Prépa littéraire Licence lettres modernes
Capes lettres modernes

Bonjour j'espère avoir un peu d'aide de votre part je suis un peu perdu j'ai obtenu un bac STG en 2008 puis j'ai passer une formation cap petite enfance. durant cette année j'ai effectué un stage pendant une assez longue période en école maternelle et je suis tomber amoureuse du métier de professeur des écoles. je sais qu'il faut passer une licence et celle qui me plaît et la licence de lettre moderne. J'aimerai tout d'abord savoir s'il est possible de le faire avec un bac STG, quelle sont mes chances de réussir. j'ai un niveau correct en français un peu moi bon en langue et je n'ai jamais fait de latin. j'ai peur de me lancer dans quelque chose et de me planter, pourtant je suis certaine que ça me plairait j'adore lire, je lis énormément et je pense que les cours me plairais. pouvez vous m'expliquer le fonctionnement de la licence et de la fac en elle même merci.
«1

Réponses

  • Bonsoir,

    Il te faudra un master, c'est-à-dire 5 ans d'études pour devenir professeur des écoles.
    C'est possible de le faire en sortant d'un bac STG.

    En licence de lettres modernes, tu étudieras :
    - la littérature française (XVIe => XXIe s.) : dissertations et commentaires
    - la littérature générale (qu'est-ce qu'un roman ?) et comparée (ex. l'argent dans 3 oeuvres européennes) : dissertations
    - la linguistique française (grammaire d'autres disciplines comme la sémantique)
    - l'ancien français : étude approfondie
    - une langue vivante : versions essentiellement
    - une langue ancienne généralement (bien que ça dépende des universités) : version ; grammaire ; culture antique généralement.

    En gros, c'est ça.
    Pour le master, c'est plus compliqué.

    Cordialement.
  • Bonsoir,

    même si le parcours est long, si ton désir de réussir est présent tu réussiras.
    j'ai obtenu un bac G en 1990 (très ancienne version du bac stg) et je souhaite reprendre mes études, notamment en lettres modernes.
    je pense qu'il est nécessaire de se mettre à niveau sur les différentes lectures (voir programme de terminal L et les programmes de 1ere année de Lettres)

    bon courage pour ton orientation
  • Et n'oublie pas que l'orthographe reste très importante pour le concours de professeur des écoles.
  • Merci pour vos réponses je suis vraiment motivée mais comme je suis un peu sortie du système scolaire j ai peur de l'échec mais je vais tenter. par contre comment m'inscrire a la fac je suppose que ce n'est pas sur le site post bac. comment ce passe la fac en général, les cours ...
  • Tenno a écrit:
    Il te faudra un master, c'est-à-dire 5 ans d'études pour devenir professeur des écoles.
    A voir cela écrit noir sur blanc, cette maudite réforme n'en paraît que plus absurde :roll:
  • Anne345 a écrit:
    Et n'oublie pas que l'orthographe reste très importante pour le concours de professeur des écoles.
    + 1...

    Et puis il faut se méfier du "J'adore lire" comme seule motivation à faire une licence de Lettres Modernes : il y a énormément de matières 'satellites' à côté des cours de littérature (cf post de Tenno) qui n'ont rien à voir avec le fait d'aimer lire ou non. Et d'ailleurs entre aimer lire et être capable de maîtriser le commentaire composé et la dissertation, il y a un pas !

    Le second semestre va commencer d'ici 1 mois ou 2 : si tu as une fac de lettres près de chez toi, tu peux toujours essayer d'assister à quelques cours en auditeur libre si les profs t'y autorisent histoire de voir si les cours te plaisent ou pas.
  • Lysdanslavallee a écrit:
    Tenno a écrit:
    Il te faudra un master, c'est-à-dire 5 ans d'études pour devenir professeur des écoles.
    A voir cela écrit noir sur blanc, cette maudite réforme n'en paraît que plus absurde :roll:
    Absolument.

    Il a quelques années, il suffisait d'être bachelier pour être Instituteur ; après l'année 1990 et les réformes Jospin, il fallait être licencié pour être Professeur des écoles (nouveau nom car nouveau statut, nouvelle rémunération). Désormais, il faut être titulaire d'un master.

    Pour le niveau des connaissances, la licence se justifiait plus que le bac. Le master, non... Mais ça n'est que mon avis. :/
    Anne345 a écrit:
    Et n'oublie pas que l'orthographe reste très importante pour le concours de professeur des écoles.
    + 1...

    Et puis il faut se méfier du "J'adore lire" comme seule motivation à faire une licence de Lettres Modernes : il y a énormément de matières 'satellites' à côté des cours de littérature (cf post de Tenno) qui n'ont rien à voir avec le fait d'aimer lire ou non. Et d'ailleurs entre aimer lire et être capable de maîtriser le commentaire composé et la dissertation, il y a un pas !
    Tout à fait d'accord ! Il y a aimer lire et aimer lire, en effet. =) Si ce que tu lis n'est que du Marc Lévi ou autres trucs de ce style, tu auras une surprise lorsque tu te frotteras à du Montaigne, du Proust, du Balzac, du Baudelaire, etc. !
  • se méfier du "j'adore lire" : jolie observation en effet...
    d'ailleurs en ce qui me concerne, je suis détenteur d'une licence de lettres et je n'exclue pas l'idée de devenir poseur de moquette...cela vous étonne t-til ?
  • Bonjour

    Je suis une L1 lettres modernes. Titulaire du bac G obtenu en 1990 et d'un BTS secrétariat obtenu en 1992.

    Mon expérience m'amène à vous dire qu'il faut faire impérativement une remise à niveau dans un certain nombre de domaines notamment

    dissertation littéraire
    commentaire composé
    explication de texte
    genres littéraires......

    Adorer lire ne suffit pas.

    Il nous manque toute la partie méthodologique et des connaissances littéraires acquises par le bac L

    Donc, l'année de L1 se consacre certes à appren dre ce qu'il y a à savoir mais aussi à un gros travail de remise à niveau.

    Du boulot en perspective

    Et, moi j'ai pris beaucoup de retard parce que mon petit garçon a fait un accident vasculaire cérébral et un certain nombre de démarches ont été à faire pour faire reconnaitre son handicap ce qui m'a "bouffé" beaucoup d'énergie

    Cordialement

    Flo
  • La grammaire va aussi poser problème dès le début d'où la nécessité de remise à niveau avant même de s'inscrire. Un passé composé mal construit ne plairait vraiment pas à la fac et une erreur de ce genre n'est sans doute qu'un indice, la partie visible d'un iceberg en quelque sorte . Les remises à niveau sont dures et ennuyeuses. La motivation qui repose sur ce qui plait ou ce qui plairait va-t-elle s'évaporer rapidement face aux énormes difficultés ?
  • Bonjour

    Je n'ai eu aucune difficulté d'adaptation en grammaire et je suis plutôt satisfaite de la note que j'ai eue à mon devoir.

    C'est surtout la méthodologie et les genres qui me posent problème.

    Quant au latin grand débutant, je m'appuie sur principalement trois livres pour acquérir les connaissances.

    Mais, une remise à niveau s'impose


    Flo
  • Bonjour Florianna 14

    Ma réponse portait sur le message de Celtoine qui à mon avis, a des difficultés en grammaire. Il n'y a rien de tel dans vos messages et d'ailleurs avec un BTS la situation de départ est différente.
  • Bonjour

    Non le problème est le même.

    Il manque la partie littéraire.

    Quand on arrive en lettres, les enseignants considèrent qu'un certain nombre de principes sont acquis. Vous devez arriver avec des méthodes acquises.

    Ces méthodes sont fondamentales pour réussir en lettres. Sans elle, point de succès.

    Donc remise à niveau impérative.

    En grammaire, il est possible de s'en sortir car il y a révision des bases mais de façon plus détaillée.

    Mais la méthodo, si elle n'est pas acquise, ben c'est e désastre.

    Flo
  • Dans ma fac, on a justement des cours de méthodo pour " apprendre " un commentaire ou une dissert. Pour ceux qui n' ont pas fait d' études littéraires avcant, c' est un très bon moyen d' acquérir les méthodes. Pour les autres par contre, c' est rapidement très ennuyeux...
  • Les statistiques sont dures pour les réussites en fac avec bac STG. Plus il y a des remises à niveau à faire et plus on y passera du temps et plus la progression sera difficile. Plus il y a à écoper et à combler les trous pour que le bateau flotte, plus on risque d'être dépassé et que le bateau chavire.
  • Bonjour

    A thomas 164

    Dans quelle fac êtes-vous ?

    Flo
  • Bonjour,

    Je pense pouvoir t'être utile. J'ai eu mon bac STG en 2007, et (après avoir pathétiquement échoué en Droit) je suis actuellement en L2 de Lettres Modernes.

    Les gens ont tendance à dénigrer les bacs technologiques, en les assimilant (à tord bien sûr), aux bacs professionnels. Eh oui, nous n'avons pas un bac général, nous sommes donc forcément (et tragiquement) "inférieurs", et ce, jusqu'à ce que notre parcours "post-bac" fasse la différence dans l'avenir. Il est donc très important et mérite réflexion. Passons.

    Mes appréhensions étaient fortes quant à cette filière. Je me sentais désavantagée par rapport aux titulaires du bac L, mais j'ai toujours été sensible aux mots et à la poésie de chaque auteur. Plus petite, j'offrais des poèmes au lieu de dessins. Mon principal atout : l'orthographe (acquise après des années de lectures volontaires sur des sujets qui m'intéressaient et certainement pas avec les précis de Grammaire qui me rebutent). "Aimer lire", c'est bien, mais c'est vrai que cela ne suffit pas. Si je n'avais eu que cet argument à mettre dans ma lettre de motivation, je n'aurais certainement jamais pu être acceptée dans mon université.

    J'ai presque 15 de moyenne, en travaillant sérieusement et régulièrement. Et je suis la seule à ne pas avoir de Bac L dans ma promotion. Enfin, plutôt une classe, puisque nous ne sommes moins d'une dizaine. D'ailleurs, c'est un avantage et un désavantage d'être si peu nombreux. Un avantage, d'une part, grâce à la proximité qui s'établit avec les professeurs, qui en général sont moins "stressés et stressants". Un désavantage, d'autre part, si tu es mal à l'aise à l'oral. Car tu passeras forcément en exposé, et plutôt deux, et même trois fois qu'une (à mon grand désespoir). Mais c'est un travail sur soi, et c'est réellement formateur (ce que je me dis pour me rassurer ;)).

    Ah oui, aussi. Ne t'inquiètes pas, quant à ton parcours CAP, qui t'as un peu isolée du cursus "normal". La fac est une façon de vivre, de penser. Tu es très libre là-bas, ce qui est à la fois un bienfait et un piège. Je suppose qu'on te l'a déjà dis, donc je ne m'éternise pas là-dessus. Prends-toi seulement bien en main, et surtout ne te laisse pas entraîner par les autres, car beaucoup, surtout en première année, décrochent rapidement.

    Tant que tu as l'ambition, tu peux viser la lune.

    Eve.
  • Moins d'une dizaine en fac en L2 de lettres modernes ? Mais dans quelle université es-tu alors ?

    Je sais qu'il y a ce genre d'effectif en lettres classiques par exemple, ou en philo dans les "petites" fac, mais je ne savais pas que c'était aussi le cas pour les lettres modernes.
  • Sans compter les Erasmus, oui, une dizaine...

    Une vingtaine en L1...J'appréhende la L3. xD

    Je suis à l'UVSQ, dans le 78.
  • Oh Saint-Quentin, c' est tout près de chez moi !
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.