Apposition

Bonjour.

Dans les propositions suivantes :

"ça, je n'y crois pas"
"ça, ça me plait"
"ça, ce n'est pas sûr"
"ce que je sais, c'est qu'il viendra"

a-t-on bien affaire à une apposition ? J'ai parcouru différents textes sur l'apposition trouvés sur internet, sans cependant trouver d'exemples présentant cette figure de style.

Réponses

  • JehanJehan Modérateur
    Bonsoir.

    C'est ce qu'on appelle des tournures emphatiques, avec effet d'insistance, de mise en relief.
    Un constituant détaché est placé en tête de phrase, et est repris par un pronom.
    Ce constituant détaché ainsi mis en relief constitue le "thème" de la phrase (ce dont on parle), et le reste de la phrase constitue le "propos" (ce qu'on en dit).

    Ça, je n'y crois pas. (mise en relief du COI)
    Ça, ça me me plaît. (mise en relief du sujet)
    Ça, ce n'est pas sûr. (mise en relief du sujet)
    Ce que je sais, c'est qu'il viendra.

    On ne peut pas parler, je pense, de véritable apposition.
  • Merci !
  • MNMN Membre
    Bonjour,

    Je me demande quel sont des exemples d'apposition? ou les articles disparaissent.
    Merci de me donner des exemples et un commentaire
  • Jehan a écrit:
    Bonsoir.

    C'est ce qu'on appelle des tournures emphatiques, avec effet d'insistance, de mise en relief.
    Un constituant détaché est placé en tête de phrase, et est repris par un pronom.
    Ce constituant détaché ainsi mis en relief constitue le "thème" de la phrase (ce dont on parle), et le reste de la phrase constitue le "propos" (ce qu'on en dit).

    Ça, je n'y crois pas. (mise en relief du COI)
    Ça, ça me me plaît. (mise en relief du sujet)
    Ça, ce n'est pas sûr. (mise en relief du sujet)
    Ce que je sais, c'est qu'il viendra.

    On ne peut pas parler, je pense, de véritable apposition.

    Jehan, bonjour,

    Je pense avoir trouvé la réponse. Dans la phrase suivante, "les chéris" ne constitue pas l'apposition , c'est une mise en relief du sujet. J'attends ton commentaire. Merci

    A trop regarder la tele, les enfants font du lard. En effet, ils s'engraissent d'autant plus, les chéris que leurs programmes favoris sont truffes de pubs stimulant les papilles.
  • Si, "les chéris" est une apposition. L'apposition est une fonction grammaticale, la mise en relief un effet de style. L'un n'empêche pas l'autre.
  • Bonjour et merci Anne, Dans ce cas là, pour tous ces exemples :

    Ça, je n'y crois pas. (mise en relief du COI)
    Ça, ça me plaît. (mise en relief du sujet)
    Ça, ce n'est pas sûr. (mise en relief du sujet)
    Ce que je sais, c'est qu'il viendra.

    Est ce qu'on peut dire aussi que ce sont des appositions, même
    " Je te le donne , ce livre. "
    le et ce livre ?

    Merci
  • JehanJehan Modérateur
    Oui, bien sûr...
  • Bonjour,
    Je n'ai pas mes grammaires sous la main mais n'est-ce pas ce que l'on appelle aussi en grammaire une dislocation ? (à droite ou à gauche selon les cas) Ou y-a-t-il une différence avec l'apposition ? J'ai toujours eu l'impression que l'apposition était plus proche de ce qu'elle précise (contrairement à, par exemple, "je te le donne, ce livre")... Merci.
  • Oui. Mais la dislocation n'est pas une notion de la grammaire traditionnelle qui aurait vu dans les exemples "ça..." un sujet ou un complément repris par un pronom.
    Voir https://books.google.fr/books?id=dLZ6PgO2r04C&pg=PA537
  • Merci à vous tous.
    D'ailleurs , j'ai trouvé quelques exemples :

    C’est vite arrangé les affaires tout de même : pronom démonstratif neutre, sujet, en cataphore
    (dislocation à droite) avec un féminin pluriel : le groupe nominal est apposition (ou
    extraposition)

    Le colonel n’avait jamais eu d’imagination lui : pronom personnel masculin apposition au
    groupe nominal sujet ; dislocation à gauche

    c’ est ça qui serait avantageux et pratique qu’ ils soient tous tués très vite :
    - focalisation de ça, pronom démonstratif attribut, par c’ , pronom démonstratif sujet clitique
    neutre, et qui, pronom relatif sujet
    - dislocation entre : ça (qui serait avantageux) et qu’ils soient tous tués très vite,
    proposition conjonctive, apposition
    On peut voir une dislocation dans la construction de tous, en relation avec ils.

    le lien : http://asl.univ-montp3.fr/L308-09/LADD6/E62SLL1/cours/E62SLL_CORRIGE_1e_EVAL.pdf

    Bonjour à tous,

    Voilà j'ai une question à vous poser :

    Dans la phrase suivante :
    Les recherches généalogiques passionnent à tout âge et à l’heure où les individus, noyés dans la masse, ne seront bientôt plus qu’un numéro réduit en code barre, il est rassurant de retrouver ses racines, la seule richesse que nous possédons vraiment..

    J'ai compris que la seule chose est mise en apposition de 'ses racines' .
    Cependant ces deux mots ne sont pas du même nombre.

    Comment expliquer ce 'phénomène ' ? Ou bien , ce n'est pas une apposition ?

    Merci d'avance.
  • Les racines sont une richesse ...
  • JehanJehan Modérateur
    Et comme le montre la formulation de Floreale, il s'agit bien d'une apposition, malgré la différence de nombre.
    L'ensemble des racines = une richesse.
  • Merci à vous deux pour la réponse.

    Bon week end.
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.