Prépa littéraire Licence lettres modernes
Capes lettres modernes

Bonjour à vous,
Pourra-t-on prétendre à un master enseignement à la rentrée prochaine avec un master 1 en Lettres comme diplôme obtenu ? Cela va-t-il poser problème ?
Quelqu'un aurait-il des informations à ce propos ?
Merci par avance.
«1345678

Réponses

  • je suppose que oui étant donné que ce sera la 1ère année de mise en place du master. Personne n'aura de M1 enseignement...
  • oui mais je voulais savoir si un Master 1 de quelle que matière qu'elle soit était valable pour s'inscrire au nouveu master enseignement.
    Supposons, qu'on ne peut pas se présenter aux épreuves du concours 2010 de professeur pour telle ou telle raison, pourra-t-on s'inscrire à nouveau aux concours 2011 avec seulement un Master 1 sans s'être présenté aux épreuves 2010 ?
    C'est compliqué lol mais surtout les nouvelles réformes sont floues !!!
  • selon les membres du jury actuels de l'agrégation de lettres modernes externe, il faudra en 2011 justifier d'un M2 même pour ceux qui étaient présents aux épreuves... C'est ce qu'on entend de leur propre bouche. Après ça peut encore changer. Pour le capes cette année il faut justifier d'un M1 (alors qu'avant c'était une licence)
  • oui il s'agit d'une année transitoire donc forcément...
    mais avec un Master 1 et supposons un échec ou une non présence aux épreuves 2010 du concours de professeur, à la rentrée 2011 cela vaudra inscription en Master 2 enseignement ou Master 1 enseignement ?
    C'est la période des doutes et questions lol !
  • D'ailleurs si quelqu'un a des infos sur ce fameux master enseignement... : je trouve le nom un peu vague et j'avoue que je suis un peu perdue... Je suis en L3 de Lettres Modernes et mon parcours était tout tracé jusqu'à cette réforme. Maintenant je ne sais pas absolument pas quoi faire l'année prochaine. J'aimerais bien savoir en quoi consistera exactement ce master enseignement, si c'est une préparation au concours, s'il y aura de la pratique (c'est-à-dire des stages), si l'on doit préparer un mémoire...etc., etc. Étant donné que la réforme est censée se mettre en place l'année prochaine, je trouve qu'on ne nous informe pas vraiment...
  • Je suis au même niveau. Cela fait plusieurs mois maintenant que la réforme est passée et nous ne savons toujours pas ce que nous ferons l'année prochaine.
  • Et bien je me joins à vous dans vos questionnements... 3ème année de lettres, et toujours dans le floue quant à ce que je vais faire l'année prochaine ! Je me pose particulièrement une question : que vont devenir les M1 de recherche face aux masters d'enseignement? Par exemple moi je veux devenir prof', donc logiquement je choisirai directement un master d'enseignement, car là un M1 de recherche me rallongerait encore mon temps d'étude s'il faut après celui-ci recommencer un master d'enseignement à zéro. A moins qu'il y'ait des équivalences?
  • un M1 de recherche me rallongerait encore mon temps d'étude s'il faut après celui-ci recommencer un master d'enseignement à zéro. A moins qu'il y'ait des équivalences?
    C'est une question que je me pose. J'aimerais me payer ce luxe que de faire au moins un an de master recherche, et de passer ensuite en M2 de ce master qui, s'il ne menait pas au capes, ne m'intéresserait pas le moins du monde.
  • A quel master m’inscrire ?
    Tous les masters permettront de s’inscrire aux concours. Cependant, certains masters seront plus adaptés pour préparer aux concours et aux métiers de l’enseignement.
    http://www.iufm.education.fr/
  • A titre personnel, je refuse de m'inscrire en master d'enseignement. Ce système n'a ni queue ni tête. J'ai toujours voulu faire un master de recherche en littérature française, et ensuite aller à l'IUFM. Je ne vois pas pourquoi je changerais.
  • Ben parce qu'il n'y aura plus d'IUFM (a priori)...
    Reste à savoir ce que ce fameux Master enseignement vaudra..
  • Euh oui c'est bien ça le problème que l'on pointe ! Si on avait le choix entre : faire un M1 recherche puis 1 an d'IUFM pour préparer le concours, et ce master d'enseignement, il n'y aurait pas de "vrai" problème (encore que...). Mais là, à priori d'après ce qui se dit, l'iufm est voué à disparaître et c'est le master d'enseignement qui nous préparera aux concours. Donc quid du master de recherche là dedans...
  • Ce qu'on peut espérer, c'est pouvoir passer en M2 d'enseignement après un M1 de recherche... ce serait mieux que rien. Sinon, combiner recherche et formation professorale sera réservé à ceux qui se sentent prêts pour l'agrégation.
  • Oui voilà. Seulement il serait temps d'avoir des réponses....
  • Pas avant avril 2010 ? Quel mépris pour les étudiants et les enseignants.
  • EdinEdin Membre
    Bonjour à vous,

    Il semblerait que ces nouveaux "masters enseignement" préparant au concours de prof des écoles apparaissent bien dès la rentrée 2010.
    Je me pose alors une question.

    Possédant déjà un M1 d'histoire, il semblerait qu'il me soit possible de m'inscrire directement en M2 d'enseignement.
    Cependant, les calendriers des concours ayant été modifiés avec la réforme, les épreuves d'admissibilité auront maintenant lieu en septembre de l'année de M2.
    Cela reviendrait donc à passer les épreuves d'admissibilité dès septembre 2010, avec pour seule préparation un travail individuel et quelques exemples de sujets?
    Savez-vous ce qu'il en est?

    De plus, en cas d'échec aux épreuves d'admissibilité, en quoi consiste l'année de M2?
    Propose t-elle des stages aux étudiants non admissibles, avec une possibilité de retenter sa chance aux épreuves d'admissibilité l'année suivante?

    Merci d'avance pour vos quelques conseils et éclaircissements!
  • UrsusUrsus Membre
    Sinon, combiner recherche et formation professorale sera réservé à ceux qui se sentent prêts pour l'agrégation.
    Je pensais qu'il resterait possible de passer le Capes après un master recherche. Non ?
  • Edin a écrit:
    Cependant, les calendriers des concours ayant été modifiés avec la réforme, les épreuves d'admissibilité auront maintenant lieu en septembre de l'année de M2.
    Cela reviendrait donc à passer les épreuves d'admissibilité dès septembre 2010, avec pour seule préparation un travail individuel et quelques exemples de sujets?
    Savez-vous ce qu'il en est?

    De plus, en cas d'échec aux épreuves d'admissibilité, en quoi consiste l'année de M2?
    Propose t-elle des stages aux étudiants non admissibles, avec une possibilité de retenter sa chance aux épreuves d'admissibilité l'année suivante?
    Question 1 : le concours (écrit) est prévu pour novembre 2010, et non pas septembre. Ce serait se moquer des candidats (à la rigueur, peut-être, pour le concours interne qui a toujours lieu beaucoup plus tôt que l'externe).

    Question 2 : il semblerait que oui, stages, enseignements disciplinaires, validation du M2 possibilité de retenter le concours l'année suivante.

    C'est affreux d'être aussi près de l'échéance et de n'avoir quasiment aucune information certaine, je ne comprends vraiment pas cette situation.
  • Une de mes profs nous a vivement conseillé ce matin de faire un master enseignement... Franchement je sais plus qui croire.
    Dans mon université, il y aura un master enseignement à la rentrée 2010 avec au programme séminaires de recherche (et rédaction d'un mini-mémoire de 30-50 pages, je sais plus), préparation au CAPES (d'où un emploi du temps plus lourd qu'en master recherche, forcément) et formation pédagogique (stage d'observation puis de pratique directe). La prof nous a vendu (c'était bien le terme lol) la maquette qui apparemment serait la plus pertinente dans le Nord et qui donnerait le ton aux autres universités de la région. Selon elle, ce master est la meilleure préparation au CAPES (par la préparation aux épreuves techniques et surtout par la préparation au métier de professeur par les stages). Les futurs employeurs admettraient plus volontiers un candidat du fait de ses stages, de la formation didactique et pédagogique, aux dépens de ceux qui ont fait un master recherche (moins aptes d'après elle à décrocher le capes -s'ils décidaient de le passer avant l'agrég- et moins bien formés : plus déconnectés du monde du travail pour faire simple). Elle ne nous conseille pas non plus de faire par exemple un M1 recherche puis un M2 enseignement (les passerelles n'étant apparemment pas encore confirmées :roll:) tout simplement à cause de la date des épreuves (novembre) qui ne nous permettrait pas de préparer tout ça sérieusement. Quid aussi des élèves qui auront validé leur M2 enseignement mais n'auront pas obtenu le CAPES ? Le master d'une même discipline ne se redoublant pas, si ces étudiants veulent retenter leurs chances, on en fait quoi ? Auditeurs libres ? Formation à part ? Elle n'en sait rien parce que rien n'a encore été précisé...
    J'aimerais quand même tenter d'abord l'agrégation (on me l'a franchement conseillé) et la voie logique me semble quand même être le master recherche (ça me frustrerait un peu, je pense, de devoir rendre un mémoire de 30 pages), d'autant que dans mes ambitions les plus folles, finir dans le supérieur après un passage par le secondaire m'intéresse beaucoup. Mais la prof m'a dit de faire un master enseignement, passer le capes par sûreté puis l'agreg et ensuite c'est parti pour la thèse. Mais en ayant fait ce master enseignement, a-t-on forcément les bases méthodologiques pour la recherche et le... temps nécessaire pour faire mûrir d'éventuels projets et de préparer un nombre d'épreuves bien plus conséquent ?... Et ce parcours qu'elle a suggéré ouvrira-t-il encore à terme les portes du supérieur (ce qui n'est déjà pas facile avec un cursus recherche et plusieurs années de recherche à son actif...) ?
    Bref, elle m'a mis dans le flou là... =D :/
    Il semblerait que les avis divergent vraiment d'une fac à une autre...
  • Polo a écrit:
    La prof nous a vendu (c'était bien le terme lol) la maquette qui apparemment serait la plus pertinente dans le Nord et qui donnerait le ton aux autres universités de la région. Selon elle, ce master est la meilleure préparation au CAPES (par la préparation aux épreuves techniques et surtout par la préparation au métier de professeur par les stages). Les futurs employeurs admettraient plus volontiers un candidat du fait de ses stages, de la formation didactique et pédagogique, aux dépens de ceux qui ont fait un master recherche (moins aptes d'après elle à décrocher le capes -s'ils décidaient de le passer avant l'agrég- et moins bien formés : plus déconnectés du monde du travail pour faire simple).
    Sur ce point, c'est de l'intox ; à ce que je sache, les membres du jury ne connaissent pas la formation du candidat.

    Quant à la qualité de la formation, il faut comparer les maquettes et le contenu de la formation.

    Pour ce qui est des stages, ils sont utiles peut-être pour décoincer l'oral ; en revanche, faire un mois de cours ne vous préparera en rien au métier et vous serez écrasé comme les autres par les 18h de cours à préparer qui vous tomberont sur la tête l'année après le concours.
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.