Fiches méthode Bac de français 2021

Bonsoir. J'ai un commentaire de texte à faire sur l'apologue Jacques le fataliste de Diderot, Est-ce que quelqu’un pourrait m’aider a y voir plus clair. Merci d’avance. Voici le texte:
"Le premier serment que se firent deux êtres de chair, ce fut au pied d'un rocher qui tombait en poussière; ils attestèrent de leur constance un ciel qui n'est pas un instant le même; tout passait en eux et autour d'eux, et ils croyaient leurs coeurs affranchis de vicissitudes. O enfants! toujours enfants!..." Je ne sais de qui sont ces réflexions, de Jacques, de son maître ou de moi; il est certain qu'elles sont de l'un des trois, et qu'elles furent précédées et suivies de beaucoup d'autres qui nous auraient menés, Jacques, son maître et moi, jusqu'au souper, jusqu'après le souper, jusqu'au retour de l'hôtesse, si Jacques n'eût dit à son maître: "Tenez, monsieur, toutes ces grandes sentences que vous venez de débiter à propos de botte ne valent pas une vieille fable des écraignes de mon village.

LE MAÎTRE: Et quelle est cette fable?

JACQUES: C'est la fable de la Gaine et du Coutelet. Un jour la Gaine et le Coutelet se prirent de querelle; le Coutelet dit à la Gaine: "Gaine, ma mie, vous êtes une friponne, car tous les jours, vous recevez de nouveaux Coutelets... La Gaine répondit au Coutelet: Mon ami Coutelet, vous êtes un fripon, car tous les jours vous changez de Gaine... Gaine, ce n'est pas là ce que vous m'avez promis... Coutelet, vous m'avez trompée le premier..." Ce débat s'était élevé à table; Cil, qui était assis entre la Gaine et le Coutelet, prit la parole et leur dit: "Vous, Gaine, et vous, Coutelet, vous fîtes bien de changer, puisque changement vous séduisait; mais vous eûtes tort de vous promettre que vous ne changeriez pas. Coutelet, ne voyais-tu pas que Dieu te fit pour aller à plusieurs Gaines; et toi, Gaine, pour recevoir plus d'un Coutelet? Vous regardiez comme fous certains Coutelets qui faisaient voeu de se passer à forfait de Gaines, et comme folles certaines Gaines qui faisaient voeu de se fermer pour tout Coutelet; et vous ne pensiez pas que vous étiez presque aussi fous lorsque vous juriez, toi, Gaine, de t'en tenir à un seul Coutelet; toi, Coutelet, de t'en tenir à une seule Gaine."

Ici le maître dit à Jacques: "Ta fable n'est pas trop morale mais elle est gaie. Tu ne sais pas la singulière idée qui me passe par la tête. Je te marie avec notre hôtesse et je cherche comment un mari aurait fait, lorsqu'il aime à parler, avec une femme qui ne déparle pas.

Réponses

  • Jean-LucJean-Luc Modérateur
    Bonjour,

    C'est un texte argumentatif qui utilise un apologue.
    Le thème est la fidélité dans le couple humain.
    Quelles sont les thèses en présence ?
    Comment sont-elles défendues ?
  • Suite à la fable, Jacques montre qu'il est impossible d'être fidèle en amour. Diderot compare la gaine et le coutelet aux hommes et femmes, et excuse l'infidélité comme étant dans leurs nature. Ainsi la morale se trouve dans "Dieu te fit pour aller à plusieurs Gaines; et toi, Gaine, pour recevoir plus d'un Coutelet" ?
  • Jean-LucJean-Luc Modérateur
    Maintenant que tu as bien vu le fil conducteur, tu peux monter ton commentaire.
    Définis une problématique, par exemple "en quoi ce texte est-il un apologue ?", puis tu réponds au moyen d'axes que tu vas argumenter...
  • Ok merci Jean-Luc.
    Comme plan j'ai pensée à:
    I) Apologue
    a) Une narration dynamique ( discourt narratif, vivacité du récit...)
    b) ?
    c) ?

    II) Récit pédagogue
    a) Le récit au service de l’argumentation
    b) Une sorte de morale de la fable
    c) ?


    Mais pour ce qui est des sous-parties, j'ai du mal!
  • Jean-LucJean-Luc Modérateur
    Bonsoir Clem,

    Reprends ton plan selon la définition de l'apologue :

    1 - un court récit
    a) une fable imbriquée
    b) un discours animé à plusieurs niveaux
    c) retour à la réalité pour application

    2 - destiné à un enseignement
    a) la thèse
    b) son illustration : pertinence des couteaux et des gaines, aspect grivois implicite... critique des voeux religieux de chasteté...
    c) les limites de l'argumentation : le postulat n'est jamais discuté, seulement illustré selon un prétendu bon sens.

    Ce texte est révélateur de l'esprit des Lumières : sous son aspect léger réside en fait un plaidoyer qui milite pour la liberté sexuelle et s'attaque à la morale religieuse.
  • En tout cas merci Jean-Luc de m'aider.
    J'ai l'impression d'y voir un peu plus clair, j'essaierai de suivre vos conseils...Mais pour ce qui d'une fable imbriquée je ne vois pas très bien où vous voulez en venir.
  • Jean-LucJean-Luc Modérateur
    Bonsoir Clem,

    Cette fable est imbriquée dans le récit principal qui est la trame romanesque. Elle est placée dans une réplique de Jacques... Elle figure dans une partie d'un discours philosophique...
  • Ahh d'accord. Je vous remercie beaucoup.
    Bonne soirée.
  • Bonsoir. J'ai presque fini mon commentaire composée mais je bloque sur le développement de la dernière sous-partie..Est-ce que vous pourriez m'éclaircir s'il vous plait.Merci d'avance.
  • Jean-LucJean-Luc Modérateur
    Bonjour Clem,

    c) les limites de l'argumentation : le postulat n'est jamais discuté, seulement illustré selon un prétendu bon sens.
    "Vous, Gaine, et vous, Coutelet, vous fîtes bien de changer, puisque changement vous séduisait; mais vous eûtes tort de vous promettre que vous ne changeriez pas. Coutelet, ne voyais-tu pas que Dieu te fit pour aller à plusieurs Gaines; et toi, Gaine, pour recevoir plus d'un Coutelet? Vous regardiez comme fous certains Coutelets qui faisaient voeu de se passer à forfait de Gaines, et comme folles certaines Gaines qui faisaient voeu de se fermer pour tout Coutelet; et vous ne pensiez pas que vous étiez presque aussi fous lorsque vous juriez, toi, Gaine, de t'en tenir à un seul Coutelet; toi, Coutelet, de t'en tenir à une seule Gaine."
    Dans cette partie du texte, Diderot se borne à dénoncer une impossible fidélité dans le couple humain :
    - au nom de la nature,
    - au nom du désir et du plaisir,
    - au nom de la folie de la chasteté.

    Aucun de ces arguments n'est démontré.
    Le fil est celui des émotions qui dirigent la conduite de l'homme.
    Il est curieux qu'ait été évacué tout appel à la raison, pourtant valeur maîtresse du siècle des Lumières, pour repousser la durée du couple humain et la fidélité entre les conjoints. L'homme est différent de l'animal soumis à ses seuls instincts.
    Tu as un exemple parfait de la pensée libertine qui prône la facilité et l'amoralité.
  • Encore mercii :).
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.