-à-dire d’un verbe ou s’il joue le rôle d’un adjectif
    Participe passé s'il représente une action, adjectif si c'est un état (le résultat d'une action).
    2. Est-ce que le participe passé d’un verbe d’état (attributif) peux jouer le rôle d'un adjectif
    La porte {parait/semble/est...} ouverte. C'est un état : quelqu'un a ouvert la porte. Remarque le changement de temps.
    Alors que dans
    Tous les soirs, la porte est ouverte. C'est une action : tous les soirs quelqu'un ouvre la porte. Il n'y a pas de changement de temps.
  • Merci pour vos réponses Anne345.

    Dans l’exemple que vous m'avez donné : « La porte {parait/semble/est...} ouverte » on a introduit l'adjectif « ouverte » à travers le verbe d’état (paraitre, sembler ou être).

    Ma question était d’utiliser le participe passé d’un verbe d’état comme adjectif verbal c'est-à-dire utiliser (été, semblé ou paru) comme adjectif.

    Je cherche un exemple dans le but de confirmer ou infirmer l’utilisation du participe passé d’un verbe d’état comme adjectif verbal.
  • JehanJehan Modérateur
    Quand le verbe paraître n'est pas verbe d'état, mais qu'il signifie "être diffusé, être mis en vente", le participe passé peut avoir un emploi adjectival.
    Les journaux parus ce matin.

    Mais comme les verbes d'état sont forcément suivis d'un attribut qui indique l'état du sujet, on voit mal comment leur participe pourrait lui-même avoir valeur d'adjectif et exprimer lui-même un état.

    (Et à propos de participes... J'ai corrigé l'orthographe de ton message : les infinitifs se terminent par -er et non par -é. Ce ne sont pas des participes ! ;) )
  • @ Sidoo (message 9)

    Tu as tort de ne pas lire mon travail sur le participe passé, notamment pages 18-19. Tu y trouverais les réponses à tes questions, plein d'autres choses aussi !

    Pour résumer, le participe passé peut toujours être considéré comme un adjectif verbal quand il est associé au verbe "être" ou à un verbe d'état : "paraitre", "sembler", etc.

    Par contre, le participe passé du verbe "être" ou du verbe d'état lui-même n'a pas de valeur adjectivale, comme l'a dit Jehan. ;)
  • JehanJehan Modérateur
    Oui, la question de Sidoo, ce n'était pas tant de savoir si le participe passé pouvait être adjectif après un verbe d'état, mais si le participe passé même des verbes d'état (été, semblé, etc) pouvait avoir lui-même un emploi adjectival.
  • Ce n'est bien sûr pas le cas. Nos réponses se sont croisées. :rolleyes:
  • Merci Jehan,

    Si j’ai bien compris on peut utiliser le participe passé d’un verbe d’état comme adjectif épithète « Les journaux parus ce matin » mais pas comme adjectif attribut.

    Est ce que tu peux me donner d'autres exemples s’il te plait ?
  • La distinction n'a guère d'intérêt avec l'ellipse de "qui sont" :
    "Les journaux (qui sont) parus ce matin [...]" :rolleyes:
  • Ni comme épithète, ni comme attribut quand il s'agit d'un verbe d'état, ce qui n'est pas le cas dans la phrase de Jehan comme il l'a signalé.
  • Dans "Les journaux (qui sont) parus ce matin […]", le participe passé "parus" n'est en effet ni épithète ni attribut. Avec un verbe d'état, il faut considérer le participe passé situé après lui. Dans "Elles ont paru fatiguées" (elles ont été apparemment fatiguées), le participe "fatiguées" est l'attribut du sujet "Elles", non "paru". ;)
  • Quel mal à se faire comprendre de certains !
    [/les journaux parus ce matin...
    parus est bien épithète, mais paraître n'est plus un verbe d'état quand il a ce sens de publier.
  • Tu étais si peu claire que tu as réussi à m'embrouiller moi aussi ! :rolleyes:
  • JehanJehan Modérateur
    Jehan a écrit:
    Quand le verbe paraître n'est pas verbe d'état, mais qu'il signifie "être diffusé, être mis en vente", le participe passé peut avoir un emploi adjectival.
    Les journaux parus ce matin.
  • Mettons nous d'accord sur un point :

    Dans la phrase « Les journaux parus ce matin » le participe passé paru du verbe d’état paraitre joue le rôle d’un adjectif verbal épithète.

    Et dans la phrase « Les journaux qui sont parus ce matin » le participe passé paru du verbe d’état paraitre joue le rôle d’un adjectif verbal attribut introduit à l’aide d’un autre verbe d’état être.

    Est ce que tout le monde est d'accord sur ces deux exemples ?

    Est ce que quelqu'un aurait d’autres exemples à nous donner sur l’utilisation de participe passé d’un verbe d’état comme adjectif verbal (épithète ou attribut) ?
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.