Joseph Conrad, Heart of Darkness - Besoin d'aide pour traduire un passage

Bonjour !

Dans les premières lignes de ce récit, on peut lire
" In the offing the sea and the sky were welded together without a joint, and in the luminous space the tanned sails of the barges drifting up with the tide seemed to stand still in red clusters of canvas sharply peaked, with gleams of varnished spirit "
: j'éprouve des difficultés pour traduire la fin de cette phrase (le début ne pose pas de véritables problèmes), notamment le "red clusters of canvas sharply peaked" et surtout "gleams of varnished spirit". Si quelqu'un pouvait m'indiquer quelques pistes, je lui en serais reconnaissant : HELP :)

merci d'avance,
Sébastien

Réponses

  • Gros HS car je n'ai pas de réponse à t'apporter , mais quelle serait ta traduction du reste de la phrase ? Juste pour savoir :)
  • Au large la mer et le ciel se confondaient parfaitement, et dans la zone éclairée, les voiles brunies des barges balottées par la marée paraissaient figées dans (...)
    C'est pas terrible, mais c'est surtout la suite qui me dérange !
  • Bonjour,

    " In the offing the sea and the sky were welded together without a joint, and in the luminous space the tanned sails of the barges drifting up with the tide seemed to stand still in red clusters of canvas sharply peaked, with gleams of varnished spirit "

    L’auteur dit, je ne te l'apprends pas, que le ciel et la terre semblent ne faire qu’un, qu’il est impossible de savoir où finit l’un, où commence l’autre. Mais, et il faut s'en souvenir pour comprendre la suite, c’est en même temps un espace très lumineux, la luminosité explique que les voiles, sans doute élimées et polies par endroits, montrent à distance des plages brillantes, comme vernies. Bien qu'elles soient "tanned", les voiles ont des reflets brillants.

    In the offing : la phrase qui précède immédiatement cette citation commence par « In front of us », En face de nous, l’embouchure de la Tamise semblait l’extrémité d’un immense boulevard aquatique. Je pense qu’avec in the offing Conrad a voulu dire la même chose avec des mots différents : ce qui s’offre à notre vue, ce qui est en face de nous.

    Welded together without a joint : soudés sans jonction (visible), ne faisant qu’un.

    Tanned sails : tanned ne recouvre pas le même champ sémantique que le français tanné. Ici la traduction par tanné semble impossible, l’auteur nous indique par ce mot que les voiles ont subi l’assaut des intempéries depuis longtemps, soleil, gel, embruns salés, brouillard, mousses… Leur tissu en est défraîchi, patiné, usé par endroits. Mais je ne dirais pas tanné ni bruni.

    Seemed to stand still : figées me semble une traduction parfaite. De loin la perspective fait que les barges semblent parfaitement immobiles.

    Drifting up with the tide : les barges remontent au port, rentrent en profitant de la marée.

    In red clusters of canvas sharply peaked : en grappes, en bouquets (de toile) rouges, culminant, se terminant, en pointe aiguë. Sharply peaked suit canvas, il ne le précède pas. Nous n’avons pas red clusters of sharply peaked canvas. C’est que sharply peaked porte en fait sur red clusters, ce sont les grappes qui sont pointues, effilées. Les bateaux se suivent à peu près en files, d’où l’aspect « pointu » des grappes rouges qu’ils forment de loin.

    With gleams of varnished spirit : mon texte met spirit au pluriel, cela ne change rien au sens, qui est ici celui d’alcool, comme dans esprit de vin ou spiritueux. Dans ce sens le pluriel est habituel.
    Il en est de varnished spirits comme du plus connu methylated spirits : alcool verni, alcool méthylé. Methylated spirits correspond très souvent à notre alcool à brûler, qui comporte une certaine proportion d’alcool méthylique destiné à le rendre impropre à la consommation. On a dissous de l’alcool méthylique dans de l’alcool ordinaire, éthylique. De même l’alcool iodé est de l’alcool dans lequel a été dissous de l’iode. Le varnished spirits est de l’alcool où l’on a dissous des substances vernissantes, du vernis, c’est donc très logiquement que l’anglais nomme cela « alcool verni »… Cela s’appelle chez nous du vernis à l’alcool, mais cette traduction, si elle colle parfaitement au terrain, est néanmoins assez… terre à terre et sans fluidité, et donc à exclure me semble-t-il d’un texte aussi littéraire que celui-ci. Je serais assez enclin à parler simplement de vernis, comme c’est habituel en français, donc : avec "des lueurs de vernis" c'est à dire, en paraphrasant un peu, des zones brillantes, comme (si elles étaient) vernies. Jeux de lumière…

    Zorah
  • Bonjour !

    Merci beaucoup pour cette leçon de traduction, élégante et précise !

    Sébastien
  • Bonjour Chicoré et Zorah,

    Je me demande si Conrad n'aurait pas écrit une erreur (causée par l'antéposition habituelle de l'adjectif en anglais).

    Il existe un vernis (très brillant, très utilé pour les violons, mais aussi pour les coques de bateau) qui se nomme spirit varnish.

    On le trouve aussi sous forme adjectivale : spirit varnished.

    Ce terme pourrait trouver son sens s'il s'agissait des coques, plutôt que des voiles. (Peut-être aussi les reflets huileux de la Tamise sous le soleil ?)

    Resterait à lui trouver une traduction française... :/

    Édit : il se peut aussi que ce soit la couleur brun/rouge des voiles, illuminées par le soleil (peut-être couchant), qui fasse penser à l'acajou vernis dont sont friands les Anglais. Dans ce cas, des « lueurs de vernis » (comme le propose Zorah) serait mal compris par un Français. On comprendrait mieux « des miroitements de vernis » (mais on ne percevrait pas la couleur chaude).
    En français, j'ai l'impression qu'on traduirait (si on était libre) par « des lueurs cuivrées », ou par « des miroitements cuivrés », ou bien encore par « des reflets cuivrés ».

    Je pense que la métaphore anglaise ne passe pas en français, on n'a pas le même code référentiel. Pour nous, ce qui est rouge/brun et lumineux est associé au cuivre, et non à un bois vernis.

    Muriel
  • Je suis emballé par le message de Muriel ! C'est bien plus satisfaisant de penser que les lueurs sont celles de coques vernies, plutôt que celles de voiles "comme vernies", même des voiles lustrées par l'usure !

    Et "miroitements de vernis" me semble en tout point excellent.
    Le texte de Conrad porte en effet "with gleams of varnished sprits.", et non pas spirits. Il ne s'agit donc nullement du vernis à l'alcool, pauvre de moi, mais bien d'"éclairs vernissés", de miroitements de vernis. CQFD.

    http://www.online-literature.com/conrad/heart_of_darkness/1/

    http://etext.virginia.edu/etcbin/toccer-new2?id=ConDark.sgm&images=images/modeng&data=/texts/english/modeng/parsed&tag=public&part=1&division=div1

    https://books.google.fr/books?id=2c_lltYHOywC&dq=Heart+of+Darkness&printsec=frontcover&source=bl&ots=ySu8Tw0ulR&sig=N-3G1jZEDULALGgVTugzcw3tGyE&hl=fr&ei=YPJMSuC7K8GZjAev1pHBBQ&sa=X&oi=book_result&ct=result&resnum=8
  • Merci beaucoup pour votre aide !
  • Bonjour,

    On aurait dû commencer par ça : trouver une traduction...

    Donc, ce ne sont ni les voiles, ni les coques =D !
    La Tamise s'ouvrait devant nous vers la mer comme au commencement d'un
    chemin d'eau sans fin. Au loin la mer et le ciel se joignaient invisiblement, et dans
    l'espace lumineux les voiles tannées des barges dérivant avec la marée vers
    l'amont semblaient former des bouquets rouges de voilures aux pointes aiguës,
    avec des éclats de livardes vernies.
    http://www.kongo-kinshasa.de/dokumente/lekture/conrad.pdf
    Supposant que, comme moi, vous ne connaissez pas ce mot, en voici une définition (avec dessin).

    Et une autre :
    LIVARDE (VOILE A LIVARDE) : Voile aurique sans corne ni bôme mais établie par un espar en diagonale. Son extrémité supérieure étarque le coin supérieur arrière de la voile et son extrémité inférieure s'appuie sur le mat.
    http://christophe.borzeix.perso.sfr.fr/GlossaireMarine/l.htm
    En fait, ce sont donc les éclats de la perche (livarde, estar, balestron)) en bois vernis...

    Voilà ! =)

    Muriel
  • JehanJehan Modérateur
    Donc "Voilà ! =) " = "Pas voile, ah !"
  • Merci à tous, et surtout merci à toi, Muriel, pour ton aide et le lien vers la version française de ce "beau texte" !

    Sébastien
  • Bonjour Chicoré et Zorah,

    Et surtout merci à Zorah d'avoir trouvé le mot correct employé par Conrad !

    J'ai trouvé un lien qui explique les erreurs de ce texte dans différentes (et nombreuses) éditions :
    https://books.google.fr/books?id=ik3lxmzE0KkC&pg=PA28&dq=%22varnished+sprits%22.

    D'autre part, Chicoré, il va falloir que tu justifies ta traduction par une note disant que tu t'appuies sur le texte exact, sinon... =D

    (Dans le Collins : sprit)

    Muriel
  • Effectivement, voilà un détail qui ne saurait être passé sous silence ;)
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.