Est-il nécessaire de connaître son passé (...) pour s'imaginer un personnage de roman ?

Bonjour je sais que le sujet a déjà été traité...mais le sujet est différent et même grâce à l'aide que vous avez fournie je n'arrive pas à m'en sortir; donc je vous demande de nouveau votre aide pour ce sujet similaire. Voici le sujet: Objet d’étude : Le roman et ses personnages, vision de l’homme et du monde.
Dissertation (à rendre le 14 octobre) :
Dans L’Art du roman, l’écrivain Milan Kundera constate à propos d’un de ses personnages : « je ne raconte rien de son enfance, rien de son père, de sa mère, de sa famille, et son corps avec son visage nous restent complètement inconnus ». Cependant, selon lui, « cette absence d’informations ne le rend pas moins “vivant” ».
En vous appuyant sur les œuvres étudiées en classe et vos lectures personnelles, vous vous demanderez s’il est nécessaire de connaître son passé et son apparence physique pour s’imaginer un personnage de roman.

Je n'ai aucune idée de plan, je ne suis pas encore sûr de ma thèse. Donc si vous pouviez m'éclairer cela m'aiderait énormement.
Merci d'avance.

Réponses

  • Jean-LucJean-Luc Modérateur
    Bonjour Dixon,

    Dans la vie réelle, on peut très bien ignorer le passé d'une personne de rencontre, cet individu peut quand même nous "parler", provoquer notre attention.

    En revanche l'absence de physique est plus gênante. Nous avons du mal à nous intéresser à une ombre. S'il s'agit d'une conversation téléphonique, nous avons encore l'intonation de la voix.

    Voilà le début de la réflexion : le personnage de roman est-il un personnage comme un autre ? Pouvons-nous nous contenter de ses actions et de ses paroles ? Tu es invité à préciser tes attentes de lecteur.
  • Bonjour Jean-Luc, merci d'avoir répondu.
    J'ai commencé mon analyse avec ce raisonnement. De même, j'ai à présent plusieurs idées, mais je ne sais pas comment les mettre en ordre et les structurer pour faire mon plan. Mon principal problème est donc celui du plan à suivre et des exemples.
  • NENE Membre
    Le personnage touche avant tout notre imagination, il la stimule, aussi de nombreuses perceptions d'un même personnages sont possibles, ne communiquer aucune information comme le préconise Kundera n'entrave en rien ce processus imaginaire, au contraire, il le favorise. Je pense que c'est en partie ce que sous-entend Kundera, le personnage n'est pas moins "vivant" à travers le roman s'il n'est pas précisément établi historiquement (par rapport à son histoire personnelle) et physiquement. Cela s'illustre à travers les personnages de Kafka, par exemple.
    De plus, le lecteur déduit des actions et des paroles du personnage une psychologie, un profil. Les actes sont parfois aussi révélateur de la nature du personnage qu'un description, de même dans la vie. Mais, comme le dit Jehan, cela est-ce bien suffisant pour faire des personnages vivants?

    A toi de creuser... ;)
  • JehanJehan Modérateur
    Mais, comme le dit Jehan...
    Bonjour, NE. =)
    Rendons à Jean-Luc ce qui est à Jean-Luc...
  • Donc je peux dire qu'avec son passé, son physique et toutes ces informations, le personnage devient encore plus vivant, car le lecteur va encore mieux le comprendre, mais de même nous pouvons dire qu'un manque de détails sur le personnage ne l'empêche pas d'être vivant, car le lecteur va analyser son comportement ,ses paroles. Cela va donc lui faire imaginer un personnage vivant aussi.
  • NENE Membre
    Mais, comme le dit Jehan...
    Bonjour, NE.
    Rendons à Jean-Luc ce qui est à Jean-Luc...
    Bonjour Jehan,

    Et dire que c'est la deuxième fois que ça arrive depuis que je suis inscrit!
    Toutes mes excuses Jean-Luc, j'ai une fâcheuse tendance à lire trop rapidement le nom de l'expéditeur .
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.