Grammaire française Participe passé

Qu'écririez-vous ?

Après que vous nous ayez donné....

ou bien

Après que vous nous avez donné....


Je suis un peu perdue...
Où puis-je trouver cette règle de grammaire qui me pose régulièrement problème ?

Un immense merci d'avance à vous !!!


Loreley
«13456712

Réponses

  • Salut,

    On en parle ici
    ;)
  • voilà un truc mnémotechnique pour ne pas confondre l'usage du subjonctif après avant que et après que:

    après que = pas de subjonctif pp
  • Autre manière de mémoriser :

    Après que se rapporte au passé, en principe connu ; donc indicatif, mode de la réalité.
    * Après qu'il a (eu) répondu / eut répondu, je ne savais plus quelle était ma question.

    Avant que se rapporte au futur, en principe inconnu et aléatoire ; donc subjonctif, mode du possible.
    * Avant qu'il ait (eu) répondu / eût répondu, j'avais parié qu'on ne comprendrait rien.
  • Merci à tous !!!!!
  • Ce qui me permet de faire une transition avec "jusqu'à ce que"
    Je suis en train de lire l'intéressante analyse "Les intellectuels en France, de l'affaire Dreyfus à nos jours" et je tombe sur ceci : "Jusqu'à ce que cette condition eut été remplie..."
    N'aurait-il pas mieux valu utiliser le subjonctif pour donner "jusqu'à ce que cette condition eût été remplie" ?
    L'expression "jusqu'à ce que" est tjrs suivie du subjonctif, n'est-ce pas ?
    Merci d'avance ;)
  • Bonsoir Jérémy !

    JUSQU'A CE QUE
    1 Le mode normal est le subjonctif.
    * Je verrai cet instant jusqu'à ce que je meure. (Hugo)
    * Tu l'entendras répéter au moins une fois par semaine jusqu'à ce que tu sois vieille.(Maupassant)

    2 Par continuation d'une longue tradition (x), on trouve encore l'indicatif lorsqu'on veut marquer la réalité du fait.
    * Et la Pédrina continuait à dévorer le parquet de ses pas jusqu'à ce que, haletante, épuisée, anéantie, elle tomba entre les bras des comparses. (Nodier)
    * Un fou couve tranquillement son délire jusqu'à ce qu'un cri le convainc de sa folie. (Bernanos)

    (x) Le roi saint Louis porta la here jusques à ce que, sur sa vieillesse, son confesseur l'en dispensa. (Montaigne. Essais)
  • Rendez-vous avec Bernard Cerquiglini en ce qui concerne Après que: http://www.tv5.org/TV5Site/lf/merci_professeur.php?id=2609

    Bonne écoute !
  • A l'école primaire, la règle générale énoncée était fort simple: ce n'était pas la conjonction de subordination qui déterminait le mode, mais le sens de la phrase.
    Pour une action impliquée avec certitude, il fallait employer l'indicatif. Par conséquent, les conjonctions comme "bien que" et "après que" indiquant une action effectuée dans le passé au regard de la proposition principale devaient être suivies de l'indicatif.
    Pour une action incertaine, située dans un futur hypothétique, comme l'expression d'un ordre, d'un souhait, d'une présomption, ou introduite par le verbe falloir, il fallait utiliser le subjonctif.
    L'emploi du subjonctif après "bien que" et "après que" serait peut-être alors une erreur de langage.
  • Après que indiquant un fait du passé, donc réel et certain, le sens est affirmatif : il convient d'utiliser l'indicatif
    Avant que, plus hypothétique, peut être suivi du subjonctif.

    Avant que tu ne viennes, je prépare un gâteau
    Il n'est pas absolument certain que tu viennes, même si c'est plus que probable ; qui peut certifier l'avenir ?

    Après que tu es venu, j'ai mis le gâteau au frais : tu es venu, c'est effectif ; mais l'usage a entériné le subjonctif : après que tu sois venu
  • WynWyn Membre
    Bonjour a tous,
    Étant étranger, peut-être je suis un peu naïf mais je ne comprends pas pourquoi il y a un problème avec « après que »
    « après que » est une conjonction ( ou locution) de temps
    1. « Après que » introduit une subordonnée de temps.
    2. La subordonnée doit exprimer un événement antérieur au temps de la proposition principal. C'est-à-dire un événement qui est déjà achevé et accompli avant l’événement de la principale.
    3. Puis la subordonnée est à l’indicatif - il n’y a aucune raison pour employer le subjonctif.
    4.MAIS il faut employer un temps antérieur au temps du verbe dans la principale. « après que » insiste sur l’antériorité de la subordonnée qui exprime toujours un événement antérieur, accompli.
    5 Ce n’est pas vraiment une question du passé mais plutôt une question de l’antériorité.
    « Après que l’enfant aura terminé ses devoirs sa mère lui permettra d’aller jouer. »
    futur antérieur futur
    Les deux événements sont au FUTUR mais la subordonnée exprime un événement achevé antérieur à celui de la principale
    Puis le temps de la subordonnée introduite par « après que » est toujours un TEMPS COMPOSÉ

    Après que l’enfant a terminé ses devoirs, sa mère lui permet d’aller jouer
    Passé composé présent

    Après que l’enfant eut terminé ses devoirs, sa mère lui permit d’aller jouer
    passé antérieur passé simple

    Après que l’enfant avait terminé ses devoirs, sa mère lui permettait d’aller jouer
    plus-que parfait mparfait

    Après que l’enfant a eu terminé ses devoirs, sa mère lui a permis d’aller jouer
    passé surcomposé passé composé

    Après que l’enfant aura terminé ses devoirs, sa mère lui permettra d’aller jouer
    futur antérieur futur simple

    Après que l’enfant aurait terminé ses devoirs, sa mère lui permettrait d’aller jouer
    conditionnel antérieur conditionnel

    Il y a certaines conjonctions de temps qui insistent sur la simultanéité et la duré
    e.g. pendant que, tandis que etc.
    Pendant que je fais mes devoir, ma mère prépare le repas.
    présent présent

    Avec certaines conjonctions de temps on peut choisir entre exprimer la simultanéité ou l’antériorité de la subordonnée

    e.g. quand, dés que une fois que etc.

    Dés que je recevrai la facture je vous réglerai.
    Dés que j’aurai reçu la facture je vous réglerai

    Pour les conjonctions qui exprime la postériorité de la subordonnée

    avant que, jusqu’à ce que, le temps que, en attendant que, d’ici à ce que etc., naturellement, il faut employer le subjonctif

    En attendant que ma voiture soit réparée j’en ai loué une.
    Reste ici jusqu’à ce que je revienne.

    Au temps de la principale, les événements de la subordonnée n’ont pas encore eu lieu – et on n’est pas certain qu’ils aient lieu. à l’ avenir
    Puis le subjonctif
    Wyn.
  • Leah a écrit:
    Après que indiquant un fait du passé, donc réel et certain, le sens est affirmatif : il convient d'utiliser l'indicatif
    Avant que, plus hypothétique, peut être suivi du subjonctif.

    Avant que tu ne viennes, je prépare un gâteau
    Il n'est pas absolument certain que tu viennes, même si c'est plus que probable ; qui peut certifier l'avenir ?

    Après que tu es venu, j'ai mis le gâteau au frais : tu es venu, c'est effectif ; mais l'usage a entériné le subjonctif : après que tu sois venu
    Je suis d'accord avec ce que vous écrivez, mais je veux apporter une petite nuance : il n'est pas simplement question de passé avec "après que". On peut très bien écrire : après que tu seras venu, nous partirons pour Shanghai. On considère dans ce cas que nous ne partirons que lorsque tu seras venu et ce sera donc un fait avéré. :)
  • Bonjour,
    Est-il correct alors d'écrire "il a créé cette société après que sa femme a perdu son porte-monnaie" ? Cela sonne vraiment faux je trouve...
    Merci encore pour vos lumières
  • JehanJehan Modérateur
    Bonjour.

    Nous sommes tellement habitués au subjonctif très fréquent avec "avant que" que cela semble sonner faux.
    Mais c'est tout à fait correct, sans aucun doute. Et très logique.
  • Puis, pour éviter des écarts de sonorité harmonieuses, on a d'autres formulations possibles dont
    Sa femme ayant perdu sa porte monnaie, il a créé sa société.
    À cause (?) de la perte de la porte-monnaie de sa femme, il a décidé de créér sa société.
    Il a crée sa société postérieurement à la perte de la porte-monnaie de sa femme
    .
  • JehanJehan Modérateur
    C'est vrai qu'on peut essayer de supprimer le verbe "a" pour dissiper toute impression d'incorrection.
    "Sa femme ayant perdu son porte monnaie, il a créé sa société."
    Cette première formulation me semble la meilleure, encore que l'on rajoute une nuance de cause qui n'a peut-être pas lieu d'être.
    "À cause de la perte du porte-monnaie de sa femme, il a décidé de créer sa société."
    Cette deuxième formulation est moins heureuse. Le rapport de cause remplace encore plus nettement la succession temporelle initiale, et le défilé des de... du.... de... n'est pas spécialement harmonieux. Pourquoi pas simplement: "Après la perte..." ?
    "Il a créé sa société postérieurement à la perte du porte-monnaie de sa femme."
    Là aussi, "après la perte" serait beaucoup moins lourd que "postérieurement à la perte".
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.