Grammaire française Participe passé

145791023

Réponses

  • Bonjour
    Je viens de lire une phrase dans "Ce que le jour doit à la nuit" de Yasmina Khadra qui m'interpelle.

    Il s'agit de "J'aurais aimé qu'il me dît un mot ou me prêtât attention" (page 12)

    Je m'attendais à lire "j'aurais aimé qu'il dise" parce qu'il me semblait que c'était du présent dans le passé.

    Me trompé-je ?

    Merci
  • JehanJehan Modérateur
    L'emploi du subjonctif imparfait découle ici d'une stricte application de la concordance des temps (registre soutenu).
    • Principale au conditionnel présent > subordonnée au subjonctif présent :
    J'aimerais / qu'il me dise un mot ou me prête attention.
    • Principale au conditionnel passé > subordonnée au subjonctif imparfait :
    J'aurais aimé /qu'il me dît un mot ou me prêtât attention.

    Mais le subjonctif présent est également admissible dans un registre courant.
    J'aurais aimé / qu'il me dise un mot ou me prête attention.
  • Bonjour,
    Je me demande si ma phrase est juste :

    Ce ne serait pas la première fois qu'une femme comme elle aurait des problèmes d'argent.

    Mon contexte : une enquête policière. Le locuteur veut suggérer à la police que la femme en question avait récemment eu des problèmes d'argent.
  • JehanJehan Modérateur
    Je ne vois rien d'incorrect dans ton emploi des temps.

    Ce n'est pas la première fois qu'une femme a...
    Ce n'était pas la première fois qu'une femme avait...
    Ce ne serait pas la première fois qu'une femme aurait...
  • Merci et bonne journée à toi !
  • Bonjour,

    Je m'amuse quelques fois à écrire des nouvelles, j'en ai commencé une en prenant le point de vue du héros à la première personne et avec le passé simple et l'imparfait comme temps de narration. Mon problème se pose sur la concordance de certains temps, voici un exemple :

    "Je regardai mon radio réveil, trois heures du matin, je repoussai mes draps trempés et me levai. Dans trois heures et quarante minutes il sonnera et il faudra que je me prépare pour aller en cours."


    La phrase ne me choque pas à l'oral, mais en y réfléchissant, l'emploie du futur avec "sonnera" et "faudra" et du subjonctif présent "que je me prépare" me perturbent.

    Alors je viens vous demander si je commets une faute et si oui, qu'elles sont les bons temps à employer.

    Merci bien :)
  • Dans trois heures et quarante minutes il sonnerait et il faudrait que je me prépare pour aller en cours."
  • Merci beaucoup !

    Et de quel temps s'agit-t-il en réalité ? J'avais envisagé la terminaison "ait" mais j'avais peur de commettre une erreur encore plus flagrante.
  • Il s'agit d'une forme de conditionnel présent.
    Ici, il joue le rôle de futur dans le passé.
  • Bonjour,

    J'hésite entre deux temps dans la proposition subordonnée :

    Je vais m'assurer que cet argent te soit restitué.

    ou

    Je vais m'assurer que cet argent te sera restitué.

    Qu'en pensez-vous ?
  • bonjour Polaris,

    je pense que les deux sont correctes même si je préfère la première version.

    Pour ma gouverne, quelle nuance apporte selon vous "je vais m'assurer" par rapport à "je m'assure" ou "je m'assurerai" ? une notion supplémentaire de déplacement ?

    Cordialement,
    Paul

    Ne pas tenir compte. prendre la réponse d'Anne.
  • Le verbe pronominal s’assurer a plusieurs acceptions. Employé au sens de « vérifier, se rendre certain de quelque chose », il est suivi d’un verbe à l’indicatif et non au subjonctif. Avec ce verbe dont le sens implique la certitude d’un fait, il est normal d’employer l’indicatif, qui est précisément le mode de la certitude, du fait, du réel; le subjonctif ici serait contradictoire, car c’est le mode de l’incertitude, de l’hypothèse, du virtuel.
    (BDL)
  • Merci à Anne et à Paulang !

    J'ai cherché sur internet à quoi pouvait correspondre l'acronyme BDL et n'ai pas trouvé. A quoi ça correspond ?
  • La Banque de dépannage linguistique (BDL)
  • Merci à vous deux !
  • Bonjour,

    J'ai un peu de difficulté avec la concordance des temps, voici deux exemples :

    Il serait arrêté à moins qu'il ne (verbe quitter) le pays avant.

    La tension avait monté jusqu'à ce la crise (verbe éclater) en juin dernier.

    Merci beaucoup.
  • Bonjour,

    Première phrase : personnellement, je ne vois pas, quelque soit le temps de "quitter", comment conserver un sens à la phrase avec "à moins que" .

    Deuxième phrase :
    La tension avait monté jusqu'à ce la crise éclate en juin dernier.
    ne me semblerait pas incorrecte.

    Paul
  • Bonjour,
    J'ai un peu de difficulté avec la concordance des temps, voici deux exemples :
    Il serait arrêté à moins qu'il ne (verbe quitter) le pays avant.
    La tension avait monté jusqu'à ce la crise (verbe éclater) en juin dernier.

    -Il serait arrêté à moins qu'il ne quittât le pays avant (ou, si l'on veut bien marquer l'antériorité : avant qu'il n'eût quitté le pays avant).
    -La tension avait monté jusqu'à ce que la crise éclatât en juin dernier.

    L'utilisation de ces subjonctifs imparfait et plus-que-parfait sera correcte à l'écrit. A l'oral, on sera plus tolérant et entendre le subjonctif présent.
  • Bonjour Gabiana,

    Je comprendrais
    Il serait arrêté s'il n'avait quitté le pays avant
    . Avec "à moins que", je ne vois pas ce que l'on exprime de sensé.

    Pour la seconde phrase j'ai hésité avec le passé simple que vous recommandez. Pour quelle raison le présent serait-il fautif à l'écrit ?

    Paul
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.