Histoire de la syntaxe française - L'exemple des objets

Bonjour,

je me demande souvent comment s'est développée la syntaxe française depuis la Renaissance.

1) Où est-ce que la conception de sujet et complément d'objet apparaît pour la première fois? Mon hypothèse est que la France, où la formation de l'état national se fit très tôt, en comparaison avec Italie, Espagne ou Allemagne, fut le premier pays avec une Académie des lettres officielle à essayer de construire une grammaire qui unifiât l'usage de la langue (ôté peut-être quelques petits états en Italie du Nord). Je ne sais pas si l'on trouve déjà dans l'antiquité des expressions comme objet direct et indirect, parce que, en latin, le datif est un "objet" lexicalement direct. Aussi ne sais-je pas si les Romains pensaient l'accusatif et le datif comme des "complements" ou "objets".

2) Une autre question que je me pose: comment se fait-il que les définitions d'objet direct et indirect soient aujourd'hui aussi confuses entre une langue et l'autre? Quelle fut l'origine de ces terminologies, quelle langue les a la première utilisées? Par exemple: Dans la phrase "give peace a chance", la grammaire anglaise entend "peace" comme objet indirect, quoique la préposition manque, parce qu'il s'agit en anglais d'une compréhension sémantique de l'objet indirect (celui qui souffre l'action indirectement), tandis que la grammaire française, aussi que la portugaise et l'italienne, ont une compréhension lexicale de l'objet indirect (c'est la préposition l'origine de la relation indirecte entre le verbe et le complément.) En allemand, où ce thème est un peu polémique, on appelle le datif "objet indirect". En espagnol, il faut distinguer entre l'objet indirect, qui commence avec la préposition "a" (fr. à) dans le sens "récipient" de ce qui serait le datif latin, et l'objet prépositioné, qui commence avec d'autres prépositions... Je prie aux linguistes qu'ils m'expliquent, s'il leur plaît, l'origine historique de ces confusions...

Je vous avoue que mon ignorance concernant ce sujet est très grande.
Gregori

Réponses

  • Je ne sais pas si ceci se rapporte à votre question. C'est extrait d'une lettre d'Erasme à Jacques Voecht du 17 Juillet 1501.
    «Ceux qui traduisent les livres saints, par un scrupule excessif, décalquent les expressions grecques de telle sorte que même le sens premier, que nos théologiens nomment le sens littéral, reste inintelligible pour ceux qui ignorent le grec. Qui, en effet, lisant le psaume 51 comprendra "et mon péché est toujours contre moi" sans lire le grec qui dit "et mon péché est toujours en face de moi" ? Il se trouvera quelque théologien pour m'inventer une longue histoire où la chair combattra sans arrêt l'esprit, trompé par le double sens de la proposition qui, dans ce cas ne marque pas hostilité mais situation, en face signifiant sous mes yeux. Le prophète a voulu dire qu'il a un tel regret de sa faute que le souvenir n'en quitte point sa pensée, mais se présente à elle comme si elle était actuelle.» et plus loin:«Ailleurs (psaume 92) "Et ils éprouvaient du bien afin d'annoncer", qui ne serait trompé par ce que l'expression a d'incertain, s'il n'a pas appris des Grecs que nous disons communément en latin faire du bien pour accorder un bienfait, les Grecs disaient éprouver du bien pour recevoir un bienfait ? Si bien que le sens est : "Je les traiterai bien et les aiderai de mes bienfaits afin qu'ils proclament ma bienveillance à leur égard."»
  • Voyez pour l'apparition tardive de la notion de fonction
    La grammaire du français au XVIIe siècle de Sophie Piron et La guerre des fonctions n'aura pas lieu ainsi que Le complément direct objet de mes ressentiments de Marc Wilmet.
  • Bonjour,

    les textes de Marc Wilmet sont très intéressants. Je n'imaginais pas que la notion de "complément" en France n'eût été développée que durant le XVIIIe siècle ! Pourtant, Wilmet ne dit pas si la notion d'"objet" fut créée avec celle du complément, car ce sont deux choses différentes. Aussi aimerais-je savoir, puisque vous parlez de notion "tardive", si la notion de fonction (comme celle du complément) apparue dans le XVIIIe siècle en France naît absolument dans ce moment-là, ou si elle existait déjà quelque part. Il est étonnant que le rôle des prépositions dans la définition du C.O.I. n'ait jamais été questionné. Comme j'ai déjà dit, la version anglaise du "C.O.I." ne connaît aucune préposition:
    I gave my mother this book. Puisque la nomenclature est malheureusement une seule, je me demande qui l'a utilisée pour la première fois.

    Gregori
  • Je ne pourrai pas vous en dire beaucoup plus sur l'histoire des grammaires. Mais vous trouverez des livres sur le sujet.

    L'anglais n'utilise pas le mot complément pour les objets. L'object complément est ce que nous appelons l'attribut de l'objet.
    L'objet indirect est rapproché du datif, comme l'ancien complément d'attribution du français. Si un objet est précédé d'une préposition c'est un prepositional object qu'il soit direct ou indirect. La coexistence de deux objets est rapproché du double accusatif latin. Mais l'anglais, à la différence du latin, peut aussi utiliser l'objet indirect, s'il n'a pas de préposition, comme sujet à la forme passive.
  • salut,
    c'est curieux mais justement je viens de poser exactement la même question sur un forum de grammaire espagnole.

    En fait, je suis espagnol (alors merci d'excuser d'avance mes fautes en français :) et je me demandait exactement ça: comment est-il possible qu'en espagnol et en français on utilise quasiment le mêmes termes faisant référence aux compléments, attributs, etc...qui a été le premier à les employer et pour quelle langue, car tout mène à penser que peut-être un linguiste ou spécialiste a créé ces concepts pour une langue quelconque et après d'autres spécialistes d'autres langues ont suivi ses théories, ils ont tenté de les adapter à leurs langues....mais, malgré la ressemblence des termes et des concepts, il y a un décalage dans l'application d'une langue à une autre...et je crois qu'en syntaxe espagnole il y a certains contre-sens:

    je vous laisse le lien du thread espagnol où j'ai posé cette question: http://forum.wordreference.com/showthread.php?t=2320561

    il me reste seulement à vous dire quelquechose par rapport aux grammaires:

    D'après ce que j'ai pu apprendre, la première grammaire publiée en langue vernaculaire européenne a été justement une grammaire espagnole: la grammaire d'Antonio de Nebrija en 1492, la même année où s'est produite la prise de Grenade aux Maures, et la ´decouverte de l'Amérique. Je crois que la première grammaire française a été écrite quelques 50 ans plus tard, ce qui n'est pas beaucoup plus tard d'ailleurs...
    en fait, j'ai un peu fouillé la dite grammaire de Nebrija espagnole, et , en effet, il ne mentionne pas les compléments...il parle un peu des cas mais c'est tout.

    Si vous avez des nouvelles à ce propos, merci de les poster!! :)

    à bientôt
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.