Prépa littéraire Licence lettres modernes
Capes lettres modernes

Bonjour!
J'ai un grand besoin d'aide! Cela fait maintenant deux ans que j'ai déterminé mon choix de profession: traductrice-interprète.
Maintenant, le problème c'est les études!

Je me suis donc renseignée. Il faut donc que je maitrise 2 langues. Là-dessus, le choix est vite fait (Allemand et Russe!).

Je ne sais si je dois choisir une LEA ou LLCE.
Le problème avec la LEA, c'est que partout où je me renseigne on me parle d'ECONOMIE!!! Mais j'ai vraiment horreur de ça!
Est-il possible de faire un choix de la "matière" que l'on étudie? (je pense à la communication, l'informatique...et pourquoi pas au droit!) Ou n'y a-t-il vraiment que l'économie?

La LLCE ne m'attire pas vraiment...mais je préfère ça que l'économie

De plus, pour bien arranger les choses, j'aimerai étudier à l'étranger une année (ou même faire TOUTES mes études =D). En Allemagne/Autriche et en Russie!

A chaque rendez-vous avec ma conseillère d'orientation, je ressors avec les mêmes question...efficace, non?

Donc voilà, si quelqu'un à quelque chose qui pourrait m'aider, je remercie cette personne d'avance.


(En espérant avoir été assez claire =s)
«13456710

Réponses

  • Bonjour,

    Il n'y a pas de parcours-type pour la traduction, même si les études de langues sont bien sûr assez classiques.
    Je ne connais pas suffisamment les formations LEA et LLCE pour en parler parce que je ne suis pas du tout passée par cette filière-là, mais pourquoi ne pas partir faire des études de langues à l'étranger, par exemple des études de russe en Allemagne, suivies d'une école de traduction ? (la Russie, c'est un peu plus l'aventure, mais l'inverse est bien sûr envisageable aussi !)
    Par contre, si tout ce qui touche à l'économie vous rebute, l'interprétation n'est peut-être pas pour vous : on a beaucoup besoin d'interprètes dans un contexte économique, commercial et généralement entrepreneurial, et comme c'est une profession où la concurrence est très, très rude (beaucoup plus qu'en traduction), ce sont souvent les interprètes déjà confirmés ou pistonnés qui récupèrent les missions plus valorisantes (et plus littéraires) du type "servir d'interprète à Martin Walser au Salon du livre" ou "interviewer Alexandre Sokourov sur France Culture". Le russe est une bonne langue car moins courante que d'autres, mais si vous ne vous intéressez pas un minimum aux négociations commerciales et aux cours du pétrole, maîtriser cette langue ne vous servira pas à grand-chose pour démarrer dans l'interprétation, à mon humble avis...
    D'une manière générale, il peut être utile de ne pas faire que des études de langues lorsqu'on envisage d'être traducteur ou interprète : cela permet de se constituer des connaissances dans d'autres domaines que l'on peut ensuite mettre en avant comme des "spécialités" quand on se présente à un client potentiel. Pour un free-lance, se lancer sans bagage dans la traduction médicale ou postuler auprès d'une société spécialisée dans les audits de certification environnementale sans avoir la moindre notion dans ce domaine serait assez suicidaire, par exemple... C'est un peu différent pour les traducteurs/interprètes salariés qui peuvent se former sur le tas dans leur entreprise, bien sûr.
    (Parenthèse : moi non plus, l'économie ne m'intéressait absolument pas avant le bac, j'étais une pure littéraire ; j'ai découvert contrainte et forcée la finance et le commerce international en licence/maîtrise et aujourd'hui, l'économie est un de mes domaines de spécialisation en traduction. Quand on est obligé de se pencher sur un sujet, si l'approche est bien conçue, on finit toujours par lui trouver un intérêt... Et puis mine de rien, avoir ne serait-ce que quelques notions en économie aide à comprendre l'actualité et le monde où l'on vit, ce qui n'est pas rien !)
    Par ailleurs, la traduction et l'interprétation sont deux disciplines distinctes, beaucoup de Masters n'enseignent que l'une des deux (avec éventuellement une introduction à l'autre).
    Les formations en interprétation sont généralement plus sélective. Pour vous donner une idée : l'année où j'ai fait ce qui s'appelait alors un DESS de traduction à l'ITI-RI de Strasbourg, la promotion de traduction générale comptait plusieurs dizaines d'étudiants (entre trente et quarante, de mémoire), celle de traduction audiovisuelle en comptait huit (secteur complètement bouché aujourd'hui) et celle d'interprétation, deux en tout et pour tout. Cela reflète bien les besoins du marché dans ces différents domaines. Les épreuves d'entrée étaient séparées pour la traduction et l'interprétation ; nous n'avions aucun cours en commun.
    D'autres questions ? ;)
  • Bonjour.
    Alors, en effet, pour faire traducteur/interprète, le mieux est de s'inscrire en LEA dans les langues de ton choix. En LLCE, déjà tu n'étudies qu'une langue (ou bien une deuxième en option, mais tu n'as qu'une heure trente par semaine, ce qui n'est rien par rapport à ce que tu serais censée faire), et ensuite, tu peux devenir traducteur en ayant une licence/master/doctorat en LLCE, mais ce ne sera pas traducteur/interprète, ce sera traducteur "littéraire".
    Et puis, en LEA, bien évidemment, tu auras de l'économie, c'est obligé pour comprendre notre monde et le monde extérieur, comme l'a dit Anne-Lise, mais tu n'auras qu'une heure trente par semaine (soit 18h par semestre !), donc, même si tu hais l'économie, je pense que tu devrais survivre à 1h30 par semaine =)
    Voici un lien qui te permettra de savoir quels cours tu auras lorsque tu t'inscriras à la Fac. C'est un lien qui vient du site de ma Fac, qui ne fait pas les langues que tu veux étudier, donc j'ai pris au pif, histoire que tu puisses te faire une idée sur tes futurs cours.
    http://www.univ-avignon.fr/

    En espérant que ça t'ai aidé.
    Bonne journée.
  • Ok, merci à toutes les deux pour votre réponse! Je vois déjà mieux comment m'y prendre!

    S'il n'y a que 18h d'économie par semestre pour une LEA, je survivrai...je pense


    Encore merci !
  • Pour avoir fait une année à l'ISIT (Paris), je peux fortement recommander cette école de traducteurs-interprètes : haut niveau, sérieux, forte réputation.
  • cindy84cindy84 Membre
    evidence a écrit:
    S'il n'y a que 18h d'économie par semestre pour une LEA, je survivrai...je pense
    Oui, je pense que tu devrais survivre =D Ce n'est pas énorme ! Par contre, je ne sais pas du tout si c'est les mêmes plages horaires pour toutes les universités. Il faidrait que tu te renseignes plus amplement pour en être certaine et ne pas être désagréablement surprise lorsque tu te seras inscrite et que tes professeurs te donneront ton emploi du temps... !

    Bonne soirée =D
  • Bonjour,

    Je suis sur le point de rentrer en LEA (Anglais-Espagnols+ 3eme langue si possible) cette année et donc, comme toute étudiante hyper angoissée, je me pose beaucoup de questions!

    J'ai efféctué de nombreuses recherches, mais les réponses sont toutes différentes! J'ai notamment trouvé que LEA était un grand "cul-de-sac" selon leurs expressions, tout comme"avec LEA tu acquiers beaucoup d'expérience...et donc c'est un atout auprès de l'employeur!"
    J'ai toujours ADORE voyager, parler différentes langues, connaitre différentes cultures, et également l'économie, droit.... CE profil me convenait parfaitement jusqu'à ce que je tombe justement sur ce type de forum... A l'AIIDE!!!

    Pour le moment, ce que j'envisageais plus c'était l'interprétariat ( de conférence plus particulièrement). Et je sais que l'on peut faire l'ESIT après 3 ans d'études mais est-ce que LEA est le profil type de l'élève qui va étudier à l'ESIT? ou y a t-il une fac (ou autre institut) qui prépare à cette entrée ?

    Après, je m'intéressais également au commerce, mais dans ce domaine je suis encore un peu dans le flou, je ne saurais pas trop vers quelle voie me diriger...Je sors d'une terminale ES et donc je souhaiterais avoir plus d'infos sur ces études, et par rapport à mon profil ce qui était le plus conseillé et pour faire interprète, et si L'ESIT était accessible par LEA (de Aix en provence)...

    Sinon serait il possible d'avoir quelques commentaires de traducteur interprètes? d'étudiants de l'ESIT(ou autres écoles d'interprétariat)? d'étudiants ayant le meme parcours que le mien et désirant réaliser un autre projet ?

    Désolé pour ce loooong message d'une étudiante extrêmement angoissée!! =D :lol:
  • Bonjour,

    Avez-vous fait une recherche sur ce forum ? Pour info, il y a déjà des fils à ce sujet, par exemple ceux-là :
    https://www.etudes-litteraires.com/forum/topic18984-quelles-etudes-pour-devenir-interprete.html
    https://www.etudes-litteraires.com/forum/topic12751-traduction-interpretation-isit-esit.html

    Bonne lecture !
  • Bonjour, j'ai vraiment besoin de votre aide pour avoir des renseignement pour mes etudes, parceque là je deséspère! :-s
    Je suis Marocaine en 1ere année à l'université Littérature anglaise, et 'envisage faire une mobilité individuelle après ma deuxième année vers l'université Sorbonne Nouvelle Paris 3 (ou autre!). D'après ce que j'ai compris je ne serai pas accepté directement en L3 avec mes 2 années d'etudes, donc je dois postuler pour L2.
    *Le problème que j'ai, c'est que je ne sais vraiment pas quelle discipline je dois choisir -vu qu'il y en a plusieurs dans la langue anglaise aux université française- et qui me permettera après la licence d'accéder à une ecole d'interprétation de conférence!
    * 2ement, pour accéder eventuellemnt a ce genre d'etudes, je dois obligatoirement avoir passé un séjour de 1an dans un pays de ma langue B qui est le français pour mon cas, donc est ce que mes 2 année passé là bas dans les etudes suffiront pour combler le critère de "12mois consécutifs dans un pays de angue B?
    * Finalement, quelle ecole choisir ..entre l'ISIT et l'ESIT!!!
    J'espère etre bien claire, et que j'aurais un coup de pouce de votre part, en sachant que j'ai mon DELF B2, et je maitrise l'anglais et en cour d'apprentissage de l'espagnole, merci infiniment par avance :-D
  • Bonsoir,

    En ce qui concerne le match ISIT/ESIT, la question a déjà été abordée sur ce forum, par exemple dans ces sujets :
    Traduction interprétation ISIT ESIT
    https://www.etudes-litteraires.com/forum/topic18984-quelles-etudes-pour-devenir-interprete.html
    ... et sans doute ailleurs, vous pouvez faire une recherche avec le terme "ISIT" ou "ESIT" sur le forum.
  • Merci pour ta réponse :) meme si j'ai dejà consulter ces 2 discussion mais j'ai pas trouvé de réponse pour mon cas etant une etudiante etrangère...ce qui me préocuppe le plus c'est le choix de la filière (et si j'y serai accepté), puis le choix de l'ecole viendra après..
  • Me voilà avec un souci similaire:

    Je suis étudiante dans un lycée français en Espagne, en Terminale L. J'ai toujours pensé à faire une licence ici en Espagne "Traducción e Interpretación", avec ça on devient déjà interprète: c'est mon objectif. Mais là j'ai fortement envie d'étudier en France pour devenir interprète de FRANÇAIS-ESPAGNOL, le problème est le suivant:

    -Si je vais en France pour faire un licence LEA... Je ne pourrais pas prendre le français en LV1, n'est-ce pas? Je pourrais peut-être prendre l'espagnol mais cela ne me servirais pas à grande chose...
    -Après cette licence, comment intégrer l'ESIT (puisque j'ai entendu dire que l'ISIT est assez cher et difficile d'y accéder) ?
    - Il y a-t-il d'autres chemins à suivre pour l'interprétariat?
    Merci d'avance à tout le monde, je suis vraiment perdue!
    =)
  • je me répète :

    Pour avoir fait une année à l'ISIT (Paris), je peux fortement recommander cette école de traducteurs-interprètes : haut niveau, sérieux, forte réputation. Difficile de trouver mieux.

    ML
    agrégé d'allemand
  • Il existe pas mal d'autres écoles de traducteurs et d'interprètes en France, je trouve qu'il ne faut pas forcément être obnubilé par les écoles parisiennes (le duo infernal ESIT/ISIT), même si elles ont à juste titre une excellente réputation. De toute façon, le métier d'interprète (comme celui de traducteur) repose beaucoup sur les relations qu'on peut avoir, le niveau de débrouillardise dont on fait preuve pour prospecter, le bouche à oreille dont on bénéficie une fois qu'on a commencé à travailler, la fiabilité et le professionnalisme dont on fait preuve, etc. Quand on est free lance (ce qui est le cas de la majorité des interprètes), l'école par laquelle on est passé peut bien sûr être une carte de visite, mais ce n'est de loin pas l'essentiel (contrairement à beaucoup d'autres secteurs d'activité en France, on est un peu plus jugé sur ce qu'on est capable de faire que sur l'école dont on sort, ce qui est plutôt positif !). J'ai été très satisfaite du niveau proposé par l'ITI-RI de Strasbourg, pour ma part, et je suis sûre qu'il y a d'autres écoles tout à fait à la hauteur.
  • Etes-vous passé par l'ISIT ? non, moi si. (L'ESIT ne prend pas d'élèves après le bac). J'ai pu comparer avec l'institut (réputé) de Germersheim, en Allemagne, qui est bon (j'ai suivi quelques cours), j'en reste à l'ISIT. Alors oui, la débrouillardise, l'entregent, ce qu'on est capable de faire : si vous voulez ! Mais si vous sortez de l'ISIT, on sait déjà ce que vous êtes capable de faire !
    P.S. étant d'origine sudiste, je n'ai pas de snobisme parisien. :roll:
  • "Et êtes-vous passé par l'ITI-RI ? Non, moi si..." Que d'agressivité ! Xyspy demandait ce qu'on pouvait faire comme parcours à part l'ISIT et l'ESIT, je me contentais de lui répondre qu'il y avait effectivement d'autres bonnes écoles. En tant que free-lance, on me demande rarement ce que j'ai fait comme école de traduction, et mes confrères/soeurs interprètes me disent la même chose. Chacun son expérience, on est là pour échanger. C'est le but de ce forum, me semble-t-il...
  • Ce qu'il y a de sûr, et sans que je puisse me prononcer sur le niveau de tel ou tel institut, c'est que le niveau général de la traduction en France n'est pas fameux.

    Je lis souvent des ouvrages de philo ou de critique littéraire traduits de l'anglais, et dès que la phrase est plus complexe que "le chat mange la souris", c'est généralement le festival du contresens. De grands éditeurs ayant pignon sur rue (Le Seuil, Odile Jacob) publient sans vergogne des torchons. Dans de nombreux cas, je suis obligé, pour comprendre ce que je lis, de faire le parcours inverse de celui du traducteur et d'essayer de voir par quel faux ami il s'est laissé berner. Cela me permet de reconstituer la phrase d'origine. Cela fait, je n'ai "plus qu'à" la traduire moi-même...

    Aucun rapport avec le sujet, je le reconnais. Je n'écris cela que pour me défouler...
    En tout cas, il serait souhaitable que davantage de bons linguistes se tournent vers la traduction. Mais le métier n'est sans doute pas assez attrayant pour les attirer, sauf vocation irrésistible.
  • De grands éditeurs ayant pignon sur rue (Le Seuil, Odile Jacob) publient sans vergogne des torchons.
    Eh oui, de grands éditeurs ayant pignon sur rue font faire leurs traductions à des tarifs tellement bas que le résultat ne peut pas être bien terrible... Ça vaut aussi pour la traduction audiovisuelle, d'ailleurs. "If you want to pay peanuts, hire monkeys", comme disait (entre autres variantes) l'autre...
  • Anne-Lise a écrit:
    "If you want to pay peanuts, hire monkeys"
    Hé hé! excellent! :lol:
  • Désolé, Anne-Lise, d'avoir pu vous sembler agressif, ce n'était pas mon intention, je vous fais mes excuses.
    Je voulais simplement indiquer que pour recommander un institut de traducteurs-interprètes ou dire qu'il valait mieux aller voir ailleurs, il était préférable d'en avoir eu l'expérience, ce qui n'est qu'une vérité d'évidence, je n'avais pas la prétention d'être original, ni le désir de blesser quiconque :) :)
  • bonjour, moi aussi je souhaiterai faire après mon bac L, LEA ou LLCE mais le seule soucis que je rencontre c'est que pour LEA c'est anglais et allemand alors que je ne parle pas un mot d'allemand, peut on choisir notre lv2? et sachant que je suis totalement bilingue anglais est il préférable d'aller en LEA ou LLCE?
    je suis de Toulon donc j'ai une fac dans la ville meme mais tout le monde me dis que celle d'Aix est mieu !
    je suis un peu perdue!!!!
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.