Grammaire française Participe passé

Bonjour à vous tous,

Me voici bien embêté face à cette concordance des temps et j'en appelle à votre aide précieuse :

J’espère que toute initiative de cet ordre ne sera pas réitérée, auquel cas je me verrais forcé de faire enlever précipitamment n’importe quel véhicule aux frais de son propriétaire.

Je suis tenté d'écrire au conditionnel mais je m'interroge. Est-ce au conditionnel, au futur simple ou les deux peuvent-ils convenir indifféremment ?

Merci pour vos réponses.

Loïc
«1

Réponses

  • Ce n'est pas un problème de concordance des temps, puisqu'on est au présent (j'espère que...). Le futur et le conditionnel peuvent s'employer, mais pas indifféremment. Si on met le futur, la menace est plus concrète, plus pressante. Si on met au conditionnel, on insiste sur le fait que c'est éventuel, on laisse une chance.
  • Merci beaucoup Lucrecius pour cette réponse limpide et rapide.

    Loïc
  • Bonsoir

    Un doute par rapport au début de cette phrase, quant à la concordance des temps.
    Est-elle correcte ?

    Fassent ces quelques pages que vous prissiez un certain plaisir à retrouver ou à decouvrir quelques trésors...
  • Le subjonctif imparfait n'est pas justifié, puisque le verbe principal est à un temps du présent. Donc simplement "que vous preniez". Sinon, cette phrase, même débarrassée de sa faute de temps, est particulièrement lourde.
  • Merci...
  • Je n'aurais pas su répondre du tout et je profite donc tout autant que Vincent29 de la leçon donnée par Lucretius.
    En revanche j'ai envie de dire que je peux comprendre la tentation de "prissiez" sur un autre plan: on dirait qu'il y a un élan allitératif de bout en bout de la phrase et une coloration galante derrière cette recherche "précieuse" du suranné mais là c'est une interprétation personnelle...
    Je vais être sans-gêne, si c'est permis, je propose une réécriture (terne malheureusement):
    "Fassent ces pages que vous preniez plaisir à decouvrir ou retrouver quelques trésors..."
  • Je préfère avec la troisième personne :
    Le mois passe sans qu'il l'ait reçu.
    Le problème de cette phrase, c'est que le passé du subjonctif exprime soit l'antériorité par rapport à la proposition principale, soit l'aspect achevé.
    Ex 1 : Je souhaite qu'il l'ait reçu. (Si mon vœu s'accomplit, son accomplissant doit avoir eu lieu avant que je formule ce souhait).
    Ex 2 je souhaite qu'il l'ait reçu demain à quatre heures. (à 4 heures, l'action doit être bien achevée).
    Dans le second cas, il est préférable qu'il y ait un repère temporel exprimé.
    Le passé du subjonctif ne peut certainement pas se justifier ici par la notion d'antériorité. Mais l'aspect achevé n'est pas totalement inopportun ici. A la fin du moins, il ne l'a toujours pas reçu! Le passé du subjonctif se justifie parce qu'au regard du mois écoulé, l'action devrait être achevée. Donc je ne mets pas de carton rouge à cette phrase, que je trouve simplement inélégante.

    En revanche :
    "Le mois passe sans que tu ne le reçoives."
    Le "ne" est en trop.
  • Bonjour,

    Votre aide avait été aussi rapide que précieuse la dernière fois, je m'en remets donc à nouveau à votre sagesse collective ! :)

    Je me débats avec la phrase suivante :

    "Il a été écrit que je te tuerai."

    Le contexte est le suivant : c'est un personnage qui lance cette affirmation (pour lui, qui est très religieux, c'est une absolue certitude, pas une hypothèse) à un autre au cours d'un combat.

    Est-ce que le futur de "tuerai" est correct ou aurait-il fallu utiliser le conditionnel "tuerais" ? A moins que la phrase toute entière ne soit bancale ?

    Merci beaucoup,

    Amicalement,
  • JehanJehan Modérateur
    En toute rigueur, il faudrait le conditionnel.
    Mais la concordance des temps connaît parfois des exceptions expressives.
    Le personnage est ici tellement convaincu de la certitude du fait que l'on peut très bien utiliser
    le futur pour montrer son parti pris.
    Il a été écrit que je te tuerai... Je te tuerai, c'est écrit !
    L'emploi du conditionnel sous-entendrait qu'il n'a pas de certitude sur le fait; il ne ferait que rapporter la prophétie sans forcément la considérer comme immanquablement vérifiée dans le futur.
  • Mais en toute rigueur, il faudrait le conditionnel...
  • JehanJehan Modérateur
    C'est bien ce que j'ai dit d'entrée.
    Mais vu le contexte précisé par Azaphal, le futur a ici une plus grande valeur expressive.

    C'est une nuance du même ordre qui conduit à employer parfois le présent au lieu de l'imparfait "réglementaire" :
    Il a dit que tu es un imbécile. (Pour moi aussi, tu es bien un imbécile.)
    Il a dit que tu étais un imbécile. (Je ne fais que rapporter ses propos...)
    (Exemple donné par Riegel)
  • L'exemple donné par Riegel est bien biau, mais dans la première phrase également, il rapporte des propos.
    Si je veux dire à quelqu'un qu'il est un un imbécile, je le lui dis ainsi.
    Tu veux que je te dise : "Tu n'es qu'un imbécile !". Et Tartempion l'a dit avant moi.
  • JehanJehan Modérateur
    Riegel n'a pas dit que dans la première phrase il ne rapportait pas des propos...
    Il rapporte des propos d'un tiers tout en considérant vraie son affirmation... Il n'est pas neutre.
    Tandis que dans la seconde phrase il ne fait que rapporter les propos, sans montrer son opinion sur lesdits propos.
  • Il rapporte des propos d'un tiers tout en considérant vraie son affirmation... Il n'est pas neutre.
    Pas si évident, enfin, pour moi.
  • Eh bien, merci à tous les deux, voilà une réponse précise ! C'est exactement ce que je recherchais, merci encore ! :)
  • Brad5Brad5 Membre

    Bonjour,

    Si ta fille s’absente tout un mois, elle te manquera.

    Si ta file s’absentait tout un mois, elle te manquerait.

    Jusque-là, je pense que c’est bon.

    Questions :

    Avec une subordonnée au présent, est-il des cas où le conditionnel dans la principale serait possible ?

    A la forme affirmative :

    Si ta fille s’absente tout un mois, elle te manquerait.

    A la forme interrogative :

    Si ta fille s’absente tout un mois, te manquerait-elle ?

    A la forme négative :

    Même si ta fille s’absente tout un mois, elle ne te manquerait pas.

    Merci beaucoup pour vos réponses.

  • ricardoricardo Membre
    8 sept. modifié

    Classiquement, c'est imparfait ==> conditionnel.

    On rencontre présent ==> conditionnel dans un langage courant, mais je ne suis pas sûr que cela soit correct


    Attends l'avis des autres.

  • JehanJehan Modérateur

    Non, ce n'est pas correct.

    Il faut :

    Si ta fille s’absente tout un mois, elle (ne) te manquera (pas).

    Si ta fille s’absentait tout un mois, elle (ne) te manquerait (pas).

    Si ta fille s’absente tout un mois, te manquera-t-elle ?

    Si ta fille s’absentait tout un mois, te manquerait-elle ?

    Même si ta fille s’absente tout un mois, elle ne te manquera pas.

    Même si ta fille s’absentait tout un mois, elle ne te manquerait pas.

  • Brad5Brad5 Membre


    Voilà une question réglée. Merci pour vos réponses.

Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.