Grammaire française Participe passé

2456717

Réponses

  • Bonsoir, JSC !

    → Ils se sont FAIT avoir.
    Il est admis unanimement que, dans la construction (se) FAIRE + infinitif, le participe passé DOIT être invariable.

    Depuis les recommandations de 1990, on TOLERE l'invariabilité dans la construction (se) LAISSER + infinitif.

    Depuis les recommandations de 1976 (appelées arrêté Haby), on admet l'accord ET l'invariabilité dans la construction verbe de PERCEPTION (type : entendre) + infinitif.
    J'ai dit ailleurs que la langue allait perdre ainsi une utile distinction, du moins à l'écrit (de même avec laisser) :
    * Je les vus draguer. (Ce sont eux qui draguaient.)
    * Je les ai vu draguer. (Ce sont eux qui étaient dragués.)


    * He courted Jane (COD) during five months
    =il faisait la cour (COD) à Jeanne pendant cinq mois.
    * He seduced Jane in the next five minutes
    =il a séduit Jeanne dans les cinq minutes que suivaient.

    Je connais mal l'anglais, mais est-il exclu de dire dans les deux cas ?
    - il fit la cour / il a fait la cour
    - il séduisit / il a séduit.
    Dans l'affirmative, y a-t-il une forme verbale spécifique pour traduire l'imparfait (de durée) : il faisait la cour / il séduisait ?
    Je m'embrouille toujours avec le prétérit.
    Le Petit Robert écrit que le prétérit anglais correspond à l'imparfait ET au passé simple français.
    Dois-je en déduire que notre passé composé se traduit par une forme composée en anglais ?
    Merci !
  • Bonsoir, Edy.
    Limpide comme le cristal, merci.

    Les déclinaisons anglaises sont assez subtiles dans le sens que le présent et l'imparfait s'expriment en deux formes que j'appellerais simple et continue.
    He courts Jane. SP He is courting Jane. CP
    He courted Jane. SI. He was courting Jane. CI

    il est fort possible que l'on choisirait l'équivalence du passé simple<=>simple imperfect et imparfait<=>continuous imperfect.
    Pour le passé composé, tu as raison: nous pouvons le traduire mot à mot.
    Nous apprenons le passé simple comme une forme de la langue française qui s'applique surtout aux récits.

    {Il va falloir que je trouve une raison pour laquelle je préfère he is courting Jane à l'autre forme, bien que j'admette les deux formes d'imparfait.
    Ou encore he frequents Jane this year (il fréquente Jane cette année), mais he is frequenting Jane after having gone out with all the other girls (il fréquente Jane après être sorti avec toutes les autres filles).
    He escorts Jane to the cinema every week (il accompagne Jane au cinéma toutes les semaines) exprime l'habitude. He is escorting Jane to the cinema because her boyfriend is ill (il accompagne Jane au cinéma car son petit ami est malade) rélate un fait, même s'il est à réaliser dans qq jours!
    He escorted Jane home after the dance (il escorta Jane chez elle après le bal) exprime un fait. He was escorting Jane home when they saw the road accident (il était en train d'escorter Jane chez elle quand ils ont témoigné l'accident de voiture).

    Je suis perplexe. :/}
  • Bonjour,
    J'ai un dilemme concernant cette phrase :
    Je tiens à vous remercier pour m'avoir reçu(e?). Faut-il faire l'accord avec "m'" sachant qu'il est féminin?
    Merci pour votre aide.
  • Bonsoir, Cendrine !

    * Je tiens à vous remercier pour m'avoir reçue.

    Quatre étapes :
    Verbe auxilié avec avoir.
    M' (moi) est COD de l'infinitif passé.
    M' est antéposé (= placé avant).
    Donc accord avec M', le féminin en l'espèce. → reçue.
  • L'amour de ses enfants l'a aidé (ou aidée?) à vivre ... (l'=une femme)
    Bonjour à tous ! Un doute au sujet de la phrase susmentionnée. Merci de me donner votre avis. A bientôt.
  • EdyEdy Membre
    Bonsoir !

    * L'amour de ses enfants l'a aidée à vivre.

    Auxiliaire avoir.
    L' est COD (a aidé elle).
    Ce COD est antéposé (= placé avant le verbe).
    Donc accord du PP avec L' → aidée.
  • Fab25Fab25 Membre
    Bonjour,
    J'aimerais savoir si le participe passé utilisé avec l'auxiliaire avoir est correctement accordé. Merci

    -Je voudrais aussi les remercier pour l’aide qu’ils m’ont apportée.
    -Je garde un bon souvenir de ces semaines de stages que j’ai passées au GAEC...
  • Exact, accord avec le COD antéposé
  • SuSu Membre
    Bonjour,

    J'ai bien cherché mais, malheureusement, pas encore trouvé la solution à ma question suivante. Est-ce qu'on peut dire: 'elles se sont dites' comparé à 'elles se sont levées'?

    Merci de votre réponse!
    Su
  • EdyEdy Membre
    Bonjour aussi !

    * Elles se sont levées.
    Verbe pronominal réfléchi (= ° elles ont levé elles) conjugué avec être.
    Même régle qu'avec l'auxiliaire avoir.
    Le pronom SE est COD et antéposé (= placé avant le verbe).
    Donc on accorde le pp avec SE, soit avec son antécédent "elles".
    → levées.

    * Elles se sont dites.
    Mêmes constatations, sauf que le pronom SE est COI (= ° elles ont dit à elles). Donc invariabilité.
    → dit.

    Dans un cas, "dites" pourrait être exact.
    Supposez que "elles" soient les nouvelles, les rumeurs.
    Dans ce cas, le verbe pronominal est de sens passif :
    * Elles se sont dites de bouche à oreille. (= ont été dites).
    Accord avec le sujet.
    → dites.
  • Bonsoir, Edy.
    "Elles se sont dites veuves; elles mentent!"
    est donc incorrect?
  • Elles se sont fait belles. Elles se sont faites très conciliantes.

    Qui peut me dire pourquoi dans la deuxième phrase il y a accord ? Merci !
  • Reporte-toi aux explications d'Edy :) ci-dessus
  • SuSu Membre
    Bonsoir,

    Merci de votre réponse.
    Je ne comprends pas pourquoi, si le SE est COI, il y a donc invariabilité. Est-ce toujours le cas (si SE = COI)? Est-ce qu'on dit donc aussi: 'Elles se sont parlé longtemps', ou plutôt 'parlées'?

    Peut-être le sens de ma phrase n'est pas tout à fait clair. Je voudrais dire: 'elles, les femmes, se sont dit(es): en effet, nous nous sommes trompées!' Donc, elles disent la dernière partie de la phrase à elles-mêmes comme une constatation, réflexion dans leur tête.
  • 'Elles se sont parlé longtemps'
    se n'est pas COD, mais COI (d'attribution) Elles ont parlé à qui ?

    'elles, les femmes, se sont dit : en effet, nous nous sommes trompées!'
    Ont dit à qui ? à SE, mis pour elles-mêmes. Donc même chose, SE est COI.
  • EdyEdy Membre
    Bonsoir, cher JSC !

    * Elles se sont dites veuves ; elles mentent !
    C'est correct : ° elles ont dit elles veuves.
    SE : COD antéposé → accord avec lui → dites.
    (Le piège, c'est que, avec dire, on a généralement un COI., comme dans :
    * Elles se sont dit des histoires de veuves.)
    VEUVES : attribut du COD → accord avec lui → veuves.

    Maintenant, si elles mentent, elles foutent mon participe et mon attribut en l'air ! (Je n'ai pas dit mes attributs. Et je n'ai pas dit non plus : Je n'en ai qu'un...)

    * Le silence était si absolu que je me croyais sourd. (Jules Renard)
    → que je me croyais sourde.
    → que je me suis diagnostiquée sourde.

    * Si je bois, c’est pour rendre les autres intéressants. (W.C. Fields)
    → les stars intéressantes. (Un autre féminin m'aurait fait lapider.)

    * Elle m’a rendu heureux, je l’ai rendue mère : nous sommes quittes. (Restif de La Bretonne) (Vachard !)
    → je l'ai rendue mère.
  • EdyEdy Membre
    Bonsoir, Marthe !

    * Elles se sont faitES belles.
    * Elles se sont faites très conciliantes.

    On applique la même règle de part et d'autre.
    Voyez aussi ma réponse à JSC.

    Voici les étapes que je parcours (plus vite que La Redoute) :
    1 verbe pronominal, auxilié avec être au lieu de avoir,
    2 appliquer les règles de l'accord avec avoir,
    3 la fonction de SE est COD :
    - ° elles ont fait elles belles,
    - ° elles ont fait elles très conciliantes.
    4 le COD SE est antéposé (placé avant le verbe),
    5 donc accord du pp avec SE,
    6 et, par-delà, accord avec le sujet elles, l'antécédent de SE.
    Conclusion : → faites.

    Remarque importante : si vous lisez un jour "fait belles" et "fait conciliantes" en l'absence de verbe pronominal, vous vous souviendrez que pas mal d'écrivains se sont affranchis de la règle. Attendez, pour en faire autant, d'être une écrivaine confirmée !
    * Est-ce que tu m'as fait bien belle ce soir ? (Claudel)
    Heureusement, la règle est bien observée lorsque (comme ici) le verbe est pronominal :
    * Elle s'était rendue intéressante. (J.-J. Gautier)

    Belles et conciliantes sont des attributs du COD SE.
    Donc accord avec SE et donc avec ELLES.
    Conclusion : → belles, conciliantes.
  • Bonsoir,

    Merci Edy pour votre réponse, j'ai trouvé ces deux phrases dans le Robert 2008.
  • WynWyn Membre
    Bonsoir lemil.
    séduire qqn.
    C’est un verbe transitif direct puis le « me » et « te » sont tous COD – si féminin il faut accorder
    tu m'as séduite. (quand me est féminin)
    Il t'a séduite. (quand te est féminin)
    Mettre aussi – verbe transitif direct
    tu m'as mise dans une mauvaise situation.
    Faite attention aux accents aigus - séduite, féminin
    Wyn
  • EdyEdy Membre
    REPONSE A SU

    Bonsoir !

    La réponse de Léah est exacte, mais je reprends ma vieille méthode, pour que vous compreniez.

    Retenez d’abord, pour faire simple, que le participe passé :
    1 s’accorde AVEC SON SUJET (COMME UN ADJECTIF ATTRIBUT), lorsque l’auxiliaire est ÊTRE,
    * Quand LES DRAPS ne SONT pas FROISSÉS, les époux ne tardent pas à l’être. (Proverbe français)

    2 s’accorde avec le COD lorsque celui-ci est placé AVANT LE VERBE (= antéposé) dont l’auxiliaire est AVOIR ;
    * La lune est pleine, et on ne sait pas qui L’a MISE dans cet état. (Alphonse Allais)

    Que par conséquent, le pp est invariable :
    a- s’il n’y a pas de COD,
    * J’ai DÉBUTÉ avec ma seule intelligence, autant dire rien. (Henri Jeanson)

    b- si le complément POSTPOSÉ est COD,
    * J’ai REÇU TOUS LES SACREMENTS, excepté le mariage, que je n’ai jamais reçu en original, mais j’en ai TIRÉ PLUSIEURS COPIES. (Chamfort)

    c- si le complément antéposé est COI.
    * Je LUI ai déjà PARLÉ. Je LEUR ai déjà PARLÉ.

    Pourquoi c’est comme cela ? Parce que, au XVIe siècle, la règle avec AVOIR a été proposée par Marot (règle marotique) et que cela a été adopté (Vaugelas) et entériné par plusieurs siècles. Ce n’est pas plus rationnel ni moins rationnel que de rouler à gauche comme les Anglais. Il faut s’y faire, tant que la règle n’aura pas été changée. Notez que le mur se lézarde un peu.

    * Elles SE sont PARLÉ longtemps.
    SE est COI (elles ont parlé l’une à l’autre… et réciproquement), donc invariabilité.
    → parlé.
    C’est vrai pour les autres pronoms personnels, même non réfléchis :
    * Elle T’a parlé. Tu LUI as parlé. (Des COI)

    Mais je complique un peu :
    * Les INJURES QU’elles SE sont dites.
    Le COI est toujours là, mais il compte encore pour des prunes.
    Par contre, le pronom relatif QUE (représentant les injures) est bien un COD antéposé, puisque :
    → elles se sont DIT des injures (COD ici POSTPOSÉ, des prunes : → dit).
    Donc, accord du pp avec QUE ANTÉPOSÉ et donc avec son antécédent, les injures.
    → qu’elles se sont DITES.

    Je reprends vos exemples :
    * Les femmes SE (COI) sont dit bonsoir (COD postposé). → invariabilité : DIT.
    * Les femmes NOUS (COI) ont dit bonsoir (COD postposé) → DIT.
    * Les bonsoirs QUE (COD antéposé) les femmes nous (COI) ont DITS.
    * Les femmes SE (COD antéposé) sont TROMPÉES. (= ° Elles ont trompé elles.)

    En pratique, le COD est antéposé DANS TROIS CAS SEULEMENT :
    1 pronom personnel antéposé : Je L’ai aimée. Elle s’est maquillée.
    2 pronom relatif antéposé : La femme QUE j’ai aimée.
    3 interrogation ou exclamation : QUELLE FEMME ai-je donc aimée ?

    Je n’ai dit que l’essentiel, mais ne vous découragez pas.
    Revenez si vous n’avez pas compris.
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.