Grammaire française Participe passé

Bonjour,

j´avoue avoir un doute concernant la phrase suivante. J´hésite entre l´emploi de l´adjectif verbal et du participe présent...

"Nous avions échangé des idées (converger) sur bien des points mais nous avions des opinions (diverger) sur le néolibéralisme.

Merci beaucoup pour vos éclaircissements!

Cordialement,

David Bonsoir,
Que proposes-tu, toi ?
«134

Réponses

  • Moi, j´emploierais des participes présents car on pourrait transformer les phrases à la forme négative : "des idées ne convergeant pas" et "des opinions ne divergeant pas"... et pourtant ça ne me parait pas naturel...
    Merci pour votre aide.
  • Ce sont des adjectifs verbaux dont le rôle est de qualifier le nom auquel ils sont rattachés: ils s'accordent en genre et en nombre. J'analyse les groupes prépositionnels qui suivent comme des compléments adjectivaux.

    Nous avions échangé des idées convergentes sur bien des points mais nous avions des opinions divergentes sur le néolibéralisme.

    Si la ponctuation avait été différente, on aurait pu imaginer un participe présent à la place de "convergentes", ce qui aurait changé passablement le sens de la phrase:

    Nous avions échangé des idées, convergeant sur bien des points, mais nous avions des opinions divergentes sur le néolibéralisme.
  • Les deux possibilités sont également acceptables quelle que soit la ponctuation, mais j'ai une préférence pour l'adjectif, qui coule mieux.
  • Anne345 a écrit:
    Moi j'écrits convergent(e) pour l'adjectif et convergeant pour le participe présent...
    Moi je conjugue le verbe "écrire" à la première personne du présent de l'indicatif sans "t", mais on est pas là pour corriger les fautes des autres.
  • JehanJehan Modérateur
    mais on n' est pas là pour corriger les fautes des autres.
    Quoique.
  • Bonsoir,

    Je me demande pourquoi l'adjectif verbal (au lieu du participe présent) est utilisé dans cette phrase?

    Nous sommes membres adhérents de cette association.

    Merci d'avance.
  • JehanJehan Modérateur
    Bonsoir.

    Nous sommes membres adhérents de cette association.

    Ici, "adhérents" n'est pas un adjectif verbal ni un participe, mais un nom apposé au nom "membres".
    Un adhérent, une adhérente d'une association = une personne qui a adhéré à cette association.
  • Bonsoir Jehan,

    Merci beaucoup pour votre réponse.:)
  • Bonjour,

    Les deux phrases suivantes sont-elles correctes?

    1) J'aime les élèves obéissants. (adjectif)

    2) J'aime les élèves obéissant. (participe présent)

    J'ai l'impression que la deuxième phrase est erronnée, mais je ne saurais expliquer pourquoi.

    Merci!!
  • Bonsoir,

    La seconde ne peut pas exister comme telle : il faut un complément :
    - J'aime les élèves obéissant à leur professeur !

    Muriel
  • Salut,
    Pour mieux comprendre la différence entre l'adjectif verbal et le participe présent, j'ai écrit les deux phrases suivantes:
    1-Il m' a fait des gestes provocants.
    2-Il m' a fait des gestes provoquants ma colère.
    Ces deux phrases sont-elles correctes s'il vous plait?
    Merci
  • JehanJehan Modérateur
    Bonjour.

    L'orthographe de l'adjectif est correcte :
    Il m'a fait des gestes provocants. (agressifs, obscènes... )

    Mais le participe présent, lui, reste invariable...
    Justement parce que ce n'est pas un adjectif.
    Donc, ici, pas de S à la fin du participe :
    Il m' a fait des gestes provoquant ma colère. (causant ma colère, suscitant ma colère)
    Plutôt avec une virgule, si l'on veut bien dire que c'est lui ( "Il") qui a causé la colère du fait de ses gestes.
    Il m'a fait des gestes, provoquant ma colère.
  • Muriel,

    Merci de cette réponse! Y a-t-il une règle grammaticale interdisant l'usage du paricipe présent si le verbe est sans complément?

    Merci encore!
  • Tous les participes présents n'ont évidemment pas de complément, c'est dans le cas d'obéir que Muriel a répondu.
    Le participe présent marque une action. L'adjectif verbal marque un état, une qualité. Et quand on parle d'un enfant obéissant, on se réfère à la qualité plus qu'à une action. Mais ce n'est effectivement pas impossible.
  • merci de cette réponse!
  • Il existe un moyen commode pour différencier l'adjectif du participe, c'est l'emploi de l'adverbe très, qui ne peut modifier que l'adjectif...

    Des enfants très obéissants (adjectif).
    *Des enfants très obéissant à leurs parents (participe).


    Des patrons très exigeants envers leurs salariés (adjectif)
    *Des patrons très exigeant de leurs salariés (participe)
    Des patrons exigeant beaucoup de leurs salariés.


    Quelques exceptions quand l'adjectif forme le second élément d'un nom composé

    Des chevaliers errants
    Des chevaliers errant dans la forêt.

    Bien sûr, ceci ne constitue en rien une règle!!!
  • Salut,
    Voici un autre exercice que je trouve très intriguant: Je dois mettre le verbe entre parenthèse au temps du participe qui convient(présent ou passé)
    1-Elle portait une broche (appartenir) à l'une des aieules.
    J'ai mis appartenant, mais la bonne réponse était ayant appartenu. J'ai donné raison à l'auteur parce que le verbe de la proposition principale est au passé.
    2-L'été (tirer à sa fin) , les touriste se faisaient rares.
    J 'ai mis ayant tiré à sa fin, comme dans la phrase précédente, à ma grande surprise, la bonne réponse était: tirant à sa fin!!!!!!!
    3-Decevoir par ses résultats médiocres, il abandonna la compétition.
    Ma réponse était : Ayant été déçu..., mais la bonne réponse, selon le corrigé, était déçu!!!!
    Pourtant, j'ai bien lu les explications du livre, y a-t-il quelque chose d'ambigu?
    Merci
  • Dans la première phrase, la broche a appartenu à son aieul AVANT qu'elle la porte, par définition...
    Dans les deux autres les faits de la première et deuxième partie de la phrase sont simultanés. Ce n'est pas en fonction du temps de la proposition principale, mais en fonction de leur simultanéité ou non. Le temps composé sert toujours pour une action ou un fait antérieur à celui mentionné dans la principale.

    Donc en clair, si je resitue tout par rapport au présent :
    -elle porte une broche ; avant, cette broche appartenait à son aieul
    -l'été touche à sa fin ; les touristes se font rares (c'est en même temps)
    -il est déçu, il abandonne (même chose)
  • Bonjour,

    Pour la première phrase, rien ne précise si l'aïeule est morte ; ou si, vivante, elle n'a fait que prêter la broche.
    Pour moi, un participe présent se justifie si l'aïeule est en vie et possède la broche qu'elle n'a que prêtée.
    C'est le contexte qui pourrait en décider, et il semble absent de l'exercice...

    Le mot « aïeul » ne veut pas dire « ascendant décédé ».

    Muriel
  • C'est certain, mais visiblement l'auteur de l'exercice par le choix du terme "aïeule" sous-entendait qu'il s'agissait d'un héritage, du moins d'un bijou de famille qui appartenait maintenant à cette personne après avoir appartenu à une grand-mère par exemple, qu'elle soit morte ou non. Je pense que c'est ainsi qu'il fallait comprendre la phrase.
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.