Fiches méthode Bac de français 2021

135

Réponses

  • Attention, contre sens ! Jusqu'à l'époque romantique, les poètes ne cherchent nullement à être originaux. Ils veulent montrer leur excellence en traitant les mêmes thèmes que les autres.
    Ces thèmes poétiques ne sont pas légion : depuis les élégiaques latins, il s'agit de la souffrance de n'être pas aimé.

    Ronsard réécrit les poètes de l'Antiquité, notamment Catulle et Tibulle.
  • Il n'y a pas d'originalitè dans ce cas!?

    Peut être une dégradation de l'image de la femme convoitée ?

    Mais ce n'est pas assez pour faire au moins 2 parties.
  • Aucune originalité chez aucun poète... avant l'ère romantique.
    Pour montrer que l'on est aussi bon et même meilleur que les autres, il faut absolument traiter les mêmes thèmes.
    Ici : profites-en pendant que tu es jeune.
    La touche personnelle, c'est unir au thème de l'amour celui de l'auto célébration.
  • L'originalité n'est pas dans le thème, comme l'a dit Delia, mais dans sa mise en œuvre : le poète ne cherche pas à dire les choses comme les autres, mais mieux qu'eux. Tout son art consiste à donner l'impression qu'il traite son thème pour la première fois (et ça marche, n'est-ce pas ?). Mais quand il a du génie, le miracle poétique s'opère, et il écrit vraiment pour la première fois. C'est en ce sens - mais en ce sens seulement - qu'on est alors fondé à parler de sa sincérité.
  • Bonjour

    Donc d'après ce que je comprends, l'originalité ne se trouve pas dans le fond (le theme) mais plutôt dans la forme (sa façon de le dire). dans ce cas, il y aurait il des exemples (elegiaque greque et romaine) de poème ayant le meme thème ?

    Quand au thème, le theme general du recueil (les 2 recueils) est celui de ne pas etre aimé (c'est ça?)
    Et le theme de ce poème est de profiter de l'instant present?
  • L'originalité est dans la démarche quasiment "argumentative" du poète qui cherche à prouver qu'il faut profiter du temps présent (en sa compagnie). Pour cela, il est obligé de prendre l'image de la femme vieillie et de lui prêter des sentiments nostalgiques ; c'est pour quoi le poème est au futur (sauf à la fin, qui se présente comme une conséquence nécessaire si l'on veut éviter ce futur catastrophique). C'est apparemment très fort, mais assez peu convaincant.
  • C'est de la drague pure et simple.
  • Bonjour

    j'ai une nouvelle problematique dont je ne trouve pas le plan.

    "Quel est le rôle de la représentation d'Helene"?


    Je ne cherche pas de réponses, mais plutôt les bonnes questions à se poser pour aboutir à un plan.

    aussi, j'aimerais savoir si cette representation d'Helene possede plusieurs roles? Si vous pouvez me faire part des grands traits..

    merci

    et surtout...

    BONNE ANNEE À TOUS!!!
  • j'ai une nouvelle problematique dont je ne trouve pas le plan.

    "Quel est le rôle de la représentation d'Helene"?

    Iterum, derechef et da capo : ce-n'est-pas-une-problématique !
  • Moi je propose : comment le poème de Ronsard constitue-t-il une drague originale ?*
    * euh, je crois qu'il faudra trouver un autre mot que drague
  • Ce n'est pas davantage une problématique !
    Je propose : le moi et l'autre (moi/Hélène, Moi/lecteur).
  • Ah... Je m'en doutais.
    Je n'ai jamais compris pourquoi on obligeait ces pauvres gamins à chercher cette fichue problématique qui leur pose tant de problèmes. Je n'en vois d'ailleurs pas l'intérêt.
    Que proposes-tu ?
    ....
    Je viens de voir ta proposition. Soit. Je te fais confiance.
    Peux-tu me formuler cela sous la forme d'une question ?
  • Euh... Je viens de le dire, et c'était très sérieux.
  • Oui, j'ai vu.
    Ce n'est pas une problématique.
  • la plupart des questions qui arrivent sur la copie des eleves ont donc la plupart été reformulées (et/ou travaillé) par le prof...


    Donc pour revenir au sujet:

    peut-on dire "La représentation d'Helene: quel impact sur le lecteur?" ou encore "que nous révèle la représentation d'Helene?" ou encore "qu'apporte au lecteur la représentation d'Helene dans le poème de Ronsard"?
  • Laoshi a écrit:
    Oui, j'ai vu.
    Ce n'est pas une problématique.

    Je sé pas alors ce con appelle un problème à tiques.
    Mé je suis daccor avec Madame Delia : Ronsard et un gros drageur qui s'la pète grave.
  • Ne confondez pas problématique avec simple question.
    Une problématique révèle un problème, un paradoxe ou une contradiction.

    Exemple non littéraire : le zèbre est-il blanc à rayures noires, ou noir à rayures blanches ?

    L'intérêt de la problématique c'est de donner un fil conducteur : il y a un problème à résoudre.
    C'est également demandé aux professeurs dans la construction de leurs séquences et je trouvais cela très porteur comme on dit. Cette problématique s'impose d'elle-même pendant la préparation et les recherches, il ne faut bien entendu pas commencer par elle !

    Il faut chercher l'anomalie significative, selon l'expression de Pierre Slama et dégager les oppositions.
    Ici, le jeu des temps et des modes : indicatif futur et impératif, va et vient entre le présent et le futur.
    A creuser et peut-être à rejeter.
  • Donc trouver une problématique sur un sujet aussi précis que "le rôle de la représentation d'Helene" ne facilite pas la recherche.

    Un vrai plaisir pour un candidat individuel...
  • Donc trouver une problématique sur un sujet aussi précis que "le rôle de la représentation d'Helene" ne facilite pas la recherche.

    D'où sort ce sujet précis ?

    Ce qui est problématique, d'ailleurs, c'est qu'il n'y pas vraiment de représentation d'Hélène dans le sonnet :
    Quand vous serez bien vieille, au soir, à la chandelle,
    Assise aupres du feu, devidant et filant,
    Direz, chantant mes vers, en vous esmerveillant :
    Ronsard me celebroit du temps que j'estois belle.


    Tableau prospectif : Hélène est évoquée plus que représentée, non plus en Hélène de Troie mais en Parque, doublement Parque car elle file comme Clotho et dévide comme Lachésis.
    Notons le nom Ronsard à l'attaque du quatrième vers. Hélène n'est pas nommée dans le sonnet.
    Lors, vous n'aurez servante oyant telle nouvelle,
    Desja sous le labeur à demy sommeillant,
    Qui au bruit de mon nom ne s'aille resveillant,
    Benissant vostre nom de louange immortelle.
    Les servantes analphabètes connaissent Ronsard ! Ce qui n'est pas invraisemblable car au XVIe siècle la poésie se chante.
    Je seray sous la terre et fantaume sans os :
    Par les ombres myrteux je prendray mon repos :
    Vous serez au fouyer une vieille accroupie,

    Deux vers pour lui, un vers pour elle.
    Regrettant mon amour et vostre fier desdain.
    Vivez, si m'en croyez, n'attendez à demain :
    Cueillez dés aujourd'huy les roses de la vie. :

    Mon amour ? Le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il est absent du texte, ce fameux amour.
    Le sonnet est une évocation de la gloire posthume du poète.

    Ronsard me célébrait , vraiment ? Ici, Ronsard se célèbre.
  • Exemple non littéraire : le zèbre est-il blanc à rayures noires, ou noir à rayures blanches ?
    Moi, je le vois blanc à rayures noires. (Et je ne vois pas le rapport avec notre sujet ; désolée, je suis un peu simplette)
    Je sé pas alors ce con appelle un problème à tiques.
    Mon pauvre Jacques, ça ne s'arrange pas. il faudrait aller faire un stage n peu plus au Sud auprès de monsieur Jehan.
    (Cela dit, moi non plus je sais pas ; je me demande pourquoi ce mot de problématique a été choisi et peu me chaut.)
    Je suis d'accord aussi avec Madame Delia : Ronsard était un gros dragueur qui ne se prenait pas pour un confetti.

    Ce que je vois aussi en tout cas, c'est que c'est là l'intérêt de ce texte, problématique ou non : Le caractère paradoxal de cette invitation à l'aimer.
    Aucune évocation élogieuse ni du physique ni du moral de cette jeune femme.
    Pas étonnant que la belle Hélène qui doit avoir vingt cinq ans lorsqu'elle rencontre pour la première fois Ronsard n'ait jamais répondu à ses avances. En guise de compliment, elle se voit représentée dans le futur lointain d'une bien vieille, vieille accroupie, pour ne pas dire décrépite.
    L'éloge, il se le réserve à lui-même. Elle doit l'aimer parce qu'il est un grand poète, et qu'il l'immortalise par ses vers.
    Paf, bien fait pour lui, il n'a pas réussi à se faire aimer.
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.