Fiches méthode Bac de français 2021

bonjour, je dois rediger un commentaire sur l'incipit de thèrese raquin de zola et je dois pour cela trouver les axes importants.Pour l'instant j'ai comme idée que c'est une rue commerciale ,sale ,il y a beaucoup de détails etc .Pourrez vous me donnez d'autres idées a dévelloper ou comment bien les regrouper ?

Réponses

  • Bonjour,

    Pour l'instant, je m'en réduis à ce que tu dis. Essaie de developper cette idée de rue à l'allure dégradante. Ca peut faire un très bon premier axe.

    I. Une rue sale, commerciale où beaucoup d'échanges de nature parfois mystérieuse s'effectuent. L'écrivain insiste sur le grouillement d'individus, sur le capharnaüm qui s'impose. Demande toi pourquoi il décrit ainsi ? En te demandant de réaliser un commentaire sur l'incipit de Thérese Raquin, ton professeur veut sans doute que tu intensifies les moments clés de ce passage. Ce passage descriptif a également un aspect passif laissant supposer une action que maintient totalement l'écrivain et qui demeure sous son influence. Ce passage a-t-il une signification implicite par rapport aux personnages qui seront conditionnés dans ce décor.

    Quant aux deux autres parties, demande toi quel est l'intérêt de l'incipit. Si j'étais toi, pour la troisième partie, je suggèrerais des actions post-incipit. Que se passe-t-il après ? En quoi ces passages descriptifs traçant des décors crasseux peuvent-ils avoir une importance dans la suite du récit.
  • filippafilippa Membre
    Bonjour je suis en classe de 2ndeS, nous devons faire un commentaire compose sur l'incipit de Therese Raquin de Zola et je dois avoir fini de le rediger d'ici 3jours. J'ai deja fait mon plan et mon introduction, mais je ne suis pas convaincue de ce que j'ai fait. Il me faut de conseils sur ce que je dois encore changer et pour comment faire une redaction correcte (surtout les transitions entre les differentes partie car nous ne l'avons pas vu)

    Voici le texte que nous avons a analyser:
    Au bout de la rue Guénégaud, lorsqu’on vient des quais, on trouve le passage du Pont-Neuf, une sorte de corridor étroit et sombre qui va de la rue Mazarine à la rue de Seine. Ce passage a trente pas de long et deux de large, au plus ; il est pavé de dalles jaunâtres, usées, descellées, suant toujours une humidité âcre ; le vitrage qui le couvre, coupé à angle droit, est noir de crasse.

    Par les beaux jours d’été, quand un lourd soleil brûle les rues, une clarté blanchâtre tombe des vitres sales et traîne misérablement dans le passage. Par les vilains jours d’hiver, par les matinées de brouillard, les vitres ne jettent que de la nuit sur les dalles gluantes, de la nuit salie et ignoble.

    À gauche, se creusent des boutiques obscures, basses, écrasées, laissant échapper des souffles froids de caveau. Il y a là des bouquinistes, des marchands de jouets d’enfant, des cartonniers, dont les étalages gris de poussière dorment vaguement dans l’ombre ; les vitrines, faites de petits carreaux, moirent étrangement les marchandises de reflets verdâtres ; au-delà, derrière les étalages, les boutiques pleines de ténèbres sont autant de trous lugubres dans lesquels s’agitent des formes bizarres.

    À droite, sur toute la longueur du passage, s’étend une muraille contre laquelle les boutiquiers d’en face ont plaqué d’étroites armoires ; des objets sans nom, des marchandises oubliées là depuis vingt ans s’y étalent le long de minces planches peintes d’une horrible couleur brune. Une marchande de bijoux faux s’est établie dans une des armoires ; elle y vend des bagues de quinze sous, délicatement posées sur un lit de velours bleu, au fond d’une boîte en acajou.

    Au-dessus du vitrage, la muraille monte, noire, grossièrement crépie, comme couverte d’une lèpre et toute couturée de cicatrices.

    Le passage du Pont-Neuf n’est pas un lieu de promenade. On le prend pour éviter un détour, pour gagner quelques minutes. Il est traversé par un public de gens affairés dont l’unique souci est d’aller vite et droit devant eux. On y voit des apprentis en tablier de travail, des ouvrières reportant leur ouvrage, des hommes et des femmes tenant des paquets sous leur bras ; on y voit encore des vieillards se traînant dans le crépuscule morne qui tombe des vitres, et des bandes de petits enfants qui viennent là, au sortir de l’école, pour faire du tapage en courant, en tapant à coups de sabots sur les dalles. Toute la journée, c’est un bruit sec et pressé de pas sonnant sur la pierre avec une irrégularité irritante ; personne ne parle, personne ne stationne ; chacun court à ses occupations, la tête basse, marchant rapidement, sans donner aux boutiques un seul coup d’œil. Les boutiquiers regardent d’un air inquiet les passants qui, par miracle, s’arrêtent devant leurs étalages.

    Mon plan:

    I- Une descripition realiste
    a)Des details en exces
    b)Un sentimént negatif (de malaise?) par rapport au lieu

    II- Appel au lecteur
    a) Les sens du lecteur
    b) Impression de traverser le lieu (Je ne sais pas quoi prendre comme autre Sous partie, le nom de celle ci ne me convient pas totalement)

    III- Annonce d'une suite terrible
    a) Les passants
    b) Un lieu lugubre (/une Scene de crime?)

    Mon introduction:

    Ce texte est un extrait du Roman Therese Raquin, ecrit par Emile Zola (1849-1902), et publie en 1867. Zola est un auteur naturaliste de la seconde moitie du 19e siecle. Tres engage dans l'affaire Dreyfus, il publie l'article "J'accuse" en 1898, a cause duquel il fut exile a Londres, il retourne en France une annee plus tard. En 1902, il meurt asphyxie. Cet extrait est une description du passage Pont-Neuf de Paris en France. Les registres realiste et tragique sont utilises. (Ou est-ce-que je peux mettre les registres?). Pourquoi a travers cette description, a-t-on l'impression d'une Suite tragique dans le Roman? Dans un premier temps nous analyserons la description realiste du passage, puis nous etudierons de quelle maniere Zola fait appel au lecteur, et enfin nous verrons l'annonce d'une Suite terrible(/inquietante).

    Qu'est-ce-que je peux encore rajouter a mon itroduction, j'ai l'impression qu'elle est tres courte. Est-ce-que je dois rajouter un bref resume de l'hsitoire de Therese Raquin?

    J'espere que vous pourrez m'aider. Merci d'avance pour vos reponses et Conseils! :)
  • Remarques en vrac :

    * pourquoi des détails "en excès" ? C'est le propre du réalisme et du naturalisme que de donner des détails. Ne jugeons pas. Donc => Description détaillée.

    * pour le b du II, on peut parle de "description en action", qui fait participer le lecteur (ou le héros souvent) au mouvement

    * pour l'introduction, ce n'est pas la longueur qui compte mais sa pertinence, c'est-à-dire son adéquation au plan. Inutile d'évoquer l'exil de Zola, son "J'accuse" et sa mort par asphyxie. Quelle est votre problématique ? Et ne racontez surtout pas l'histoire de Thérèse !
  • AmmyAmmy Membre
    Je supprimerais effectivement des détails sur Zola qui n'ont aucune importance ici. Il est plus intéressant à la limite de parler de son projet naturaliste.
    Il manque l'étape de présentation de l'oeuvre, surtout quand il s'agit d'un devoir à la maison : date (si je ne me trompe pas c'est son premier), titre, thème du roman avant de présenter l'extrait
  • filippafilippa Membre
    Merci pour vos reponses Ammy et fandixhuit!
    Ammy a écrit:
    Il manque l'étape de présentation de l'oeuvre, surtout quand il s'agit d'un devoir à la maison : date (si je ne me trompe pas c'est son premier), titre, thème du roman avant de présenter l'extrait.
    Je crois tout de meme avoir presenter loeuvre tout au debut de lintroduction "Ce texte est un extrait du Roman Therese Raquin, ecrit par Emile Zola (1849-1902), et publie en 1867." Comment pourrais je developper ceci encore plus?
  • JehanJehan Modérateur
    Parle du projet naturaliste de Zola, ce sera plus pertinent que de parler que l'affaire Dreyfus et de sa mort, qui sont totalement hors sujet ici.
  • AmmyAmmy Membre
    filippa a écrit:
    Merci pour vos reponses Ammy et fandixhuit!
    Ammy a écrit:
    Il manque l'étape de présentation de l'oeuvre, surtout quand il s'agit d'un devoir à la maison : date (si je ne me trompe pas c'est son premier), titre, thème du roman avant de présenter l'extrait.
    Je crois tout de meme avoir presenter loeuvre tout au debut de lintroduction "Ce texte est un extrait du Roman Therese Raquin, ecrit par Emile Zola (1849-1902), et publie en 1867." Comment pourrais je developper ceci encore plus?

    Oui effectivement. Précise un peu le thème du roman, ce sera plus clair quand tu parles d'une "suite tragique" ensuite. Précise qu'il s'agit de l'incipit et qu'il présente le cadre où se déroulera l'histoire. je te conseille de commencer par Zola, puis le roman puis l'extrait, ça s’enchaîne mieux.
  • filippafilippa Membre
    Voila jai change mon introduction:

    Emile Zola (1840-1902) est un auteur naturaliste de la 2nde moitie du 19e siecle. Il cherchait a introduire dans ses romans la methode des sciences humaines et sociales. Le roman Therese Raquin de Zola, publie en 1867 a fait scandal chez les lecteurs de lepoque. Le livre na pas biens ete accueilli, car Zola y a developper les themes du meurtre, de ladultere, du suicide et de la trahison. Cest lhistoire dun crime sordide au profit dune liaison secrete entre deux amants. (Dois je preciser cela?). [copier-coller Internet] (Je trouve ceci interessant mais un peu long, et je ne sais pas si il faut mettre ceci dans lintro). Cet extrait est lincipit du roman naturaliste Therese Raquin. Il nous presente le cadre dans lequel se deroulera lhistire, qui sera ici le passage du Pont-Neuf a Paris. Nous avons une description tres detaillee caracteristique du roman realiste et naturaliste. (Cette derniere phrase ne me convient pas vraiment dans lintro, devrais je la laisser?). Pourquoi a travers cette description du passage, dans lequel Zola emploi les registres tragique et realiste, a-t-on limpression dune suite terrible dans le roman? Dans un 1er temps nous anlyserons la description realiste du passage, puis nous etudierons de quelle maniere Zola fait appel au lecteur, et enfin nous verrons lannonce dune suite tragique.

    Concernant les transitions: comment fait on cela correctement? Nous navons malheureusement pas vu la methode. De meme pour la conclusion, a quoi doit on faire attention lorsquon redige la conclusion dun commentaire compose? (Mis apart la reprise de la problematique et des elements de reponses a la question). Nous navons pas eu de corpus, et je nai aucune idee pour pouvoir faire une ouverture a la fin de la conclusion. Auriez vous des idees?

    Merci pour vos reponses! :)
  • JehanJehan Modérateur
    Comment faire un commentaire composé ?
    Voir ici :
    https://www.etudes-litteraires.com/methode-commentaire-compose.php
  • filippafilippa Membre
    Merci j'ai déjà lu la méthode de ce site et d'autres. Mais pour l'ouverture j'ai quand même aucune idée :(
  • DeliaDelia Membre
    Hé bien, restez fermée !
    Cette rage de conclure une étude en abordant une autre question me plonge personnellement dans la perplexité.
  • LaoshiLaoshi Membre
    Et moi, toutes ces contraintes me mettent en fureur.
    Au moment où certains élèves ont de plus en plus de difficultés à écrire correctement, on leur impose des règles pires que celles de la rhétorique antique ou des sermons de Bossuet.
  • DeliaDelia Membre
    Nous sommes bien d'accord : fermons les ouvertures !

    Une anecdote à ce sujet :
    je faisais passer les oraux des EAF ; un candidat répond à ma question, tant bien que mal et plutôt bien que mal et conclut par la fameuse ouverture sur un texte bien connu de moi. Enchantée, je rebondis : Vous l'avez donc lu ? Qu'en pensez-vous ? Réponse piteuse du candidat : je ne connais pas le texte, c'est le professeur qui m'a dit que cela ferait bien de dire ça...

    Je renouvelle mon conseil aux candidats : ne parlez jamais que de textes que vous avez vraiment lus !
  • Filippa. Tu as analysé cet incipit. Tu as compris l'intention de Zola qui crée un décor sordide et un effet de réel. Quelle sera l'attente du lecteur ? Quels sont les possibles ? Quel type de personnage va ici étouffer ?
    Si tu connais le roman, tu peux conclure en montrant que l'incipit est comme un microcosme et qu'il contient les ingrédients romanesques qui seront développés.
  • filippafilippa Membre
    Florale. Les questions telles que qu'elles seront les attentes du lecteur etc je les développé donc dans ma conclusion disant que le lecteur St tend à une suite terrible/tragique. Mais que veut tu dire avec microcosme?

    Merci a tous de vos réponses!
  • Microcosme : élément appartenant à une structure plus vaste, mais qui en fournit une image représentative.
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.