L’épreuve orale du Capes de lettres modernes

Alors?

Pour ceux qui en reviennent, quel est le résultat/sentiment?

Pour ma part, j'ai éprouvé pas mal de difficultés à être à l'aise à l'oral face aux examinateurs qui, s'ils ne sont pas méchants, ont réussi à me pousser suffisamment vers le stress pour que cela m'empêche de faire correctement appel à mes quelques facultés intellectuelles.

Je crois avoir été médiocre dans les trois matières, ce qui est déjà pas mal...

Et vous?(!)
«134

Réponses

  • Hello!

    Je passe vendredi et samedi...

    Peux-tu me dire sur quoi tu es tombée et de quelle manière (plus précise), on t'a entretenue?

    Comment t'étais-tu préparée?

    J'espère que ta "médiocrité" (en es-tu sure?) te fera passer la barre...on croise les doigts!

    Merci d'avance pour ta réponse!
  • ChewaChewa Membre
    Salut.

    Explication de texte : Les misérables, l'épisode de la "tempête sous un crâne"
    ESD : deux épreuves de brevet à comparer
    Anglais : un texte d'un auteur indien

    Pour l'explication de texte, c'est presque le pire texte sur lequel je pouvais tomber, sachant que j'adore le roman et que, parmi les "grands auteurs" (ça te rappelle quelques chose...?), Hugo est le seul que je ne connaissais presque pas. Mais bon, j'avais l'histoire en tête et ce passage était suffisamment riche pour pouvoir pointer quelques traits significatifs de son écriture (j'ai probablement fait un copier-coller bien trop studieux de ses problématiques développés dans son drame romantique pour espérer avoir une note un peu près digne, mais bon...)

    Les deux autres épreuves se sont passées plus ou moins bien.

    Je ne sais trop quoi te dire sur la manière dont ils entretiennent les candidats. Cela doit fortement dépendre de ta présentation. Par exemple, alors qu'ils sont peu revenus sur celle que j'avais faite en explication de texte, développant sur des savoirs périphériques concernant le roman, l'auteur, un mot de vocabulaire ou encore une référence biblique que je ne connaissais pas, ils sont revenus sur beaucoup de points mal précisés lors de la reprise en ESD. Pas de règles donc.

    Le seul conseil que je pourrais te donner, c'est de faire preuve de souplesse intellectuelle, c'est-à-dire de te libérer des notes que tu as jetées sur le papier, et "jeter" est le mot juste (en deux heures, tu as à peine le temps d'ébaucher quelques pistes), pour pouvoir les développer lors de ta présentation et de l'entretien. C'est certainement la chose la plus compliquée, et celle dans laquelle j'ai sûrement échoué.

    J'ai préparé le capes en suivant les cours de ma fac, mais l'oral n'a été préparé qu'à partir de la publication des résultats de l'écrit.

    De la lucidité et de la chance, voilà ce qu'il faut selon moi, car si tu es là c'est que tu as les savoirs pour réussir.

    Bon courage en tout cas.
  • Je te remercie beaucoup pour ta réponse.
    Je te tiendrai au courant.
    Quel était ton autre choix en explication de texte? (je ne connais pas du tout le roman hugolien ) C'est la honte, je sais bien...
  • ChewaChewa Membre
    Je t'en prie.
    L'autre texte était un poème de Ronsard, alors non merci.
    Bon courage.

    (Une honte partagée)
  • Mais...c'est le choix du roi; dis-moi!! ;)
    Pour moi, le pire serait...mouais...en fait, ce serait plein de choses!!! =D

    Aller, j'en parle plus, je vais lire mes fiches! ;)
  • AlphAlph Membre
    Je garde un souvenir dérangeant de mon oral de l'an passé.
    Pendant l'explication de texte, tout se passe bien, mais à l'entretien ils n'hésitent pas à revenir sur certaines idées que tu aurais pu jeter avec négligence sans trop t'attarder dessus. Le problème est donc de ne rien dire qu'on ne puisse pas développer par la suite. J'ai évoqué par exemple l'esthétique de Diderot mais sans y connaître grand chose. Ce n'est pas passé inaperçu, ils m'ont demandé si je pouvais expliquer sa philosophie esthétique.
    L'autre point problématique est de ne pas trop louvoyer entre une interprétation et une autre. Il est facile d'être indécis, surtout quand deux examinateurs te tirent d'un coté puis de l'autre, pour voir si tu sais faire preuve de résolution. Les réponses normandes semblent peu acceptées.
    Enfin, je retiens qu'il faut s'attendre, en plus des détails techniques (sur le vocabulaire éventuellement) à des questions vagues, de type scolaire, du genre: "quelle est la posture de l'écrivain?" (assise?) Cela vous semble peut-être facile, si vous êtes rentrés dans le moule. Pour moi qui ne suis guère plus étudiant, ce sont des questions connes. Mais il ne faut pas le dire.
  • Alph a écrit:
    il faut s'attendre, en plus des détails techniques (sur le vocabulaire éventuellement) à des questions vagues, de type scolaire, du genre: "quelle est la posture de l'écrivain?" (assise?) Cela vous semble peut-être facile, si vous êtes rentrés dans le moule. Pour moi qui ne suis guère plus étudiant, ce sont des questions connes. Mais il ne faut pas le dire.
    Pour Diderot, la question de la posture de l'écrivain ne me semble pas conne... Surtout qu'il était très engagé à tous les niveaux...notamment en art...

    Ou alors, c'est que je ne comprends pas la question...

    De plus, Diderot était à l'agrég l'an passé avec les Salons, il fallait donc t'attendre à te faire titiller, surtout sur la notion d'esthétique; une amie a vécu la même expérience, et s'en est tirée avec un 4/20...

    Tout ça pour dire que je ne pense pas que ce soit une question de "moule".

    Mais merci pour le partage de ton expérience en tous cas.

    Bien à toi,
  • AlphAlph Membre
    J'étais tombé sur une lettre issue de sa correspondance avec Sophie Volland, qui manifestait l'esprit de bavardage du XVIIIème. Badinage amoureux, philosophie, préoccupations matérielles, etc. On peut toujours arguer que ce n'était pas qu'une bête lettre. Trop malin, l'écrivain avait son idée derrière la tête, peut-être. Mais c'était quand même, et avant toute chose, une lettre, mêlant les postures sans virer à sens unique, comme souvent avec ces jeux d'éparpillement. On attendait de moi une réponse plus concentrée.

    Un ami me disait l'autre jour "l'important est de partager avec le professeur des connivences implicites". Il faut prévoir à quoi s'attend le jury.
  • Je re-fais part de mon expérience, je suis revenue de Tours lundi :

    - explic de textes : choix Liaisons dangereuses (4e lettre, la première écrite par Valmont) / Marot, l'épître au Lyon. J'ai choisi les Liaisons... Exposé bien passé, mais entretien pénible, toutes les questions tournaient autour du personnage de Valmont, sa sincérité / son hypocrisie, je ne connaissais pas assez le roman dc j'avais peur de me lancer...
    - didactique : manuel de lycée, sur le roman, double page avec un extrait de La peste et des questions, double page sur la description (cours + exercices), et table des matières du chapitre en annexe.
    Question de vie scolaire : comment un élève peut-il s'engager au sein de son établissement ? J'ai parlé des délégués (de classe, au Conseil d'Administration, au Conseil de vie lycéenne), mais je ne sais pas si c'était pertinent.

    D'autres échos de gens qui sont passés autour de moi : choix Apollinaire / Montesquieu (Lettres persanes), Rimbaud est tombé mais je ne sais plus avec quoi il était couplé...
    Questions de vie scolaire (assez surprenantes parfois) : que faites-vous si un parent d'élève vous demande un rendez-vous ? (ben... on dit oui ) Que faites-vous si des élèves se battent pendant votre cours ?

    Ah, juste une chose : je n'avais pas traité la question de citoyenneté dans mon exposé (pas le temps de la préparer, je comptais y rélféchir pendant la délibération), mais le jury ne m'a pas posé la question à l'entretien. Je pense qu'il a oublié. A votre avis, ça va jouer sur ma note ou pas ?...

    Bon courage à tous !
  • Je partage vraiment votre avis ; je suis rentré de Tours il y a peu, c'était désagréable au possible, l'entretien est pénible, et je me suis fait littéralement dégommé en grammaire (je n'ai pas de connaissances très pointues, il faut l'avouer), suis tombé sur :
    Contemplations/Hugo contre Les vies minuscules/Pierre Michon
    manuels de lycée : la ponctuation révision, rappels, exos (l'extase, quand je voyais qu'à côté elle était tombée sur la modernité en poésie, j'étais ravi)
    anglais ; un passage de Doris Lessing

    Entretiens laborieux, je crois que j'étais fatigué aussi, ils ont du voir mes cernes qui arrivaient jusqu'aux maxillaires, je ne voyais pas trop où ils voulaient en venir, je pense m'en être tiré comme Chewa par la "médiocrité". Mon conseil : reposez-vous VRAIMENT avant, pas de révision, rien, il faut être très éveillé intellectuellement parlant.

    Et puis deuxième conseil : si vous pouvez, n'allez pas à Tours seul/e, c'est zoli, il fait très beau, il y a de la bière et des bords de Loire, si en rentrant de votre journée d'épreuves vous pouvez profiter de tout ça à plusieurs, c'est bien mieux (je pense) qu'être seul dans une chambre d'hôtel seul face à ses regrets quant aux épreuves passées qu'il ne sert de rien de ressasser.

    D'où troisième conseil : quand vous avez fini, vous y repensez un peu, mais le lendemain vous oubliez, un p'tit coup de votre auteur préféré (sur lequel vous n'êtes pas tombé bien entendu, la vie est dure) et ça repart...
  • Ah, nom d'un chien! Comme j'aurais aimé tombé sur les Vies Minuscules! Je ne croyais même pas cela envisageable au capes. Puis les Contemplations à coté, c'était un duo d'enfer! Quelles pages étaient proposées?
    Je suis tombé sur Apollinaire (les Colchiques) et je n'ai pas compris que les vaches rentraient à l'étable - je pensais qu'elles mourraient. Sinon, c'était Montaigne, avec peu de français et beaucoup de citations latines.

    Eod sur une séquence de grammaire: les déterminants. Les connaissances en grammaire doivent être assez pointues dans ces cas-là. Ils posent des questions de cet ordre à l'entretien. Anaphorique, cataphorique, etc. Que signifie "actualiser" en grammaire. Comment on appelle la fonction du langage telle que dans le dictionnaire...

    Pour ce qui est de l'ambiance, je n'étais pas accompagné cette fois-ci. Certains le prennent mal, d'autres, comme moi, en profitent, s'ils ont l'argent, pour manger au restau et faire les boutiques (il y a une très belle librairie près de la Loire).
  • revenue de Tours hier avec le sentiment de devoir me réinscrire en petite section de maternelle tant je me suis faite hacher menue pendant les oraux...
    E.T: au choix un poème de Sponde ou un extrait de l'assomoir .... j'ai choisi Zola, sans conviction... la préparation ne se passe pas trop mal, l'exposé non plus... puis vient l'entretien avec un jury glacial: "si je vous suit selon vous tous les ouvriers st des alcooliques"... Le ton est donné, je vais me faire DE-GO-MMER. Suit la question de grammaire sur un mini mini segment.... catastrophique.
    Anglais: l'épreuve que j'appréhendais certainement le moins, niveau compréhension de texte, pas de problème habituellement... c'est qans compter sur Withney Otto et son "how to make an american quilt"... impossible de deviner le sens de "quilt" avec le contexte... donc je sèche. Le commentaire est plus que bancal étant donné que j'ai très peu compris ce texte très... étrange. La version est normalement mon fort, mais avec l'absence de la signification de "quilt", je flanche. bref, 2ème catastrophe.
    E.D: l'épreuve qui fait peur... 6 pages d'un manuel de 6eme sur les fables de la Fontaine. j'a dû être trop critique donc durant l'entretien, j'ai droit à des "puisque vous vous feriez forcément mieux, dites nous comment vous feriez..." ambiane polaire même s'il fait plus de 30 degrés dans la salle... un des jurés soupire, souffle, baille... grosse envie de reprendre mon sac "bon on fait comme si vous ne m'aviez pas vu, salut!"...
    l'an prochain, je demande conseil à lance armstrong pour me doper.
  • Je viens de finir le concours et on peut pas dire que je sois très confiante -_-

    ET : j'ai le choix entre un sonnet de Mallarmé et un extrait des Pensées de Pascal. La poésie tarabiscotée du premier ne m'inspire pas confiance, je prends l'autre.
    Entretien laborieux avec des questions d'étymologies et des trucs sur les idées de Pascal. J'ai jamais lu Les Pensées en entier, je ne l'ai jamais étudié alors je rame comme une malade.

    Anglais : Pas fameux avec mon accent de vache péruvienne. J'aurais mieux fait de prendre le latin, au moins le commentaire se fait en français. Et une heure de préparation c'est vraiment trop trop juste.

    Epreuve sur dossier : Une étude sur Tartuffe pour la classe de première. Je m'en tire pas trop mal mais comme toujours les questions d'entretiens sont toujours pénibles. Le jury essaie de me faire trouver un intérêt à l'un des documents qui, à mes yeux, ne présentait aucun intérêt pédagogique.

    Bref, je ne suis pas passée par l'IUFM, j'ai préparée ce concours complètement seule et ce n'est pas une méthode que je recommande. Si on peut s'en tirer à l'écrit, les lacunes et les défauts de préparation vous tombent dessus à l'oral. Mieux vaut être bien encadré et bien entraîné.

    Point positif : toutes les simagrées et les comportements étranges dont j'ai entendu parler concernant le jury ne me sont pas arrivés. Je n'ai eu que des hommes pour les trois épreuves et aucune remarque cinglante, aucun mec qui lit son journal pendant que je parle. Ils sont tous restés très courtois, ça aide un peu quand on se sent couler. Et puis Tours est une ville charmante !
  • Est-ce que quelqu'un sait quand on peut espérer recevoir le coup de grâce?
  • Normalement, c'est demain sur Publinet. Mais il faut jeter un oeil de temps en temps, les résultats peuvent tomber avec un jour d'avance, comme l'an passé.
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.